Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Bouaké : dans les toilettes de la cour familiale - Une nouvelle mariée surprise en pleins ébats sexuels avec son ex-petit ami


Une affaire rocambolesque a récemment secoué la ville de Bouaké. C’est celle d’une jeune dame nouvellement mariée, qui a été surprise en pleins ébats sexuels avec son ex-amant. De quoi s’agit-il ?
Selon nos sources, la période de jeûne étant le plus souvent difficile pour les célibataires, nombre de musulmans ne veulent donc pas se retrouver dans cette situation.

Parmi eux, Y.S, jeune homme de 30 ans et tôlier de son état. Après seulement un mois de concubinage avec sa dulcinée, il décide d’officialiser leur relation. Le jeudi 5 juillet 2012 donc, les parents des fiancés, les amis et connaissances se retrouvent dans une mosquée où le mariage est scellé dans la ferveur.

Le dimanche 8 juillet 2012, c’est à un déjeuner que les nouveaux mariés convient leurs connaissances au domicile familial du tôlier. C’est encore la ferveur totale. Aux alentours de 17h, la nouvelle mariée dont l’identité ne nous est pas dévoilée s’excuse auprès de tous. Puis elle se rend dans les toilettes pour, dit-elle, se soulager d’un besoin naturel pressant. Mais une vingtaine de minutes après, la mariée n’est toujours pas de retour.

Inquiète, la mère du tôlier va s'enquerir des nouvelles de sa belle-fille. Elle plaque alors son oreille contre la porte des toilettes. Et ce qu’elle entend est ahurissant. Des gémissements de plaisir charnel. Ne pouvant se retenir, elle pousse la porte qui, seulement retenue par un vieux clou, s’ouvre. La scène qui se présente sous ses yeux est encore plus terrible. La mariée, en pleins ébats sexuels avec un jeune homme qui n’est autre que son ex-petit ami. La mère du tôlier hurle de toutes ses forces. Du monde accourt et l’amant force le passage et décampe.

Tous les convives sont outrés par ce dérapage moral. Le même-jour, la nouvelle mariée indigne est purement et simplement répudiée par son époux. La honte est à son comble dans les deux familles. Et cette affaire constituait récemment le plat de résistance de toutes les conversations au quartier « Cafop » à Bouaké.



Ladji Abou SANOGO in Soir info

(Correspondant régional)
Mardi 24 Juillet 2012
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société