Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Sortie de crise en Côte d`Ivoire Choi (Onuci): « La solution militaire comporte un grand danger »

Invité de la Radio France internationale (RFI), le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, Y J Choi, s’est exprimé sur la situation politique, militaire, sociale et humanitaire dans laquelle s’est enlisé le pays plus de trois mois après le deuxième tour de l’élection présidentielle.


Photo : DR
Photo : DR
Après cent jours de crise, est-ce-que vous n’êtes pas de plus en plus inquiet?

On est préoccupé puisqu’il y a la souffrance de la population. Il y a à peu près 400 morts. Mais il y a des signes prometteurs qui annoncent qu’on voit finalement le commencement de la fin. La population est confiante dans la vérité des élections, donc la population ne soutient pas le camp du Président Gbagbo. Deuxième signe, les mesures financières commencent à faire des effets. Le camp du Président Gbagbo commence à avoir des difficultés pour payer ses fonctionnaires et même ses soldats. Aussi la décision de l’Union africaine, la semaine dernière, est une décision très importante. Elle demande directement au Président Gbagbo de changer sa position. A Abidjan aussi, la situation est très inquiétante pour le camp du Président Gbagbo. Puisque le nord est complètement sous le contrôle des forces favorables au Président Ouattara.

Vous parlez du quartier d’Abobo?

Abobo et une partie importante d’Adjamé aussi.

Vous dites que l’Union africaine a reconnu solennellement Alassane Ouattara comme le Président de la Côte d’Ivoire, c’était le jeudi dernier en effet. Mais le camp Gbagbo tient toujours l’appareil d’Etat et l’armée et ce samedi, il a lancé une offensive sur Abobo. Est-ce que ça ne prouve pas qu’il soit déterminé à tenir?

Il n’y avait pas vraiment d’offensive, c’est une propagande du camp Gbagbo. En fait, nous étions partout à Abobo avec nos patrouilles. Il n’y avait que notre hélicoptère dans l’air toute la journée. Et il y avait des petits accrochages au sud d’Abobo, à la sortie de Cocody. C’est tout; donc c’est plutôt une défensive du camp du Président Gbagbo.

Alors, il n’empêche, Y.J. Choi, il y a encore eu des morts ce samedi à Abobo. Près de 400 morts depuis cent jours, vous l’avez dit. Beaucoup disent que vos 10 000 casques bleus et l’ONUCI ne font pas assez pour protéger les populations civiles?

Il y a deux volets. Nous avons chaque fois réussi à arriver là où il y a le danger de massacre des civils, tel qu’à Abobo. Nous étions toujours, chaque nuit à Abobo pour protéger les civils. Deuxième volet, c’est que la première responsabilité incombe aux autorités ivoiriennes. Donc si le camp du Président Gbagbo échoue dans ses responsabilités, alors notre devoir est d’accumuler les évidences pour les rendre coupables.

Alors comme vous le dites, le camp Gbagbo recule dans le nord d’Abidjan, à Abobo et à Adjamé. Il recule aussi dans le grand ouest à la frontière du Liberia. Est-ce que vous pensez que le rapport de force militaire est en train de basculer en faveur des Forces nouvelles de façon provisoire ou irréversible?

C’est à voir. Mais c’est sûr que les régions frontalières entre le Liberia et la Côte d’Ivoire sont maintenant sous le contrôle des forces favorables au Président Ouattara. Avec un essai de blocage effectif des possibles mercenaires du Liberia de rentrer en Côte d’Ivoire.

Est-ce qu’il y a une contre-offensive possible encore du camp Gbagbo?

Dans cette région, je ne crois pas. Puisque quand on observe sérieusement les accrochages et les combats, il apparait que dans cette région, il y a très peu de combats sérieux.

Est-ce que le rapport de force militaire est en train de pencher d’un côté ou d’un autre? Ou pas?

