Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Rapport pouvoir-opposition Amadou Soumahoro oublie le passé du Rdr


Rapport pouvoir-opposition Amadou Soumahoro oublie le passé du Rdr
Amadou Soumahoro, le Secrétaire général par intérim du Rdr, semble oublier le passé du Rdr. Un parti qui a passé tout son temps dans l’opposition à bafouer les institutions de la République.
Al’initiative de la Commission dialogue vérité et réconciliation (Cdvr), le secrétaire général par intérim du rassemblement des républicains (rdr), Amadou soumahoro et le secrétaire national chargé de la réconciliation nationale du Front populaire ivoirien (Fpi), Dano Djédjé ont rencontré séparément le mardi 4 septembre 2012, Charles Konan Banny. Il a été question de la reprise du dialogue républicain entre le parti de Ouattara au pouvoir depuis avril 2011 et la principale force de l’opposition ivoirienne, le Fpi. si rien n’a filtré des discussions que ces forces politiques ont eues avec banny, les propos du secrétaire général du rdr, au terme de l’audience avec le président de la Cdvr, transpirent la mauvaise foi et l’amnésie. «Nous pensons qu’il y a un minimum de choses à faire pour que le dialogue Républicain puisse être fructueux. Il faut que les uns et les autres respectent et reconnaissent sans ambigüité, les institutions de la république et leur chef», lâche sans se sourciller, Amadou soumahoro devant les journalistes. On croirait rêver et entendre des propos d’une autre personne. Car en Côte d’Ivoire, depuis octobre 2000 date à laquelle, le président du Fpi, Laurent Gbagbo a été brillamment élu président de la république de Côte d’Ivoire, le rdr parti de Ouattara et d’Amadou s’est inscrit dans une démarche de défiance et de déstabilisation du régime démocratiquement élu. Le rdr toujours abonné à la violence, avait appelé ses militants majoritairement, à descendre dans les rues pour protester et empêcher par tous les moyens le régime Gbagbo d’exercer. Pour ce parti, le pouvoir pourtant légalement et légitimement élu du président Gbagbo, «était dans la rue». L’expression est bien de Ali Coulibaly aujourd’hui ministre de l‘Intégration africaine en remplacement de Bitogo. De 2000 jusqu’avant le coup d’Etat manqué de soro Guillaume, le rdr et son président n’accordaient aucun respect encore moins de considération aux institutions de la république et à leur chef Laurent Gbagbo. Une véritable et vaste campagne d’intoxication et de diabolisation du pouvoir Gbagbo, a été savamment menée à travers le monde par les officines occidentales alliées au rdr. La Côte d’Ivoire a encore en tête cette phrase de Ouattara. «Si on ne me donne pas mes papiers, je vais mélanger ce pays». Là aussi on connaît ce qui s’est passé. Il a eu ses papiers dans des conditions que tout le monde sait, mais le pays a été mélangé. On n’oubliera pas aussi que des tentatives de déstabilisation ont maintes fois été perpétrées contre la Côte d’Ivoire par des soldats, bizarrement proches du rdr. Ce parti va matérialiser son manque flagrant d’irrespect et de défiance des institutions de la république par le coup d’Etat manqué de septembre 2002. D’autant que les soldats à la tête de coup ne sont autres que les anciens membres de la garde rapprochée de Ouattara. Aujourd’hui, ils sont tous au sommet de l’Etat, à des postes de responsabilité. Amadou soumahoro est donc très mal placé pour donner des leçons de démocratie et de droit aux responsables du Fpi. Qu’il se souvienne des propos belliqueux et autres injures que ses cadres, ses partisans ont eu à tenir contre le Président Laurent Gbagbo, alors garant des Institutions de la république. Certains ministres issus du rdr et membres du gouvernement Gbagbo, s’en donnaient à cœur joie, en bravant l’autorité du chef de l’Exécutif. Ils menaient des actions de sabotage contre le Président qui les a pourtant nommés ministres lors des missions à l’extérieur du pays. Le rdr n’a jamais voulu reconnaître la légitimité et la légalité du pouvoir Laurent Gbagbo de 2000 jusqu’à l’organisation de élection présidentielle d’octobre 2010. On ne peut pas de manière exhaustive, citer ici toutes les actions civiles comme militaires du rdr et de ses branches armées contre les institutions ivoiriennes. Lesquelles n’étaient