Connectez-vous S'inscrire

À propos de réseaux sociaux : « Nous devons nous donner les moyens de notre indépendance »


À propos de réseaux sociaux : « Nous devons nous donner les moyens de notre indépendance »
J'ai été exclu de Facebook sans autre forme de procès, sans égard pour les graves conséquences que cette décision dépourvue de bon sens peut avoir sur mes activités. Une note de l’entreprise mentionne que le réseau n'a pas d'explication à me donner.

En effet, je suis le seul administrateur de la page de La Dépêche d'Abidjan à laquelle je n'ai plus accès depuis cette résolution inique et injustifiée. Idem pour les groupes et les pages que j'anime sur cette plate-forme.
De fait, ce n'est pas la première fois que Facebook me sanctionne pour des publications jugées contraires à son règlement. Mais cette fois-ci, le réseau n’y est pas allé de main morte en m’excluant définitivement. Pour le bonheur de mes détracteurs dont les agissements ont conduit à cette idiotie.
Pourtant, Facebook devrait être un espace de libre expression qui permet à chacun d’émettre ses idées et de les défendre.
Ceux qui me suivent peuvent en témoigner. Je ne suis jamais descendu dans la poubelle sur ce réseau.
Ma radiation trouve donc sa cause dans mes publications qui sont dérangeantes pour certains.
À plusieurs reprises, des personnes m'ont ouvertement demandé de renoncer à mes convictions. Quid donc de la liberté d'expression qui demeure un droit fondamental de l'Homme ?
Mon compte n'a cessé d'être signalé parce que je dénonce vigoureusement l’imposture des religions faussement dites révélées. Car en réalité, Dieu n’a jamais parlé aux Hommes. S’il devait le faire, il s'adresserait forcément aux Africains qui sont ses premières créatures. Et pour cause ! L’Afrique est le berceau de l’humanité. 

Je suis issu d'un peuple qui a connu l'esclavage et la colonisation. Je suis issu d'un peuple à qui on a savamment inculqué la peur et le complexe de l'homme blanc. Je suis issu d'un peuple à qui on a fait croire que le bon Dieu est blanc ou arabe. Je suis issu d'un peuple qui a été longtemps floué.
Concernant l’histoire de l'humanité, telle que racontée par les tenants de l’idéologie occidentale dominante, le savant Cheikh Anta Diop révèle : « Il y a eu des falsificateurs de l'histoire. Ils ont commis, ce que j'appelle - et je pèse mes mots - un véritable crime contre l'humanité. Parce que c'est dégradant pour quelqu'un qui est chargé de propager le savoir de transmettre sciemment des contre-vérités. Il y a des générations entières de spécialistes occidentaux qui ont été coupables de ce crime à l'égard de l'humanité. Ils le savent ... ils le savent. Et après, c'est sur la base de ces faits falsifiés que l'on a formé des générations qui continuent à perpétuer, quelque fois avec bonne foi et, qu'une fois formés ainsi, quand on leur démontre la vérité, même au tableau, par éducation, ils ne peuvent plus y adhérer. C'est comme si vous versiez de l'eau sur de l'huile, en quelque sorte, ça ne prend plus. »

Pendant plus de 2000 ans, on nous a bassinés les oreilles avec une VÉRITÉ qui est pourtant fausse de nos jours, au regard des différentes  recherches et  découvertes. Malgré cela, on veut nous maintenir dans la dictature de la pensée unique.
Après tous ces siècles de duperie, n'est-il pas légitime de remettre en cause tous ces bobards que nous ont fait gober les bourreaux de notre peuple ?
Dès lors, doit-on rester les bras croisés et s’éterniser à subir les autres ? Doit-on continuer de vivre selon le paradigme que nous ont imposé ceux qui nous ont soumis par le fouet et le canon ?
Je ne suis pas né esclave. J'ai donc la latitude de dire Non, là où mes ancêtres n'ont pas eu le choix.
À ce propos, Frantz Fanon disait : « Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. » Dans la même veine, Laurent Gbagbo écrit dans son livre "RÉFLEXIONS SUR LA CONFÉRENCE DE BRAZZAVILLE" : « Pour que la décolonisation soit effective, il faut qu’elle soit le fait de ceux qui souffrent de la colonisation, et il faut qu’elle s’attaque radicalement à tous les aspects de la colonisation et du colonialisme : aspects idéologique, politique, économique et culturel. »


À propos de réseaux sociaux : « Nous devons nous donner les moyens de notre indépendance »
L’Islam et le Christianisme, ces deux religions esclavagistes constituent « LE MAL SPIRITUEL DE L’AFRIQUE. »
Ces religions étrangères, qui se  sont inspirées de la spiritualité africaine, ont pour but de maintenir l’homme noir sous la domination des Arabes et des Occidentaux, deux peuples qui ont mis les Africains en esclavage.
En effet, celui qu'on nomme Jésus-Christ, et pour lequel certains Africains sont capables du pire, n'a jamais existé. Toutes les recherches sérieuses sur la question de son historicité confirment notre assertion. Jésus-Christ est le symbole de la suprématie blanche.
Le dire, ce n'est nullement  blasphémer, mais révéler un mensonge qui dure depuis deux millénaires.

Démontrer que le judaïsme, le christianisme et l'islam, les trois religions faussement dites révélées, ont leurs racines dans la spiritualité africaine qu'elles diabolisent, mérite t-il cette levée de boucliers contre ma personne ?
Au lieu de chercher à me bâillonnner, pourquoi mes détracteurs n’apportent-ils pas la contradiction à mes publications comme cela est de règle en démocratie ?


À propos de réseaux sociaux : « Nous devons nous donner les moyens de notre indépendance »
En clair, cette attitude qui est révélatrice d’une fuite en avant, prouve  bien que nous sommes dans la vérité que certains refusent d'admettre. En somme, on m'en veut  parce que je refuse d'être un esclave en 2019.
Je pars de Facebook sans regret, avec un immense soulagement, car je réalise que mon combat est en train de payer. Aujourd'hui, beaucoup d’Africains sont sensibilisés à la question du vol de leur héritage culturel par les falsificateurs de l'histoire.
Le mouvement Kamite est lancé. Il s'implante, et personne ne peut l'arrêter. Parce que ses animateurs ont un argument de poids. Ils mènent le combat pour le rétablissement de la vérité afin que  l'homme noir retrouve sa dignité bafouée par les agresseurs.
De ce fait, les réseaux sociaux sont un canal efficace pour dévoiler "LE MENSONGE UNIVERSEL". C’est pourquoi, pour mener à bien notre mission, nous devons nous donner les moyens de notre indépendance.
« Tuez Sankara et des millions de Sankara naîtront. »

À bientôt.

Axel Illary


Vendredi 6 Décembre 2019
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 6 Janvier 2020 - 23:40 Tout passe

Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 2553 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire