Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Le ministre KONE Katinan Justin : Droit de réponse au « Courrier International »


Le ministre KONE Katinan Justin : Droit de réponse au « Courrier International »
Droit de réponse

Monsieur le Directeur de publication du journal « Courrier International »

Dans son numéro 1255 qui couvre la semaine du 20 au 26 novembre 2014, votre hebdomadaire, « Courrier International » a publié un article sur la prison de Scheveningen à la Haye, intitulé « Dans la prison des génocidaires, trente-trois hommes… ». Certains passages de cet article sont particulièrement offensants pour le Président Laurent GBAGBO.

En effet, les expressions génériques employées pour qualifier les détenus de la prison de la CPI, de « génocidaires » ou de « seigneurs de guerres et autres chefs militaires de la pire espèce », sans distinction, laissent supposer que ces qualifications à tout point de vue offensantes, désignent également le Président Laurent GBAGBO.

Plus loin, l’auteur de l’article trouve « luxueux » que le Président Laurent GBAGBO se fasse appeler « Monsieur le Président » par ses avocats, avec lesquels il « tient trois réunions par jour », toute chose qui semble selon lui, également relever d’un privilège exceptionnel.

Au nom du Président Laurent GBAGBO, je voudrais faire les précisions suivantes :
Primo. Le Président Laurent GBAGBO est en détention provisoire. N’étant pas encore jugé coupable des faits présumés pour lesquels il est poursuivi, il bénéficie de la présomption d’innocence. Cette présomption d’innocence est un principe de droit universellement admis à tous les citoyens du monde, fussent-ils des Africains. Le Président Laurent GBAGBO est donc innocent jusqu’à ce qu’un jugement définitif en dispose autrement. Par conséquent, l’assimiler à un génocidaire, est une offense à son endroit que je dénonce véhément.

De même, l’auteur de l’article fait une méprise grave sur le Président Laurent GBAGBO lorsqu’il l’assimile aux « chefs de guerres ou Chefs militaires de la pire espèce ». Que cette méprise de l’auteur de l’article visé soit de bonne ou de mauvaise foi, elle constitue une faute offense qu’il convient de relever et de condamner.

Je voudrais sur ce point, rappeler que le Président Laurent GBAGBO a été élu Président de la République de Côte d’Ivoire à deux reprises en 2000 et en 2010. Il a prêté serment sur la Constitution de son pays, une première fois le 26 octobre 2000 et une seconde fois le 4 décembre 2010. En tant que Président de la République, la Constitution de son pays, sur laquelle il a prêté serment, lui impose le devoir de veiller au respect de l’intégrité du territoire de la Côte d’Ivoire et à la protection des personnes et des biens qui y vivent. C’est ce devoir constitutionnel qu’il a appliqué, en s’opposant à la rébellion montée et entraînée au Burkina Faso, par les soins de Blaise Compaoré, pour le compte des dirigeants actuels de la Côte d’Ivoire. C’est cette rébellion tolérée et encouragée par toutes les puissances occidentales, alors qu’elle s’attaquait à une démocratie, qui est revenue à l’offensive en 2011, militairement soutenue par l’ONU et la France comme le confirme l’article de votre journal, qui a kidnappé le Président Laurent GBAGBO et l’a envoyé en déportation dans la prison dont le « luxe » enrage tant l’auteur dudit article. Il apparaît donc, sur la base de ces informations qui relèvent d’une vérité historique, que le Président Laurent GBAGBO, qui a appliqué les dispositions de la Constitution de son pays, n’est ni un « Chef de guerre », ni un « un chef militaire de la pire espèce ».

Il a fait dans le cadre de ses missions de Chef de l’Etat, ce que ferait exactement la Chancelière Allemande Angela Merkel, si une rébellion était montée en Pologne pour s’attaquer à l’Allemagne, sauf à se rendre coupable de parjure et de haute trahison vis-à-vis de ses concitoyens.

« Les Chefs de guerre de la pire espèce » en Côte d’Ivoire sont bien connus. Ce sont eux qui gouvernent actuellement la Côte d’Ivoire sous la bienveillance supervision de l’ONU. Toutes les organisations des droits de l’Homme ont établi la preuve de leur implication dans les massacres à tendance génocidaire de civils, notamment dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, et appellent en vain leur comparution devant la CPI. Madame le Procureur de cette Cour a manifestement des préférences dans ses poursuites. Elle a certainement peur de poursuivre les protégés de l’ONU.

Secundo, l’auteur de l’article s’offusque du fait que le Président Laurent GBAGBO se fasse appeler par ses avocats « monsieur le Président ». Le métier de journaliste impose à ceux qui veulent l’exercer un niveau de culture qui les place au-dessus de la moyenne. Contrairement à cet que l’auteur de l’article considère comme du luxe, le titre « Président » par lequel ses avocats appellent le Président Laurent GBAGBO, a un fondement à la fois légale et de préséance protocolaire.

Légalement, au regard de la Constitution ivoirienne, le Président de la République de Côte d’Ivoire s’appelle Monsieur Laurent GBAGBO. Le fait qu’il n’exerce pas effectivement la fonction, ayant été empêché, comme l’auteur de l’article le dit, par « une opération militaire menée conjointement par les Français et les Nations Unies en Côte d’Ivoire », ne le prive pas de ce titre qui lui a été définitivement conféré par l’onction constitutionnelle de son pays.

Au plan protocolaire, dans le système français appliqué en Côte d’Ivoire, Un Président de République garde ce titre ad vitam, même à la cessation de ces fonctions officielles. Ce droit reconnu à tous les Présidents ivoiriens, ne peut être refusé au Président Laurent GBAGBO, du seul fait de sa détention dans une prison occidentale.

