Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

MIAKA Ourétto : "Gbagbo ne mourra pas à la Cpi" - "Il y aura des surprises / "Le FPI réaffirme haut et fort qu’il ne se sent pas concerné par ces élections"

Miaka Oureto Sylvain :


MIAKA Ourétto : "Gbagbo ne mourra pas à la Cpi" - "Il y aura des surprises / "Le FPI réaffirme haut et fort qu’il ne se sent pas concerné par ces élections"
Le président intérimaire du Fpi (ex-parti au pouvoir) Sylvain Miaka Oureto s`est dit satisfait de la prestation de l`ex-chef de l`Etat Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (Cpi), à La Haye, le 5 décembre 2011. ``Là où toute la planète attendait de voir un homme effondré, complètement abattu, on a vu un Laurent Gbagbo très en forme, ragaillardi et l`enjeu avait quadruplé sa force. Lucide, cela nous a plus``. Miaka a fait cette déclaration le 8 décembre, à la faveur d`une conférence de presse qu`il a animée au siège du Cnrd à Cocody. Il avait à ses cotés des dinosaures de son parti. Il s`agit, entre autres, des ministres Michel Amani N`Guessan, N`Dori Raymond, Sebastien Dano Djédjé, Alphonse Douaty, du secrétaire général du Fpi, Laurent Akoun, de la présidente de l`Offpi Marie Odette Lorougnon. C`est dans une salle avec une forte chaleur, sans air conditionné que certains militants écoutaient attentivement l`exposé introductif du président intérimaire du Fpi, qui a duré une heure d`horloge. Miaka, a souligné que pour les militants et les démocrates africains, c`est ``une image forte. A travers cette image forte, c`est un message fort aux Africains aux Ivoiriens. La Cpi qu`on brandit comme un torchon rouge, qu`un président nègre vienne s`asseoir là, devant une Cour majestueuse, et qu`il ne perd pas de vue l`élégance en la matière, la tenue sur scène pour s`adresser au monde entier, je crois que c`est le message que le président Laurent Gbagbo a voulu faire passer``. Il a en outre invité l`ensemble des militants de son parti à rester sereins sur le sort de Laurent Gbagbo : ``Je demande à tous les militants de rester sereins. Des gens disent que s`il est parti, il va mourir là-bas. Gbagbo ne mourra pas à la Cpi`` , a-t-il tranché. Miaka Oureto a indiqué, par ailleurs, que le président Ouattara a ``définitivement ruiné`` toute chance de réconciliation avec le transfèrement de Gbagbo à La Haye. ``Pour nous, toute réconciliation est liée au sort réservé au Président Gbagbo. C`est pourquoi, nous avons suspendu notre participation à tout processus de réconciliation qui ignore cette réalité. Laurent Gbagbo aujourd`hui à la Cpi ! Le Fpi prend acte, car il ne sera pas le dernier à y être transféré. Nous avons tous encore en mémoire les massacres de Guitrozon, Petit Duékoué, Fengolo, entre 2002 et 2004. La Côte d`Ivoire porte encore le deuil de la centaine de gendarmes froidement assassinés à Bouaké. Plus près de nous, le sol de Petit Carrefour à Duékoué, fume encore du brasier des 800 corps découverts par Humm Right Watch et Amnesty International``, a-t-il fait remarquer. Et d`ajouter: ``Gbagbo comparait certes le premier devant la Cpi, mais il ne sera pas le dernier et son assurance devant la Cour lors de sa comparution laisse entrevoir des surprises. Attendons de voir``. A propos des élections législatives du 11 décembre prochain, le président intérimaire du Fpi s`est voulu clair: ``Il n`y a ni candidat Fpi, ni du Cnrd pour ces élections. Nous n`avons donné aucune lettre d`investiture à qui que ce soit (...) Si dans sa quête effrénée à prouver coûte que coûte, en dépit du bon sens, le caractère démocratique des législatives du 11 décembre prochain, le pouvoir en place a cru devoir saisir à tour de bras l`annonce des candidatures « indépendantes» sorties des rangs du Fpi pour les brandir à l`opinion en se faisant des gorges chaudes, il doit aujourd`hui se détromper``. A la vérité, a-t-il poursuivi, bon nombre de ces candidats « indépendants », ``convaincus des risques graves qu`impliquait leur choix et surtout déçus par le non respect des promesses faites par le Président Ouattara, se sont ravisés depuis, pour définitivement renoncer à cautionner l`imposture``. Miaka en a profité pour démontrer que les conditions ne sont pas réunies pour parler d`élections inclusives: ``Un simple examen de la liste des candidats montre que les candidats officiellement parrainés par le Rhdp et les candidats indépendants issus de ce groupement politique constituent 86,37% des candidatures. A l`inverse, les candidats indépendants issus du Fpi (10 députés + 28 cadres) ne représentent que 3,3% des 1150 candidats. La représentativité du Fpi dans ces législatives du 11 décembre 2011 est donc beaucoup trop faible pour crédibiliser la thèse d`un scrutin inclusif``. S`agissant des 125 millions de francs Cfa versés au Fpi il a fait des précisons: `` Laurent Gbagbo a fait voter une loi sur le financement public des partis politiques pour renforcer la démocratie. Conformément à cette loi, des partis politiques comme le Pdci, le Fpi et le Rdr ont perçu de 2005 à 2010, plus d`un milliard de francs Cfa. C`est le reliquat au titre de l`année 2010 qu`on vient de nous verser, 125 millions de francs Cfa``.

