Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Après la Côte-d’Ivoire, Sarkozy déstabilise la Libye

La guerre libyenne de Sarkozy a été menée exclusivement au nom des intérêts occidentaux pour tuer les velléités d’émancipation de l’Afrique.

Kadhafi pas encore vaincu, le petit soldat de la Cia, en quête de gloire pour la présidentielle, n’a pourtant pas eu le triomphe modeste en paradant tel un César de pacotille, dans les rues de Benghazi.


Après la Côte-d’Ivoire, Sarkozy déstabilise la Libye
Naguère, lorsqu’existait le bloc soviétique, les communistes avaient coutume, usant d’une terminologie « idéologique » bien rodée, de dénoncer l’impérialisme américain. A la faveur de la révolution islamique iranienne, conduite par l’ayatollah Khomeiny, au début des années 1980, les USA sont devenus le « Grand Satan ».

L’hégémonisme anglo-saxon se manifeste aujourd’hui par la prédominance de l’anglais sur tous les continents. Cette invasion de la langue de Shakespeare, outre qu’elle tue à petits feux une quantité d’idiomes locaux, ciments d’ethnies et témoins de la richesse culturelle des peuples, traduit l’obsession des Etats-Unis et de ses vassaux occidentaux, à contre courant de l’évolution humaine, de maintenir un style de vie outrancier.

Un modèle reposant sur la consommation sans limite, grâce à l’exploitation des richesses des autres pays de la planète, en particulier ceux d’Afrique, priés militairement de se tenir à carreau. Tel est le sort subi par la Côte-d’Ivoire et à présent la Libye de Kadhafi.

Les USA et ses vassaux le dos au mur

Prétendu pays le plus riche du monde, les USA ne sont en réalité qu’une démocratie en trompe-l’œil entrée décadence, un géant économique aux pieds d’argile, où 70% de la richesse est détenue par de 5% de la population, alors que 50 millions d’Américains vivent en dessous du seuil de pauvreté, et n’avaient pas accès aux soins avant Obama.

L’économie, vacillante depuis quelques décennies, se trouve désormais sous la menace de 14000 dollars d’endettement. Première puissance militaire de la planète, principal bâilleur de fonds de l’ONU dont le siège est sur son sol, elle y conserve une influence prépondérante, les USA donnent encore l’illusion de pouvoir continuer à régenter le monde grâce à l’OTAN.

Cette coalition d’Etats occidentaux, chargée de la défense contre l’agresseur potentiel qu’était l’ex-URSS, a vu ses objectifs premiers dévoyés, pour devenir le bras armé du Nouvel Ordre Mondial, système machiavélique de domination des peuples, voulu par les républicains extrémistes dont Bush, Cheney et Rumsfeld ont été des artisans et serviteurs zélés, pour maintenir le niveau de vie d’une poignée de profiteurs.

Sarkozy le petit soldat de la CIA

Au centre de cette organisation, à la fois cerveau et acteur de la mise en œuvre de cette domination mondiale, destinée à préserver le sacro-saint modèle américain, se trouve la CIA, avec ses codes et ses agents, très actifs à l’extérieur du pays.

L’agence, à l’origine de nombreux coups d’Etats (Chili, Congo, Côte-d’Ivoire…), dispose en France, en la personne de Sarkozy l’hystérique, d’un exécutant de choix, acquis aux thèses fascisantes des tenants du Nouvel Ordre Mondial, pour effectuer les menées guerrières sanglantes contre les peuples récalcitrants.

Du pain béni pour les Américains que ce président français aux ordres qui fait tout ce que la cause « néocons » lui commande !

Parvenue à le hisser à présidence de la République à coup de magouilles et désinformation avant 2007, il est à présent à pied d’œuvre au plus haut niveau de l’Etat français, détenant quasiment tous les pouvoirs... de nuisance. Un coup de maître pour la CIA !

Avec Sarkozy, les USA détiennent la crème des agents, identifié pour ce qu’il est, un être hargneux, vindicatif, intellectuellement médiocre, imbus de lui. Il court sans cesse après la gloire et la reconnaissance qui sont ses plus puissants ressorts.

Ses chefs américains n’ont plus à se mouiller dans les affaires sales. Le boulot est systématiquement confié à l’exécuteur français des bases œuvres de la « communauté internationale », le fou de l’Elysée, qui en 5 ans de mandat a démoli sans vergogne les structures économiques et sociales de son pays.
Mensonges « goebbelsiens »

Après l’attaque meurtrière contre la Côte-d’Ivoire, Sarkozy qui se prend pour le maître du monde, une mégalomanie égotique dont savent très bien jouer ses patrons américains pour l’envoyer sur tous les fronts nauséabonds, a attaqué son ex-ami Kadhafi, sous couvert d’offrir la démocratie au peuple libyen.

