Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan








Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Tropiques FM : la ligne éditoriale au coeur du conflit entre actionnaires


Tropiques FM : la ligne éditoriale au coeur du conflit entre actionnaires
Les rapports conflictuels qui rythment depuis août 2012 le quotidien des dirigeants, actionnaires et salariés de la radio des français d’Outre-mer Tropiques FM ont pris ces derniers jours des proportions inégalées. Claudy Siar et Patrick Lemure, associés de Tropiques FM ont entamé mercredi une grève de la faim qui « durera tant qu’une issue n’aura pas été négociée ». L’accès aux locaux leur est interdit depuis mercredi au motif, d’après la direction, que leur position d’actionnaire ne leur procure en aucun cas de droits exécutifs dans l’enceinte de la radio. Le dialogue est rompu. Pour autant les deux associés ont assuré leur volonté de mener leurs actions à terme afin de sensibiliser aux enjeux de ce conflit certes la communauté des français d’Outre-mer mais également le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.
L’arrivée de Tropiques FM sur le réseau hertzien intervient en 2007 suite à l’attribution de la fréquence 92.6 de Média Tropical qui, compte tenu entre autres de ses difficultés financières, ne s’était pas vue renouveler son autorisation d’émettre par le CSA. Claudy Siar s’entoure alors de deux associés pour lancer la radio : Patrick Lemure pour la structure technique et Stéphane Mouangué pour l’aspect financier.
Quatre ans plus tard, en 2011, Le fondateur emblématique et gérant de la radio se voit proposer un poste de Délégué interministériel pour l’égalité des chances des français d’outre-mer. Il envisage d’accepter mais doit cependant démissionner de sa fonction exécutive au sein de Tropiques FM. Dans l’optique d’en retrouver la gérance une fois ses nouveaux engagements remplis, un accord verbal est à cet effet conclu entre Claudy Siar et Stéphane Mouangué : c’est Valérie Rousseau, compagne de Stéphane Mouangué, qui en assurera l’intermittence. Seulement quand il démissionne un an plus tard et souhaite convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) pour reprendre ses fonctions à Tropiques FM, l’actionnaire majoritaire Stéphane Mouangué refuse. Et aucun acte notarié n’ayant été rédigé – bien que cet accord non écrit n’ait jusque-là pas été nié par Stéphane Mouangué – seule fait foi la parole de Claudy Siar pour démontrer l’abus de confiance dont il estime avoir été victime en 2011.

Les voies amiables épuisées

Dans ce contexte de tensions où chacun accuse son contradicteur d’intimidations, les négociations ont été vaines. Stéphane Mouangué détient la majorité des parts du capital de la Sarl Tropiques FM avec 55%, Claudy Siar est actionnaire à hauteur de 40% et Patrick Lemure 5%. Outre l’éventuelle solution de cogérance proposée par Claudy Siar et refusée par l’actionnaire majoritaire, des pourparlers ont eu lieu entre les avocats des deux parties en vue d’une éventuelle vente des parts sociales de Stéphane Mouangué. Mais la proposition est jugée absurde par Claudy Siar qui révèle : « Stéphane Mouangué nous a proposé de vendre ses parts en août 2013 pour la somme exorbitante de 5,5 millions d’euros. C’est plus que la valeur de Tropiques FM… Nous avons fait une proposition d’achat de 3 millions d’euros, et une pour la vente de nos parts pour le même montant, qu’il a rejetées. Aujourd’hui il prétend vouloir vendre ses parts pour un montant de 3,9 millions d’euros, ce qui reste encore disproportionné.» Les seuls points d’entente entre les parties adverses réside dans l’impossibilité d’une cohabitation entre les trois actionnaires et entre associés et dirigeants, et leur absence de volonté de renoncer à leurs actions respectives sans conditions avantageuses.