C’est trop tôt pour le dire. Puisqu’on n'a pas encore vu d’accrochages d’une envergure assez importante pour répondre à cette question. Mais ce qui est important, c’est qu’on a affirmé au début que le Président Gbagbo à une large force militaire, cela s’avère ne pas tout à fait correspondre aux faits puisque la majorité des militaires ne sont pas prêts à combattre.

Vous pensez que beaucoup de militaires du camp Gbagbo ne sont pas aussi déterminés que cela?

Exact. C’est ça.

Et qu’est-ce qui vous fait penser ça?

Puisque dans nos patrouilles par exemple, malgré toutes les propagandes contre nous, au niveau des barricades faites par l’armée, la police ou la gendarmerie régulière, on peut toujours passer. Nous avons des difficultés seulement avec les forces spéciales telles que la garde républicaine, le Cecos, opération spéciale. Donc on peut compter à peu près 50.000 éléments parmi les militaires modérés et 5.000 éléments qui sont pires et les forces spéciales.

Oui mais pour l’instant, tous les partisans de Laurent Gbagbo restent fidèles à celui-ci. Il n’y a pas de défection ?

Mais si vous êtes à Abidjan, vous pouvez sentir très clairement qu’ils ont perdu beaucoup d’enthousiasme. Le moral n’est pas très haut. Regardez les activités des protagonistes du camp du Président Gbagbo, il y en a très peu. Au début, ils étaient très actifs. Mais ces jours-ci, il n’y a presque rien.

Vous parlez des militaires ou des civils?

Militaires, civils, jeunes patriotes, tout. Très peu d’activité. Aussi si vous regardez la télévision à 20 heures, ça devient beaucoup plus calme et beaucoup moins agressif.

Jeudi dernier, le camp Gbagbo a décrété l’interdiction du survol d’Abidjan par vos avions et vos hélicoptères. Vous ne respectez pas cette mesure. Et est-ce que vous ne craignez pas que le camp Gbagbo tire sur l’un de vos avions ou de vos hélicoptères ?

Nous recevons notre mandat du Conseil de sécurité, pas du camp du Président Gbagbo.

Mais vous prenez des risques, non ?

Certainement. Mais nous prenons des précautions. Nous sommes déterminés à conserver notre liberté de mouvement dans l’air. La maitrise de l’air si vous voulez.

Samedi, après son voyage à Addis-Abeba et à Abuja, Alassane Ouattara est rentré à l’hôtel du Golf à Abidjan. Est-ce qu’il est rentré par hélicoptère ou à bord d’un convoi blindé ?

Ça, c’est une question de sécurité que j’aimerais bien ne pas commenter.

Pensez-vous qu’il y ait encore une solution politique ou que nécessairement la solution sera militaire?

Je crois que la solution militaire comporte toujours un grand danger puisque ça change la dynamique. La dynamique maintenant c’est la démocratie, la légitimité, les élections. Si on opte pour une option militaire, le gagnant c’est le gagnant. Donc il ne faut pas changer la dynamique.

Source Onuci
Mardi 15 Mars 2011
Lu 597 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin nie l'existence d'un massacre d'Ebriés à Anankoua... https://t.co/i0lWaEuTjr https://t.co/dVnSw9l0Vm
Jeudi 8 Décembre - 10:52
ladepechedabidjan : Législatives ivoiriennes : La Commission électorale publie une "liste définitive" de... https://t.co/eMJXladLPn https://t.co/F4WMvUvoz0
Jeudi 8 Décembre - 10:42
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - 25e anniversaire de l’UNJCI : 15 journalistes distingués dans l’ordre du... https://t.co/kYve8SiJSl https://t.co/45g4qQlmeD
Jeudi 8 Décembre - 10:26
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Décès à Abidjan de la célèbre actrice et comédienne ivoirienne Marie... https://t.co/71uZxinjol https://t.co/nJL0DpbHSM
Jeudi 8 Décembre - 10:05

Facebook

Partager ce site