Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

ALAIN DOGOU À LA CEI BAKAYOKO, CE QUE J'EN PENSE


ALAIN DOGOU À LA CEI BAKAYOKO, CE QUE J'EN PENSE
Je pense qu'envoyer puis maintenir Alain Dogou à la Commission Electorale Indépendante ( CEI, est une décision politique maladroite( le mot n'est pas fort ), parce qu'elle apparaît comme un acte anti-démocratique et un acte de défiance à l'autorité d'un organe supérieur, le comité central qui a décidé du retrait du FPI de cette commission. Mais elle apparaît surtout comme un pied-de-nez à toutes les victimes de guerre provoquée par la forfaiture d'un homme, Youssouf Bakayoko à qui on essaie, à travers cette collaboration, de donner une virginité.

Pourquoi Pascal Affi Nguessan a-t-il décidé de maintenir Alain Dogou à la CEI ? Car c'est lui qui l'a maintenu à la CEI, et l'échange de courrier entre les deux hommes, que se sont empressés de porter à la connaissance du public ses supporters, le démontre clairement. De quoi s'agit-il ?

Le 13 septembre 2014, le comité central du FPI a décidé du retrait de ce parti de la Commission Electorale Indépendante. Et le président Affi a écrit, plutôt qu'à la CEI, à Alain Dogou pour lui " faire connaître " cette décision.

On va aller rapidement à l'essentiel. On va donc prendre ce qui nous intéresse dans l'échange entre le président Pascal Affi Nguessan et Alain Dogou.

D'abord, la lettre du président Pascal Affi Nguessan à Alain Dogou:

" J'ai l'honneur de vous faire connaître que le comité central du Front Populaire Ivoirien, parti membre de l'ALLIANCE, a décidé lors de son comité central du 13 septembre 2014, du retrait du parti de la Commission Electorale Indépendante ( CEI )
En conséquence, je vous saurais gré des dispositions que voudriez prendre, de concert avec la conférence des présidents de l'ALLIANCE, relativement à l'exécution de cette décision "

Il a donc simplement " fait connaître " cette décision à Alain Dogou , et envoyé une ampliation à l'AFD, mais pas au comité de contrôle si on se réfère à ce qui est marqué sur le courrier.

Ensuite la réponse d'Alain Dogou au président du FPI :

« Vous m'informez de la décision du Comité Central du Front Popualire Ivoirien de retirer le parti de la Commission Electorale Ivoirienne (CEI ).

" Je voudrais indiquer que je suis , au regard du décret n°2014-463 du 08 août 2014 portant désignation des membres de la CEI, le représentant de l'AFD et du FPI ( Vous aurez noté l'ordre dans lequel il indique ses mandants). Je prends acte du retrait de l'un de mes mandants de la CEI.

Je vais me rapprocher de mon second mandant, relativement à la conduite à tenir, puis aviser "

Alain Dogou a envoyé une amplitation de son courrier à l'AFD et au comité de contrôle du FPI.

Dans son courrier, il donne le ton puisqu'il parle du retrait du parti de la CEI et non de son retrait à lui. Normal puisqu'à aucun moment, le président Affi ne lui demande se retirer de la CEI, mais l'invite plutôt à venir voir, en concertation avec l'AFD, quelle attitude adopter par rapport à cette décision du parti .

« Vous m'informez de la décision du Comité Central du FPI de retirer le parti de la CEI », écrit-il donc, et Alain Dogou dit à Pascal Affi Nguessan qu'il prend acte de cette décision avant d'ajouter qu'il va se rapprocher de son second mandant ( comme cela lui a été suggéré) pour voir avec lui quelle doit être la conduite à tenir, puis aviser( prendre sa décision).

On peut penser que puisqu'il est resté à la CEI, le deuxième mandant, l'AFD que préside Pascal Affi Nguessan lui a demandé de continuer, alors qu'il s'agissait pour le président du FPI de demander à un membre de son parti de se retirer de la CEI, le parti ayant décidé de quitter cette structure. Il devait purement et simplement retirer Alain Dogou de la CEI car celui-ci est soumis aux statuts de son parti et donc astreint à la discipline. Le président du FPI devait donc informer Alain Dogou de cette décision et lui demander de se retirer, après l'avoir aussi porté cette information à la connaissance de son destinataire principal, c'est-à-dire à la CEI. Y a-t-il un courrier envoyé à la CEI en plus de ce courrier interne, entre des personnes d'un même parti ?

Pourtant, après le comité central, le président Affi avait produit un communiqué pour dire qu'il allait informer cette institution de la décision de retrait du FPI. Cela a-t-il été fait ? Nous pensons que si cela avait été fait, cette lettre aurait été publiée par ceux qui, on ne sait trop comment, se sont subitement retrouvés en possession du contenu d'un échange épistolaire entre deux personnes. Peut-être qu'une publication interviendra, mais en attendant, on peut dire que la CEI n'a pas été informée de ce retrait, n'ayant jamais reçu de courier à ce propos. La décision du FPI n'a donc pas été transmise à son principal destinataire. Pourquoi ?

Nous pensons que c'est parce que Pascal Affi N'Guessan voulait absolument garder Alain Dogou dans la CEI Bakayoko, et c'est pourquoi il n'a pas informé cet organe et a demandé à ce dernier de se tourner vers l'AFD : " En consequence, je vous saurais gré des dispositions que voudriez prendre, de concert avec la conférence des présidents de l'ALLIANCE, relativement à l'exécution de cette décision " lui a -t-il écrit. Ce qui veut dire que lui le président du FPI a donné sa caution à Dogou puisque la décision de maintenir Alain Dogou à la CEI a été prise " de concert avec la conférence des présidents de l'ALLIANCE" qu'il préside.

Y a-t-il une autre explication possible ? Si oui, on aimerait la connaître. Pourquoi donc vouloir faire croire que Dogou agit sans l'aval du président du FPI et de l'AFD ? Serait-il devenu un électron libre ?

Alors qu'un des supporters inconditionnels de Pascal Affi Nguessan essayait de faire croire, en pensant sans doute aux ampliations mentionnées dans la lettre d'Alain Dogou, que le comité de contrôle du FPI a été informé de cette situation et que, s'il n'a rien dit, il faut y voir la preuve qu'il couvre le président du parti, voici ce que je lui ai répondu :

" Si le comité de contrôle a couvert quelque chose, on le saura. Mais je ne vois pas ce qu'il aurait pu couvrir puisqu'il n'y a pas de fait. Le comité de contrôle peut-il interpeller un militant sur son intention ? il me semble que son rôle n'est pas de contrôler les intentions, mais les faits. Et ici le fait est que Dogou a siégé effectivement, donc le comité de contrôle va pouvoir se prononcer."

Nous attendons donc que le comité de contrôle se prononce puisque le retour d'Alain Dogou à la CEI Bakayoko est effectif, pour que nous sachions si le FPI a décidé de fermer les yeux sur quelque chose qui est loin, très loin d'être conforme à la volonté de ses militants exprimé au cours d'un vote démocratique.

Alexis Gnagno
Dimanche 30 Novembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3283 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5365 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51021 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3533 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5747 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires