Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

RDC : entre 17 et 50 morts après une manifestation à Kinshasa

L'opposition manifestait dans tout le pays pour demander la tenue de l'élection présidentielle et donner à Joseph Kabila son "préavis".


Kinshasa a renoué lundi avec ses vieux démons des violences à caractère politique au cours d'une journée meurtrière dont l'opposition entend faire le coup d'envoi d'un compte à rebours jusqu'au départ du président Joseph Kabila à l'issue de son mandat, le 20 décembre. Les bilans des heurts dans la capitale de la République démocratique du Congo paraissent irréconciliables : 17 morts, pour le pouvoir, contre plus de 50, pour le « rassemblement » de l'opposition, qui avait appelé à manifester dans tout le pays pour signifier à Joseph Kabila son « préavis » et exiger la convocation de la présidentielle dans les temps. Selon la Constitution, mardi est la date limite pour convier les électeurs aux urnes pour ce scrutin censé avoir lieu cette année.
Pouvoir et opposition se sont renvoyé la responsabilité des violences, comme en janvier 2015, lorsque des émeutes ont totalement échappé au contrôle des deux camps après la répression violente de manifestations anti-Kabila dans la capitale. On avait alors dénombré plusieurs dizaines de personnes tuées en trois jours. « La ville de Kinshasa vient de faire face à un mouvement insurrectionnel qui s'est soldé par un échec », a affirmé à la presse le ministre de l'Intérieur, Évariste Boshab. Le « bilan provisoire » est de « 17 morts » : « trois policiers [...] et quatorze civils parmi les pillards », a-t-il ajouté. Le « rassemblement » déplore pour sa part « plus de 50 morts » victimes des « balles [...] de la police et de la garde républicaine ». Dans un message sur Twitter, Ida Sawyer, chercheuse de l'ONG Human Rights Watch (HRW) récemment expulsée du Congo, écrit que son organisation « a reçu des rapports crédibles que les forces de sécurité ont tué au moins 20 personnes » lundi à Kinshasa.

Des pillages dans certains quartiers

Dénonçant une « dérive totalitaire du régime », la coalition d'opposition a appelé « toute la population » à « se rassembler » dès mardi « pour poursuivre sans désemparer les revendications » jusqu'au « départ définitif de Joseph Kabila de la tête de la RD Congo ». « L'ordre sera respecté et les honnêtes citoyens seront protégés », a rétorqué le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, à la télévision publique. Plus tôt, Lambert Mende avait accusé l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), principal parti de l'opposition, d'avoir été à l'origine de la violence. Bruno Tshibala, porte-parole de l'UDPS, le parti du vieil opposant Étienne Tshisekedi autour de qui s'est constitué le « rassemblement », a accusé de son côté les forces de l'ordre d'avoir tout fait pour que les choses dégénèrent en empêchant violemment les manifestants de converger vers le point de rassemblement puis en ouvrant le feu sur le cortège.
« Dès que nous avons effectué le premier pas de la marche, nous avons enregistré les premiers tirs [sur le défilé] et nous avons commencé à ramasser des morts », a déclaré M. Tshibala à l'Agence France-Presse. Les violences se sont poursuivies jusqu'en début d'après-midi. Elles ont été émaillées de pillages dans certains quartiers sud. Des incendies criminels ont également visé des bâtiments publics et des permanences de partis de la majorité. Très véhéments, des groupes de quelques dizaines à plusieurs centaines de jeunes ont affronté les forces de l'ordre sur le trajet prévu de la marche, à coups de pierre, en criant des slogans en français ou en lingala comme « Kabila, akende ! » (« Kabila, dégage ! ») ou « Kabila doit partir ».

Lire la suite
Mardi 20 Septembre 2016
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2127 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1914 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 878 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


OUATTARA ET WADE, DEUX PRÉSIDENTS ATYPIQUES: Alassane Ouattara et Abdoulaye Wade (photo) sont deux chefs d’État aty… https://t.co/TvSUQ5jASe

Facebook

Partager ce site