Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Lettre ouverte des femmes du FPI à Dlamani Zuma Président de la commission de l'UA


Lettre ouverte des femmes du FPI à Dlamani Zuma Président de la commission de l'UA
Madame la Présidente et chère soeur,

A l'occasion de la commémoration de la Journée internationale de la paix, le vendredi 21 Septembre 2012, vous avez adressé un message fort à l'Afrique, notre cher continent déchiré par tant de conflits armés, et aux Africains, et je cite : « J'implore chacun et chacune d'entre nous à ouvrer à la promotion de la paix. Nous devons rester inébranlables dans notre quête d'une paix durable sur notre continent. Nous nous devons en ce jour de redoubler d'effort pour faire de la paix une réalité ». Fin de citation. Au nom de l'Organisation des Femmes du Front Populaire Ivoirien (OFFPI) ainsi qu'en mon nom propre, je tiens à vous féliciter pour ce message d'espoir, dont devraient s'approprier tous les Africains, surtout nos dirigeants politiques africains, afin d'asseoir sur notre continent la paix, préalable à tout développement.

La Côte d'Ivoire, notre pays, a besoin de paix. C'est pourquoi les femmes de Côte d'Ivoire adhèrent entièrement à votre message. Oui, la Côte d'Ivoire a besoin de paix, c'est pourquoi depuis Août 2011, conformément à la ligne politique du Front Populaire Ivoirien (FPI), notre parti, l'OFFPI, notre organisation, ne cesse, à chaque occasion, de lancer à nos autorités un appel au dialogue franc, ouvert et inclusif, pour une véritable réconciliation nationale. Hélas ! Plus d'un an après, nous demeurons dans l'attente et continuons de nous nourrir d'espérance. C'est la raison pour laquelle, Madame la Présidente, en écho à votre message lancé à l'occasion de la Journée internationale de la paix, j'aimerais, au nom des femmes du Front Populaire Ivoirien, vous adresser la présente lettre ouverte, à vous-même, mais aussi à l'opinion africaine et internationale, sur la situation actuelle en Côte d'Ivoire.

Madame la Présidente, le mardi 29 Novembre 2011, le Président Laurent Gbagbo, investi par le Conseil constitutionnel de la République de Côte d'Ivoire qui l'a déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010, un honnête et digne fils d'Afrique, a été livré à la prison de la CPI à la Haye dans des conditions dont l'exposé, fait par le prévenu lui-même, a choqué l'humanité entière. Pourtant, face au contentieux électoral, Laurent Gbagbo, homme de paix, a proposé le recomptage des voix et la négociation comme solutions. Ses adversaires, qui ont préféré et imposé la guerre ayant entraîné des milliers de morts, jouissent à ce jour d'une totale impunité au sommet de l'Etat. Alors qu'il est incarcéré, Laurent Gbagbo et ses proches emprisonnés ou exilés continuent d'être dénigrés, diabolisés, de façon absurde. En raison « de sa trop grande popularité », la CPI a jusqu'ici refusé sa libération provisoire malgré le constat d'une dégradation de sa santé due aux mauvais traitements avérés, à lui infligés lors de son enfermement à Korhgo, au nord du pays. Cette semaine, un curieux rapport éventé par Radio France International (Rfi) et attribué tantôt à l'Onu, tantôt à « un groupe d'experts indépendants », accuse certains proches du Président Laurent Gbagbo en exil de préparer un complot avec Al Qaeda pour déstabiliser la Sous-région. Une absurdité qui ne saurait servir la cause personnelle de ces survivants de la crise ivoirienne contraints de demeurer en terre étrangère, ni celle de leur parti, le Fpi, profondément attaché à la démocratie, ni celle des Ivoiriens qui ont tant souffert de la guerre et qui aspirent à la paix. Au moment où je vous adresse la présente lettre ouverte, le Président Laurent Gbagbo, l'homme politique le plus populaire de notre pays , se retrouve de façon arbitraire devant la CPI. Sa mère, une octogénaire, est contrainte à l'exil ; son épouse et son fils sont séquestrés dans le nord du pays ; le Président et les dirigeants de son parti, les membres de son dernier gouvernement, les cadres et tous ses partisans ou personnes supposées telles, sont injustement emprisonnées, exilés, pourchassés, expropriés, empêchés d'activités politiques, interdits d'accès aux médias d'Etat, etc. Comment le processus de réconciliation peut-il avancer quand la manière de le conduire humilie de la sorte un tel leader , heurte et exclut ses partisans ?

