Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Reportage - Déclarée sinistrée par l’Etat de Côte d'Ivoire: Ce que devient la pyramide du Plateau - Plus de 200 locataires jetés dehors

Située en plein cœur du Plateau, centre des affaires de la ville d’Abidjan, la pyramide qui autrefois faisait la fierté de la population ivoirienne n’est plus que l’ombre d’elle-même. Tombé en ruine, cet édifice a été vidé de la quasi-totalité de ses occupants. Avant sa réhabilitation qui requiert plusieurs milliards de FCFA, cet édifice présente un réel danger.


La pyramide présente une triste apparence avec des arbustes qui poussent sur le bâtiment.
La pyramide présente une triste apparence avec des arbustes qui poussent sur le bâtiment.
Lundi 12 août 2013. Premier jour de travail. Il est 8 heures 35 minutes. La commune du Plateau, centre des affaires, connaît déjà une grande animation. Les uns et les autres se bousculent à la recherche de leur pitance quotidienne. Pas question de rater cette journée qui s’annonce ensoleillée. Dans cette ambiance et ce paysage peuplé de plusieurs bâtiments, un édifice situé à l’angle de la rue, non loin de l’immeuble de la BCEAO et du centre culturel français attire l’attention. La vue extérieure de cet édifice est d’autant étonnante que l’on y voit pousser des plantes dessus comme s’il s’agissait d’une parcelle de terre cultivable.

En réalité, cette bâtisse n'est rien d'autre que la pyramide.L’entrée principale du bâtiment est fermée par une sorte de chaîne bouclée par un cadenas. Deux vigiles, affectés sûrement à la surveillance du bâtiment, filtrent les entrées qui ont lieu désormais au niveau d’une porte annexe. Une fois à l’intérieur du bâtiment, le décor est très alarmant. Tout est en ruine. Baies vitrées brisées, des portes fracturées, les ascenseurs hors service plongés dans le noir, ainsi que les toilettes en piteux état. Un visiteur surpris dans l’enceinte du bâtiment est en train de se soulager dans l’un des anciens bureaux. Tout ce qui était de la pyramide du passé n’existait plus que de nom.

La Nouvelle auto école moderne, la librairie St Jean Vianey, la bijouterie pyramide, l’étude de Me Ahoussou, l’INIE, l’école des journalistes (EFAP), les services de l’Etat qui étaient dans ce bâtiment, la cour suprême… pour ne citer que ces différents éléments. Aujourd’hui, les locataires de la pyramide se résument au siège d’une fédération de déplacés de victimes de guerre, le siège des personnes handicapées, les bureaux du Synebaci, un restaurant ainsi qu'un nouveau cabinet d’avocat. Sans oublier certaines activités commerciales qui se sont développées aux alentours du bâtiment à savoir une vendeuse d’oranges installées juste à l’entrée du bâtiment, de jeunes cireurs qui exercent devant l’édifice et des personnes qui vendent la monnaie.

Jusqu’à 10 heures, les entrées et les sorties se multipliaient toujours au niveau de la pyramide. Les uns venant soit pour s’informer à la fédération des déplacés de guerre, les autres chez les handicapés, un autre groupe pour vendre la monnaie à des passants, ou acheter du jus, ou encore pour un besoin pressant et pourquoi pas pour prendre un sandwich dans le restaurant Charlie Express.

Nous avons également surpris des enfants s'amuser à monter et descendre l’escalier central en courant. Un spectacle assez saisissant qui suscite plusieurs interrogations. Les réponses à ces questions nous obligent à revenir le lendemain, mardi 13 août, à la pyramide pour rencontrer cette fois-ci le président du Synebaci, Soro Doté pour en savoir davantage sur le sort de cet édifice. Assis confortablement dans le fauteuil du bureau qu’il continue d’occuper à la pyramide, malgré l'injonction faite par la Société de Gestion du Patrimoine de l’Etat (Sogepie) de quitter les lieux, le président Soro Doté nous accueille avec un large sourire.



18 milliards FCFA nécessaires pour rénover l'édifice



Face à notre appréhension quant au fait que ce bâtiment pourrait s’écrouler, l’homme s’enfonce dans son fauteuil et se met à rire. Abhorrant un air beaucoup plus sérieux, le président du Synebaci confie que ‘’ les gens ont fait croire que la pyramide était dangereuse et qu’elle pouvait tomber à tout moment. Alors qu’en réalité, ce n’est pas ça. L’immeuble ne tombera pas. Les murs porteurs qui tiennent l’édifice sont très solides’’.

De l’avis de notre interlocuteur, l’immeuble a seulement un problème sanitaire et d’électricité. Toute chose qui aurait conduit, toujours selon ce dernier, l’Etat à le déclarer sinistré depuis 2005. Du coup, depuis cette date, l’Etat n’encaisse plus de loyers à la pyramide. La Société de gestion du patrimoine de l’Etat (SOGEPIE) a demandé plutôt aux différents locataires de quitter les lieux en vue de réaliser une expertise de l’édifice. C’est le Bureau national d’études techniques et développement (BNETD) qui a été désigné pour réaliser ce travail. « Depuis le 15 juillet, le BNETD devait rendre les conclusions de l’étude détaillée de l’immeuble. Mais jusque-là, rien encore », a déploré le président du Synebaci qui fera remarquer par la même occasion que la réhabilitation de cet édifice requiert une enveloppe de 18 milliards de FCFA.

En clair, la Pyramide a besoin d’un important investissement. Et, il y a beaucoup d’opérateurs économiques qui, si l’on s’en tient toujours aux propos du président Soro, voudraient bien faire cette rénovation. Mais pour cela, il faudrait que le BNETD dépose les conclusions de son étude pour que le potentiel acquéreur de ce marché puisse également faire une contre-expertise avant de passer à l’action.

En attendant donc cette rénovation, les quelque 200 locataires qui occupaient les bureaux et appartements de cet édifice de 14 étages ont été jetés à la rue. Le fait de mettre tout ce beau monde dehors préoccupe le président du Synebaci. « On envoie l’immeuble à plus de dégradation. Parce qu’un immeuble inhabité se dégrade davantage. En plus, situé en plein cœur du Plateau, cet immeuble est stratégique. S’il reste inhabité, c’est un danger du fait de l’insécurité », interpelle cet entrepreneur avisé.
Lire la suite

Vendredi 23 Août 2013
Lu 833 fois
La Dépêche d'Abidjan



Reportages
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS MBUKU KASA (OPPOSANT CONGOLAIS EN EXIL) https://t.co/etQ47E03kZ https://t.co/8swaDSKzUL
Vendredi 2 Décembre - 17:30
ladepechedabidjan : En Gambie, défaite historique du président autocrate Yahya Jammeh: Après une nuit très... https://t.co/pgy3gVLoGJ https://t.co/a1DLDRlz8t
Vendredi 2 Décembre - 17:10
ladepechedabidjan : Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière: Le sculpteur Ousmane Sow,... https://t.co/C00anW6gBO https://t.co/Rj0opm6qdw
Vendredi 2 Décembre - 16:25
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Sommée à comparaître, Simone Gbagbo répond à la Cour : Comment... https://t.co/kYZX36vrab https://t.co/x73rKqJU2M
Vendredi 2 Décembre - 10:02

Facebook

Partager ce site