Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

MARIE-ODETTE LOUROUGNON À CHRISTINE KONAN : "Tu fournis la preuve sans appel(...) que le débat interne au Fpi est devenu un antagonisme idéologique"


Mon problème certainement, c’est que je n’ai pas comme toi, la conscience à appartenir à un « parti de notables » où l’autocrate régente tout au nom de tout le monde.

MARIE-ODETTE LOUROUGNON À CHRISTINE KONAN : "Tu fournis la preuve sans appel(...) que le débat interne au Fpi est devenu un antagonisme idéologique"
Camarade,
Je voudrais te souhaiter bonne arrivée, comme on le dit chez nous. Et même si ce n’est pas la meilleure façon, c’est déjà bien que tu te signales aux nombreux militants et militantes du FPI, qui se demandent où tu étais ces 10 dernières années.

J’ai dû répondre à de nombreuses camarades que tu m’es apparue, seulement le 4 juillet 2014, à l’occasion du réaménagement controversée du secrétariat général par le président sortant, Affi N’guessan. Mais jusque là encore, il y a problème ! personne ne te voit. Et la raison est simple camarade, tu n’as jamais été présente ni aux réunions ordinaires, ni aux assemblées générales de l’Organisation des Femmes du Front Populaire Ivoirien (OFFPI), ni aux rassemblements de quelque nature que ce soit.
J’ai dû répondre à de nombreuses militantes qui se demandent d’où tu viens, en disant que, c’est seulement à la faveur de cette « sortie de route » que tu te signales à moi, dont tu te réclames la 1ere adjointe.
Qu’importe ! Voici ma réponse à ton texte dont la forme laisse deviner que c’est une déclaration ( ?). Et dont la signature « Pour les femmes du Fpi, la vice présidente du Fpi et 1ere Secrétaire nationale adjointe de l’OFFPI » est révélatrice d’un amalgame saisissant.

Camarade,
Je voudrais aussi t’expliquer pourquoi ma réponse à ton texte prend la forme d’une lettre ouverte. C’est parce que je pense qu’il est plus juste de s’adresser à toi seule, et qu’il serait injuste d’impliquer les femmes du Fpi pour lesquelles tu n’as que mépris et manque de considération. C’est connu. Si je m’adresse personnellement à toi, c’est simplement parce que je trouve plus juste de penser que tu ne peux parler, ni au nom des femmes de l’Offpi, encore moins des femmes du Fpi. Parce que tu ne les connais pas.

Dans la forme, tu prétends écrire « pour les femmes du Fpi », entant que « La vice présidente du Fpi et 1ere Secrétaire nationale adjointe de l’OFFPI ». Mais ni cette prétention, ni les titres dont tu te prévaux ne légitiment et ne confèrent une quelconque pertinence à cette démarche désespérément solitaire.

Camarade,
Ce texte encombré d’injures, d’incohérences et surtout d’amalgames n’a qu’un seul mérite. Il traduit l’état d’âme d’une militante qui agite injustement sa haine et son mépris, juste pour plaire à un prince. En proférant à la hâte, sans raison, de façon inefficace et maladroite des insultes, des invectives…
Il met surtout en évidence ton esprit d’indiscipline, et une audace suicidaire qui te tournent en dérision. Tous ces sentiments qui habitent ton esprit au moment de la rédaction du texte, le rendent politiquement illisible, et lui font manquer de pertinence, et de crédit. C’est pourquoi je m’efforcerais de ne pas te suivre dans tes déviations, tes insinuations, tes élucubrations.
Car, quand je dis, voilà ma réponse à ton texte, c’est à ce qui le mérite, à ce qui parait au moins un peu sensé, un peu conçu.
Dans le fond, camarade, ton texte est un tissu d’amalgames. Pour l’essentiel, il se résume à des reproches. Tu trouves que je vilipende le président sortant Affi N’guessan et d’autres personnalités politiques nationales et internationales. Et tu estime que « trop c’est trop ».

Camarade,
Toi dans le rôle d’une justicière, avec l’épée de l’injure dans les dents ? Je te trouve pathétique et je comprends les nombreux militants qui ne cessent de m’appeler pour dire que tu te donnes en ridicule. Car pour ce rôle, tu n’as ni la capacité, ni la prestance, ni la présence qu’il faut.

