Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Venance Konan, Directeur général du quotidien Fraternité Matin : « Le vrai tribaliste, c’est toi, Honorat. Tu vis d’aumônes en attendant qu’on te nomme ministre. Bonne chance mon ami »

Approché pour réagir dans la foulée de la parution de l’interview de son prédécesseur à la tête de Fraternité Matin, Venance Konan n’avait pas souhaité parler dans le feu de l’action et alimenter la tension. Près de deux semaines après Honorat de Yedagne, et une semaine après le ‘‘non’’ du président du CNP, l’écrivain et super Ebony, qui avait été passé au scanner et au scalpel par l’ex-président de l’Unjci, fait usage de son droit de réponse à l’IA, suite à cette retentissante interview qui fait vraiment le buzz sur les réseaux sociaux, et qui est même déjà considérée ‎par certains comme l’interview de l’année.


Venance Konan, Directeur général du quotidien Fraternité Matin : « Le vrai tribaliste, c’est toi, Honorat. Tu vis d’aumônes en attendant qu’on te nomme ministre. Bonne chance mon ami »
Mon très cher ami Honorat De Yédagne a accordé une intéressante interview à notre confrère l’Intelligent d’Abidjan le mardi 29 octobre dernier, dans laquelle il m’a consacré de longs passages. Il a donné ses appréciations sur certaines de mes positions, sur notre collaboration à l’époque où il dirigeait Fraternité Matin, et sur le travail que je fournis en ce moment en tant que directeur général du même journal. Tout cela est de son droit. Qu’il me permette donc à mon tour de dire ce que je sais de lui et que je donne mes appréciations sur lui et son travail.
àet moi, nous nous connaissons depuis l’université. Il était en faculté de sciences économiques et moi en droit. Puis, après nos études, nous avons commencé à travailler ensemble au début du journal Ivoir’Soir, en 1987. Il y a encore de nombreux témoins de cette époque qui sont toujours vivants et présents dans le pays, pour confirmer ou infirmer ce que je vais dire. Durant la période Ivoir’Soir, Honorat se caractérisait beaucoup plus par son ardeur à critiquer le travail de ses collègues, à regarder son nombril, à toujours se proclamer le meilleur, que par son ardeur au travail ou par la qualité de ses articles. Non, ce n’était certainement pas Honorat qui aurait emprunté un car pour traverser la Côte d’Ivoire afin d’aller réaliser un reportage sur les tracasseries routières, par exemple. Non. Seuls les reportages dans les salons climatisés, là où l’on portait des costumes, intéressaient mon ami. Et pour qu’il aille faire un reportage en dehors des salons climatisés, il fallait d’abord mettre à sa disposition une voiture climatisée, un chauffeur, un photographe, et beaucoup d’autres moyens. Ainsi, à force d’exiger, de se proclamer le meilleur, Honorat De Yédagne n’a pas laissé une trace remarquée dans l’histoire d’Ivoir’Soir. Je ne sais si un de ceux qui ont lu régulièrement Ivoir’Soir pourrait aujourd’hui citer un seul article d’Honorat. Il ne suffit pas de se proclamer le meilleur journaliste pour l’être effectivement. Nous, journalistes, faisons un métier avec lequel il est difficile de tricher vis-à-vis des lecteurs. Ils ont chaque jour, à leur disposition, le produit de notre travail, qu’ils savent apprécier. Et là, les lecteurs ne sont pas dupes. Ce sont eux, qui décrètent qui est bon ou mauvais journaliste.
Après Ivoir’Soir Honorat s’est retrouvé au service économique de Fraternité Matin, où il est resté égal à lui-même. Non seulement il était le meilleur journaliste, il était également le meilleur économiste de ce pays. Et la bonne planque qu’il avait trouvée pour ne pas écrire, pour ne pas montrer ce qu’il valait réellement, a été de se faire porter à la tête de l’UNJCI. Là, il pouvait pontifier, plastronner dans les salons en reprenant des phrases toutes faites, des phrases de Césaire, Zadi Zaourou, Samir Amin, Frantz Fanon, aligner des mots qui sonnent bien mais sans vraiment avoir de sens, du genre « faisons parler le génie politique qui est en nous et en chaque peuple, posons-nous la question de savoir d’où venons-nous, où allons-nous ? La réponse est en nous…Nous ne sommes pas des damnés de la terre, collectivement et individuellement nous n’existons pas sur terre par hasard. Nous ne sommes pas une fiction de l’histoire. A notre façon nous devons contribuer à réinventer cette fresque universelle que l’Occident veut écrire sans nous, en y apportant notre part de lucidité critique… » (L’Intelligent d’Abidjan du 29 octobre, page 8), se proclamer anticolonialiste, anti-français, ce qui au temps de Gbagbo était très bien vu, distribuer les bons et mauvais points, mais sans jamais se mouiller en travaillant, en montrant ce qu’il valait réellement en tant que journaliste. Beaucoup se sont laissé prendre au bagout d’Honorat. Mais celui qui dirigeait Fraternité Matin à l’époque avait compris l’escroquerie intellectuelle. Il s’apprêtait à le virer pour incompétence lorsqu’il fut nommé directeur général de l’entreprise par Laurent Gbagbo.
Devenu DG de Fraternité Matin, mon ami devint naturellement le meilleur DG de notre pays. Lorsqu’il se maria, il inonda le journal pendant plusieurs jours des photos de ce mariage du siècle. A ceux qui lui dirent qu’il en faisait trop, il répondit crânement que le meilleur DG de Côte d’Ivoire qu’il était devait avoir un mariage aussi médiatisé. Un de mes amis me dit un jour ceci : « je suis sûr que ton patron passe au moins une heure par jour devant son miroir à se dire « ah, que je suis beau ! Ah, que je suis intelligent ! Ah, que mon costume est joli ! »
