Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

Burkina Faso: ce que l’on sait du rôle de Diendéré dans l’assassinat de Sankara

Déjà inculpé pour son pustch manqué contre le régime de transition, le général Diendéré est désormais poursuivi par la justice militaire dans le dossier de la mort de Sankara. Quel rôle a-t-il joué dans cette affaire d’État ? Éléments de réponses.


Burkina Faso: ce que l’on sait du rôle de Diendéré dans l’assassinat de Sankara
Son nom était régulièrement cité lorsqu’on évoquait l’assassinat de Thomas Sankara. Mais, du haut de son statut de bras droit de Blaise Compaoré et de général tout-puissant de l’ancien régime, Gilbert Diendéré n’avait jamais été directement inquiété dans cette affaire. Sa tentative de putsch contre le régime de transition a changé la donne. Placé en détention provisoire à la Maison d’arrêt et de correction des armées (Maca), à Ouagadougou, « Gilbert » est aujourd’hui visé par onze chefs d’inculpations – dont celui de « crime contre l’humanité » – dans le cadre de l’enquête sur sa tentative de coup d’État, mi-septembre.

Il est aussi, depuis le 12 novembre, poursuivi par la justice militaire pour « attentat, assassinat, et recel de cadavres » dans l’affaire Thomas Sankara. Pour le général Diendéré, c’est un nouveau coup dur. Pour ses adversaires et la famille de Sankara, cette inculpation est au contraire synonyme de faisceau de vérité, 28 ans après la disparition de l’ancien président révolutionnaire, dans des circonstances toujours non-élucidées.

Diendéré ne s’est confié qu’une fois sur cette affaire

Le 15 octobre 1987, alors qu’il est en réunion avec ses proches au Conseil de l’entente, siège du Conseil national de la révolution (CNR) et épicentre du pouvoir sankariste à Ouagadougou, Thomas Sankara est criblé de balles par un commando d’hommes armés. Son cadavre présumé et ceux de ses douze compagnons abattus à ses côtés auraient ensuite été enterrés à la va-vite dans le cimetière de Dagnoën, dans l’est de la capitale. Les six assaillants – Nabié N’Soni, Arzoma Otis Ouédraogo, Nacolma Wanpasba, Ouédraogo Nabonsmendé, Tondé Kabré Moumouni, et Hyacinthe Kafando – sont tous des commandos formés au Centre national d’entrainement commando (CNEC) de Pô. Ils sont alors sous les ordres de Blaise Compaoré et de son fidèle adjoint : Gilbert Diendéré.
Lire la suite
Mardi 22 Décembre 2015
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 810 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 01/08/2018 | 5711 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Facebook

Partager ce site