K.A.Parfait in Soir Info

"Le FPI réaffirme haut et fort qu’il ne se sent pas concerné par ces élections"


Ci-dessous, la copie de la déclaration liminaire du Président du FPI monsieur Miaka Ouréto, lue lors de la conférence de presse

Mesdames & Messieurs les Journalistes
Chers Amis de la Presse,

Je voudrais vous dire, au nom de la Direction de notre parti, combien nous sommes heureux de vous voir ici, malgré les circonstances que nous traversons.

Depuis que nous avons pris la direction de ce parti, dans les conditions que vous connaissez, nous nous sommes attachés à lui redonner vie - car vous n’ignorez pas que l’on a voulu le décapiter - sans pour autant négliger les autres aspects de la vie politique de notre pays.

Nous avons demandé à vous rencontrer aujourd’hui parce qu’il y a des points importants, sur lesquels nous nous sommes certes déjà exprimés, mais qui méritent de plus amples éclaircissements pour l’opinion nationale et étrangère.

Comme vous le savez, à la suite du changement intervenu à la tête de l’Etat de Côte d’Ivoire au lendemain du 11 avril 2011, il est nous est apparu nécessaire d’établir le dialogue civil avec les nouvelles autorités, pour mettre fin à la souffrance du peuple et dans l’espoir d’un retour rapide à la normalisation de la vie socio-politique en Côte d’Ivoire.

Au premier plan de nos préoccupations figuraient bien entendu, la poursuite du processus électoral après la question sécuritaire, avec en ligne de mire l’organisation des élections législatives de façon juste et transparente.

Nous avons dû nous rendre compte, à notre corps défendant, que les nouvelles autorités n’étaient pas prêtes à faire de concessions, confortés par leur victoire militaire. Le FPI a donc décidé de suspendre sa participation au processus électoral, avec pour effet immédiat sa non participation aux élections législatives du 11 Décembre 2011 prochain.

Malgré cette position largement expliquée, le pouvoir en place, pour des raisons que l’on devine, continue d’entretenir la fausse idée au sein de l’opinion nationale et surtout internationale en affirmant que ces élections législatives seraient « inclusives » ; entendez que des militants de certains partis du CRND et du FPI en particulier y prennent part. Ce qui confèrerait à ces élections un caractère démocratique.

C’est un raccourci dangereux, que nous ne pouvons laisser prospérer plus longtemps.

Nous tenons à prendre l’opinion publique nationale et surtout internationale à témoin sur ce qui n’est rien d’autre qu’une mascarade organisée par le pouvoir en place, pour tromper la communauté internationale.

Bien entendu, nous nous exprimerons ensuite sur le transfèrement à la Haye et la 1ère comparution du Président Gbagbo devant la CPI.

A propos des législatives du 11 décembre.