Camarade,
Beaucoup de militantes et militants ont déconseillé une réponse à ce texte qui s’essouffle par son insuffisance conceptuelle. Mais je t’adresse une réponse pour te dire de quitter cette posture qui ne te convient pas, qui te rabaisse et te déshonore. Parce qu’inconsciemment, tu t’attaques à la liberté d’expression à l’encontre d’une militante du Fpi, un front de courants d’idées, qui plus est se réclame un parti souverainiste.
Tu prétends que je m’attaque à la légitimité du président sortant du Fpi et à des personnalités internationales (allusion faite à la lettre ouverte que j’ai adressée au chef de l’Etat français). Je te surprends à apparenter hélas, la cause du président du Fpi, à celle du président français, à mettre la cause du premier responsable du Fpi et celui de la France impérialiste dans le même sac.

Camarade,
Tu fournis la preuve sans appel, aux yeux des Ivoiriens et du monde, que le débat interne au Fpi est devenu un antagonisme idéologique, avec d’un côté ceux qui gardent le cap originel du parti. Et de l’autre côté, ceux qui estiment que l’Occident étant « fort », il faut « s’aplatir » pour collaborer, en quelque sorte, des adeptes de « la fin justifie les moyens ».
Je suis du premier camp, je continue de croire que le Fpi est un parti qui peut sauver les peuples africains sans compromission. Et toi du second camp. C’est pourquoi tu ne me comprends plus.

Concernant la crise interne, plutôt que de t’attaquer aux conséquences, interroge toi sur les origines. Tu comprendras alors que ce n’est pas moi qui suis indisciplinée. Pour ta gouverne, l’indiscipline au sein d’un parti politique comme le nôtre se manifeste par le non respect des textes, des procédures de fonctionnement et des principes démocratiques... qui sous entendent son existence.

Crois-moi, ce n’est pas moi qui passe outre les décisions de notre comité central, pour ordonner le siège du Fpi dans cette version redoutée de la Cei, avec à sa tête Youssouf Bakayoko;
Ce n’est pas moi qui collabore avec « la justice des vainqueurs » pour reporter le congrès du Fpi alors que des voies de recours internes existent ;
Ce n’est pas moi qui attaque une décision du comité de contrôle du Fpi au tribunal ;
Ce n’est pas moi qui suis à l’origine d’une action en justice « pour faux et usage de faux contre X » (mais en réalité contre des camarades) ;
Ce n’est pas moi qui, de façon solitaire rencontre le pouvoir sans rendre compte aux instances du parti alors que selon l’article 6 des textes, le Fpi est un parti de débats ;
Ce n’est pas moi qui fais fermer le siège et qui remets la clé à un lieutenant de police du pouvoir Ouattara pour la garder ;
Ce n’est pas moi qui refuse de réunir les instances dirigeantes du Fpi et qui expose notre parti et ses militants à la répression;
Ce n’est pas moi qui refuse de convoquer le comité central ;
Ce n’est pas moi qui recherche une majorité à moi, au sein du FPI. CE N’EST PAS MOI… qui fait preuve d’indiscipline au point d’avoir divisé le parti.
Camarade, mon attitude et celle d’une militante qui a conscience de son importance dans le concert des intérêts que le Fpi s’est engagé à défendre. Non mon attitude ne relève pas de l’indiscipline, au contraire, c’est la conscience à appartenir à une formation dont l’essence réside dans les contradictions.
Mon problème certainement, c’est que je n’ai pas comme toi, la conscience à appartenir à un « parti de notables » où l’autocrate régente tout au nom de tout le monde.

Camarade,
J’aurais bien voulu, comme toi, applaudir ce leadership dont l’action contribue à libérer « les pro-Gbagbo » de prison, à faire venir des pro-Gbagbo d’exil et dégeler leurs avoirs. Mais quand je vois, le président du Fpi lui-même en situation de semi liberté, devant la cour d’Assises, quand je regarde le nombre de prisonniers politiques (plus de 200 encore), le nombre d’exilés (plus de 80 000 encore) et la longue liste de ceux dont les avoirs sont encore gelés, je ne puis le faire. Je ne puis jubiler parce que, curieusement des cadres qui sont en bonne intelligence avec le régime ont eu leurs avoirs dégelés. Je ne puis manifester alors que la libération en question se révèle comme un deal avec un pouvoir qui veut donner des points à quelqu’un pour l’imposer aux militants du Fpi. Je ne puis me réjouir parce que je trouve paradoxal que le président du Fpi, dont le leadership politique permet de libérer des prisonniers politiques, soit encore et toujours avec 82 autres en liberté provisoire.