Baliverne, bien entendu ! Foutaise néanmoins entretenue à longueur d’onde et de réseaux satellites par les propagandistes des chaînes de télé aux ordres, pour ainsi dire la totalité des chaines françaises, chargées d’accréditer les exploits du sauveur de l’humanité, des finances et de l’économie mondiale à en croire les reportages diffusés en boucle par les télés gouvernementales de France-Télévision !

La réalité de la situation libyenne apparaît bien évidemment totalement différente de cet enfumage grossier, aux antipodes de ce déferlement de mensonges « goebbelsiens », comme ce fut le cas pour la Côte-d’Ivoire.

Kadhafi et la Libye : un autre regard

Dès sa prise de pouvoir en 1969, les colons ont tenté d’éliminer Kadhafi pour avoir osé nationaliser le pétrole. Crime impardonnable à leurs yeux, qui empoisonnera durablement les relations avec l’Occident. Les maîtres du monde ne supporteront jamais son Panafricanisme militant.

Le personnage fantasque a souvent exaspéré, irrité les occidentaux par ses attitudes provocantes, son financement des réseaux terroristes. Ses actions terroristes, en particulier l’attentat contre le Boeing 747 de la PAN AM, à Lockerbie, en Ecosse le 21 décembre 1998 et ses 270 victimes, ont noirci, à juste titre, la réputation du colonel libyen.

Il n’est cependant pas perçu de l’autre côté de la Méditerranée comme l'horrible dictateur sanguinaire que les médias décrivent à l’envi comme tel.

Kadhafi, l’Africain qui a permis de laver l’humiliation de l’apartheid

« Kadhafi est dans le cœur de presque tous les Africains comme un homme très généreux et humaniste pour son soutien désintéressé a la bataille contre le régime raciste d’Afrique du Sud. Si Kadhafi avait été un homme égoïste, rien ne l’obligeait à attirer sur lui les foudres des occidentaux pour soutenir financièrement et militairement l’ANC dans sa bataille contre l’apartheid. C’est pour cela que à peine libéré de ses 27 ans de prisons, Mandela décide d’aller rompre l’embargo des Nations Unis contre la Libye le 23 Octobre 1997. » Jean-Paul Pougala

Les vraies raisons de la guerre civile en Libye En Libye, soins de santé et éducation sont gratuits

Il faut rappeler que la Libye est d’abord un immense désert peuplé de tribus bédouines autonomes. La structure étatique telle que nous la connaissons n’a pas d’équivalent en Libye, qui ne compte que 7 millions d’habitants.

« Ce pays était entrain de réussir, avec la Jamarhiya, un système de démocratie directe organisée en comités populaires, un modèle politique et économique original, avec 0% de taux de chômage à comparer aux taux de 9.9% de l’Union Européenne et de 8.8% des USA. C’est un pays où les soins de santé et l’éducation sont gratuits, à comparer aux Etats Unis où plus de 40 millions de personnes n’ont aucune couverture maladie ; un pays où tout adulte est propriétaire de sa maison et de sa voiture. »

« En Libye, 7.5% de la population vit en dessous de la ligne de pauvreté contre 14,3 % aux USA et… 48% au Cameroun. Ces chiffres confirment que les causes de la ‘’ rébellion’’ ne sont pas endogènes, mais d’essence extérieure. » Célestin Bedzigui.
Kadhafi à l’origine du premier satellite africain

Pour la France, sous-fifre des Etats-Unis, l’objectif est ni plus ni moins que la recolonisation de l’Afrique du Nord et Subsaharienne, pour contrecarrer « l’invasion » chinoise. Pour éviter également qu’une Fédération d’Etas Africains forte ne devienne une réalité.

Or, c’est précisément à cause de cette perspective que, et Gbagbo, le président légitime de Côte-d’Ivoire, destitué par les armes françaises le 11 avril 2011, et surtout Kadhafi, deux chefs d’Etats désireux d’affranchir les Africains de toutes les tutelles et autres soumissions, sont devenus encombrants.
Les mensonges de la guerre de l’Occident contre la Libye

Pourquoi ? Parce que joignant les actes à la parole, Kadhafi a engagé massivement des fonds libyens pour créer les structures nécessaires à l’émergence d’une Afrique réellement indépendante, en effectuant des investissements conséquents dans 25 pays, dont 22 en Afrique subsaharienne !

En 2007, il a financé à hauteur de 70%, soit 300 000 millions de dollars, le lancement du premier satellite de communication africain, Rascom1, privant du même coup les occidentaux de 500 millions de redevance annuelle pour l’utilisation d’Intelsat. Ce qui ne fut pas du goût de Sarkozy, lequel dû subir un second affront, l’année suivante, après avoir reçu son très cher et grand ami bédouin en grande pompe le 11 décembre 2007 (photo).

Kadhafi, en renard du désert, flairant le piège, refusa, en 2008, d’entrer dans la future Union de la Méditerrannée, destinée, de fait, dans l’esprit de son concepteur raciste, à isoler l’Afrique noire de l’Afrique blanche, supérieure, du Maghreb, pour régner sur l’Afrique subsaharienne sans partage et la recoloniser tout en la privant d’apports financiers stratégiquement importants, tels que ceux injectés par Kadhafi.
Kadhafi acteur de l’indépendance financière de l’Afrique

Plus perturbants encore étaient, et sont, bien qu’en suspens du fait du gel des avoirs libyens, dans le cadre de la future fédération africaine, la création, en décembre 2010, à Yaounde, de trois structures financières majeures :

- Le Fond Monétaire Africain, à Yaoundé (Cameroun), avec un capital de 42 milliards de dollars,

- La Banque Africaine d’Investissement à Syrte en Libye,

- La création à Abuja au Nigeria, de la Banque Centrale Africaine, dont la première émission de la monnaie africaine sonnera la fin, tant attendue, de la mainmise française depuis 50 ans, avec l’émission du franc cfa, sur la monnaie de 14 pays africains.

Il est clair que les velléités africaines d’une réelle et totale indépendance, grâce à Kadhafi, ont enragé l’agité de l’Elysée. Le Fond Monétaire Africain, au sein duquel ne siègeront que des Africains, se substituera totalement au FMI. De quoi rendre fous les occidentaux et leurs financiers…

Là encore, Kadhafi, de même que l’Algérie avec 16 milliards, est en pointe avec un apport de 10 milliards de dollars, dans les 42 milliards de capital du FMA. Intolérable pour les intérêts occidentaux !
La victoire de l’eau : autre crime de Kadhafi

« Le second ‘’crime’’ imputé à Kadhafi est qu’il est en passe de gagner la guerre de l’Eau et de se présenter comme un réel challenger du Grand Capital. La Libye et l’Egypte se partagent un véritable océan souterrain d’eau douce, le ‘’Nubian Sandstone Aquifer’’ dont les réserves s’élèvent à 200 années de débit du Nil en haute saison. Depuis plus de 25 ans, Kadhafi a lancé le ‘’ GMMRP- Great Man-Made River Project’’, qui est un réseau de 4000 km de pipeline qui procure de l’eau à toutes les villes côtières libyennes, de Tripoli a Benghazi en passant par Syrte. »

« Dans une deuxième phase, il est prévu que le GMMRP alimente un système d’irrigation en direction du Sud qui rendra vert le désert du Sahara et le Sahel, ouvrant ainsi des possibilités insoupçonnées de production agricole dans ces immenses régions qui pourraient devenir le grenier du monde au 22eme siècle, arrachant à l’Occident sa place de premier producteur de céréales et de produits alimentaires du monde. Kadhafi a engagé 85 milliards de dollars dans cette entreprise pharaonique sans en solliciter un seul de la Banque Mondiale- quel mauvais exemple !!!- et en défiant les ‘’trois sœurs’’ - Veolia (autrefois Vivendi), Suez Ondeo (autrefois Générale des Eaux) and Saur – les compagnies françaises qui contrôlent 40% de la production mondiale de l’eau. »

« Ce n’est pas seulement Kadhafi que les ‘’Blancs’’ veulent tuer, c’est le symbole qu’il représente. C’est le rêve d’émancipation réelle de nos peuples qui est entrain d’être assassiné. C’est l’Afrique dont les richesses ont toujours nourri les convoitises de l’Occident. C’est ce Baobab qu’on abat, pour voir nos enfants hériter de pays qui ne seraient souverains que de nom. C’est la réécriture à l’envers de l’Histoire des 100 dernières années, où se retrouvent à la manœuvre deux des maitres colons d’hier, la France et l’Angleterre. Triste perspective qui constitue pour le peuple africain un nouveau défi, ou à nouveau un défi, si on croyait l’avoir relevé. »

Célestin Bedzigui

Hypocrisie : Kadhafi, la ‘’Communauté internationale’’ et nous

Ce qui ne devait être qu’une Blitzkrieg dans le désert, dure depuis plus de 6 mois et aura de lourdes conséquences géopolitiques. Les « rebelles » armés par les occidentaux n’ont manifestement pas les mêmes motivations que leurs soutiens.

Quant à Sarkozy, cette coûteuse victoire à la Pyrrhus ne dupera personne d’autre que lui-même. Il ne sera jamais qu’un pantin articulé par les Américains. Tout sauf un président de la France.

Verdi

in agoravox.fr
Mardi 20 Septembre 2011
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 3016 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3589 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3992 vues
44444  (2 votes) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3224 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6485 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5275 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/04/2015 | 3770 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire