Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER

Déclaration du Procureur de la CPI, Mme Fatou Bensouda, sur les violences préélectorales et la montée de tensions intercommunautaires : «Les violences connues en Côte d’Ivoire lors de la première crise pré et post-électorale de 2010 ne doivent pas se Côte d’Ivoire - Désobéissance civile : « Tidjane Thiam rejoint l'opposition » (Affi N’guessan) Côte d’Ivoire - Evènements de Dabou : Le ministre Emmanuel Essis aux côtés des familles éplorées et des blessés Le respect de la Constitution ivoirienne est aussi important que la compassion de l’Église pour les homosexuels Côte d’Ivoire - Gnamien Konan à Ouattara : « Le temps presse, et c’est vous qui détenez le bouton de l’affrontement général » Trente ans après l'avènement du Zouglou, Axel Illary, le journaliste et documentariste est parti caméra au poing pour raconter sa véritable histoire. Côte d’Ivoire - Affi N’guessan : « Nous réclamons l’ouverture d’une enquête internationale sur les crimes commis par Ouattara et ses milices » Côte d’Ivoire - Aboisso : Pose de la première pierre du lycée professionnel d’Adaou QUESTION RÉPONSE AVEC DOUMBI FAKOLY - QUELLE EST LA RELIGION QUE PRATIQUAIENT NOS ANCÊTRES ? Côte d'Ivoire -  "Guillaume Kigbafori Soro, ses camarades des Forces Nouvelles et les ex Comzones affirment qu’ils ont financé Alassane Ouattara du temps de la rébellion."







CET HOMME DOIT ÊTRE JUGÉ




Je voudrais parler aujourd'hui de la démocratie sous Gbagbo, de la dictature sous Ouattara, et du cas Soro ou de la chasse au Soro puisqu'il a pris la fuite pour échapper à la justice d'un pays pour lequel il a choisi de travailler contre les intérêts de la Côte d’Ivoire.

J'ai toujours pensé que la démocratie est un système qui est très ferme. Elle donne la liberté au citoyen et accompagne cette liberté de responsabilité pour que le citoyen réponde des actes qu'il pose.

La dictature, c'est vrai, impressionne par sa brutalité et sa propension à pratiquer une justice expéditive en jetant en prison d'honnêtes citoyens et en les y maintenant sans jugement, au mépris des lois, tandis que la démocratie, la démocratie véritable , c'est -à - dire qui fonctionne avec des juges indépendants, met plus ou moins au même niveau les citoyens du point de vue de leurs droits.

Dans une démocratie, quand tu tues ou te rends complice de meurtres, on peut t'opposer la loi, quelque soit ton rang social alors que dans une dictature, des assassins peuvent être non seulement épargnés par une justice forcément aux ordres, mais en plus, ils peuvent être récompensés, promus.

Guillaume Soro, un criminel notoire dont la responsabilité a été mentionnée dans un rapport d'Amnesty International relativement au massacre à Bouaké de gendarmes désarmés, n'a donc rien à craindre dans une dictature comme celle à l'oeuvre actuellement en Côte d'Ivoire. Mais dans une démocratie qui fonctionne, si, comme on vient de le voir avec la juge Sabine Kheris.

Hier sous Gbagbo, pendant près de dix ans, dans une démocratie cherchant ses marques parce que corrompue par la violence des rebelles dont il était le chef, et parce que la Côte d'Ivoire avait fait de la paix " la Priorité ", un homme comme Guillaume Soro Kigbafori a pu bénéficier d'une impunité grâce aux accords de paix, malgré les multiples exactions dont s'est rendue coupable la rébellion qu'il dirigeait .

Cependant, il faut le souligner, sous Gbagbo, dans cette démocratie contrainte de transiger avec les rebelles, les autres événements qui n'étaient pas liés à la gestion de la crise étaient sanctionnés par la justice. Par exemple, les barons de la filière café-cacao ont eu à répondre de leur mauvaise gestion et beaucoup d'entre eux ont payé leur égarement d'une peine de prison.

On pourrait citer d'autres exemples, mais on va en citer juste un autre. Mme Simone Gbagbo, députée, présidente du groupe parlementaire FPI et de surcroît épouse du chef de l’Etat, a dû répondre à une convocation d'un juge français dans le cadre de l'affaire Guy - André Kieffer. Elle ne s'est pas dérobée parce qu'elle n'avait rien à se reprocher mais surtout à cause de son rapport à la loi. Parce que c'est une démocrate.

Ces exemples pour dire que dans une démocratie, il y a le souci constant de se référer au droit, à la loi . Et le Président Laurent Gbagbo avait le souci que la Côte d'Ivoire ne devienne pas un pays sans lois.

Aujourd'hui, nous ne sommes plus dans une démocratie, ni même dans une démocratie corrompue par la crise militaro-politique qui a connu son épilogue le 11 avril 2011, mais dans une dictature réelle car ceux qui avaient corrompu la démocratie sont eux-mêmes désormais au pouvoir et assurent une totale impunité à tous ceux qui sont coupables de crimes de toutes sortes : crimes de masse, crimes économiques, etc.

