Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Abobo-cocoteraie : La prière du Tarawi s’achève dans le sang


Photo : DR
Photo : DR
Coups de poing en pleine prière dans une mosquée. Cette scène quasi inédite qui s’est soldée par trois blessés légers parmi les protagonistes est survenue dans la nuit du dimanche 15 au lundi 16 août 2010 à Abobo-Cocoteraie. Non loin de l’entreprise Coco Service. Cette rixe bien curieuse qui s’est achevée dans le sang, a perturbé la longue prière du soir dans ce lieu de culte logé dans un immeuble dudit quartier. Les fidèles qui suivaient la prière hors de la mosquée ont dû quitter les nattes pour échapper aux projectiles et coups de poing des protagonistes. Tandis que ceux à l’intérieur ont perdu leur sérénité et leur concentration dans cette ambiance de sauve-qui-peut. Selon des témoins, le bilan de cette bagarre qui a pris l’allure d’un règlement de comptes entre des clans de jeunes du quartier aurait été bien dramatique sans l’intervention prompte des éléments du 14ème arrondissement de police d’Abobo interpellés par des riverains. Si l’on s’en tient aux témoignages recueillis, tout serait parti « d’une certaine déconcentration » du jeune fidèle bagarreur qui n’avait manifestement pas le cœur vers le Seigneur. « Il était sur la natte de prière et son adversaire qui passait lui a dit de suivre la prière au lieu de regarder les passants. Ces propos l’ont courroucé et il a répliqué. A la suite des injures qu’ils se sont lancés, ils sont passés aux mains. Et les proches des protagonistes sont sortis et chacun s’est trouvé un adversaire. Ils ont fait voler sur nos têtes des pierres si bien que nous avons été obligés de nous réfugier dans l’immeuble qui abrite la mosquée. Cette bagarre pour moi est le résultat d’un règlement de comptes entre des jeunes qui sont à couteaux tirés depuis bien longtemps. Mais notre jeune frère (le jeune musulman) aurait pu éviter une publicité aussi dépréciative à sa communauté et à sa mosquée s’il était véritablement concentré et avait le cœur à la prière », a déploré un fidèle. Somme toute meurtri par ce spectacle inédit.
Mardi 17 Août 2010
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société