Par ailleurs, je ne vois en rien, comment le fait que le Président Laurent GBAGBO ait plusieurs séances de travail le même jour avec ses avocats pour mieux préparer sa défense, constituerait un luxe aux yeux de l’auteur de l’article. Cela relève du droit à la défense reconnu à toute personne poursuivie devant un tribunal. Même les auteurs des génocides de 1939 à 1945 ont bénéficié de ce droit au procès de Nuremberg. GBAGBO Laurent, l’Africain bénéficie également de ce droit.

Au total, l’article paru dans votre journal est tendancieux. Il participe à la campagne de dénigrement systématique menée contre le Président Laurent GBAGBO, pour justifier a posteriori, un coup d’Etat perpétré par l’ONU et la France en Côte d’Ivoire, à l’effet de placer à la tête de ce pays, l’homme qu’ils jugent aptes à protéger leurs intérêts.

Dans un monde globalisé, l’uniformisation de l’information a tendance à « tuer » le journalisme défenseur des faibles. En reprenant à l’identique les clichés préfabriqués par les auteurs de la violence exercée sur le Président Laurent GBAGBO, l’auteur de l’article visé maintient abusivement et à dessein, l’opinion de vos lecteurs dans l’ignorance sur la vérité de la crise militaro-politique ivoirienne. Pourtant, bien de questions qui pourraient intéresser des journalistes, se posent dans le cas du procès du Président Laurent GBAGBO.

Au-delà de la volonté manifeste du Procureur de la CPI de ne pas poursuivre les vrais auteurs des crimes en Côte d’Ivoire, comme le réclament toutes les organisations de protection des droits de l’Homme, la conduite du procès du Président Laurent GBAGBO devrait pouvoir attirer l’attention des journalistes désireux de participer à la promotion d’une vraie justice internationale. L’un des points d’ombre de ce procès se rapporte au décès du Juge Allemand, Hans-Peter KAUL, de vénérée mémoire.

Il faisait partie des deux juges qui ont jugé insuffisantes les preuves apportées par le Procureur pour confirmer les charges alléguées contre le Président Laurent GBAGBO, dans une première décision rendue par la Chambre préliminaire I de la CPI, le 3 juin 2013.

Dans la décision du 12 juin 2014, qui confirme les charges contre le Président Laurent GBAGBO, l’Honorable Juge aurait changé de décision, en soutenant le procureur. Mais les évènements qui vont suivre ne manqueront pas de susciter, à juste titre, des interrogations. Jugez-en vous-mêmes.

- Le 12 juin 2014, la Chambre I dans laquelle siégeait le Juge Hans-Peter KAUL, confirmait les charges alléguées contre le Président Laurent GBAGBO par le Procureur de la CPI, par deux voix contre une, celle du Juge KAUL qui faisait défaut au Procureur, ayant rejoint celle de Madame GURMINDI, présidente de ladite chambre.

- Le 1er juillet 2014, soit à peine deux semaines seulement après le jugement du 12 juin ci-dessus rappelé, l’Honorable Juge Hans-Peter KAUL démissionne pour cause de maladie qui le rend inapte à poursuivre sa mission à la CPI.

- Le 21 juillet 2014, il est déclaré mort des suites de sa maladie.
La défense du Président Laurent qui suspect que le Juge n’ait pas disposé de toutes ces facultés physiques et intellectuelles pour statuer valablement sur le dossier du Président Laurent GBAGBO, parce que diminué par sa maladie, a introduit auprès de la Cour, une requête aux fins de consultation du dossier médical, le 23 septembre 2014. Le 7 octobre 2014, ce droit minimum de la défense combattu par le Procureur, a été refusé par la Cour au Président Laurent GBAGBO. Cette position surprenante du Procureur ne manque pas d’en ajouter sur le doute qui entoure la sincérité du procès du Président Laurent GBAGBO.
Votre pays l’Allemagne, est un contributeur majeur de la CPI. Vos lecteurs ont besoin de savoir ce à quoi sert l’argent du contribuable allemand, versé dans les caisses de la CPI pour la promotion d’une justice internationale crédible.

Comme vous pouvez le constater, monsieur le directeur de publication, le Président Laurent GBAGBO n’attend pas de la CPI une prison de luxe, qui apparemment dérange l’auteur de l’article, mais que ses droits élémentaires de défense soient reconnus. Lui aussi est un promoteur infatigable de la démocratie dans son pays. Et il attend que cette démocratie qui ne peut prospérer sans une justice équitable, se manifeste à l’international, notamment à la CPI.

Conformément au droit applicable à la presse, j’exige au nom du Président Laurent GBAGBO, que le présent droit de réponse soit publié dans votre journal, dans les mêmes conditions que l’article diffamatoire.

Dans cette attente, veuillez agréer monsieur le directeur de publication, l’expression de ma considération.

P/ Le Président Laurent GBAGBO
Le ministre KONE Katinan Justin
Son porte-parole.
Dimanche 4 Janvier 2015
Lu 488 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Pierre Akossia le 05/01/2015 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans ce droit de réponse, on va compléter avec ceci à Affi N'guessan, qu'Essy Amara a été sollicité par les planteurs du PDCI-RDA, le 07 décembre 2014, il accepte d'être candidat à l'élection présidentiel 2015 en Côte d'Ivoire.

En quoi, c'est un délit quand les militants FPI sollicitent le fondateur du parti à dynamiser ledit parti ?

Oh ! Honte !
Jaloux !

Vive le président Laurent Gbagbo !

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1189 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1791 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1400 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site