Et c'est donc dans ce contexte d'impunité qu'un homme habitué à s'affranchir de la loi, s'illustre encore comme un indécrottable rebelle parce qu'il n'arrive pas à se couler dans le moule du législateur qu'il est devenu par la force des armes et par la volonté de son mentor Ouattara, sans remplir les conditions pour le poste de président de l'assemblée Nationale.

Alors qu'il était " invité " à répondre en tant que témoin assisté aux questions d'une juge française dans une affaire d'enlèvement, de séquestration et de mauvais traitements infligés à Michel Gbagbo, il s'est dérobé avec l'aide de Ouattara qui a volé à son secours en affretant un avion spécial pour lui éviter de se retrouver nez à nez avec des policiers munis d'un mandat d'amener. La dictature a donc protégé un criminel alors que la démocratie le poursuit.

Il n'y a cependant rien d'étonnant à cela car Ouattara lui-même et tous ceux qui travaillent avec lui craignent la justice, qu'ils réservent pourtant aux autres, comme un chat échaudé craint l'eau froide.

Déjà hier, Beugre Mambe, pris la main dans le sac alors qu'il avait tenté de modifier la liste électorale, et Djedje Mady qui avait appelé à " s'opposer par tous les moyens " à une décision du président Gbagbo, avec des conséquences dramatiques, n'avaient pas daigné se présenter devant la justice alors qu'ils avaient été convoqués. Sans conséquences puisqu'il fallait aller à la paix.

Peut - être est -ce cela qui a fini par faire croire à ces réfractaires à la loi qu'ils pouvaient braver la justice en tous temps et en tous lieux, même en France où il existe encore des juges jaloux de leur indépendance ?

Guillaume Soro vient en tout cas
de l'apprendre à ses dépens pour avoir rusé avec une juge qui voulait simplement l'entendre. Pris de peur d'être rattrapé par la loi, il a rapidement quitté la France, il a fui, mais face à la justice, on ne se sauve pas en fuyant parce qu'elle finit toujours par rattraper le criminel.

Guillaume Soro, cet homme, dont la conscience est chargée de crimes dont il a imprudemment avoué certains lors de conversations téléphoniques , devra répondre de ses actes devant la justice.

CET HOMME DOIT ÊTRE JUGÉ.

Alexis Gnagno
Mardi 15 Décembre 2015
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez


1.Posté par bouabre le 15/12/2015 15:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
VRAIMENT VOUS COMPATRIOTES ,JE N'ARRIVE PAS A VOUS COMPRENDRE PARCE QUE MOI ,L'IMPRESSION QUE J'AI C'EST QUE VOUS COMPRENEZ RIEN DE CE QUI SE PASSE AVEC CE PETIT JEU QUE JOUE CETTE FRANCE POUR ETOUFFER LES ECOUTES TELEPHONIQUES DONT SORO EST CONCERNE .
CECI ETANT, NOUS SAVONS TOUS QUE C'EST CETTE FRANCE QUI A EMMENE SORO A EMPRISONNER TOUS CES IVOIRIENS QUI AVAIENT VOULU FAIRE ABSTRACTION AUX PILLAGES DE NOS RICHESSES .
ALORS MOI JE M'ETONNE QUAND JE VOUS VOIE VOUS AGITER POUR CE MANDAT D'AMENER ET Là UNE QUESTION TOUTE SIMPLE QUE JE VOUS POSE ?
ET POURQUOI CETTE FRANCE N'A JUSQU'ALORS DONNE SON FEU VERT POURQUE MICHEL VIENNE SUR LA FRANCE PUISQUE C'EST ELLE (FRANCE) QUI A DIT A SES ALLIES IVOIRIENS DE NE PAS LE LAISSER SORTIR ET QU'EST -CE QUE VOUS ME DIREZ QUAND LA MAMAN DE MICHEL AVAIT MIS PRESSION SUR CETTE FRANCE CONCERNANT SON FILS INCARCERE QUI MOURRAIT EN PRISON ? MAIS Là CETTE FRANCE AVAIT DONNE L'ORDRE QU'ON LE LIBERE ET C'EST CE QUI S'ETAIT PASSE EN VENANT LE SOIGNER .
DONC MOI JE VOUS DIS DE COMPRENDRE QUE SORO ET CETTE FRANCE QUI UTILISENT ADO POUR UN OUI OU UN NON SAVENT QUE CE MONSIEUR EST DECEDE DONC ILS METTENT TOUT SUR LUI ET LE JOUR VOUS IVOIRIENS ,SAURIEZ ,ALORS ILS VOUS DIRONT QUE LE COUPABLE EST DECEDE ET C'EST CE QUE MES AMIS ET MOI VOUS DISIONS DEPUIS 2011 DE CETTE MORT D'ADO ICI EN FRANCE. MAIS QUE LA FRANCE VOUS CACHE.

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Juillet 2020 - 20:07 La Turquie a-t-elle colonisé la Libye?

Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2371 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3090 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2048 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 44050 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3426 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5603 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires