Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Brève histoire du mouvement Rastafari

Quelles sont les véritables origines du mouvement RASTAFARI ? Quelques éléments de réponses à travers cet article.


Brève histoire du mouvement Rastafari
Le mouvement rastafari est un mouvement qui a pris ses racines dans les mouvements de résistance des africains déportés d’Afrique de l’Ouest dans les caraïbes et surtout en Jamaïque.

Ce mouvement est né sur des bases spirituelles africaines, notamment celles de la tradition spirituelle des esprits Obeah dont une des importantes figures était la célèbre résistante Nanny.

Dans la tradition spirituelle Obeah, il s’agissait de conserver les connaissances, la spiritualité, les rites, les coutumes et traditions héritées des ancêtres les utiliser comme moyen de lutte, de rébellion, de résistance et de libération face aux oppressions esclavagistes de toutes sortes.

Il s’agissait ensuite d’accomplir un retour vers l’Afrique.

Comment devait se faire ce retour en Afrique en situation d’esclavage ?

Comme nous le savons tous, dans la spiritualité africaine, la vie après la mort (c’est-à-dire la résurrection) existe. La mort est tout simplement le passage de ce monde physique au monde ou se trouve le créateur. En situation d’esclavage (donc de privation de liberté) les adeptes de l’Obeah souhaitaient donc à défaut de pouvoir faire un retour physique en Afrique, accomplir un retour spirituel vers la terre des ancêtres (l’Afrique). Ce retour spirituel consistait à rester fidèles aux ancêtres et à la spiritualité ancestrale afin qu’après la mort (passage dans l’autre monde) l’esprit de l’adepte de l’Obeah puisse retourner en Afrique et rejoindre les esprits de ses ancêtres africains sur la terre d’Afrique.

Les adeptes d’Obeah portaient déjà les coiffures d’origine africaine qu’on voit sur les fresques pharaoniques qui sont connues aujourd’hui sous le nom de dreadlocks.

Marcus Garvey
Marcus Garvey
Les grands initiés maîtres spirituels Obeah utilisaient dans les rites Obeah, des plantes qu’ils fumaient dans des moments de danses rituelles ou de transes, accompagnée de la musique sacrée d’Obeah, qui préfigurait les rythmes qui vont donner plus tard le Reggae etc..

Toutes ces idées d’Obeah (luttes contre l’oppression, libération, retour vers l’Afrique, etc..), dont Marcus Garvey fut un excellent promoteur, ont transité dans ce qui est devenu le mouvement rastafari. C’est pourquoi le mouvement rasta prend Garvey pour un personnage important, un prophète. Certains pensent aujourd’hui même que Marcus Garvey lui-même est un descendant d’adeptes d’Obeah ou qu’il à été initié lui-même dans les rituels de cette tradition spirituelle d’origine africaine ( ce qui est tout à fait possible) , c’est pourquoi il prônait tant le retour vers l’Afrique et qu’il a même dit, dans son ouvrage Philosophy and Opinions concernant la spiritualité : « Laissons le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob exister pour la race qui croit au Dieu d’Isaac et de Jacob. Nous, les Noirs, croyons au Dieu d’Éthiopie, le Dieu éternel, Dieu le Fils, Dieu la Mère, le Dieu de tous les âges.
C’est le Dieu auquel nous croyons, et nous l’adorerons à travers les lunettes de l’Éthiopie. »

La triade ou « trinité » dont parle Garvey, celle de nos ancêtres depuis les bords du Nil
La triade ou « trinité » dont parle Garvey, celle de nos ancêtres depuis les bords du Nil
Lorsque Garvey parle ici de laisser le Dieu d’Isaac et de Jacob, il parle ici du Dieu dont parlent les religions révélées (Judaïsme, Christianisme, et Islam), et tout le monde l’a compris. De quel Dieu parle-t-il lorsqu’il parle du Dieu d’Ethiopie ?

Eh bien il faut savoir que le terme Éthiopie n’a à l’origine rien à avoir avec l’Éthiopie actuelle. Le terme Éthiopie est à l’ origine un terme dérivant du grec et signifie étymologiquement visage brulé (donc visage noir). Donc l’Éthiopie à l’origine c’est la terre des visages brulés, la terre des visages noirs, la terre de tous ceux qui sont des noirs, la terre d’Afrique. À l’époque de Marcus Garvey, les termes Éthiopie ou Éthiopiens étaient souvent utilisés dans les traductions bibliques pour désigner l’Afrique et les Africains.

Donc lorsque Garvey parle ici d’Éthiopie il parle de l’Afrique. Lorsque Garvey parle ici du Dieu d’Ethiopie, il parle de Dieu tel qu’il était connu et vénéré dans la tradition spirituelle ancestrale de l’Afrique depuis des millénaires.

Rappelons que pour nos ancêtres le créateur est un être caché, invisible. C’est pourquoi nos ancêtres de la vallée du Nil l’appellent Amon (Nom qui signifie : celui qui est caché, invisible, insaisissable, etc.…ou le caché).Mais ce créateur caché se manifeste sous plusieurs facettes à la création. Ce sont ces multiples formes et facettes du créateur unique qu’on appelle (Osiris, Isis, Thot, Ra, etc..). donc les Osiris, Isis, Thot, Anubis, etc.. ne sont pas divers dieux (polythéisme), mais forment l’ensemble des facettes du créateur unique (Amon). Donc pour nos ancêtres le créateur est comme un diamant. C’est à dire que tout en étant un (comme le diamant), il a de multiples facettes (comme le diamant). Et ces multiple facettes n’enlèvent rien au fait qu’il est l’unique (Monothéisme).