Je reconnais à Honorat de m’avoir sorti du placard, pas doré, mais pas trop inconfortable non plus, dans lequel Mamadou Koulibaly, président de l’Assemblée nationale m’avait enfermé à son avènement. Honorat proclame partout qu’il est indépendant d’esprit. C’est vrai. Mais ne touchez pas à Gbagbo. Tous les journalistes qui soutiennent d’autres hommes politiques que Gbagbo sont des vendus, des haineux, des tribaliste etc. Les meilleurs journalistes de ce pays, selon Saint Honorat, ceux qui sont indépendants, intègres, de vrais combattants de la liberté, sont ceux des journaux bleus, ceux qui soutiennent Gbagbo bec et ongles.
Dans son interview, Honorat se vante de n’avoir écrit aucun éditorial pendant les cinq ans qu’il a passés à la tête de Fraternité Matin. Lorsque l’on est journaliste, que l’on dirige un journal, il n’y a aucune gloire à n’avoir pas écrit un seul papier. Mais mon ami sait bien qu’écrire un éditorial n’est pas donné au premier journaliste venu. Dans tous les grands journaux, les éditorialistes sont les meilleurs de leur profession. Et Honorat est bien placé pour savoir au fond de lui-même ce qu’il vaut comme journaliste. Il dit aussi qu’il a perdu son poste à cause de moi, de mes écrits. Il sait très bien que c’est faux. Il était le DG, le garant de la ligne éditorial du journal. Si mes écrits sortaient de la ligne éditoriale, il avait non seulement le droit, mais le devoir de les refuser. Et c’est bien ce qui s’est passé lorsque mes papiers ont commencé à déranger le pouvoir politique d’alors. Honorat acceptait mes papiers lorsqu’ils correspondaient à sa ligne. Lorsque les choses ont changé, il ne les a plus acceptés, et je ne lui ai rien reproché. Honorat doit se souvenir que je lui avais dit, lorsque nos rapports avaient commencé à se gâter, que je n’étais pas celui dont il devait se méfier, parce que moi, je ne cherchais pas à prendre sa place. Il sait qui a manigancé pour le faire tomber et le remplacer. Lorsqu’à un certain moment je me suis retrouvé en total désaccord avec la ligne éditoriale, Honorat était alors déjà parti depuis quelques semaines, j’ai présenté moi-même ma démission pour ne pas gêner celui qui était là, et pour retrouver mon indépendance.
Après Fraternité Matin, Honorat a lancé son propre journal, financé par feu Yves Lambelin, qui fut tué par les forces de Gbagbo. Je suis étonné du silence de mon ami sur cet assassinat. En fait, je ne devrais pas être étonné. Honorat sait que c’est celui qu’il appelle son frère, son ami, Gbagbo, qui a tué son bienfaiteur. Son journal s’est cassé la figure. Honorat dit dans son interview que c’est à cause de la crise post-électorale. C’est faux. Pourquoi cette crise s’en serait-elle prise à son seul journal, fait à Paris et distribué dans 11 pays ? Son journal s’est cassé la figure parce qu’il était à l’image de son promoteur, c’est-à-dire prétentieux et creux. Les lecteurs ne sont pas dupes. Ils savent faire la différence entre bon et mauvais journal.
Enfin, Honorat dit dans l’Intelligent d’Abidjan que le contentieux qu’il a personnellement avec Fraternité Matin a été « en partie vidé grâce au ministre Sy Savané, mais il reste une partie du problème qui n’a pas encore été réglée. » Cette partie, la voici. Lorsque je suis arrivé à la tête de Fraternité Matin, Honorat m’a dit que l’entreprise restait lui devoir encore environ cent millions de francs, en plus de ce qu’il avait déjà touché grâce au ministre Sy Savané. J’ai interrogé les documents, ceux qui avaient traité ce dossier, et la réponse a été que l’entreprise ne devait plus un centime à Honorat. Il a utilisé tous les moyens de pression qu’il a pu, m’a harcelé pendant des mois, pour que je lui paie cette somme. Pendant ce temps il avait saisi la justice. Celle-ci a tranché en le déboutant. L’affaire pour moi était close. Mais Honorat m’a rencontré après pour me demander de décider de ma propre autorité de lui donner cette somme, parce qu’il aurait des problèmes de survie. Je lui ai alors dit à peu près ceci : « puisque tu es plus intelligent que moi, que tu as été DG avant moi, indique-moi comment on fait pour donner plus de cent millions d’une entreprise à quelqu’un à qui cette entreprise ne doit absolument rien, tout en respectant les règles de la bonne gouvernance. » Il ne m’a pas encore expliqué comment on fait, mais continue de me harceler pour que je « lui rende justice. »
Je voudrais, pour conclure, demander à mon ami comment on fait, pour vivre de dons de ses amis, lorsque l’on est aussi pétri de qualités et de talents que lui ? Il précise qu’il vit grâce à l’aide de ses amis nordistes, avant d’ajouter « preuve que cette division entre le nord et le sud qu’on nous vend est factice, sinon fabriquée de toutes pièces pour servir des ambitions meurtrières et mortifères. » Honorat, si tu fais cette précision, que tu vis grâce à tes amis nordistes, c’est parce que dans ta tête, tu continues de distinguer les Ivoiriens entre sudistes et nordistes. Le vrai tribaliste, c’est toi, Honorat. J’aimerais vraiment savoir comment cela se fait que le meilleur journaliste, le meilleur économiste, le meilleur DG que la Côte d’Ivoire ait jamais eu, vive d’aumônes en attendant une nomination. Honorat dit qu’un poste de maire ou de député ne l’intéresse pas. Normal. Il faut être élu pour avoir un tel poste. Et ça, ce n’est pas moins difficile que d’écrire de bons articles. Honorat dit attendre « d’être à un niveau de responsabilité où l’on travaille à faire entrer ce pays dans la modernité politique. » En clair, il attend qu’on le nomme ministre. Bonne chance mon ami.

