Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Bouaké: Des prostituées tranchent le sexe d'un client


Bouaké: Des prostituées tranchent le sexe d'un client
T.D.H, bouvier de son état, est aujourd'hui orphelin de ses attributs sexuels. Des prostituées les lui ont tranchés. Les faits tragiques se sont produits le dimanche 22 avril 2012, non loin d'un hôtel de renommée au quartier « Commerce », à Bouaké.
Selon nos sources, c'est aux alentours de 23h que le bouvier se rend en ces lieux où les catins vendent leurs charmes. Bien entendu, il est là pour étancher sa soif sexuelle. Son choix se porte sur une fille de joie de petite corpulence. Contrairement aux filles plantureuses, il est convaincu que cette prostituée de petite taille et de petite forme peut se laisser aller à toutes les postures.

Ainsi, le plaisir serait-il garanti pour lui. Le client et la belle de nuit se mettent d'accord sur la somme de 1 000 F Cfa pour la passe. Peu après, les amants d'un soir disparaissent derrière un bosquet, non loin de là. A l'abri des regards, ils s'adonnent à une partie de plaisir qu'on imagine intense. Mais voilà que les choses se gâtent. C'est que la prostituée exige cette fois de son client qu'il lui paye le double de la somme arrêtée. Comme argument, elle avance que le préservatif a pété sous les violents coups de hanche du bouvier. Et de plus, ce dernier s'est montré incapable de se retirer à ce moment-là. Ce qui l'expose donc elle à d'éventuelles maladies. De gros risques en somme qu'elle a pris, rien que pour lui faire plaisir. Alors, un autre billet de 1 000 F Cfa ne serait pas de trop. T.D n'entend pas les choses de cette oreille. La fille de joie au départ ne lui ayant pas parlé de prime de risques à payer. Mais alors qu'il n'est pas encore rhabillé et qu'il s'y attend le moins, la catin se jette subitement sur ses attributs sexuels qu'elle empoigne fermement. Puis, elle se met à appeler à l'aide. Ses cris sont perçus par ses collègues qui volent alors à grand nombre à son secours. Sous l'effet de l'alcool et de la drogue, elles usent d'une lame-rasoir et tranchent le pénis et les testicules du bouvier.

Après quoi, abandonnant le pauvre en sang et en pleurs, elles prennent la fuite. Le malheureux se traîne comme il peut et sort de derrière le bosquet. Découvert en piteux état par des passants, il est conduit dans une clinique proche où il reçoit des soins. Puis, plus tard, il est transféré à Abidjan, dans un centre hospitalier à même de traiter au mieux son cas. Il nous revient toujours de nos sources que si le bouvier est à présent hors de danger, par contre, il devra désormais faire sans son sexe.

Ladji Abou SANOGO in Soir info

(Correspondant régional)
Samedi 19 Mai 2012
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société