Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Visite officielle de François Hollande en Côte d’Ivoire : HUMAN RIGHTS WATCH interpelle le Président français sur la justice ivoirienne (lettre ouverte)


M. François Hollande
Président de la République
Palais de l’Élysée
55 rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris France
Paris, 7 juillet 2014

Objet : Visite officielle en Côte d’Ivoire / Préoccupations concernant la justice à sens unique et le manque de soutien à la Cellule Spéciale d’Enquête

Monsieur le Président,

La visite officielle que vous allez effectuer en Côte d’Ivoire les 16 et 17 juillet 2014 devrait être l’occasion pour vous d’aborder la question préoccupante de la justice à sens unique et l’impunité dont bénéficient des personnes qui soutenaient le président Ouattara durant la crise post-électorale de 2010-2011.
Ce régime d’impunité menace la durabilité du redressement du pays en transmettant un message selon lequel la violence politique est tolérée. Cela compromet la réconciliation dans le pays et perpétue l’héritage des clivages politiques et ethniques. Instaurer une justice impartiale est crucial pour faire progresser l’Etat de droit et la confiance en les institutions étatiques extrêmement faibles en Côte d’Ivoire.
Si Human Rights Watch accueille avec satisfaction les promesses du président Alassane Ouattara pour garantir une justice impartiale pour les crimes commis durant la crise postélectorale de 2010-2011, il convient de rappeler la nécessité de transformer rapidement ces promesses en actes.
Il est vrai que le président ivoirien a donné un signe positif pour la justice en renouvelant et en renforçant très récemment le mandat de la Cellule spéciale d’enquête, créée en juin 2011 et chargée de traiter les crimes commis durant la crise postélectorale. Human Rights Watch salue également la ratification de Statut de Rome régissant la Cour pénale internationale et le rejet d’une amnistie générale pour les crimes de la période postélectorale.
Cependant, les progrès en termes de lutte contre l’impunité dans le camp des partisans du président Ouattara sont très limités.
En effet, depuis la fin de la crise, plus de 150 dirigeants civils et militaires pro-Gbagbo ont été inculpés et neuf membres des forces armées de Gbagbo ont été condamnés devant un tribunal militaire pour crimes de sang. Les autorités ivoiriennes ont coopéré avec la CPI pour assurer le transfèrement à La Haye de l’ancien président Gbagbo et de Charles Blé Goudé. Malheureusement, les crimes commis par les forces pro-Ouattara n’ont pas reçu la même attention : aucun membre des Forces républicaines n’a été inculpé pour des exactions commises durant la même période.
Pourtant, tant les forces pro-Gbagbo que les forces pro-Ouattara ont commis des crimes durant cette crise postélectorale qui a fait au moins trois mille victimes. Un certain nombre de personnes mises en détention ont été cependant remises en liberté provisoire, suscitant l’inquiétude de l’Expert indépendant des Nations Unies sur la Côte d’Ivoire, selon lequel de telles remises en liberté ne devraient pas équivaloir à une amnistie de facto. Human Rights Watch a rassemblé les informations à sa disposition dans un rapport publié fin 2011 et intitulé « Ils les ont tués comme si de rien n’était : le besoin de justice pour les crimes post-électoraux en Côte d’Ivoire ».
Ces exactions, qui ont été aussi examinées par la commission nationale d’enquête ivoirienne, doivent faire l’objet de poursuites et de sanctions. Les partisans de l’actuel président responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité doivent être poursuivis. Les militaires soupçonnés de tels abus devraient également être suspendus de leurs fonctions en attendant que la justice se prononce.
Cette justice à sens unique est d’autant plus préoccupante qu’elle se dissimule derrière des déclarations de bonnes intentions et des institutions qui ne remplissent pas la mission pour laquelle on les a créées, à savoir rendre la justice de manière impartiale.
C’est le cas de la Cellule spéciale d’enquête, dont la création a suscité un vif espoir pour les victimes de la crise et pour la communauté internationale, mais qui souffre d’un manque de soutien de la part des autorités gouvernementales et qui a été confrontée à d’autres blocages qui limitent son important travail. Par exemple, les allégations de crimes de guerre ou des crimes contre l’Humanité sont des cas sensibles qui laissent souvent les témoins, les juges et les procureurs vulnérables face aux menaces et intimidations. Pourtant, il n’existe toujours pas en Côte d’Ivoire de système efficace de protection pour ces témoins ou pour le personnel de justice, ce qui rend d’autant plus difficile pour la Cellule de remplir avec succès les missions qui lui sont assignées.
Lors de votre visite officielle en Côte d’Ivoire, nous vous encourageons à exprimer clairement les préoccupations de la France et à appeler instamment les autorités ivoiriennes à :
• Mettre fin à la justice à sens unique et garantir de manière équitable et sérieuse l’ouverture d’enquêtes à l’encontre des anciens chefs de guerre des Forces Républicaines de Ouattara
• Renforcer la Cellule spéciale d’enquête
• Assurer une protection effective des témoins et du personnel de justice impliqués dans des cas sensibles
• Prendre des mesures efficaces contre la torture et les mauvais traitements
• Fournir réparation aux victimes de la crise postélectorale de 2010-2011.
Nous espérons que nos recommandations seront prises en considération.
Nous nous tenons à votre disposition pour évoquer cette situation de manière plus détaillée.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération.

HUMAN RIGHTS WATCH
Jean-Marie Fardeau
Directeur France

Copie :
M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et européennes
Mme Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée de la Coopération et de la Francophonie
Mme Hélène Le Gal, conseillère Afrique, Présidence de la République
M. Thomas Melonio, conseiller technique Afrique, Présidence de la République

Mercredi 16 Juillet 2014
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2145 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1929 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 892 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Pourquoi les Africains fuient-ils l’Afrique ?: Les récentes images publiées par la chaine de télévision américaine… https://t.co/5N2uAZ2m8b

Facebook

Partager ce site