Argument de rentabilité

Depuis le début des hostilités en août 2012 – Claudy Siar et Patrick Lemure d'un côté, Stéphane Mouangué, Valérie Rousseau et Victoria Mouangué de l’autre – les dirigeants de Tropiques FM justifient leur position par la rentabilité de la radio qui aurait augmenté depuis la fin de la gérance de Claudy Siar. Et ce aux fins d’attester de la bonne gérance actuelle. Le dernier sondage Médiamétrie (janvier - mars 2015) fait état d’une audience cumulée (AC) stable à 2,0 % soit 197 000 auditeurs par jour, avec une part d’audience (PdA) certes en baisse à 1,5% mais toujours supérieure à celle de fin 2012 (1,1%). En 2013, la Sarl Tropiques FM enregistrait un chiffre d’affaire d’1,8 million d’euros.
Toutefois la rentabilité convoitée et défendue par les dirigeants de Tropiques FM est totalement réfutée par son fondateur, au motif de l’essence même de la radio qui se doit d’être avant tout le porte-voix et l’expression de l’identité de l’Outre-mer. D’autant que l’écart est mince entre 2011 et 2015, ce qui ne saurait justifier l'éventuel changement de politique de la radio pour moins de 0,5% de PdA. Claudy Siar insiste et revendique : « Tropiques FM doit redevenir la radio des français d’outre-mer : une radio communautaire et généraliste, avec du contenu répondant aux attentes de la communauté et reflétant son identité. Et non du superficiel et léger comme c’est actuellement le cas ».

L’image de la radio en déclin

Le climat délétère actuel qui dure depuis près de trois ans porte clairement atteinte à l’image de Tropiques FM dans le paysage audiovisuel. Le 7 mars dernier, le réseau Outremer 1ère a mis fin à son partenariat historique avec Tropiques FM qui se formalisait depuis 2007, à l’époque de RFO, par des bulletins d’informations quotidiens. La compagnie Air Caraïbes s’est également retirée, alors que les contrats publicitaires annuels avoisinaient les 50 000 € d’après Claudy Siar, auxquels s’ajoutaient environ 300 billets d’avion offerts. Malgré tout Victoria Mouangué, Assistante de Direction de Tropiques FM, soutient que « ce manque en termes de contenus et ce manque à gagner ont été compensés grâce à un recrutement et à de nouveaux partenariats conclus ». Aussi pour la première fois la radio est absente à la Foire de Paris, notamment en raison des hautes tensions actuelles et des coûts d’investissement qu’il n’a pas été souhaité d’engager, bien qu’il s’agisse de l’un des évènements les plus importants de l’année.

Autre aspect nuisant à la réputation Tropiques FM, la dégradation des conditions de travail révélée par Claudy Siar au cours d’une vidéo d’explications en septembre 2014. Il dénonce pas moins de six licenciements qu’il estime abusifs, ce que contredit l’Assistante de Direction Victoria Mouangué qui évoque de contrats à durée déterminée non renouvelés mais reconnaît que deux procédures aux Prud’hommes sont en cours. Seule certitude, la société a été condamnée en avril 2012 pour « licenciement sans cause réelle et sérieuse » à verser 16 000 € à une ancienne salariée.
Il a par ailleurs été un temps question de boycott d’artistes et de personnalités ayant soutenu et signé la pétition en ligne « Justice pour Tropiques FM ». Des accusations évidemment réfutées par la direction de la radio, en tout cas concernant les artistes plus connus, qui justifie sa playlist par les choix de son panel d’auditeurs. Déjà parmi les partenaires médias du concert d’Amiral T au Zénith de Paris en avril dernier, la radio renouvelle son soutien pour le concert de Krys à Paris, et ce malgré que les artistes guadeloupéens assument tous deux leur soutien à Claudy Siar.

