Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Bénin : Cotonou renoue avec le calme après les violences

Après deux jours de violences post-électorales, le calme est revenu au à Cotonou, plus précisément dans le quartier de Cadjéhoun où se situe la résidence de l'ancien président Boni Yayi. Mais militaires et policiers sont toujours déployés aux carrefours stratégiques. Il n'y a pour le moment pas de bilan officiel suite à ces incidents mais l'opposition, elle, dénombre sept morts. Les appels au calme et au dialogue se multiplient.


Le carrefour Bon-Pasteur et la mosquée de Cadjéhoun sont bloqués par des véhicules militaires. Il s’agit de l’avenue perpendiculaire à la résidence de Boni Yayi, totalement déserte. Seuls les riverains peuvent passer, à pied uniquement. Le calme est impressionnnant, a constaté RFI.

Des traces de pneus brûlés, des débris de vitrine traînent encore sur la chaussée. Il y a une petite barrière en bois à l’entrée de la rue qui mène chez l’ancien président. Quelques jeunes sont là et interdisent les photos. Boni Yayi est chez lui, et ne serait pas sorti depuis mercredi.

Rares sont les magasins et les bureaux qui ont été ouverts ce vendredi. On a vu une dame faire demi-tour avec son ordonnance. Elle a trouvé les portes de la pharmacie closes. Les gens sont très réservés quand il s’agit de témoigner.

► Lire aussi : Le Bénin secoué par des violences post-électorales

Quant au bilan, il n’y a pas encore de chiffre officiel. Mais l'opposition estime qu'il s'élève à 7 morts. Ce vendredi, la justice a placé une trentaine de présumés meneurs en détention provisoire. Ils seront jugés le 28 mai, pour attroupement non armé.

Dans ce contexte, les appels au calme se multiplient, à commencer par celui de l'Eglise catholique. La conférence des évêques du Bénin condamne les violences, déplore les victimes et propose sa médiation. Les diplomaties française et européenne invitent les acteurs politiques béninois à la retenue et leur demande la mise en œuvre d’un dialogue apaisée.

Classe politique divisée

L’ancien Premier ministre béninois Lionel Zinsou a écrit pour sa part « notre pays peut et doit retrouver son génie de paix et du droit ». L'opposition, elle aussi, s'est exprimée et dénonce un durcissement du pouvoir. Le député sortant de l'opposition Nouréni Atchadé, porte-parole des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), le parti de Thomas Boni Yayiappelle le président Talon à ouvrir le dialogue avec l'ensemble de la classe politique.

« Nous sommes en train de quitter la démocratie et nous sommes entrés de plain-pied dans un État de dictature, estime-t-il.Le pouvoir a tiré à balles réelles. Nous demandons que la lumière soit faite sur ces assassinats. Le président Patrice Talon, au lieu de faire la fuite en avant, devrait comprendre et saisir le message populaire, faire annuler le scrutin et discuter avec la classe politique pour trouver les voies et les moyens de sortir de cette crise qui n’honore pas notre pays. »
Lire la suite
Samedi 4 Mai 2019
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 07/09/2019 | 1176 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2019 | 1851 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/06/2019 | 1657 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 2834 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/03/2019 | 1818 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire