Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Nouvelle Constitution/Yao Séraphin Kouamé, maire de Brobo, crache ses vérités: «On veut 3 mandats? Pourquoi ne pas décréter le mandat à vie en même temps?»


Nouvelle Constitution/Yao Séraphin Kouamé, maire de Brobo, crache ses vérités: «On veut 3 mandats? Pourquoi ne pas décréter le mandat à vie en même temps?»
Après 3 années passées à la tête de la mairie de Brobo, une commune située à 25km de la ville de Bouaké, dans la région du Gbêkê, au centre de la Côte d’Ivoire, le maire Yao Séraphin Kouamé, membre du BP du PDCI-RDA, parle de sa commune, de l’Uvicoci et se prononce sur l’actualité du moment dans son pays. Surtout la question de la nouvelle Constitution en vue. Entretien au micro de www.africanewsquick.net.

Monsieur le maire, comment va Brobo, après 3 années que vous dirigez cette comme de la région du Gbêkê?

Je voudrais vous remercier et avec vous votre journal en ligne www.africanewsquick.net, avant tout propos pour cette opportunité, cette belle occasion que vous me donnez. Merci pour votre amitié, votre sollicitude. Cela fait effectivement 3 ans que la population de Brobo nous a fait confiance. Nous lui sommes très reconnaissants. C’est une vision qui nous a conduits à demander les suffrages des électeurs de Brobo. Cette vision, nous y tenons. Cela demande un travail très important au quotidien. C’est ce que nous essayons de mener tant bien que mal. Et nous sommes heureux que les choses se déroulent bien depuis le début.



Quelle est donc cette vision?

La vision, au départ, c’est de transformer Brobo, dans le sillage de la modernité, du développement et de l’émergence de la Côte d’Ivoire, afin que Brobo soit une ville moderne. Et cette vision était d’inscrire Brobo comme première ville touristique au niveau du Grand Centre. Cela demande bien sur des infrastructures, cela demande des activités, cela demande des actions, cela demande des opérations que nous sommes appelés à mener. Dès le départ, vous savez, c’est une petite localité du point de vue économique. Donc cela demande des acquis de départ. Et ces acquis nécessitent, justement, que nous ayons un certain nombre de moyens, un certain nombre d’organisation, un certain nombre d’activités que nous avons organisé dans un plan précis. Les choses se passent globalement comme nous le souhaitons véritablement. Sur le plan infrastructurel, des choses importantes sont faites au niveau de la route, au niveau de l’école, au niveau de la santé, au niveau de l’électricité que nous essayons d’étendre, en attendant que l’Etat réalise son projet d’électrifier tous les villages. Au niveau de l’eau, aujourd’hui la quasi-totalité des villages, hameaux et quartiers arrivent à boire de l’eau potable. Et ça, c’est très important. Mais il y a d’autres actions qui demandent des partenariats avec, par exemple, le secteur privé pour implanter des entreprises, implanter des activités. Et là-dessus, nous sommes également en des bonnes voies. Donc depuis le début et sur ces 3 ans, nous sommes plus ou moins satisfaits, compte tenu des moyens dont nous disposons.

2-Yao Kouamé Séraphin_maire de Brobo_9943

Cependant, quand vous sollicitiez la direction de la mairie, sur quoi comptiez-vous pour réaliser votre vision et développer la commune de Brobo?

Mais bien sur que nous savions sur quoi compter. Le plus important, c’est de compter sur Brobo, sur l’ensemble des forces vives, comme on les appelle, l’ensemble des filles et fils de Brobo. Il s’agit d’assumer un leadership, d’agréger les populations autour d’une vision partagée et de faire en sorte que chacun se sente dans la mission de développement. Donc c’est sur Brobo que je comptais véritablement, et c’est toujours sur Brobo que je compte. Maintenant, dans la pratique, il y a les moyens qu’il faut mettre en œuvre. Il y a par exemple la sempiternelle question du financement. Et à ce niveau-là, il est clair qu’avec le budget d’investissement de la ville qui tourne autour de 50 millions FCFA, ces 2 dernières années, il est difficile que toutes les actions dont j’ai parlé tantôt sont quasiment délicates à mener. Mais en matière de développement, il faut surtout savoir utiliser le peu qu’on a. C’est en l’utilisant correctement qu’on met en place un certain nombre d’acquis et que ces acquis peuvent générer d’autres sources de revenus. Si les activités que nous menons pour attirer le secteur privé à s’installer, si les activités d’organisation que nous menons pour créer d’autres magasins, les activités que nous menons pour encourager les artisans à s’organiser, ces activités peuvent nous permettent d’élargir notre base fiscale, notre assiette fiscale, et espérer un peu plus en matière de ressources propres. En complément de cela, nous espérons que l’Etat va essayer de comprendre que la question de la décentralisation n’est pas qu’une simple question d’autonomie juridique, mais aussi une question d’autonomie financière qui est très importantes qui va permettre aux collectivités d’être véritablement viables. Et à ce niveau, nous ne sommes pas seuls. Il y a également l’ensemble des petites communes de Côte d’Ivoire, les communes qui ont très peu de moyens doivent s’y impliquées pour que nous arrivions à un résultat.



Est-ce donc la défense des petites communes sans moyens qui vous avait poussé à postuler pour la présidence de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (Uvicoci) ?

Bien sur. L’Uvicoci, c’est l’ensemble de toutes les communes grandes ou petites. Donc pour la vision, c’était diriger l’ensemble de toutes les communes de façon équitable. Les vrais problèmes, aujourd’hui, concernent les petites communes. Il ne faut pas se les cacher. Les questions du niveau du budget d’investissement touchent surtout Brobo, Doropo, Madinani etc. et non pas les grandes communes d’Abidjan, Yamoussoukro ou Bouaké. En réalité, la vraie question, c’est de faire en sorte que toutes les communes puissent bénéficier d’un statut de moyens qui permettent de travailler consciencieusement et d’arriver à soutenir véritablement le développement et l’émergence de la Côte d’Ivoire. En plus, au-delà des communes, il y a aussi le statut des maires qui est tout aussi préoccupant et qui est l’un des chantiers qui m’ont poussé à briguer la présidence de l’Uvicoci. Mais, avec les réglages à l’intérieur de mon parti, le PDCI-RDA, avec les interventions, nous avons décidé de soutenir l’aîné (Ndlr : Gilbert Kafana Koné, maire de Yopougon) qui est là et nous nous reconnaissons en ce qu’il fait et nous l’encourageons à faire en sorte que par l’Uvicoci, les communes trouvent les moyens pour leur véritable autonomie et se développer au profit des populations. Nous n’avons pas encore les résultats de la gestion de l’actuelle Uvicoci que nous attendons, mais nous espérons que les choses vont changer et évoluer le plus rapidement possible.



Il vous reste 2 ans encore à la tête de la commune de Brobo. Quels sont vos chantiers à venir ?

Le plus important actuellement, le plus imminent, c’est de doter la ville du minimum possible d’infrastructures. A ce niveau, nous sommes bien avancés avec les routes, l’assainissement, les infrastructures scolaires et sanitaires, et bien d’autres éléments qui arrivent avec des travaux et chantiers d’envergure. Nous allons amorcer véritablement la réalisation des grands projets avec lesquels, nous négocierons le second mandat.




3-Yao Kouamé Séraphin_maire de Brobo_9957

Les législatives s’annoncent pour cette fin d’année. Quel regard sur ces élections de novembre 2016?
Ces législatives sont très importantes. Nous sortons d’une période difficile, quoi qu’on dise. Les 2 ou 3 grands chantiers concernant la sécurité après la guerre qu’il y a eu, la sécurité s’est améliorée, même si de temps en temps, nous avons quelques sons discordants avec le phénomène des microbes et l’attentat de Grand-Bassam. Sur le chantier économie, le chantier développement, nous sommes satisfaits d’un point de vue macroéconomique, parce qu’à ce niveau, le PIB démontre visiblement avec les infrastructures que nous voyons. Cela démontre une certaine santé financière du point de vue macroéconomique. Cependant, nous avons encore du travail à faire. Parce que du point de vue microéconomique, du point de vue sociale, il y a que les Ivoiriens attendent encore beaucoup du gouvernement. Il y a aussi la question de l’emploi qui reste aussi préoccupante. L’autre chantier, le chantier de la réconciliation nationale piétine. Il est vrai que quand il y a eu deux camps qui se sont affrontés dans une guerre fratricide, la réconciliation ne se fait pas du jour au lendemain. Il y a un certain nombre de situations qui restent pendantes devant la Justice. Et donc, ça risque de prendre un peu de temps. Mais, je crois que petit à petit, les cœurs commencent à s’apaiser. Les gens arrivent à se parler, à déjeuner ensemble. C’est très important. Nous espérons que les questions judiciaires vont être traitées de la meilleure manière possible pour que nous puissions nous en sortir. Donc à partir de là, le pays retrouve un nouvel élan. Et il est bien que les institutions puissent fonctionner assez correctement. Le renouvellement des institutions est très important avec la participation de tous. Les dernières législatives n’avaient pas vu la participation du bloc FPI. Donc ces élections qui arrivent sont l’occasion d’amener les uns et les autres à participer à la réalisation de l’Etat à travers leurs participations dans les institutions. A ce titre-là, je trouve que c’est une très bonne chose que tous y participent.



Lire la suite
Lundi 13 Juin 2016
Lu 776 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : Législatives à Cocody / Yasmina Ouégnin confie : « Voici la vraie raison pour laquelle... https://t.co/XFe0GxpKtn https://t.co/h4IoqbRRNF
Mardi 6 Décembre - 13:21
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Législatives : Dédié invite les indépendants issus du RHDP à se... https://t.co/HeZVapxn8L https://t.co/A2bQFInBOe
Mardi 6 Décembre - 08:40
ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire : appel au respect des droits de l’homme à Bouaké: Bouaké, ville du Centre... https://t.co/1b26kSwB1a https://t.co/2Hhzu3zGJI
Lundi 5 Décembre - 21:32
ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire : Ouattara demande "une majorité à l’Assemblée" pour "accélérer des... https://t.co/Ag39YtIZWm https://t.co/8qKAsSnEYU
Lundi 5 Décembre - 06:50

Facebook

Partager ce site