Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Pascal Affi N’Guessan : « Laurent Gbagbo reste une force. Mais aussi un handicap »


Le président du Front populaire ivoirien (FPI) se considère comme le chef de file de l'opposition. Et se dit convaincu que son parti pourra former un groupe parlementaire à l'issue des prochaines législatives.
Fort des 9 % de suffrages qu’il a recueillis lors de la présidentielle d’octobre 2015, Pascal Affi N’Guessan, 63 ans, se présente en rassembleur de l’opposition et appelle les membres de sa formation à l’union. Début mars, après un an de vaines négociations avec des frondeurs qui contestent sa légitimité, le président du FPI a présenté un nouveau secrétariat général, composé de 174 membres.

Une réorganisation des troupes pour enfin tourner la page. Malgré la persistance de dissensions internes, il est persuadé que son parti pourra former un groupe parlementaire à l’issue des prochaines législatives (qui doivent se tenir au second semestre de 2016). Cette présence dans l’hémicycle permettrait au FPI, qui avait boycotté les législatives de décembre 2011, « d’officialiser » son statut de force politique majeure dans le pays.

Pascal Affi N’Guessan nous a reçus chez lui, dans son imposante résidence de Riviera-Anono, dans le sud d’Abidjan, qui lui sert aussi de siège de campagne depuis que la direction du FPI a été contrainte de quitter l’ancien QG de Laurent Gbagbo, à Cocody.

Jeune Afrique : Qu’est-ce qui a changé au FPI depuis la présidentielle d’octobre 2015, en particulier pour vous, qui étiez son candidat ?

Pascal Affi N’Guessan : La perception qu’a l’opinion de ma personnalité, ma stature aussi. Je me suis depuis positionné comme le chef de file de l’opposition. Même si le résultat « officiel » de 9 % ne nous a pas satisfaits, il permet au FPI d’apparaître davantage comme une force alternative. Après les traumatismes de la crise postélectorale et quatre années de léthargie, nous sommes désormais la principale force politique en Côte d’Ivoire, la seule capable de conduire le changement.

Pourtant, le parti continue de s’entre-déchirer, et les frondeurs continuent de remettre en question votre légitimité…

J’ai été directeur de cabinet de Laurent Gbagbo en 1994, puis son directeur de campagne en 1995, puis son Premier ministre de 2000 à 2003, date à laquelle j’ai pris la tête du FPI. Je me considère légitimement comme l’héritier politique de Laurent Gbagbo. Un parti n’est pas une organisation figée dans le temps, il doit se moderniser. Et de nouveaux membres nous apportent du sang neuf. Le FPI c’est nous, sa direction actuelle, qui est reconnue par l’État. La cabale montée contre moi n’a pas marché, et cette dissidence s’effrite.

Le principal problème du FPI n’est-il pas justement le culte de la personnalité qui perdure autour de Laurent Gbagbo ?

En effet, Laurent Gbagbo a été et reste une force pour le parti. Mais aussi un handicap. Aujourd’hui, notre travail consiste à permettre à tous ceux qui sont restés dans cette posture messianique d’évoluer et d’avoir une attitude plus rationnelle.

Le sort des populations n’est pas la principale préoccupation du régime du président Ouattara, davantage focalisé sur des investissements de prestige

A contrario, certains vous reprochent de trop bien vous entendre avec le président Ouattara…

C’est faux. On ne s’entend pas bien. On discute, mais il y a entre nous de lourds contentieux, en particulier sur la question des prisonniers politiques. Nous avons des rapports de pouvoir à opposition. Le président nourrit l’ambition de faire en sorte que l’opposition existe, qu’elle prenne sa place dans la vie politique nationale, c’est un bon signe. Mais nous n’avons pas la même vision des choses.
Le FPI n’est d’accord ni avec sa politique libérale ni avec la gouvernance actuelle, où seuls les proches du pouvoir sont récompensés, où une seule autorité décide de tout et où le pouvoir judiciaire est aux ordres. Il lui reproche aussi l’inconsistance de sa politique sociale, qui ne pourra qu’échouer dès lors que le sort des populations n’est pas la principale préoccupation du régime du président Ouattara, davantage focalisé sur des investissements de prestige.

