Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Obiang Nguema Basogo: « Ce sont les français qui ont viré Gbagbo du pouvoir »

Dans une interview exclusive au magazine Panafricain Africawatch, le président équato-Guinéen Obiang Nguema Basogo dénonce de manière véhémente l’intervention de la France et de l’ONU dans les conflits ivoirien et libyen . Président en exercice de l’Union Africaine au moment des faits, le Président Obiang s’insurge contre l’internationalisation du conflit par la France qui avant même les élections en Cote d’ivoire avait clairement choisi son camp.


« L’ingérence de la France et de l’Onu en Côte d’ivoire a crée un mauvais précédent »
« L’ingérence de la France et de l’Onu en Côte d’ivoire a crée un mauvais précédent »
Vous étiez le président de l'Union Africaine de Janvier 2011 à Janvier 2012. Il y a eu plusieurs événements importants au cours de cette période, y compris la famine en Afrique de l'Est, le printemps arabe en Tunisie, Égypte et Libye, et une guerre civile en Côte d'Ivoire. Cela semble avoir été un agenda chargé pour juste sur un année au pouvoir. Comment avez-vous managé dans ces situations difficiles?

Eh bien, c'était vraiment une période difficile. J'ai fait face à beaucoup de problèmes au cours de mon mandat en tant que président de l'UA, donc je ne sais pas quoi dire. Était-ce la volonté de Dieu pour moi d'être le président de l'UA à ce moment précis pour faire face à tous ces conflits et ces problèmes? Ou était-ce juste une malchance? Je ne sais pas. Tout ce que je peux dire, c'est que j'ai travaillé très dur pour essayer d'apporter la paix à tous les endroits ou il y avait des conflits, et en Afrique en général.

En ce qui concerne les cas de la Tunisie et de l’Egypte que vous avez mentionnés, je pense que c'était des questions internes que les gens de ces pays voulaient mettre à l'attention de leurs gouvernements et des présidents. Et il n'y avait pas grand-chose qu'on pourrait faire ou dire à leur sujet au niveau de l'UA ou international. À propos de la Côte d'Ivoire et de la Libye, c'était une autre paire de manches. On peut clairement dire que les deux conflits ont échappé à notre contrôle à cause de l'ingérence extérieure dans les deux pays.

En Côte d'Ivoire, par exemple, quand j'étais président de l'UA, j'ai parlé et j'ai réussi à convaincre l'ancien président Laurent Gbagbo à démissionner du pouvoir et il a accepté de le faire, j'ai aussi essayé de convaincre l'autre partie à accepter la négociation avec Gbagbo parce qu'il avait accepté de démissionner, mais l'ingérence extérieure n'a pas donné vraiment le temps à Gbagbo de démissionner ou de s'engager dans des négociations avec l'autre partie.

En fait, le problème ivoirien n'était pas vraiment un problème au début, il s'agissait d'un malentendu. Les gens sont allés à une élection et il y avait un malentendu sur le gagnant. En fait, cela me surprend qu'à partir de ce malentendu est né un énorme conflit qui s'est aggravé au niveau que nous avons vu.

Qu'est ce qui à votre avis a provoqué l'escalade?

Je crois que c'était l'ingérence de pays étrangers, des Nations Unies et de tous les organismes, qui ont vraiment aggravé le conflit en Côte d'Ivoire. Je me suis demandé pourquoi les Nations Unies, une institution de la paix fondée pour favoriser la paix dans le monde, a pris parti dans un conflit interne et créée l'escalade à l'aide de ses troupes qui sont intervenues, même combattu, pour une partie au conflit.

Pourquoi n'a-t-elle pas dit: «Eh bien, nous savons que la France s'est impliqué jusqu'au cou dans ce conflit ", elle a utilisé ses troupes et s'est battue pour un camp dans le conflit avant les élections, et beaucoup de personnes sont mortes. En tant que tel, la France n'est plus un arbitre impartial en Côte d'Ivoire. Elle devait donc se mettre à l'écart et donner la place à des pays neutres acceptés par les deux parties pour vraiment aider à trouver une solution acceptable en Côte d'Ivoire.

