Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Situation socio-politique: C’était chaud, hier, à Bouaké Les démobilisés paralysent la ville et réclament plusieurs millions f. Cfa « …Nous allons prendre notre destin en main »

Les ex-combattants démobilisés des ex forces armées des Forces nouvelles (Fafn), ont fait monter la tension d’un cran, hier, jeudi 11 avril 2013 à Bouaké.


Situation socio-politique: C’était chaud, hier, à Bouaké Les démobilisés paralysent la ville et réclament plusieurs millions f. Cfa « …Nous allons prendre notre destin en main »

Ils ont paralysé la ville en bloquant le corridor sud, entrée principale de la capitale de la région de Gbêkê, en provenance d’Abidjan. Tout a commencé dans la matinée quand ils ont pris en « otage » le rond point de la préfecture de police. A cet endroit, les ex-combattants amenés par Koné Youssouf, ont complètement bloqué la circulation durant plus d’une heure avant de se déporter sur le corridor sud.

C’est animés d’une grosse colère que ces ex rebelles ont progressé vers ledit corridor. « Je suis Koné Youssouf, démobilisé des Fafn. J’étais au génie. Cela fait aujourd’hui 13 ans que nous sommes dans cette lutte. Nous avons donc fait 13 ans d’esclavage, sans salaire. Et aujourd’hui, nous sommes laissés pour compte. De tout ce qu’ils nous envoient comme projet, rien n’est concret. Ils ont d’abord rempli la douane de leurs frères. Toutes les casernes militaires sont bloquées par leurs frères…Aujourd’hui, ce sont les vrais démobilisés qui mendient. Vous trouvez ça normal ? De grâce ! Dans ce pays, il faut qu’on se respecte », a dit Koné Youssouf. Il a ajouté : « nous demandons notre réhabilitation. Nos droits. Ils sont venus nous proposer des projets. On n’est pas partant pour les projets. On veut de l’argent liquide. Nous demandons 20 millions f. Cfa pour chaque démobilisé à partir d’aujourd’hui ».

A suivre ce démobilisé, plus rien ne pourra les faire reculer tant qu’ils n’auront pas eu gain de cause. S’agissant du recrutement dans les différentes régies, Koné Youssouflâche ceci: « (…) Comme nous ne sommes pas assez intelligents pour eux pour intégrer les Impôts, le trésor, la douane, les eaux et forêts, comme ils l’ont fait pour leurs parents, amis et copines, nous leur disons merci et disons qu’on ne veut plus de projet. Tous leurs projets ont échoué à 99%. Au moment de l’intégration dans la douane, ils nous ont dit que si l’Addr venait, elle allait s’en occuper. On ne sait plus qui des com zone ou de l’Addr , a géré ce dossier ». En chœur, les démobilisés demandent la vigilance du président de la République Alassane Ouattara pour gérer ce dossier personnellement car, disent-ils : « on est assis sous une poudrière ».

De l’Association des démobilisés de Côte d’Ivoire (Adci), ils ne veulent pas entendre parler. « Vous me parlez d’une Ong alors que je vous parle des difficultés des démobilisés. Adci est une Ong. Diarrassouba Ibrahim dirige une Ong qui va chercher des marchés pour les attribuer à qui de droit (…) les vrais démobilisés ne se reconnaissent pas là-dedans » a indiqué Koné Youssouf. A l’en croire, si rien n’est fait pour eux, ils ne quitteront plus jamais le corridor.

Comme pour joindre l’acte à la parole, ils ont fait sauter les barrages de la police, de la gendarmerie, de la douane et des eaux et forêts pour ériger, un peu plus loin, un barrage propre à eux. La colonne de véhicules stationnés s’étendait alors à plus de 20 km du corridor, soit au-delà de Djébonoua.

Karamoko Samassi, un démobilisé, titulaire d’un Diplôme universitaire technique (Dut) option mécanique, selon lui, condamne avec la dernière énergie le comportement de certains chefs de guerre des ex Fafn. « Ces gens là nous ont abandonnés après voir fait fortune. Nous ne baisserons jamais les bras tant qu’on n’aura pas gain de cause. Cette fois-ci, nous irons jusqu’au bout », a-t-il averti.