Maintenant concernant la démission, je voudrais te porter une leçon élémentaire. Dans les associations, quand un leader est en rupture idéologique avec son organisation, quand il refuse de suivre les décisions des instances dirigeantes, quand il est minoritaire dans le bureau que lui-même a composé, quand il est battu et désavoué sur toutes les questions de fond et de forme, il doit avoir l’honnêteté morale, la cohérence politique pour démissionner. Au sein du bureau de l’Offpi que je dirige, je n’ai jamais été mise en minorité… C’est donc à toi de tirer les conséquences pour toi-même et pour le prince que tu défends… Si tu as un minimum de logique morale politique, ce n’est pas à moi que tu dois demander de démissionner, mais à celui-là même qui n’est pas capable de maitriser et de rassembler les militants du Fpi ; à celui-là même qui n’a pas été capable de faire l’ordre, l’unité et la cohésion au sein du parti et dont la gestion a mené notre instrument de combat, le Fpi au bord de l’éclatement. Hélas.

Camarade,
Même si c’est avec une insouciance et une maladresse certaine que tu abordes la question de la démission, on te comprend. Selon toi, l’antagonisme idéologique est tel que, désormais, il faut une rupture pour libérer l’énergie du Fpi que cette crise paralyse.
Oui, il faut que le Fpi soit libéré pour faire face à des défis plus grands, pour lesquels le peuple ivoirien espère en lui. Je te rappelle que dans ce sens, les exemples abondent, concernant les leaders politiques qui ont fait preuve d’honnêteté morale, intellectuelle et politique et qui sont partis parce qu’ils ne se sentaient plus dans leur parti. Suis mon regard !
Camarade, toi qui as été propulsée au sommet de l’Etat un matin, grâce à Laurent Gbagbo, tu t’offusques parce que tu prétends que je m’attaque à la légitimité d’ Affi N’guessan.
Mais tu ne dis rien quand l’on traite Laurent Gbagbo d’ « imposteur »… On comprend, ta nouvelle vocation de « collabo » t’a transformée.

Merci d’être courtoise la prochaine fois que tu t’adresses à la Secrétaire nationale de l’Organisation des Femmes Front Populaire Ivoirien.

Marie-Odette Gnabry LOROUGNON
Secrétaire Nationale de l’OFFPI
Vendredi 30 Janvier 2015
Lu 545 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Pierre Akossia le 30/01/2015 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme dit notre grande dame Marie-Odette, qui a traité notre président Laurent Gbagbo d'imposteur ?

je répète l'un des nombreux passages véridiques de Marie-Odette Lorougnon au sujet de l'âme vendue.

Crois-moi, ce n’est pas moi qui passe outre les décisions de notre comité central, pour ordonner le siège du Fpi dans cette version redoutée de la Cei, avec à sa tête Youssouf Bakayoko;

Ce n’est pas moi qui collabore avec « la justice des vainqueurs » pour reporter le congrès du Fpi alors que des voies de recours internes existent ;

Ce n’est pas moi qui attaque une décision du comité de contrôle du Fpi au tribunal ;

Ce n’est pas moi qui suis à l’origine d’une action en justice « pour faux et usage de faux contre X » (mais en réalité contre des camarades) ;

Ce n’est pas moi qui, de façon solitaire rencontre le pouvoir sans rendre compte aux instances du parti alors que selon l’article 6 des textes, le Fpi est un parti de débats ;

Ce n’est pas moi qui fais fermer le siège et qui remets la clé à un lieutenant de police du pouvoir Ouattara pour la garder ;

Ce n’est pas moi qui refuse de réunir les instances dirigeantes du Fpi et qui expose notre parti et ses militants à la répression;

Ce n’est pas moi qui refuse de convoquer le comité central ;

Ce n’est pas moi qui recherche une majorité à moi, au sein du FPI. CE N’EST PAS MOI… qui fait preuve d’indiscipline au point d’avoir divisé le parti.

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1162 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1743 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2146 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1379 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 628 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 693 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35
ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32

Facebook

Partager ce site