Mais non. L'ONU, elle-même, sous l'influence des pays occidentaux au sein du Conseil de sécurité, a déployé ses troupes en tandem avec la France pour attaquer Laurent Gbagbo, le traquer dans le bunker présidentiel, et l'humilier, lui, sa femme et sa famille devant la télévision internationale. Oui, ils l'ont défilé devant la télévision internationale. Cela, pour moi, restera à jamais l'un des points les plus bas, les jours sombres, même des Nations Unies. Pourquoi l'ONU a décidé de descendre si bas dans un conflit international me tourmente. Et beaucoup de gens sont morts en Côte d'Ivoire en raison de l'ingérence extérieure. Ils n'ont vraiment fait qu'aggraver le problème.

En ce qui concerne l'UA, pouvait-elle ou devait-elle intervenir?

Je crois qu'il était possible à l'UA de trouver une solution, parce que, en tant président de l'UA, j'ai demandé à la communauté internationale de permettre à l'Union africaine de trouver une solution en Côte d'Ivoire. Je leur ai dit que c'était une opportunité pour l'Union africaine et les Africains, pour résoudre le problème. C'était un problème africain qui avait besoin d'une solution africaine.

Mais ils n'ont pas écouté. Pour eux, il était trop tard, car ils avaient déjà pris la décision d'intervenir et d'utiliser leurs troupes contre Gbagbo, de le retirer de pouvoir au profit de l'autre partie. Ainsi, contrairement à la Tunisie et l'Egypte, ce n'était pas le peuple de Côte d'Ivoire qui a enlevé Gbagbo du pouvoir. Ce sont les Français et les troupes de l'ONU qui l'ont fait. Ce n'était même pas l'armée ivoirienne qui l'a enlevé. Ce sont les français et les troupes de l'ONU, des troupes étrangères.

Pourquoi exactement la France et les Nations Unies ont-elles joué ces rôles importants dans ces conflits africains?

La France a joué un rôle clé dans le conflit ivoirien parce que la France avait promis de donner le pouvoir à l'autre partie. Mais elle n'allait pas le faire par les urnes ou les négociations, elle avait l'intention d'utiliser l'armée française. Et c'est exactement ce qu'elle a fait. Et quelque soit ce que nous disions en tant que dirigeants de l'Afrique, siégeant à l'Union africaine, n'avait pas d'importance pour eux.

En Libye, le conflit a aussi commencé comme une affaire interne, comme ce qui s'est passé en Egypte et en Tunisie, mais il a fini dans une rébellion parrainée par les pays étrangers. Tout à coup, les rebelles de l'Est, qui n'avait pas de fusils, ont reçu des armes envoyées par des pays étrangers pour lutter contre le gouvernement du colonel Mouammar Kadhafi, qui avait contribué à la création de l'Union africaine, et a soutenu l'organisation de quelque manière qu'il le pouvait.

Dans tous les pays, si un gouvernement est attaqué par des rebelles armés, le gouvernement a le droit de se défendre par le déploiement de son armée. C'est inscrit dans le droit international. Et c'est exactement ce que le gouvernement de Kadhafi a tenté de faire.

En Tunisie et en Egypte, le peuple s'est levé pour exiger un changement de gouvernement sans utiliser les armes. En Libye, c'était différent. La soi-disant armée rebelle dans l'est de la Libye a soudainement obtenu des armes en provenance de pays étrangers et les ont utilisées pour attaquer le gouvernement de Kadhafi.

On peut donc comprendre ce que Kadhafi a essayé de faire pour se défendre et défendre la souveraineté de son pays. Même si c'était un cas évident d'un gouvernement qui se défend contre l'agression rebelle, contre les rebelles financés et armés par des pays étrangers, les mêmes pays étrangers se sont cachés derrière l'OTAN pour bombarder et de détruire l'armée de Kadhafi et neutraliser sa capacité de se défendre et défendre son pays.

Ces mêmes pays étrangers ont à nouveau utilisé les Nations Unies pour imposer une «zone d'exclusion aérienne» sur la Libye. Alors, vraiment, les mains et les pieds de Kadhafi étaient attachés par l'ingérence internationale qui a joué un rôle clé dans le conflit libyen, contrairement aux soulèvements en Tunisie et en Egypte, qui ont été autorisés à être des questions purement internes à résoudre par les peuples de ces deux pays , et non par des puissances étrangères.

On peut donc distinguer entre les soulèvements en Egypte et en Tunisie, d'une part, et les conflits en Côte d'Ivoire et la Libye, d'autre part. Les deux premiers étaient des questions internes qui ont été régler par les peuples de ces pays eux-mêmes, tandis que la Côte d'Ivoire et en Libye ont connus des interférences internationales qui n'ont fait qu'empirer les choses.

Pour cette raison, nous pensons que les Nations Unies, une institution de la paix, ne devrait pas avoir joué le genre de rôle qu'elle a joué en aidant les puissances étrangères à intervenir en Côte d'Ivoire et en Libye. Ce n'était pas pour cela que l'ONU a été créé. Elle a créé un mauvais précédent dans le monde.

In Africawatch / EODE Press Office
Jeudi 18 Juin 2015
Lu 1726 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 18/06/2015 13:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci grand homme !
Affaire à suivre !

Vidéo du Giga meeting de la CNC le 20 juin 2015 à la place Ficgayo de Yopougon. Voir le lien ci-dessous. Faites copier-coller dans l’adresse internet explorer. Merci, faites circuler l’info !

https://www.youtube.com/watch?v=h0FWWyjTgJg

Vidéo FLASH INFO DU FPI NON à Alassane Dramane Ouattara. Voir le lien ci-dessous. Faites copier-coller dans l’adresse internet explorer. Merci, faites circuler l’info !

https://www.youtube.com/watch?v=1X36iWpiP7g

2.Posté par Akossia Pierre le 18/06/2015 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
COMMUNIQUE :

Evénement sous le haut parrainage d’AKOUN Laurent et la présence effective d’AKOI Innocent (vice-président du FPI) et LAVRI Nicolas, tous en tournée européenne.

La représentation FPI France (Section 92) organise une grande conférence publique ce samedi 20 juin de 14h à 18h à l’Agora 177, Rue de Charonne. Metro Alexandre Dumas, ligne 2.

Vous êtes tous conviés.

Merci à vous !
Pour éviter de nouveau une république régionale au rattrape « mossinéen ».

3.Posté par Wawayou le 19/06/2015 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au Président Bassogo Obiang N'Guéma

Vieux père,

on sait que ce sont les français qui ont bombardé le Palais présidentiel du chef de l'Etat de Côte d'Ivoire. Et qui ont ''capturé '' Gbagbo comme un vulgaire ...Ces gens -là ont mont fini de montrer leur visages hideux! nous n'avons plus rien à faire avec.

Les Franaçais nous gère depuis deux putains de siècles infernales. Leur dernière connerie, cest de placer Ouatara Dramaner un chef Rebelle armé à coup de bombes!

et de bombarder notre palais présidentiel et de déporter le Président Gbagbo dans cette CPI de MERDE

On le sait et ça, ça b=nous fout les boules et nous sommes en colère nous les proGbagbo.. Anec cet eacte ignoble un de plus, la France a perdu. Car nous ne voulons plus ni du franc CFA, ni de la coopération , ni des bases militaire de la France en Côte d'Ivoire etc...tout ce qui est français nous énerve nous donne à vomir!....

Nous sommes décidés et ça va se faire cette décolonisation.

On en a mare!.

On les aura un jouir, on les aura....

4.Posté par Akossia Pierre le 19/06/2015 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai un respect profond pour cet homme, Obiang Nguema Basogo, il a la grandeur de protection de notre continent comme le président Laurent Gbagbo et de passage, je fais un signe d'admiration au tonton MUGABE.

Le président Obiang doit être répertorié en bien, dans l'agenda de la CNC.

Vive FPI !

5.Posté par Akossia Pierre le 20/06/2015 01:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes sensibles pour ce que tu prends comme décision, cher Anaki. Merci pour ton pays ! FPI t’attend !

J’ai lu pour vous !

Côte d’Ivoire – Le MFA d’Anaky rejoint le FPI de Gbagbo sur l’inéligibilité de Ouattara (Lettre ouverte à la CNC)

Anaky encourage la CNC dans « la bataille pour une transition civile » (Lettre ouverte du MFA à la CNC)

Chères frères, amis et camarades de la C-N-C

Pour ce qui est des élections générales de 2015, et plus particulièrement de la plus importante, la présidentielle, nous nous devons tous d’interpeller les deux grands réalisateurs de la scène publique de notre pays.