Au-delà du « simple » conflit entre actionnaires pour lequel plusieurs procédures sont en cours, l’enjeu de la gérance disputée réside dans le changement ou pas de la ligne éditoriale de la radio au slogan « le son des tropiques ». Victoria Mouangué l’assure : « Le cahier des charges est respecté. Nous avons été reçus par le CSA qui n’a pas constaté de fautes dans la programmation musicale de la radio, auquel cas des mesures auraient été prises à notre encontre ». Claudy Siar fustige pour sa part l’orientation progressive qu’a pris la radio depuis son départ, contradictoire à sa raison d’être, au point qu’elle constitue « des manquements graves et avérés au cahier des charges ». D’après lui, les musiques populaires de l’Outre-mer n’y ont plus toutes leur place et seul est diffusé un type de zouk trop commercial proche de la variété.
Dans son dossier « La lutte pour l’expression et le respect des identités d’Outre-mer » remis au CSA, Claudy Siar rapporte et regrette que Tropiques FM soit devenue une radio purement musicale alors qu’elle avait été créée en tant que « radio généraliste à prédominance musicale ». Il est fait état de 10 émissions et de 5 chroniques supprimées sur les thèmes de tradition, citoyenneté, économie, actualité, ou encore divertissement. A cela s'ajoutent trois émissions dont la durée a été écourtée. Des rendez-vous qui en plus d’être les pièces maîtresses de la radio contribuaient fortement à sa popularité et sa capacité à rassembler un public intergénérationnel, multiculturel, et bon nombre d’acteurs illustrant le dynamisme des français de l’Outre-mer. « Les radios communautaires tels que Radio J, Beur FM ou encore Alpha participent à la construction et la structuration de leurs communautés respectives. Or ce n’est plus la ligne de Tropiques FM aujourd’hui » insiste Claudy Siar.

Les prochaines semaines déterminantes

Après avoir été déboutés par le Tribunal de Commerce de Nanterre de leur demande de nomination d’un médiateur, au motif de l’absence d’abus de majorité et que la santé financière de Tropiques FM ne nécessitait pas une telle mesure, l'Appel interjeté par Patrick Lemure et Claudy Siar sera examiné fin mai.
La plainte déposée en août 2014 pour abus de biens sociaux, abus de confiance, fausse gérance, co-gérance de fait, licenciements abusifs et menaces et intimidations a entraîné une enquête de la brigade financière du Parquet de Nanterre et dont les conclusions ne devraient pas être remises avant plusieurs mois.

Claudy Siar et Patrick Lemure envisagent également d’engager, sans doute en fonction de l'arrêt de la Cour d’Appel, une nouvelle procédure aux fins de faire reconnaître le défaut d’affectio societatis, caractère intentionnel indispensable aux associés d’une société. Les prochaines semaines seront donc déterminantes. Mais c’est bel et bien la position du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel qui est attendue dans les jours à venir, dont pourrait dépendre en grande partie l’issue du conflit qui oppose Claudy Siar et Patrick Lemure face à Stéphane Mouangué. Pour l'heure tous les cas de figure restent possibles. L’avenir de Tropiques FM est donc lié, pour la ligne éditoriale, à la position du CSA s’il décide d'intervenir et pour la gérance aux suites données aux procédures dès la fin du mois.

En attendant, Claudy Siar présent dans les locaux depuis mardi passe son troisième jour de grève de la faim aux portes de Tropiques FM. Il a fait savoir qu’il ne cédera pas tant que le conflit ne sera pas réglé, tandis que les dirigeants, jugeant sa réaction disproportionnée et injustifiée, souhaitent pour l'heure suivre le calendrier des procédures.



Par Jason Moreau
Carib-urbain


Ndlr : article Publié le 08-05-201
Source

Mardi 12 Mai 2015
Lu 2102 fois
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Économie | Afrique - Monde | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : J'aime une vidéo @YouTube : "Mon gbonhis de Black k en demo par djinan des yang" à l'adresse https://t.co/LB1zDoYzku.
Mercredi 16 Août - 18:10
ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020 : Bédié invité à être candidat (Déclaration): Les... https://t.co/Xek1G609Uc https://t.co/u5wTyvrdVv
Lundi 14 Août - 12:29
ladepechedabidjan : VIDEO. Burkina Faso : au moins 18 morts après l'attaque d'un restaurant à Ouagadougou https://t.co/uBE8nSkR5Y https://t.co/SOJQkL0IIk
Lundi 14 Août - 11:35
ladepechedabidjan : 'Je n'ai pas trahi Gbagbo' - Affi N'Guessan https://t.co/FRP9gsFdVa https://t.co/fTnE09Aire
Lundi 14 Août - 11:28

Facebook

Partager ce site