Le FPI réaffirme haut et fort qu’il ne se sent pas concerné par ces élections, qui ne respectent guère les conditions d’organisation d’une élection juste et transparente. Ces conditions faut-il le rappeler sont liées à la sécurité, au retour des exilés et à la libération des détenus, à l’équilibre au sein de la CEI, au découpage électoral, à la révision de la liste électorale…

Si dans sa quête effrénée à prouver coûte que coûte, en dépit du bon sens, le caractère démocratique des législatives du 11 décembre prochain, le pouvoir en place a cru devoir saisir à tour de bras l’annonce des candidatures « indépendantes » sorties des rangs du FPI pour les brandir à l’opinion en se faisant des gorges chaudes, il doit aujourd’hui se détromper.

Car à la vérité, bon nombre de ces camarades candidats « indépendants », convaincus des risques graves qu’impliquait leur choix et surtout déçus par le non respect des promesses faites par le Président Alassane Ouattara, se sont ravisés depuis, pour définitivement renoncer à cautionner l’imposture.

Mais qui sont donc ces candidats indépendants ?

En fait, il s’agit d’une dizaine de députés ambitieux, et non quinze comme annoncé par le camp de M. Ouattara, sur 96 députés que compte notre parti dans la présente législature. En effet, ces députés n’ont pas compris qu’ils ne doivent leur statut qu’à leur appartenance au Front Populaire Ivoirien. Leur résultat est connu d’avance.

Avec eux, il faut ajouter une trentaine d’autres cadres, tous aussi soucieux de leur avenir, mais qui hélas apprendront trop tard à leur dépend, que l’intérêt du peuple passe avant l’intérêt personnel.

Un simple examen de la liste des candidats montre que les candidats officiellement parrainés par le RHDP et les candidats indépendants issus de ce groupement politique constituent 86,37% des candidatures. A l’inverse, les candidats indépendants issus du FPI (10 députés + 28 cadres) ne représentent que 3,3% des 1150 candidats. La représentativité du FPI dans ces législatives du 11 décembre 2011 est donc beaucoup trop faible pour crédibiliser la thèse d’un scrutin inclusif.

Le dernier Comité Central du parti a pris la décision de les suspendre du parti pour indiscipline et d’insubordination au mot d’ordre du parti.

En tout état de cause donc, le FPI ne présente aucun candidat. Et ces législatives vont consacrer le règne de la pensée unique, ramenant ainsi le pays à plus de vingt années en arrière.

La polémique sur la candidature des « indépendants » sortis des rangs du FPI est définitivement close.

Que dire des candidats issus du CNRD ?

S’agissant des candidatures présentées par certaines formations membres du CNRD, je voudrais simplement vous ramener à la position exprimée par le Directoire de ce groupement de partis, à travers le Doyen Bernard DADIE, qui met un terme à la cacophonie observée jusque là. Certes, certaines personnalités bien connus de la classe politique ivoirienne ont engagé leur formation dans cette mascarade (CAP UDD, UDCY, URD, UNG).

Mais cela ne doit ébranler personne, eu égard au poids réel de ces formations dans le paysage politique. Leur présence à ces élections ne représente rien, et ne saurait donc conférer du crédit à un scrutin qui est loin d’être inclusif.

2. Le transfèrement à la Haye et la 1ère comparution du Président Gbagbo devant la CPI.

Le 29 novembre dernier (2011), l’ensemble des Ivoiriens, ainsi que les observateurs de la scène politique ivoirienne ont été surpris du transfèrement du Président Gbagbo à la Haye sur ordre du Président Sarkozy.

Sur les conditions de son enlèvement, le FPI s’indigne du traitement réservé à Laurent Gbagbo, qui, faut-il le rappeler a remporté au premier tour des élections, 38 % du suffrage des ivoiriens.

Pour le Front Populaire Ivoirien qui réclame depuis les évènements, la libération de tous les prisonniers y compris le Président Gbagbo, la suspension des procédures devant la CPI aurait été un signal fort dans le sens de la réconciliation nationale. En demeurant sourd aux appels dans ce sens, le Président Ouattara a définitivement ruiné toute chance à cette réconciliation.

