Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Paris : Miaka Ouréto met les points sur les I (1) : "Je suis le président du FPI"

Miaka Ouréto a rencontré les militants du Front Populaire Ivoirien à la faveur d'une réunion convoquée par Brigitte Kuyo, la représentante du mouvement en France. Au cours de ce rassemblement qui a eu lieu à L'AGCA à Paris, le 16 février 2012, le nouvel homme fort du parti de Laurent Gbagbo a insisté pour dire qu'il est bel et bien le président du parti à la rose.


Paris : Miaka Ouréto met les points sur les I  (1) : "Je suis le président du FPI"
La salle réservée s'est avérée exiguë pour l'occasion. Les militants du FPI dont certains sont venus de la province en vue d'effectuer le voyage de La Haye, pour la Fête de la Liberté (commémoration du 18 février 1992) ont accouru nombreux. Dès 19h déjà, tous les sièges étaient occupés. Plusieurs personnes ont dû rester debout tout le temps qu'a duré la rencontre.
En réalité Miaka Oureto était très attendu par les militants de son parti. Les déclarations que lui attribuent la presse concernant le porte- parolat de Laurent Gbagbo alimentaient les conversations avant son arrivée, aux environs de 20h, pour une réunion dont le début était prévu à 19h30h.
Miaka Oureto a fait son entrée dans la salle, accompagné de Brigitte Kuyo qui s' est excusée en son nom pour "son léger retard". Celle -ci dans son speech d'introduction a planté le décor : "Il ya deux points à l'ordre du jour : Informations et échanges avec le président Miaka et comme vous savez que le 18 (demain) , nous allons à La Haye, en deuxième point, il y aura l'organisation pratique du voyage", dira t-elle, notamment , avant de passer la parole à Miaka Ouréto. Sur la table de séance, on notait la présence de Bernard Houdin présenté comme le porte- parole de Laurent Gbagbo , chargé de l'Europe et des États Unis. Dans la salle, il y a avait également Alain Toussain (Côte d'Ivoire coalition), Alexis Zahoua (UNG), Désiré Bibi (MIR), James Cenach et des responsables d'association.

Le président du FPI, très décontracté s'est adressé à l'auditoire pendant environ une heure. Avant son propos, Miaka Ouréto a demandé à l' assistance d'observer une minute de silence à la mémoire des victimes de la barbarie de la politique dictatoriale de Ouattara, principalement, à la mémoire du maire Gnan Raymond, décédé à Lomé et à la mémoire du ministre Paul antoine Bouhoun Bouabré qui a perdu la vie en exil en Israël dans le dénuement total, après le gel de leurs comptes bancaires comme ceux de nombreux pro-Gbagbo.

Miaka Ouréto a salué la lutte des Ivoiriens et des Africains de la diaspora mais aussi des Européens en faveur de la justice. "Cela fait un peu plus de deux semaines que je suis là. J'ai observé l'enthousiasme des Ivoiriens, des Africains et des Africaines, des Européens et des Européennes, tous engagés et débout pour la même cause, luttant pour que le président Laurent Gbagbo si injustement incarcéré à La Haye, puisse être non seulement libéré, mais réhabilité dans ses droits. J'ai vu des gens lutter pour que les principaux dirigeants du FPI - parti qui a toujours été à l' avant- garde de lutte pour la démocratie dans notre pays -, injustement incarcérés dans le Nord puissent retrouver leurs droits. Beaucoup d'autres Ivoiriens sont aujourd'hui en exil. Tout cela fait pleurer, mais nous devons rester debout, nous devons rester courageux. Donc ma présence ici c'est pour vous féliciter, vous dire bravo pour votre détermination . Je suis venu vous le signifier de vive voix, de façon solennelle en tant que président du Front Populaire Ivoirien. " dira t-il en substance, d'entrée de jeu. Poursuivant son propos , le président du FPI s'est appesanti sur la situation socio-politique qui prévaut en ce moment en côte d'Ivoire . Miaka Ouréto a exigé la libération de Laurent Gbagbo, "victime d'une injustice flagrante", la libération de tous les prisonniers politiques et évoqué la question du retour au pays des exilés politiques, sous le régime totalitaire d'Alassane Ouattara, "afin que la Côte d'Ivoire redevienne la terre d'hospitalité, la terre de la vraie fraternité et de la démocratie, telle que Laurent Gbagbo l'a toujours souhaité. C'est notre objectif. Il faut que nous revenions au pouvoir. Le Font Populaire Ivoirien est la seule alternatitve crédible en Côte d'Ivoire. On l' a dit et on le réaffirme. On n'a même pas à en douter. Oui nous n'avons pas fait une opposition factice, une opposition pour détruire, aux temps les plus difficiles (sous Houphouët et Bédié ndlr), nous avons pris sur nous de dire : nous devons être une opposition constructive, nous avons organisé des ateliers, des colloques, sur l'Agriculture, sur la dévaluation du Franc CFA, etc. Ces colloques nous ont permis d'avoir la dimension nécessaire pour gérer le pouvoir d'État. Et lorsque Laurent Gbagbo est parvenu au pouvoir en 2000, il l'a prouvé. Il a parlé de conditions calamiteuses. Au pays nous l'avons explicité. Certains ne comprennent pas ça. Ils disent : mais, Laurent Gbagbo lui- même il dit qu'il a pris le pouvoir dans des conditions calamiteuses. Ça veut dire que les ténors n'avaient pas été candidats contre lui. Je dis ça ne veut rien dire.(…) Conditions calamiteuses parce qu'il y avait au plan social des problèmes partout. Le problème de la CARENA, les salaires à double vitesse, des policiers qui n'étaient plus motivés, l'administration qui ne fonctionnait pas bien parce que le corps préfectoral trouvait que ses conditions de rémunération n'étaient pas justes, la Côte d'Ivoire était coupée du reste du monde (FMI, Banque Mondiale…) à cause du scandale des 18 milliards de l'Union Européenne etc. Malgré les conditions difficiles, Laurent a résolu tous ces problèmes en moins de 6 mois.Nous avons renoué avec la communauté internationale. Nous avons inventé la logique et la stratégie de recruter les directeurs des régie financières par appel à candidature. Une première en Côte d'Ivoire et en Afrique, j'allais dire même dans le monde. C'est cela Laurent Gbagbo, c'est cela le Front Populaire Ivoirien. Donc il ne faut pas dévoyer notre lutte." a-t-il déclaré avant de faire une précision sur les raisons qui l'on conduit à reconnaitre Allassane Ouattara comme président de la République : " Quand je rencontre Alassane Ouattara, je dis Excellence monsieur le président de la République. Si cela me permet d'aller quelque part et de livrer un message pour que Laurent Gbagbo qui souffre la-bas (À La Haye - ndlr) soit en liberté, j'aurai gagné largement (…) Mais je voudrais dire aux uns et aux autres que je ne suis pas de la dernière pluie en politique", a-t-il prévenu.

Miaka Ouréto insistera surtout par la suite sur son nouveau statut de président du FPI. Débarrassant son titre de la particule "intérimaire", il a indiqué que "l'organisation des choses humaines est faite ainsi : à un moment donné, c'est untel qui est devant pour coordonner l'effort collectif. Ça ne veut pas dire que c'est lui qui incarne toute l'intelligence ! Aujourd'hui, le président du Front Populaire Ivoirien c'est Miaka Oureto. La direction du FPI se trouve à Abidjan. J'ai tenu le même langage aux camarades qui sont à Accra. On était dans un moment de déperdition totale. On entendait des déclaration par-ci, des déclarations par-là. Je leur ai dit : camarades, quand vous posez des actes, c'est moi qui répond de cela. La direction du FPI est à Abidjan. Le président du parti c'est Miaka Ouréto, le secrétaire général adjoint porte- parole c'est Laurent Akoun, autour de lui, il ya Marie Odette Lorougnon qui est chagée en même temps de nos structures spécialisées et des activités, Il y a le ministre Danon Djédjé qui est chargé de la réconciliation, le ministre Alphonse Douaty, chargé du suivi de la politique gouvernementale, et le ministre Amani Nguessan, chargé de l'organisation et de la défense. Ce sont ces personnes qui constituent le secrétariat général du parti. Si nous avons des consignes à donner, on les donnera de manière claire. Lorsque vous recevez des consignes qui ne sont pas signées du parti, considérez que c'est nul et de nul effet. Il ne faut pas vous laisser distraire. Tous les amis qui se battent, nous convergeons vers le même but mais il faut que ce soit ça l'essentiel. Et c'est un message que je veux passer. (…) L'argent facile, ce n'est pas bon. Il faut qu'on bannisse certains comportements de nos habitudes. "

S'adressant particulièrement à ses militants de la diaspora le président du FPI dira : "Aujourd'hui, le parti a des difficultés. Et c'est sur vous que nous comptons malgré vos difficultés. Le secrétaire national chargé du budget viendra vers vous pour vous demander de nous aider comme vous pouvez. Aujourd'hui, nous fonctionnons sur la base de 125 millions de reliquat du financement de 2010 que Alassane Ouattara après que nous ayons entrepris plusieurs Gymnastiques nous a remis. On attend le financement au titre de l'année 2011. Est-ce que ce financement va venir ?" s'est-il interrogé.

Enfin, à propos de son séjour parisien il s'est adressé à l'auditoire en ces termes : "Je vais vous faire une confidence. Avec le tour que je viens de faire, je peux vous dire que le soleil n'est pas loin" .

En clair, selon le président du FPI, les nouvelles sont bonnes. Faudra t-il dès lors, à travers ces propos s'attendre à libération très prochainement de Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques ainsi qu' au retour des exilés politiques pour un renouveau démocratique en Côte d'ivoire. Seul l'avenir nous dira.

Axel Illary





Vendredi 17 Février 2012
Lu 1107 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1189 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1791 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1400 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site