Quelle sera votre stratégie de campagne ?

Nous allons être présents dans toutes les circonscriptions, en parfaite synergie avec l’ensemble de l’opposition. Nous sommes prêts à faire gagner des candidats de partis concurrents. Nous organiserons d’ailleurs des candidatures consensuelles de rassemblement. Nous voulons gagner le maximum de sièges pour peser efficacement sur le jeu politique national et avoir une capacité d’influence sur les institutions.

La majorité se prépare aussi. Que pensez-vous du projet de fusion entre le Rassemblement des républicains (RDR), d’Alassane Ouattara, et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), d’Henri Konan Bédié, qui sont alliés depuis quinze ans au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) ?

Je pense que c’est une alliance en fin de vie. Elle a été conclue pour permettre à deux hommes, Bédié puis Ouattara, d’accéder au pouvoir. Ils ont atteint leur objectif, donc cette alliance n’a plus aucun sens. Le fait de poser la question d’un parti unifié montre bien qu’il y aura un problème. En réalité, ceux qui prendront la relève ne sont pas prêts à s’unir derrière un seul parti, car tous sont des candidats potentiels à une prochaine élection présidentielle.

De votre côté, n’avez-vous pas envie de créer une coalition de l’opposition ?


Un parti est un instrument. Je ne peux pas dire que le FPI est éternel et qu’il restera tel qu’il est jusqu’à la fin des temps. Il y aura forcément des mutations. Alors, oui, il est possible qu’il puisse fédérer une organisation plus vaste sous un autre nom. Mais il ne faut pas forcer le destin. Il faut déjà que nous mettions de l’ordre chez nous.
Le FPI va organiser très prochainement le congrès qu’il n’avait pu tenir en décembre 2014. Souvenez-vous… Certains avaient voulu imposer Laurent Gbagbo à la présidence du parti alors qu’il n’en avait pas fait explicitement la demande. Depuis, nous sommes en procès, désormais en appel, et la décision doit être rendue le 6 mai.

La présidentielle 2020 sonnera le glas de la génération Gbagbo-Ouattara

Craignez-vous que des candidats « dissidents » du FPI se présentent aux législatives ?

Je ne crois pas qu’il y en aura. Mais celui qui se présentera contre le FPI ne pourra plus revendiquer le statut de militant du parti. Par ailleurs, si les principaux frondeurs, Aboudramane Sangaré et Laurent Akoun, ne font plus partie de la direction du FPI, ils sont encore membres du parti.

Comment voyez-vous la présidentielle de 2020 ?

Ça sera la fin d’une génération, celle de Ouattara [74 ans] et de Gbagbo [70 ans], et l’avènement d’une autre, avec des gens comme moi, mais aussi de jeunes loups, que l’on pourrait appeler « génération Fesci » [Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire].

N’avez-vous pas peur d’être considéré comme un homme du passé ?

Ah, non ! Je peux même dire que je devrais logiquement apparaître comme l’homme de la situation. Celui qui a une vraie expérience démocratique là où d’autres ont choisi d’emprunter des raccourcis pour prendre le pouvoir.

Lire la suite
Mercredi 11 Mai 2016
Lu 474 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Législatives : Dédié invite les indépendants issus du RHDP à se... https://t.co/HeZVapxn8L https://t.co/A2bQFInBOe
Mardi 6 Décembre - 08:40
ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire : appel au respect des droits de l’homme à Bouaké: Bouaké, ville du Centre... https://t.co/1b26kSwB1a https://t.co/2Hhzu3zGJI
Lundi 5 Décembre - 21:32
ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire : Ouattara demande "une majorité à l’Assemblée" pour "accélérer des... https://t.co/Ag39YtIZWm https://t.co/8qKAsSnEYU
Lundi 5 Décembre - 06:50
ladepechedabidjan : Football: Yaya Touré arrêté pour conduite en état d’ivresse à l’Est de Londres:... https://t.co/QyJZJlmYtU https://t.co/6q8KL2Wlj3
Lundi 5 Décembre - 06:25

Facebook

Partager ce site