Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Sécurité et defense : Les dozo, un os dans la gorge du pouvoir - Ce qu'il faut craindre

Le pouvoir en place doit être bien embarrassé. Aujourd'hui, il fait face à la menace des dozo, chasseurs traditionnels, qui n'apprécient pas le ton du discours du ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi à leur endroit.


Sécurité et defense : Les dozo, un os dans la gorge du pouvoir - Ce qu'il faut craindre
En effet, face à la recrudescence des attaques, notamment dans la région de Yamoussoukro, la capitale politique de Côte d'Ivoire, attaques attribuées aux dozo, le ministre Koffi Koffi a cru bon de monter au créneau pour interpeller ceux-ci. A Toumodi où il était le mardi 23 septembre 2013, il a mis en garde tous ceux qui tirent sur les forces de sécurité, en l'occurrence les dozo : « il y a des gens qui se promènent en armes et qui les utilisent contre les forces légales. Nous ne sommes pas dans la jungle, à l'ère des animaux. Nous n'allons plus accepter et tolérer cela. Nous ne voulons plus avoir en face, des dozo ». Ces propos du ministre de la Défense traduisent le ras-le-bol des autorités ivoiriennes face aux comportements des chasseurs traditionnels.

Mais en même temps, ces comportements mettent mal à l'aise le pouvoir qui a bénéficié du soutien important de ces chasseurs traditionnels qui sont réputés pour avoir des pouvoirs surnaturels. Ils ont, en effet, combattu pendant la crise post-électorale, aux côtés des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), contre les forces restées fidèles à l'ancien président, Laurent Gbagbo. On leur attribue même la victoire sur les forces libériennes à Yopougon, après l'arrestation du prédécesseur du président Ouattara. On les voit également jouer le rôle d'agents de sécurité dans certaines localités et se distinguer par des arrestations de bandits de grand chemin, là où quelquefois les forces régulières n'y parviennent pas.

Bref, ces dozo, dont la présence est décriée par une partie de la population, participent, pour ainsi dire, à la sécurisation du territoire national. Seulement voilà ! Depuis quelque temps, il leur est reproché d'en faire un peu trop. Trop même ! En tirant sur les forces de l'ordre, ils se retournent contre l’État, donc contre celui qui l'incarne, Alassane Ouattara. Que faire ? Faut-il les chasser, au risque de les avoir comme ennemis ? Faut-il négocier avec eux et être perçu comme complice des actes délictueux dont-ils se rendent coupables ? Voici le dilemme dans lequel se trouve l’État. Apparemment, les autorités ivoiriennes veulent opter pour la première solution, c'est-à-dire chasser les chasseurs traditionnels. Or, le faisant, il n'ignore pas les conséquences.

En effet, impatients d'être pris en compte par les différents programmes de réinsertion, des ex-combattants, ayant pourtant combattu aux côtés des FRCI pendant la crise post-électorale, se sont érigés, pour certains, en coupeurs de route, menaçant chaque jour la vie des usagers des routes ivoiriennes. Alors qu'il tente de trouver une solution à ce fléau, l’État ne peut prendre le risque de se mettre les dozo à dozos sur son dos.
Lire la suite sur linfodrome.com
Vendredi 27 Septembre 2013
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2130 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1922 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 884 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


L’hypocrisie Des Panafricons Sur L’esclavage Des Noirs En Libye: Certains africains, en particulier camerounais, so… https://t.co/s6p3GrAztb

Facebook

Partager ce site