Si Garvey parle ici donc de la spiritualité ancestrale africaine, ça signifie que lorsqu’il parle du Dieu éternel il parle ici d’Osiris, lorsqu’il parle de Dieu le Fils il fait Référence à Horus, et lorsqu’il parle de Dieu la mère il parle d’Isis. Voilà les principes profonds défendus par le mouvement rasta authentique et par Garvey dans son mouvement religieux d’Église Éthiopienne appelé encore Éthiopianisme.

Image reproduisant les véritables symboles rastafari avec les couleurs  sacrées dans nos traditions ancestrales, la croix Ankh  avec le lion d’Afrique ( animal ayant servi pour le sphinx) , ainsi que le symbole hiéroglyphique des  deux pyramides inversées (l’une a l’endroit, l’autre a l’envers) formant ainsi l’étoile qui sera plagiée plus tard par les autres et qui deviendra la soit disant « étoile de David ».
Image reproduisant les véritables symboles rastafari avec les couleurs sacrées dans nos traditions ancestrales, la croix Ankh avec le lion d’Afrique ( animal ayant servi pour le sphinx) , ainsi que le symbole hiéroglyphique des deux pyramides inversées (l’une a l’endroit, l’autre a l’envers) formant ainsi l’étoile qui sera plagiée plus tard par les autres et qui deviendra la soit disant « étoile de David ».
Le mouvement rasta authentique est un mouvement dont la pensée s’enracine dans la tradition obeah (tradition africaine) et qui n’a rien à avoir d’aucune façon avec que ce soit avec les religions révélées (judaïsme ou christianisme) comme cela est devenu le cas aujourd’hui dans les mouvements rasta actuels.

Hailé Selassié en tenue de guerrier, dans une de ses initiations royales
Hailé Selassié en tenue de guerrier, dans une de ses initiations royales
La liaison entre le mouvement Rastafari et le Christianisme s’est faite à travers la personne d’Hailé Sélassié.

D’après la version officielle la plus répandue, Hailé Sélassié (désigné à l’époque par l’éthiopianisme de Garvey comme un leader providentiel à suivre pour la libération du monde noir) serait le descendant d’une union ou d’une relation amoureuse entre le Roi Salomon et de la Reine de Saba, ce qui ferait d’Hailé Sélassié la « réincarnation du Christ » en ce sens que comme le Christ, Hailé Sélassié serait :

-Descendant du roi David puisque descendant de Salomon (Fils de David d’après la Bible)

-Sa venue confirmerait les prophéties bibliques annonçant le retour du Christ sur terre

Mais des problèmes concernant ce lien entre le mouvement Rastafari et le Christianisme subsistent car :

-En ce qui concerne Hailé Sélassié et le mouvement rastafari, la Bible même ne fait pas état d’une relation ou d’une aventure à caractère amoureuse entre le prétendu Roi Salomon et la Reine de Saba.

Si ces données ne sont pas bibliques et ne viennent pas de la tradition des religions révélées, d’où viennent-elles alors ?

Ces données sur Hailé Sélassié concernant Salomon et la Reine de Saba furent répandues par un livre dénommé le Kebra Nagast mais ces données du Kebra Nagast ne sont pas confirmées par l’archéologie et les recherches.

-C’est-à-dire que les recherches n’ont jamais permis de prouver qu’il a eu une quelconque relation amoureuse entre Salomon et la Reine de Saba ou qu’ils ont eu un enfant ensemble. Les recherches n’ont aussi jamais permis de prouver que Hailé Sélassié soit le descendant d’une union entre Salomon et la Reine de Saba, dont les rastas seraient les descendants.

Il n’y a donc aucun lien d’aucune façon entre le mouvement rasta et le christianisme ou le judaïsme.

Les données du Kebra Nagast concernant Hailé Sélassié comme descendant de Salomon et de la reine de Saba n’étant confirmés par aucune recherche archéologique ni aucune donnée historique sérieuse et authentique, cette tradition du Kebra Nagast n’est pas recevable.


Bob Marley
Bob Marley
Si le mouvement rastafari a été lié au christianisme, cela ne résulte que d’une tentative de brouiller les pistes et de détruire le message originel ancestral africain venant tout droit de la tradition Obeah, véritable ancêtre historique du mouvement Rastafari.

Une deuxième tentative de destruction de ce mouvement a été tentée dans la mesure où les gens on tenté de décrire le mouvement rasta comme un mouvement folklorique uniquement fait de chanteurs de reggae, de drogués et de fumeurs, et c’est cette idée que beaucoup de gens croient lorsqu’il voient des rastas.

Par : African History- Histoire Africaine
Vendredi 30 Août 2013
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez


1.Posté par MARCUS le 15/09/2015 15:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c est n importe quoi !!!! et tu te crois intelligent après avoir écris ça ?? sur le plan historique il y a un peu de vrai mais sur le plan spirituel tu ne sais pas de quoi tu parle.

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Septembre 2021 - 14:55 En hommage à Amobe Mevegue, mort ce 8 septembre 2021

Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 10/09/2021 | 1444 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 08/09/2021 | 593 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/05/2021 | 766 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/05/2021 | 722 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/02/2020 | 1886 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/04/2019 | 3517 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 3035 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/11/2015 | 4009 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 2643 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 2268 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 4228 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire