Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Reporters sans frontières demande la libération du journaliste Joseph Gnanhoua Titi

Le directeur de publication du quotidien d’opposition Aujourd’hui a été placée en détention. Une mesure qui inquiète Reporters sans frontières (RSF) alors que les délits de presse sont dépénalisés en Côte d’Ivoire.


RSF a appris avec surprise et consternation le placement en détention préventive à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) pour « offense au chef de l’Etat » et « fausses nouvelles », le 29 juillet 2015, de Joseph Gnanhoua Titi, rédacteur en chef et directeur de publication du quotidien Aujourd’hui, proche de l’ancien président Laurent Gbagbo. Son arrestation fait suite à la publication, le 21 juillet 2015, d’un rapport attribué à la DSGE française, dont l’authenticité n’a pas été prouvée, et qui accusait le président Alassane Ouattara de transfert illicite de fonds, de blanchiment et de détournement de l’aide au développement.

“Nous demandons aux autorités ivoiriennes de respecter leurs propres lois et de libérer immédiatement Joseph Gnanhoua Titi, réagit Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique. Les délits de presse sont dépénalisés en Côte d’Ivoire, un journaliste n’a donc pas à être jeté en prison quels que soient les propos de ses articles. Si ses publications sont considérées comme outrancières ou diffamatoires, des recours légaux sont possibles”

La veille, Joseph Titi avait été entendu pendant plus de huit heures à la Brigade de recherche de la gendarmerie sur saisine du procureur de la République Richard Christophe Adou, pour « enquête judiciaire » .
La loi ivoirienne sur la presse stipule que «la peine d’emprisonnement est exclue pour les délits de presse” (article 68). Même l’article 74 sur l’offense au président de la République, utilisé par le procureur ne prévoit pas non plus de détention préventive, mais seulement des poursuites judiciaires.
Seul le Conseil national de la presse (CNP), organe de régulation et de gestion de la presse, est habilité à sanctionner les journalistes en cas d’infraction.

Depuis l’accession du président Alassane Ouattara au pouvoir, c’est la deuxième fois que des journalistes d’opposition sont emprisonnés pour « offense au chef de l’Etat ». En novembre 2011, des membres de Notre Voie, César Etou, directeur de publication, Didier Dépri, le secrétaire général de la rédaction et Boga Sivori, chef du service politique, avaient été emprisonnés pendant 13 jours avant d’être jugés et déclarés non coupables.
La Côte d’Ivoire occupe la 86 place sur 180 dans l’édition 2015 du Classement de RSF sur la liberté de la presse.

RSF
Vendredi 31 Juillet 2015
Lu 294 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 01/08/2015 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alassane Dramane Ouattara n'a jamais obtenu quoique ce soit, dignement. Tout ce qu'il a acquis depuis qu'il est chez nous, c'est par la violence, par banditisme et par illégalité.

C'est un maître chanteur, spécialiste de la corruption, un véritable homme d'esprit tordu. Il a toujours obtenu aussi par intimidation, tout par la force, pour la simple raison, il n'est pas ivoirien, il falsifie les documents et il impose sa tyrannie, sinon aucun ivoirien n'a peur de lui.

Il kidnappe les citoyens comme font les terroristes, les preneurs d'otage. Alassane Dramane Ouattara est protégé par les ingrats du nord.

La France leur a donné notre pays, c’est comme ça, elle va leur arracher pour nous remettre, c’est dont parle le rapport de notre frère TITI. Et ce rapport est élaboré par la France elle-même, ce n’est pas TITI qui a fait une simple investigation mensongère en ce rapport, c’est un cas réel de la dgse.

En gros, Alassane Dramane Ouattara, n’étant pas ivoirien, pour la constitution du pays, il est inéligible, et comme c'est un hors la loi, il nous menace par tous les moyens, soit nous faire taire, nous intimider, nous brutaliser, nous emprisonner, nous tuer, parce que la Côte d’Ivoire a eu la malchance de tomber sur une autre crapule dont Sarkozy, ce faisant nos armes sont aux mains de ce malade mental.

D'où le déséquilibre fonctionnel !

Donc, la seule manière d’aborder ce problème et l’évincer, c’est par la conformité constitutionnelle, son mandat octroyé est fini.

2.Posté par Akossia Pierre le 01/08/2015 21:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
INFO ! INFO !

On attend pour voir, ce qui va nous fournir comme pièces au dépôt de sa candidature, Alassane Dramane Ouattara, je suis sûr que ça va être la honte des hontes, ça va être boosté avec un forcing frauduleux.

A lire ceci ! Merci !

Le Directeur de cabinet du Premier Ministre Duncan, cadre de la région du Moronou, donne ici son point de vue, sur la question de l’éligibilité et de la nationalité d’Alassane Dramane Ouattara, candidat du RHDP.

Il n’a rien donné du tout, il s’est contenté de dire que tous ceux ce qui parlent de cette chose-là encore, ils n’ont rien à faire, il ajoute que dans l’histoire d’Alassane Dramane Ouattara, ses parents étaient de Moronou, ce n’est plus le nord, ni Dimbokro, mais à Moronou, Alassane est casé maintenant par Affi N’guessan, un vrai délinquant, cependant, Alassane Dramane Ouattara, c’est un coriace, il n’a pas honte, c’est un monsieur sans gêne.