Pour nous, toute réconciliation est liée au sort réservé au Président Gbagbo. C’est pourquoi, nous avons suspendu là également notre participation à tout processus de réconciliation qui ignore cette réalité.

Laurent Gbagbo aujourd’hui à la CPI ! Le FPI prend acte, car il ne sera pas le dernier à y être transféré. Nous avons tous encore en mémoire les massacres de Guitrozon, Petit Duékoué, Fengolo, entre 2002 et 2004.

La Côte d’Ivoire porte encore le deuil de la centaine de gendarmes froidement assassinés à Bouaké. Plus près de nous, le sol de Petit Carrefour à Duékoué, fume encore du brasier des 800 corps découverts par Human Right Watch et Amnesty International.

Gbagbo comparait certes le Premier devant la CPI, mais il ne sera pas le dernier ; et son assurance devant la cour lors de sa comparution laisse entrevoir des surprises. Attendons de voir.

Conclusion

En tout cas, quelles que soient les vicissitudes de la vie politique actuelle en Côte d’Ivoire, tout le monde doit savoir que le Front Populaire Ivoirien continuera le combat pour la démocratie et les libertés, tant qu’il le pourra. La Direction du parti a pleinement confiance dans son devoir face à la nation et devant l’histoire, convaincue que seul le respect des règles démocratiques et des libertés publiques constitue la base du développement économique et humain des grandes nations.

Sur ces différents points que je viens de développer, mais également sur d’autres points, pourvu qu’on ne s’éloigne pas du sujet du jour, j’attends vos questions.

Merci encore une fois de votre attention.

Fait à Abidjan, le 8 Décembre 2011

Le Président du FPI

M. MIAKA Ourétto




A N N E X E S

Liste des députés FPI ayant fait acte de candidature en qualité d’indépendants

1- N’GBESSO ANGODJI, RUBINO

2- ASSANDEY N’GUESSAN KASSI FELIX, SIKENSI

3- DJO ZEREGBE, KOUNAHIRI-KONGASSO

4- GBAKA-BREDE PATRICE, GUIBEROUA

5- ZON SONO RENE, KOUIBLY

6- SERI DEHOUA VICTOR BASILE, IBOGUHE-NAMANE (ISSIA)

7- GOUANI SOUROU, ZOUKOUGBEU

8- YABI GOHI ROBERT, BONON

9- DJE BI DJE EUGENE, ZUENOULA COMMUNE

10- TAPE OLEDJI ELVIS JUSTIN, LILIYO-OKROUYO (SOUBRE)

- Le cas des autres cadres et personnalités du FPI s’explique de la manière suivante :

* GUEHI BRISSI Lucas n’est pas député. C’est un préfet qui exerce de la fonction de secrétaire général de l’Assemblée Nationale. Les députés FPI de Gagnoa commune, sont DANO DJEDJE Sébastien et DIOMANDE Lamine.

* A Grand-Zattry, c’est TINA Zabouo qui est le député et non MATIO NIAKO Richard.

* A Issia, il y a deux députés : GUIPIE Yoro Charles et Victor Basile. ZEZE Gnotognon n’est que le suppléant de SERI Dehoua.

Source : SNACOM
Vendredi 9 Décembre 2011
Lu 638 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1182 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1776 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2155 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1393 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 639 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : RAMSES DE KIMON - NO REASON (Clip HD MG) https://t.co/nyBU1DdQcU https://t.co/grXxvHLroH
Jeudi 8 Décembre - 20:46
ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin nie l'existence d'un massacre d'Ebriés à Anankoua... https://t.co/i0lWaEuTjr https://t.co/dVnSw9l0Vm
Jeudi 8 Décembre - 10:52
ladepechedabidjan : Législatives ivoiriennes : La Commission électorale publie une "liste définitive" de... https://t.co/eMJXladLPn https://t.co/F4WMvUvoz0
Jeudi 8 Décembre - 10:42
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - 25e anniversaire de l’UNJCI : 15 journalistes distingués dans l’ordre du... https://t.co/kYve8SiJSl https://t.co/45g4qQlmeD
Jeudi 8 Décembre - 10:26

Facebook

Partager ce site