toujours pas reconnues et respectées par Ouattara et le rdr. Lors du deuxième tour de l’élection présidentielle en novembre 2010, les militants du rdr ont saccagé et incendié des bâtiments appartenant à l’Etat de Côte d’Ivoire. Des préfets et sous-préfets représentants du président de la république ont été souvent violentés, voire battus à sang par les militants du rdr. Ces actes sont bel et bien synonymes du non respect des institutions de la république. C’est donc très mal placé qu’Amadou soumahoro ose demander au Fpi de faire ce que son parti a refusé de faire du temps du président Gbagbo. Aujourd’hui au pouvoir, le rdr et sa bande armée les Frci continuent de poser des actes totalement en porte-à-faux avec les lois de la république. Ce qui s’apparente à un non respect des institutions de la république. Ce sont les militantsdu rdr et des Frci qui ont dans le district d’Abidjan, réprimé dans le sang une dizaine de meetings du Fpi. s’ils respectaient les institutions de la république, le rdr et les Frci auraient du laisser s’exprimer librement l’opposition. Car cela participe de l’enracinement de la démocratie dans le pays à la liberté d’opinion prescrite par la constitution. Pourtant une démocratie forte repose avant tout sur une opposition forte. Mais, toujours dans sa logique dictatoriale et antirépublicaine, l’Etat-rdr persécute et emprisonne les cadres et militants du Fpi, en violation flagrante des dispositions légales et judiciaires en la matière. Cela ne surprend guère les observateurs avertis du marigot politique ivoirien. Car à beau chasser le naturel, il revient au galop dit l’adage. Le rdr ne peut pas se défaire de cette notoriété de parti éminemment réfractaire au respect des institutions de la république, de leur chef et des lois. ne dit-on pas que les vieilles habitudes ont la peau dure. C’est encore lui Amadou Soumahoro qui alors que son parti est au pouvoir, disait devant ses militants que «que tous ceux qui s’attaquent à Ouattara iront au cimetière». Oubliant que dans une démocratie, une république forte n’envoie pas ses opposants au cimetière.
Mais à défaut de les envoyer au cimetière, ce parti préfère les envoyer dans les prisons ivoiriennes transformées en goulags. Une autre preuve de l’incongruité des propos d’Amadou Soumahoro, se traduit par les perquisitions sans aucun mandat judiciaire opérées par les Frci dans les domiciles d’honnêtes citoyens. Parce que l’Etat-rdr soupçonne d’être complices d’actions de déstabilisation contre son régime. Des Institutions qui se respectent n’agissent pas de cette manière. Combien de fois, Ouattara a violé la constitution ivoirienne ? seul Dieu le sait. Tant la liste est longue. Pour la gouverne du secrétaire général du rdr, le Fpi est fortement attaché aux valeurs républicaines. Lesquelles prennent leur source dans le respect et la reconnaissance des autorités du pays. Le Fpi se conforme à la réalité du moment qui veut que Ouattara soit le locataire du palais présidentiel du Plateau. C’est pourquoi, le Fpi réclame depuis lors, un dialogue direct avec Ouattara.

Fabrice Tété in Le Temps
Vendredi 7 Septembre 2012
Lu 299 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par aba le 07/09/2012 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je crois que Banny n'a pas compris ce qui se passe en cote d'ivoire
ce pays est sous l'occupation des burkinabés dont le colonisateur est ouatara les amadou soumaro sont des collabos depuis la mort de kobena les ivoiriens doivent comprendre que il n'aura jamais de réconciliation dans ce pays ne nous trompons pas j'ai l'expression que personne n'analyse le les discours de ouattara partout ou il s'exprime revoyez ses discours et vous me direz que amadou et ouattara veulent la réconciliation Nous avons déjà eu la cette réconciliation en 2000 et 2003 aprés l'élection de Monsieur GBAGBO chacun a dit ce qu'il pensait et au nom de la paix sous avons enterré nos morts et essayer d'oublier pourquoi parlons nous de réconciliation pour tromper les ivoiriens ????????

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1191 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1796 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1400 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site