Des élections incertaines

Traoré Moussa dit Oustaze Traoré, soutient avoir été l’un des premiers gardes du corps du général Soumaïla Bakayoko. Il déplore la façon dont il a été abandonné. « Si vous dites au général Soumaïla Bakayoko, Oustaze Traoré, il saura qui c’est. Depuis 2008, on n’arrive même pas à nous occuper de nos familles. Nous avons reçu 90 milles francs Cfa à trois reprises et plus rien. Aujourd’hui, ils nous ont oubliés. Mais quand la crise a repris, ils sont revenus encore nous utiliser. Mais dès que Gbagbo est tombé, on nous a abandonnés. On ne sait même pas ce qu’il faut faire ni où aller. Quand il y a des problèmes, des braquages, on accuse toujours les démobilisés. Après le deuxième tour, c’est nous que Wattao est venu prendre. Nous étions 200 personnes. On a passé près d’une semaine à Séguéla et on ne mangeait qu’une fois par jour. Des gens qui se moquaient de nous sont aujourd’hui dans les Impôts, au trésor, à la douane etc. (…) alors qu’ils ne sont mêmes pas forces nouvelles. Dieu décidera pour çà. Ce n’est plus notre problème tout çà. Que ce soit l’armée, la douane, les impôts, plus rien ne nous intéresse. Nous exigeons la liquidité, un point c’est tout », a assené Oustaze Traoré Moussa. Il réclame la somme de 30 millions f. Cfa voire 40 millions pour chaque démobilisé. « Ma vie vaut mieux que tout. Mais comme la situation est devenue comme çà, nous réclamons 40 millions f. Cfa chacun. On nous a dit que l’Union européenne a donné l’argent pour les démobilisés. Si on refuse de nous donner ce que nous avons demandé, nous allons prendre notre destin en main. Je ne peux pas vous en dire plus. Vous êtes là vous verrez ce que nous allons faire », prévient Oustaze Traoré.

Selon une source crédible, la veille de la protestation des ex-rebelles, il leur a été demandé de surseoir à leur manifestation pour éviter de perturber le bon déroulement de la campagne électorale. Les démobilisés auraient opposé une fin de non recevoir à cette demande. « Nous avons été appelés par des responsables de l’Onu. Ils voulaient nous rencontrer. On a refusé, parce que nous n’avons plus confiance en qui que ce soit. Nous sommes au corridor jusqu’à ce qu’on ait gain de cause. Dans le cas contraire, on reviendra demain (aujourd’hui) et tous les jours jusqu’à ce qu’on nous écoute », a confié Oumar Traoré qui dit avoir lutté aux côtés de Chérif Ousmane. Dans leur stratégie, les démobilisés envisagent d’empêcher le déroulement normal des élections locales. « Nous avons plusieurs flèches à notre arc. D’abord il n’y aura pas d’élection municipale ou régionale ici à Bouaké et dans toutes les autres zones ex-Cno (centre, nord et ouest) si nous n’avons pas gain de cause jusqu’au 21 avril 2013. C’est ce que je peux vous dire pour le moment. On ne peut pas dévoiler tous nos secrets. Mais nous mettons aux défis quiconque tentera de nous empêcher de manifester. En tout cas, nous attendons », a averti Oumar Traoré.

Joint par téléphone, Diarrasouba Ibrahim, président de l’Adci a réagi : « Tout le monde ne peut pas se reconnaître en une personne. C’est leur vision, ceux qui me traitent de faux type... ce n’est pas grave (…) Nous avons pu intégrer au moins 125 personnes à la douane. Ce n’est pas rien. Quant aux impôts et au trésor, il y a des places qui ont été données à des autorités. Nous, on ne veut pas rentrer dans çà. Nous cherchons plutôt des opportunités ». Abou Ouattara n’accorde aucune valeur au propos de Diarrassouba Ibrahim : « il n’est plus crédible. Tant qu’on n’aura pas nos 40 millions f. Cfa, chacun, il n’y aura pas d’élection ici à Bouaké. Vous allez voir si nous jouons ou si nous sommes sérieux. La plaisanterie a assez duré. Ça suffit comme çà. S’ils ne réagissent pas, nous allons mettre en place notre plan B après le boycott des élections locales ».

Dans le courant de la journée, une délégation des démobilisés a eu des échanges avec Monseigneur Ahouana et le Sous préfet de Brobo. Des négociations, il ressort qu’une solution pourrait être trouvée d’ici au 18 avril 2013. Les démobilisés ont abandonné le barrage qu’ils avaient érigé.



Ladji Abou SANOGO in Soir Info

(Correspondant régional)
Vendredi 12 Avril 2013
Lu 510 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1176 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1763 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2151 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1388 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 634 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 698 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : GADJI CÉLI ET LES ARTISTES RÉSISTANTS - LIBÉREZ NOTRE PRÉSIDENT GBAGBO -... https://t.co/1z8Rj7qedz via @YouTube
Mardi 6 Décembre - 16:50
ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ - La pagaille des témoins en vidéo conférence: Un nouveau... https://t.co/Rj93niqxIP https://t.co/s4q5a9BsiI
Mardi 6 Décembre - 16:10
ladepechedabidjan : Législatives ivoiriennes: la coalition gouvernementale investit ses candidats, Guillaume... https://t.co/Ha6Sp3HvoJ https://t.co/hw6qLa7zRY
Mardi 6 Décembre - 14:46
ladepechedabidjan : Législatives à Cocody / Yasmina Ouégnin confie : « Voici la vraie raison pour laquelle... https://t.co/XFe0GxpKtn https://t.co/h4IoqbRRNF
Mardi 6 Décembre - 13:21

Facebook

Partager ce site