Madame la Présidente, la situation de notre pays, la Côte d'Ivoire, ne s'améliore pas. Elle est marquée, on peut le dire, par une « panne » du dialogue politique et du processus de réconciliation nationale, par l'insécurité généralisée, par une recrudescence inédite de la violence, et de fortes tensions sociales : tueries aveugles dues à une déconsidération totale de la vie humaine ; violations nombreuses et inacceptables des droits de l'homme; une entrée scolaire tendue, avec de nombreux acteurs (enseignants, étudiants, élèves et parents d'élèves) en prison ou en exil ; menace d'éradication de toute opposition politique, notamment les tentatives de décapitation du Front Populaire Ivoirien par l'emprisonnement de ses dirigeants ; instrumentalisation de la justice à des fins politiciennes... L'on constate qu'au fil du temps, et cela en contradiction avec les déclarations du chef de l'Etat, les autorités actuelles s'écartent du chemin d'une véritable réconciliation et d'une paix durable. Les actions contre productives du gouvernement sont nombreuses, voire quotidiennes. Le sitting du 04 Octobre 2012 prévu par la Jeunesse du FPI devant la cathédrale Saint Paul d'Abidjan pour dénoncer toutes ces dérives vient d'être interdite encore une fois par le pouvoir en place, sans raison sérieuse et en violation totale de notre Constitution. Toutes choses qui ne peuvent favoriser la réconciliation nationale et le retour à la paix en Côte d'Ivoire. Au moment où je vous adresse cette lettre ouverte, la justice des vainqueurs se confirme à Abidjan et à la Haye : A la Haye, le Président Laurent Gbagbo se retrouve tout seul à être jugé, alors que les chefs de guerre pourtant épinglés par de nombreux rapports de l'Onu, des organisations des droits de l'homme et de la Commission nationale mise en place par le Président Ouattara lui-même, jouissent d'une impunité totale. Il en va de même à Abidjan où le procès des militaires vient de commencer le mardi 02 Octobre 2012. A ce jour, seuls les proches du Président Laurent Gbagbo comparaissent devant le Tribunal militaire d'Abidjan. Ce n'est pas juste !

Madame la Présidente, les femmes du Front Populaire ivoirien sont persuadées que le chemin de la réconciliation et d'une paix durable en Côte d'Ivoire passe, quelque soit le camp au pouvoir, par l'abandon de toute stratégie fondée sur la vengeance, les règlements de compte, le tribalisme et l'exclusion. Cela passe également par le désarmement total et l'encasernement des combattants encore armes. Cela passe aussi par l'humanisation nécessaire de la vie politique et le respect de la vie humaine. Nous sommes convaincues que le vrai processus de réconciliation passe par l'arrêt de toutes les procédures judiciaires engagées contre le Président Laurent Gbagbo et son camp, le rétablissement de la sécurité pour tous, le retour de tous les Ivoiriens exilés, conformément à notre Constitution, et le retour de l'Etat de droit dans notre pays.

