Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Au Gabon, Ali Bongo s’impose sans convaincre

Alors que la Cour constitutionnelle a reconnu l’élection du président sortant, des arrestations ont eu lieu dans les rangs de l’opposition. Le camp de Jean Ping espère une intervention de la Communauté internationale.


Au Gabon, Ali Bongo s’impose sans convaincre
« Libreville est très calme, à ma grande surprise », constatait le 25 septembre un expatrié français vivant dans la capitale gabonaise. « Nous nous attendions à des réactions plus vives dans la rue, comme il y a trois semaines. Mais cette fois, le régime a déployé un impressionnant dispositif sécuritaire. La ville est quadrillée par les forces de l’ordre : même dans les ruelles, il y a des militaires », assurait-il.
Deux jours après la confirmation par la Cour constitutionnelle de la réélection d’Ali Bongo à la présidence de la République, le Gabon vit sous la surveillance étroite de son armée, de sa police et de sa redoutable Garde républicaine.

Peur des représailles

Devant la maison de l’opposant Jean Ping, deux camions de la gendarmerie étaient encore stationnés, le 25 septembre. Sur les grands axes de la capitale gabonaise, des check-points étaient dressés pour contrôler les véhicules : « Les forces de l’ordre sont courtoises, comme pour se faire pardonner auprès de la population d’être ainsi utilisées », note Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, responsable de la communication de Jean Ping. Pour autant, la peur des représailles est sensible dans les rangs de l’opposition.

« Il y a beaucoup de rumeurs inquiétantes qui circulent sur notre sort : la future arrestation de Jean Ping, le prochain assassinat d’untel. Et avec tous ces policiers et ces militaires dans la rue, nous ne nous sentons pas à l’abri d’un dérapage », confie John Nambo, un proche de Jean Ping. « Dans ces conditions, j’évite de sortir de chez moi, je prends des précautions au cas où… ».

Depuis le 23 septembre, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi n’habite plus à son domicile : « Avec ma famille, nous nous sommes réfugiés dans une autre maison. Je ne suis pas serein, le climat est bien plus hostile et malsain que lors de l’élection présidentielle de 2009 », dit-il.

Des personnalités arrêtées

Selon des proches d’Ali Bongo, trois personnalités de l’opposition ont été arrêtées par les forces de l’ordre.
Lire la suite
Lundi 26 Septembre 2016
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 1767 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/03/2019 | 1231 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 955 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire