Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Amadou Soumahoro: Un démenti sans conviction


Amadou Soumahoro: Un démenti sans conviction
Après l’attaque du siège du Front Populaire Ivoirien, il y a quelques jours, comme il est de coutume, le parti républicain d’Alassane Dramane Ouattara s’est cru obligé de démentir, les accusations des responsables du FPI. Ce faisant, le sieur Amadou Soumahoro, secrétaire général intérimaire du parti républicain, sur la radio mondiale et ce malgré lui, a fait un aveu de taille et nous a encore servi un gros mensonge comme son mentor en a l’habitude.
D’une part, il a reconnu que les partisans du RDR ne sont pas marqués (au front) de leur appartenance à ce parti. D’autre part, il a eu le courage de dire que les militants de son parti ont la violence en horreur, car ils connaissent la valeur de la paix.

A- Le désaveu de la position du RDR dans le procès du charnier de Yopougon

Un proverbe ivoirien dit que le mensonge voyage en avion mais la vérité qui est à pied finit toujours par le rattraper. C’est ainsi qu’à la suite des événements de l’an 2000, un charnier a été découvert à Yopougon. Les républicains avaient adopté une ligne d’attaque du pouvoir d’antan en disant que les macchabées découverts étaient des partisans du RDR. Cette affaire avait fait grand bruit au point que la défense a fait judicieusement remarquer que les républicains étaient les seuls au monde à reconnaître la confession et l’appartenance politique des cadavres sans signes ostentatoires apportant la preuve de cette appartenance. Douze ans plus tard, voici que le secrétaire général intérimaire de ce parti, vient contredire cette affirmation diffusée ourbi et orbi. La justice décriée à cette époque avait donc raison de dire que sans pièce d’identité, ni carte de parti, on ne peut connaître l’appartenance politique d’un macchabée. Il arrivait souvent que malgré tous les aveux, et parfois les preuves, le premier responsable du parti républicain, niait la paternité des récurrentes tentatives de déstabilisation des régimes politiques ivoiriens. Dans cette veine, le tout premier coup d’État réussi en Côte d’Ivoire, portait la signature d’Alassane Dramane Ouattara. Il ne s’est pas gêné de dire qu’il n’avait rien à voir dans cette sinistre affaire, qui heureusement n’a pas fait d’effusion de sang. ADO était le seul à avoir et les moyens militaires et les moyens financiers pour faire un coup d’État, d’autant plus que lui-même disait depuis son exil, qu’il rentrerait avant la fin de l’année. Ironiquement, Laurent Gbagbo parlait du dos du nageur qui plongé dans l’eau croit qu’on ne voit pas son dos à travers l’onde. A la manière de Soumahoro, tous ces démentis finiront un jour par être contredits.

B- Connaissance de la paix par les militants du RDR

Un adage dit qu’il n’y a jamais deux sans trois. Nous avons vu récemment dans ce pays, les militants du FPI se faire massacrer à Yopougon lors de la toute première mobilisation. Une seconde fois au quartier Koumassi puis à Port-Bouët. Malgré les démentis farfelus du RDR, tous les vestiges de ces attaques portaient la signature de ce parti. Une fois de plus et une fois de trop, suite aux accusations des hommes politiques du RDR qui fustigent le FPI, objectivement, on ne voit pas qui peut agir de la sorte en Côte d’Ivoire mis à part les partisans « rattrapés ». Ces agissements vus par « Amadou Cimetière », militent fortement en faveur de la paix.
En reculant dans le temps pour examiner le comportement légendaire du RDR, on se rend compte que finalement, le parti républicain rime avec la violence et par conséquent, ses militants ne peuvent pas être taxés de gens pacifiques. Quand on sait que Guillaume Soro, chef rebelle a une carte de membre du RDR, comment peut-on dire que les militants de ce parti-là connaissent la valeur de la paix si ce n’est pas par dérision qu’on peut tenir un tel discours ? On serait dans un conte pour enfants que le nez d’Amadou Soumahoro virerait au rouge à chaque mensonge, à tel enseigne qu’il traînerait une tomate rouge au front à la place de son nez. Vu sous cet angle, le visage du mentor deviendrait tout simplement vermeil, parce que lui ne peut ouvrir sa bouche sans mentir. Ne disait-il pas déjà au monde entier que le niveau de sécurité en Côte d’Ivoire était devenu correct ces temps-ci ! Les attaques tous azimuts de ces deux dernières semaines apportent le démenti le plus cinglant, mais aussi la preuve que ce pouvoir ment autant que ses titulaires respirent. N’est pas pour cette raison qu’Amadou Soumahoro a fait un démenti sans conviction ?

Louis Freddy Aguisso
Lundi 20 Août 2012
La Dépêche d'Abidjan



Contributions
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite