Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan











Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Menace sur la date du 31 octobre / Bamba Sinima, directeur de cabinet du SG des Forces Nouvelles :‘’Si nous voulons aller à des élections sereines, il faut régler des problèmes majeurs’’

Le Directeur de cabinet du Secrétaire général des Forces nouvelles, le Colonel-Major Bamba Sinima, par ailleurs Coordonnateur général du conclave technique des FN à Bouaké était l’invité de la rédaction de Onuci Fm le jeudi 12 août 2010. Le directeur de cabinet du SG des Forces Nouvelles a posé des conditions pour des élections libres et transparentes.


Photo : DR
Photo : DR
Les FN organisent encore un autre conclave, quelles sont les attentes de celui-ci ?

Cette fois-ci, c’est un conclave spécial que nous avons dénommé conclave technique. Ce conclave va concerner le volet de la démobilisation et de la réinsertion de nos ex- combattants et ensuite parlera de la situation des officiers nommés à titre opérationnel dont la situation n’est pas jusqu’à présent clarifiée. Egalement des dispositions que les Forces Nouvelles pourraient prendre elles-mêmes pour aider à la réinsertion des ex-combattants.

Cela, à deux mois des élections annoncées ? Est-ce- que, c’est ce qui motive cette rencontre ?

C’est plutôt l’avancée du processus et le non-respect de l’Etat vis-à-vis de ses engagements envers les ex-combattants. Il a été dit depuis 2008 à Ouagadougou que les ex-combattants démobilisés devaient percevoir 500 000 FCFA comme solde de tout compte. Jusqu’à présent cette disposition n’est pas mise en application. Cette situation nous crée un certain nombre de problèmes et pour nous il faudrait que des solutions soient trouvées avant les échéances électorales.

Au-delà de la démobilisation, il y a la question de l’encasernement, à ce niveau quel point pouvez-vous faire quand on sait qu’il y a eu la première tentative au niveau de Korhogo et après ça, on attend toujours ?

Le Conclave actuel n’a pas pour vocation de travailler sur l’encasernement et le désarmement. Ce conclave est convoqué pour se pencher véritablement sur la démobilisation et la réinsertion de nos combattants. Evidemment, il va de soi que les officiers nommés à titre opérationnel font partir aussi de cette catégorie de gens qui vont être démobilisés.

Cela semble paradoxal quand vous parlez d’officiers nommés à titre opérationnel alors qu’on sait qu’en son temps, le Président de la République avait pris un décret pour régler la situation de ces personnes-là, pourquoi dites-vous que ça n’a pas été officiellement pris en compte par l’Etat ?

Je n’ai pas encore souvenance ni connaissance du décret pris par le Président de la République. Il a été dit dans les précédents rapports que les officiers nommés à titre opérationnel verront leurs grades reconnus mais seront à la retraite dès que la réunification de l’armée se fera et que les modalités pratiques seront définies par ordonnance présidentielle. Mais concernant cela, nous n’avons pas encore pris connaissance d’une quelconque mesure.

Est-ce que les grades sont effectifs… ?

Concernant les grades, nous n’avons jamais eu de problème. Des décrets ont été pris par le Chef de l’Etat pour reconnaître ces grades là.

Un décret pris lors du discours du président de la République fait polémique autour d’une prétendue nomination au grade supérieur du Général Soumaïla Bakayoko, qu’en est-il exactement?

Pour ma part, j’ai vu le Général Soumaïla Bakayoko en tenue de General de Brigade. S’il avait été nommé Général de Division, je pense qu’il s’empresserait de porter ses 3 étoiles. Pour moi, jusqu’à preuve du contraire, il est Général de Brigade

Néanmoins il y a deux officiers qui ont été nommés au grade supérieur.

C’est une goutte d’eau. Deux officiers nommés au grade supérieur parmi combien d’officiers des Forces nouvelles ? C’est ça aussi qu’il faut voir.

Deux mois avant l’élection présidentielle, les priorités c’est quoi pour vous les Forces nouvelles ?

Pour les Forces nouvelles, tout est prioritaire, nous ne pouvons pas aller à des élections si des aspects qui concernent la démobilisation et la réinsertion ne sont pas clair. Pour nous c’est un ensemble, cet ensemble il faut le mener de façon concomitante de sorte à retrouver au bout de l’entonnoir des élections qui se passent de façon très paisibles. Nous avons l’impression que tout le monde est polarisé sur la date des élections présidentielles en oubliant tout ce qui doit accompagner les élections. Que les moyens soient dégagés comme il faut pour permettre l’encasernement des soldats. Que le problème de la démobilisation et de la réinsertion soit réglé

Vous parlez des démobilisés, Quel est leur effectif ?

Il faut compter en gros entre 20 et 25 000 démobilisés.

D’aucuns estiment que pour que cette démobilisation puisse se faire avec les moyens, il faut aussi de l’autre coté l’unicité des Caisses de l’Etat.

Ça, je ne l’ai pas lu dans les accords politiques de Ouagadougou. Moi je me réfère aux accords de Ouagadougou. Dans les accords de Ouagadougou, on parlait de 500 000 F à donner comme solde de tout compte. Et cela n’a pas été conditionné. Aujourd’hui, je suis un peu surpris que certains disent que le payement des 500 000 soit lié à l’effectivité des caisses de l’Etat.

Donc si ces questions ne sont pas réglées, cela pourrait mettre en cause la tenue des élections ?

Mais bien sûr ! Avant la tenue des élections, il y a des questions périphériques qui ont été créées qu’il faut résoudre. Donc si nous voulons aller à des élections sereines, il faut bien que les problèmes majeurs soient réglés ou connaissent un début de règlement de manière à pérenniser l’ensemble de l’environnement pour qu’on aille aux élections.

Source :Onuci

Vendredi 13 Août 2010
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."



Protection des droits de l’enfant : Les pays francophones à la recherche d’outils et d’instrument: «Entendre et acc… https://t.co/Nyv30sU2Sd

Facebook

Partager ce site