Et cet Ahoua N’Doli finit par conclure que l’article 35 « c’est un débat anachronique, inutile et inconséquent », aucun des proches de Ouattara ne sait comment trouver l’issue identitaire de ce méchant burkinabè. Le faussaire.

J’ai lu pour vous !
Par Sergio Brizio.

Des graves violations des droits de l’homme menaçant la quiétude des habitants de ce pays.

Cinq ans après les dernières élections présidentielles en côte d’ivoire, la liste des prisonniers politiques ne fait que s’allonger.

Dans ce pays de l’Afrique de l’ouest, que j’ai eu la chance de connaitre, et que j’aime, s’y passe des choses incroyables avec ce gouvernement. Ce n’est pas de trop d’affirmer que la Cote d’Ivoire est une prison à ciel ouvert.

Soudain, les ivoiriens fiers de leurs niveaux d’instruction et de leur parfaite maitrise de la langue française, qui s’exprimaient avec plaisir sur tous les sujets, se contraignent aujourd’hui au silence pour espérer vivre en dehors des prisons. Il suffit que n’importe lequel des citoyens exprime un avis contraire aux tenants du pouvoir, pour qu’il soit inquiété par la justice et par les forces de l’ordre aux ordres.

Cette attitude n’épargne personne, allant des hommes religieux aux politiques, tout en passant par la jeunesse qui refuse le musèlement. Vous vous retrouvez de toute évidence en prison sans aucune forme de procès.

Le 10 juin dernier, trois jeunes leaders de l’opposition (Cisse Mariam Marie France, Alain Sepo et Alain Durand Zagol) en conférence de presse sont arrêtés manu militari et jetés en prison.

Rallongeant ainsi la liste des prisonniers politiques. Comme pour dire la parole vous ai interdite.
Quinze jours après leur arrestation, le Président Ouattara ne déclarait-il pas lors d’une interview télévisée qu’il n’était pas normal d’interdire une conférence de presse, et qu’il ne savait pas que des jeunes avaient été arrêtés? C’est le comble de la supercherie.

Mettre des opposants en prison sans que le gouvernement n’en soit informé? Le Ministre de l’Intérieur serait-il un dieu agissant en toute autonomie sans risque de représailles ?

Hélas! Mais depuis, ils sont toujours en prison. Nous avons affaire à un pouvoir prompt à emprisonner même s’il fallait créer un motif. Lorsqu’il s’agit cependant de mise en liberté, ils prétendent respecter les procédures judiciaires.

Combien sont-ils les prisonniers politiques qui croupissent en prison sans procédures, sans jugements et sans soins, comme sous la loi de la jungle? Disons-le clairement, la violation des droits est la chose la mieux partagé en Côte d’Ivoire ces dernières années.

La liberté d’expression s’est volatilisée.

Pour avoir revendiqué de meilleures conditions de travail face à la cherté de la vie, 24 agents assermentés du Ministère du Commerce ont rejoint le mardi 28 juillet la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan(MACA). le 29, c’était le tour du Directeur de Publication du quotidien Aujourd’hui. Sans oublier ces jeunes leaders de l’opposition, Koua Justin et Dahi Nestor, arrêtés puis déportés dans des prisons à l’intérieur du pays.

Au moment où le gouvernement annonce le dépôt des candidatures pour de nouvelles élections présidentielles qui couteront assurément à leur tour des milliers de morts, nous nous préoccupons sérieusement de l’état de droit dans ce pays. C’est pourquoi, nous attirons avec urgence l’attention des Autorités de l’Italie, de la France, de l’Allemagne et de toute l’Union Européenne sur ce qui s’y passe en matière des droits de l’homme, que les attitudes ambiguës de la Cour Pénale Internationale et de la division de l’ONU en Côte d’Ivoire ont contribué à renforcer.

Nous condamnons avec véhémence le silence coupable de l’Union Européenne, et de l’Union Africaine sur ces violations graves et flagrantes des droits de l’homme, et attirons l’attention d’Amnesty Internationale, Human Right Watch et de toutes les structures qui font des droits de l’homme leur préoccupation.

Nous nous souvenons encore comment l’Union Européenne avec la France de Sarkozy en locomotive, donnait de la voix. Soudain ils sont devenus aphone. Il est bon que les Ambassadeurs accrédités dans ce pays donnent de la voix afin que le monde se rende compte des graves violations des droits de l’homme menaçant la quiétude des habitants de ce pays.

C’est pour un tel gouvernement que l’Union Européenne s’est trempée dans du vinaigre? Nous nous souvenons encore de l’embargo sur les médicaments.

Quelle honte? Après, ce sera des simulacres de compassions à la vue des milliers d’immigrés débarquant sur les côtes italiennes. Ahhh! Pauvre Italie. Tu paies seule le prix de la politique extérieure de l’occident et des multinationales.

Sergio Brizio
Ingénieur Architecte
Vice-Président de l’Organizzazione Ivoriana in Italia ONLUS
ivorianinitalia@yahoo.it

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1189 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1793 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1400 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site