A cet effet, Madame la Présidente, du haut de la tribune du 24e Congrès de l'International Socialiste tenu le 30 Août 2012 à Cape Town (Afrique du Sud), le Pr Kofi Awoonor, Chef de la délégation du NDC (National Democratic Congress) parti socialiste au pouvoir du Ghana, a invité courageusement et solennellement l'International Socialiste à aider plus judicieusement la Côte d'Ivoire dans sa quête de réconciliation, de démocratie et de paix, qui passe par la libération du Président Laurent Gbagbo et de tous les détenus politiques. A cette occasion, s'adressant particulièrement à vous, en votre qualité de Présidente de la Commission de l'Union Africaine, le Pr Kofi Awoonor exhorte l'UA, notre institution commune, à revisiter le dossier ivoirien à travers le rapport Thabo Mbeki sur la Côte d'Ivoire. Madame la Présidente, dans cette quête de réconciliation et de paix qui tient tant à cour à tous les Ivoiriens, puissiez-vous agir, par la grâce de Dieu, pour une attention plus accrue de l'Union Africaine sur la situation de la Côte d'Ivoire.

Madame la Présidente et chère sour, au-delà de la Côte d'Ivoire, c'est le débat qui s'ouvre ainsi sur la solidarité africaine, le rôle essentiel que peuvent et doivent jouer nos institutions régionales, continentales, (CEDEAO, UA, etc.) et la responsabilité des leaders et cadres africains dans la quête de dignité, de paix et du développement pour l'Afrique. L'assassinat honteux du Guide Libyien, Monsieur Kadaffi, la déportation du Président Laurent Gbagbo à la CPI, ont été ressenties comme une humiliation de l'Afrique par des millions d'Africains. Il est temps aujourd'hui que l'Afrique se lève pour refuser d'être complice de la destruction de ses propres enfants. En devenant une institution forte et débarrassée de toute dépendance extérieure, l'Union Africaine y contribuera sans aucun doute. Laurent Gbagbo, un Africain, a su dire non au néo colonialisme. Il l'assume, et pour cela, se retrouve en prison à la Haye. Madame la Présidente, l'histoire a peut-être voulu que le destin d'un grand patriote africain victime de la mafia de l'impérialisme occidental et celui de deux grandes dames africaines se rencontrent : L'une, Fatou Bensouda, gambienne, Procureur de la CPI, pour assumer de dire le Droit, rien que le Droit, afin que la vérité soit révélée aux yeux du monde entier ; L'autre, vous-même, Dlamani Zuma, sud-africaine, pour relever l'Union Africaine, afin que s'écrive enfin la nouvelle histoire de l'Afrique, une Afrique digne, s'assumant elle-même et capable de protéger ses enfants.

Dans ce combat exaltant pour la paix et le progrès des peuples africains, l'Afrique entière place un grand espoir en vous et l'Organisation des Femmes du Front Populaire Ivoirien(OFFPI) vous exprime sa confiance et son soutien .

Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse la Côte d'Ivoire, que Dieu bénisse notre Afrique, qu'il rassemble ses fils et filles pour le progrès et la paix sur notre cher continent.


Fait à Abidjan le 11 Octobre 2012


Honorable Marie Odette Lorougnon
Secrétaire nationale de l'Organisation des Femmes
du Front Populaire Ivoirien (OFFPI)
Vendredi 12 Octobre 2012
Lu 334 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1179 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1773 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1390 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 636 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 700 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin s'est vu proposer un soutien financier pour son... https://t.co/WIYtoRshAC https://t.co/vApbyQ71Z0
Mercredi 7 Décembre - 17:56
ladepechedabidjan : À PROPOS DE LA MALADIE DE MARIE LOUISE ASSEU - LES PRÉCISIONS DE SES PROCHES : "IL N'Y A... https://t.co/wi6kteTCK4 https://t.co/sostGDyoaQ
Mercredi 7 Décembre - 15:57
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Le Bâtonnier entend privilégier ’’ la liberté de choix’’ de la défense... https://t.co/CXomA7ZR2U https://t.co/qulpFE2IhX
Mercredi 7 Décembre - 15:22
ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07

Facebook

Partager ce site