Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Plan d’urgence sécuritaire/ Les Wê à Ouattara : «On ne confie pas la sécurité d’un peuple qu’on aime à des Dozo»


En présence de la ministre Anne Désirée Ouloto, fille de la région du Cavally, le ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, a annoncé un plan d’urgence sécuritaire à l’Ouest pour juguler les récurrentes attaques à l’arme de guerre qui endeuillent cette partie du territoire national. Un commissariat de police est prévu à Bloléquin à cet effet. Le ministre de la Sécurité a précisé ce jour-là que le Président Ouattara a un profond amour pour l’Ouest, et que c’est pour cette raison qu’il lui a consacré sa première visite d’Etat. «Soit, mais pourquoi alors est-il resté si mou face à la lancinante question sécuritaire qui triture l’esprit des populations bien aimées de Ouattara. Pour nous, il est difficile de dire qu’on aime un peuple quand on confie sa sécurité à des chasseurs traditionnels Dozo et à une soldatesque à la gâchette facile», commentent des cadres du Cavally qui sont des membres désillusionnés du Rhdp. Pour eux, si Ouattara aime l’Ouest, pourquoi les forces de l’ordre et de sécurité y sont quasiment absentes depuis plus de deux ans qu’il trône au sommet de l’Etat ; alors que le discours officiel dit le contraire. «Hamed Bakayoko est en plein dans la démagogie en parlant d’amour du chef de l’Etat pour l’Ouest. Car «on ne confie pas la sécurité d’un peuple qu’on dit aimer à des chasseurs traditionnels Dozo et à une soldatesque.» C’est selon.
En outre, comme il en a l’habitude, ce même 30 mars 2013, Hamed Bakayoko a porté une accusation gratuite contre les pro Gbagbo contraints à l’exil par le régime Ouattara. «Ceux qui attaquent sont des criminels, des bandits. Est-ce pour des problèmes fonciers qu’on tue? Ne vous laissez pas manipuler par ces bandits, mes chers parents… Nous savons qui a financé ces attaques mais rassurez-vous, nous travaillons avec les autres pays pour l'arrêter», a dit le premier responsable de la sécurité des Ivoiriens. De qui parle Hamed Bakayoko encore, est-on tenté de se demander, tellement il a habitué les Ivoiriens à ces déclarations vaseuses fondées sur ses intensions de casser le parti de Gbagbo et tout ce qui lui est proche. Sinon comment peut-il affirmer de façon péremptoire qu’on ne peut pas tuer pour des questions foncières, alors que récemment, sur les ondes de Onuci Fm, son collègue du gouvernement Koné Nabagné Bruno disait sur le même sujet que ceux qui attaquent des villages à l’Ouest sont des gens qui ont été dépossédés de leurs terres ; qui reviennent dans leurs villages pour chasser ceux qui les ont fait fuir par les armes. Il a même souhaité que la question foncière ne se règle pas par les armes. C’est fort de ce mobile majeur que le porte-parole du gouvernement a reconnu que ces raids engendrés par la guerre de la terre n’ont rien de politiques. Et donc le pouvoir Ouattara pouvait dormir sur ses deux oreilles. Ce discours responsable a réjoui le Fpi et les pro Gbagbo qui, pour une fois, ont été blanchis par ceux qui les accusent après chaque attaque des positions des Frci. Mais c’est mal connaître Hamed Bakayoko ! Et il n’est pas seul. Des gens comme le maire Oulia Eloi avouent que «ces attaques sont des actions de déstabilisation du pays» ; et que «les déstabilisateurs doivent savoir qu'ils ont affaire à un Président qui a sauvé le grand Mali. Leurs actions sont donc vouées à l'échec.» Incroyable, venant d’un élu qui vit au quotidien les douleurs des populations, qui, pour des intérêts égoïstes, jette l’opprobre sur les siens qu’il sait pourtant victimes des agressions de ceux qui convoitent leurs terres. Dommage !

Barthélemy Téhin in LG Info

Vendredi 5 Avril 2013
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2129 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1921 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 881 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


OUATTARA ET WADE, DEUX PRÉSIDENTS ATYPIQUES: Alassane Ouattara et Abdoulaye Wade (photo) sont deux chefs d’État aty… https://t.co/TvSUQ5jASe

Facebook

Partager ce site