Venance Konan

Source : L'Intelligent d'Abidjan
Mercredi 13 Novembre 2013
Lu 497 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par djénin le 15/11/2013 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que je peux dire à Vénance Konan, c'est qu'il est vraiment tribaliste et il est ignoble comme journaliste. A frat-mat, ils étaient à une époque,5 journalistes tribalistes pernicieux que notre pays a connu: lui, Venance, Jean Baptiste Akrou, Kouassi Lambert ( paix à son âme) , Yao Noel et Tiburce Koffi.Le seul qui a fait sa mue, est Jean Baptiste, qui a failli se fait tué par les frci quand ils ont pris angré le jeudi 1er avril 2012. Akrou a compris que la côte d'Ivoire est le pays des bétés, des baoulés, des agnis, des sénoufos, des koyakas, des yacoubas, des guérés etc... et non pour les seuls baoulés sa tribu. J.B. était devenu le chouchou des ivoiriens à cause de son esprit patriotique, car, il plaçait la Côte d'Ivoire au centre de ses préoccupations et non celui des intérêts des seuls baoulés pour vilipander les autres ethnies. Au droit de réponse de Venance, je n'ai rien compris car il passe tout son temps à se justifier; c'est la réaction propre d'un être hypocrite, méchant, jaloux, orgueilleux et funeste. Venance sait qu'il est vomis par les ivoiriens à cause de ses écrits teintés de haine et de tribalisme féroces. Je suis heureux de constater que souvent, les intellectuels ivoiriens le démolissent par leurs réactions appropriées à ses dénégations et à ses masturbations saugrenues. Il est l'un des journalistes qui a tissé la toile de la haine au temps de Bédié, de Gbagbo, d'Alassane et qui mange dans toutes les assiettes de l' opprobre sociale. Tellement il ment, tellement il est aigri comme son frère Tiburce, ce Vénance qui pense que le baoulé est le seul et le meilleur homme qui mérite d'exister en Côte d'Ivoire. Que les vrais baoulé patriotes m'excusent pour ces . Honorat De Yédagne a piqué là où ça fait mal; C'est pourquoi, Vénance a passé tout son temps à se justifier. Mais il est tellement cynique que cela ne lui dit rien.

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1189 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1790 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1399 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site