Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

l’AUTRE ANGLE - Que le Fpi reste le Fpi de Gbagbo


Dame D. est sympathisante du Fpi. Mais elle préfère plutôt qu’on dise «sympathisante du parti de Gbagbo». Hier, en fin de matinée, elle nous a joint pour nous faire part de sa déception
de voir «le parti sur lequel elle compte pour libérer la Côte d’Ivoire» se déchirer. Et nous a laissé un message pour Affi et ses camarades : «On est en train de reprendre espoir. On est prêt pour
les mots d’ordre. S’ils ne peuvent pas s’entendre pour défendre Gbagbo qui ne mérite pas d’être là où il est parce qu’il se bat pour la vérité, qu’ils nous le disent pour qu’on les quitte. Maintenant même, ce sont les ministres qui se battent. Quelle honte ! Dites leur clairement ce que je vous ai dit. Dites ça à Affi, Lida et au ministre N’Dori».
Depuis près de deux mois, les dirigeants du Fpi s’affrontent autour du Fpi, le parti de Laurent Gbagbo qu’il a laissé en héritage.
Jusque-là, les observateurs pensaient que ce n’était qu’une bataille de stratégie pour la conquête de la tête du parti de Laurent Gbagbo.
Ce d’autant qu’un congrès ordinaire est programmé pour la fin de l’année. La coutume étant qu’avant un congrès (qu’il soit syndical, sportif ou politique), les équipes des candidats font du bruit pour se faire entendre. Une manière bien communicationnelle de faire passer
ses idées pour espérer remporter le match. Mais, depuis quelque temps, l’on a vite compris qu’il s’agit ni plus ni moins d’un combat de personnes entre camarades de parti. Le nom de Gbagbo étant la courte échelle avec laquelle on peut aisément monter sur le toit, il est utilisé à tort et à travers par des femmes et des hommes qui, plutôt que de chercher à mettre en place une stratégie communicationnelle, diplomatique et politique pour obtenir sa libération, se crêpent le chignon comme de bonnes femmes. Envoyant ainsi un message brouillé à travers le monde
sur leur incapacité à régler leurs contradictions ou à les surmonter pour parler d’une même voix : la voix du Fpi de Gbagbo que dame D. souhaite vivement voir refaire surface.
C’est que, du temps où Laurent Gbagbo présidait le Fpi, au cours des réunions du Comité central, il n’était pas rare d’entendre de la bouche d’un militant, «camarade président ou camarade Laurent Gbagbo, tu as tort de dire ceci ou cela ou même je propose que le camarade Laurent Gbagbo soit sanctionné pour n’avoir pas appliqué ce que le comité central a décidé». a une de ces réunions qui a eu lieu au lendemain de son passage à une émission télé, un secrétaire national a même dit avoir compté le nombre de fois que Laurent Gbagbo a utilisé le pronom personnel «Je». pour l’intervenant, c’était la preuve manifeste que Gbagbo avait dévié, avait trahi la lutte. Car, expliquera-t-il, il ne parle pas en son nom, mais au nom de l’ensemble des militants, donc du Fpi. Pour avoir trahi, selon lui, Gbagbo méritait une sanction. À l’époque, il avait été applaudi pour le travail de fourmi qu’il a fait et pour son courage, mais ses camarades ne l’ont pas suivi jusqu’à la sanction. C’est de ce Fpi-là que rêve dame D. Un parti responsable, ouvert au débat d’idées pour affronter courageusement toutes les difficultés
du moment et anticiper celles à venir. Mais aussi un parti qui a horreur des dogmes sclérosants. À notre avis, le problème des clans qui s’affrontent est à ce niveau de responsabilité. Faut-il s’asseoir sur des principes établis et des enseignements édictés du temps du patriarche Mathusala pour espérer faire avancer le Fpi et obtenir ne serait-ce qu’une liberté provisoire de Laurent Gbagbo ?
Peut-on faire entendre la voix du Fpi sans mettre sur pied un programme de négociations serrées avec Abidjan et la communauté internationale ? A-t-on des chances d’arriver à ses fins si l’on ne fait pas des concessions à l’autre qui est en face ?
Une chose est sûre. De la même façon qu’on ne peut se dire militant du Fpi, Gbagboïste invétéré et proclamer la destruction d’une création de Gbagbo, de même on ne peut se dire attaché à la formule «Asseyons-nous et discutons» et refuser de faire des concessions.
Dans sa quintessence, cette formule proclame le donnant-donnant, base de toutes discussions.
Nous en sommes sûr, le jour où les responsables du Fpi qui proposent actuellement un spectacle diabolique à l’humanité vont comprendre et saisir le fond de la jolie pensée de leur leader charismatique, ils auront résolu 90% de la crise. Et l’on ne verra plus les clans non moins diaboliques qui s’invectivent à longueur de journée comme des enfants nés dans la rue. s’ils sont des Gbagboïstes comme ils se plaisent à le raconter à qui veut distraire de son temps pour les écouter, qu’ils méditent sa pensée ci-avant annoncée et, naturellement, celle de dame D.

Par Abdoulaye Villard Sanogo

Mardi 2 Septembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Full le 03/09/2014 03:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
《Qu 'on appelle simpatisantante du parti de Gbagbo》; entre les deux clans qui s'affrontent , lequel refuse de prononcer le nom de Gbagbo laurent ; autrement dit , des deux il y a un qui veut tourner à tout prix la page Gbagbo . Je veux en fait dire à cette dame D , d'avoir le courage de dire le nom de Affi N'guessan qui est devenu le véritable problème du Fpi ?!! Simplement parce qu'il se comporte comme un monarque ; il a même reconnu son erreur , je crois?? En 2002 lors de la crise , j'ai fait parti de ceux qui ont détesté Lida Kouassi ; mais aujourd'hui , il est de ceux qui ont mis en première ligne la libération de Gbagbo laurent ou rien . Alors dame D , de grâce ne confond pas le nom de Lida Kouassi à celui de Affi N'guessan le traître...merci.

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2129 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1921 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 882 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


OUATTARA ET WADE, DEUX PRÉSIDENTS ATYPIQUES: Alassane Ouattara et Abdoulaye Wade (photo) sont deux chefs d’État aty… https://t.co/TvSUQ5jASe

Facebook

Partager ce site