En effet, ils ont, deux ou trois années à l’avance, planté le décor, mis en place orchestres, acteurs et figurants, dans une mise en scène que l’histoire ne manquera pas de retenir ; en d’autres termes, pour la présidence 2015-2020, le duo Ouattara-Bédié restera au pouvoir ; et il n’y aura, en Côte d’Ivoire, au niveau des acteurs politiques, de la société civile comme de la population, que deux camps.

A) Celui de ceux qui suivent aveuglement et ne doivent utiliser leur entendement, non pas pour observer et s’interroger sur un quelconque bilan du mandat de Ouattara, mais pour paraitre les plus laudateurs et enthousiastes possible.

Ainsi, tous les jours, il nous sera fait étalage de marques ou manifestations d’émerveillement béatifique devant le génie politique de Bédié qui a engendré l’Appel de Daoukro, ou face aux ouvrages d’art du grand bâtisseur Ouattara, auquel le nombre de mandats, au-delà des deux initialement réservés pour surplomber la lagune Ebrié, est désormais plutôt open!

B) Il y a aussi forcement le camp de ceux qui ont un autre regard de l’ensemble de la gouvernance Ouattara après quatre années, et qui, plus attentifs aux conditions de vie des populations les plus démunies comme de la classe moyenne, en milieu urbain comme rural, sont beaucoup plus réservés, sinon même inquiets devant tout ce qui ne va pas en la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui.
Le préambule de votre charte, celle de la CNC, en a livré un état aussi complet qu’implacable.
Et les partis politiques, la société civile et les millions d’Ivoiriennes et d’Ivoiriens qui ne se reconnaissent pas dans le grand opéra de Bédié – Ouattara qui vient de démarrer ses représentations, n’ont aujourd’hui les yeux tournés que vers la C-N-C, qui est la seule plateforme politique, à ce jour, qui a clairement annoncé les couleurs en disant qu’elle se constituait pour battre Ouattara aux élections et mettre fin à son pouvoir.

Oui, chers frères, amis et camarades de La Grande Coalition, tout le monde vous rejoindra, et soyez assurés que la majorité de la Côte d’Ivoire vous a déjà ouvert son cœur.

Voici près de 5 mois que Ouattara est en campagne électorale !!! D’ailleurs, à partir de maintenant, et jusqu’à l’élection , on peut dire que la Côte d’Ivoire ne travaillera plus, et ne vivra qu’au rythme et au souffle de cette présidentielle qui, à mon modeste avis, au cas où ce semblant de déferlante RHDP n’est pas freiné quelque part, ou ne trouve pas rapidement pour lui faire face, le phénomène de force sociale que la Grande Coalition porte en elle, nous allons inéluctablement vers des élections à la hussarde qui permettront à la firme Bakayoko corporation d’annoncer, par la voix de ses cinq fondés de pouvoir, dès 13h, le jour du vote, la victoire à 100% des pro- Ouattara. Il vaudrait mieux tout arrêter et plébisciter Ouattara en urgence pour que le programme de son œuvre céleste pour la Côte d’Ivoire ne souffre même pas un jour de ralentissement !

Chères frères, amis et camarades de la CNC, de la Grande Coalition, je vous sais au travail ; tout a certainement déjà été préparé et est même « calé », mais c’est l’un de vos membres naturels, à savoir LE MFA, par la voix de son président ANAKY KOBENA, qui voudrait vous faire une petite mais importante proposition !

En effet, évaluons ensemble les chances que nous avons d’obtenir, en quatre mois, la satisfaction de nos revendications principales, pour des conditions d’élections correctes et acceptables.

A- Les FRCI et les DOZOS seront ils intégralement désarmés, encasernés ou fixés à demeure ? Il y a déjà le problème des effectifs réels! On nous parle de 18.000, mais des ONG travaillant sur le terrain ont dénombré au moins 100.000 ex-combattants en attente, ou dans la nature ; qui croire, qui comprendre ? Et Personne n’a encore opposé un démenti à ces ONG, ni l’ADDR, ni le Ministère de la Défense! Le désarmement et la sécurisation des élections seront-ils au rendez-vous ?

B- Les vrais contrôles quant à la fraude sur la nationalité ivoirienne, n’ont pas encore été engagés par une grande commission réunissant les partis politiques, la société civile et le Ministère de l’Intérieur ; dans ces conditions, combien de personnes, ayant obtenu des papiers Ivoiriens par fraude, pourront prendre part au vote ? Et, depuis quand cette fraude est-elle organisée à grande échelle ?

Pour votre information, lors de son récent voyage à Paris, le Président du Burkina, Kafondo, a publiquement exprimé ses craintes de votes transfrontaliers ; De Burkinabés en Côte d’Ivoire, et d’Ivoiriens au Burkina ; tous avec d’authentiques faux papiers d’un pays comme de l’autre.
Et qui ne sait pas que le maitre d’œuvre de cette alchimie, l’un des plus grands spécialistes de l’identification au monde, est quelqu’un que tous les Ivoiriens, surtout ceux d’Agboville, connaissent très bien ?

Pourrons-nous être tranquillisés sur ce point important dans les quatre mois qui restent ?
C-Nous ne transigerons pas sur le fait qu’avant de participer à des élections, la composition de la CEI devra être changée et la part exorbitante et antidémocratique qu’y a désormais l’exécutif corrigée.

Certes, l’Assemblée Nationale a déjà adopté la loi, les députés PDCI ayant choisi de baisser les bras ! Mais c’est bien la constitution qui demande une instance indépendante ! Et rien n’est au-dessus de la constitution, même pas un vote de l’assemblée !

Par ailleurs, se pourrait –il que le cher frère PCA de BAKAYOKO CORPORATION, rende le tablier ou soit muté ailleurs, surtout que sa reconduction à ce poste aurait été le vœu le plus cher de quelqu’un qu’il aurait paradoxalement spolié de 600.000 voix aux dernières élections !

D-Et cette réconciliation , à laquelle notre pays aspire tant, mais qui, de toute évidence, est le cadet des soucis de Ouattara, avec le nombre encore élevé de prisonniers politiques et militaires, d’exilés peu motivés pour le retour, l’interdiction de s’exprimer de plus en plus durement imposée à l’opposition ou à tout ce qui va pas dans le sens voulu ? Verra-t-on vraiment de grandes et fortes mesures et décisions traduisant enfin une véritable volonté politique de tourner la page ?

Je pourrais continuer encore, mais je me dois de libérer votre attention pour la diriger vers ce qui, à mon sens, devrait être la véritable priorité du combat de tous ceux qui espèrent et veulent un changement, dès cette année 2015.

Puisqu’il se profile que dans leur course effrénée vers des élections dans les conditions présentes, qu’ils se font forts d’emporter dès le premier tour, Alassane Ouattara et Bédié feront la sourde oreille face aux doléances légitimes et fondées de l’opposition politique et de la société civile, que doit faire la CNC, la Grande Coalition, n’ayant pas le choix des armes ?

Oui, frères, amis et camarades de la CNC, de la Grande Coalition, notre premier et ultime combat doit être celui de la stricte application de la constitution de la Côte d’Ivoire.

Ce texte, notre loi fondamentale, au-dessus de toutes les autres, et qui ne peut être amendé que par un referendum, par appel à la votation populaire, pose en son article 35 les conditions de l’éligibilité à la Présidence de la République.

Il se trouve que sur ce point, le candidat unique du RHDP, a un problème soulevé depuis 2000.
Et la situation d’exception qui a justifié le recours à l’article 48 de la constitution et qui a permis à tous les signataires des accords de Marcoussis d’être admis à l’éligibilité est loin derrière nous ;

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin s'est vu proposer un soutien financier pour son... https://t.co/WIYtoRshAC https://t.co/vApbyQ71Z0
Mercredi 7 Décembre - 17:56
ladepechedabidjan : À PROPOS DE LA MALADIE DE MARIE LOUISE ASSEU - LES PRÉCISIONS DE SES PROCHES : "IL N'Y A... https://t.co/wi6kteTCK4 https://t.co/sostGDyoaQ
Mercredi 7 Décembre - 15:57
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Le Bâtonnier entend privilégier ’’ la liberté de choix’’ de la défense... https://t.co/CXomA7ZR2U https://t.co/qulpFE2IhX
Mercredi 7 Décembre - 15:22
ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07

Facebook

Partager ce site