Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Le Gabon bientôt dans le viseur de la CPI

Deux avocats lancent deux plaintes contre le pouvoir gabonais auprès du tribunal de grande instance de Paris et iront jusqu'à la Cour pénale internationale.


Le Gabon bientôt dans le viseur de la CPI
Marie s'est accroupie, le doigt contre la moustiquaire de la porte-fenêtre, pointé vers la rue imaginaire. « Regardez, ils embarquent les gens », chuchote-t-elle. Et soudain, elle n'est plus sur cette terrasse de Libreville, près des vagues qui se brisent sous les palmiers, où elle raconte en sécurité. Soudain, elle est à nouveau cachée au QG du candidat opposant à la présidentielle Jean Ping, dans la nuit du 31 août au 1er septembre. Tout à l'heure, elle s'endormait, elle est allée prendre une douche. Comme pour se laver, se laver encore des horreurs qu'elle a vues cette nuit-là. Quand ce qui devait être une fête a tourné au cauchemar.

Un pas vers la CPI


Hier, c'est à cause de ce qu'elle et quelque cinq cents personnes ont vécu que maître William Bourdon et maître Éric Moutet ont déposé deux plaintes auprès du doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris. Elles visent des faits d'arrestation et de détention arbitraire, de torture, d'actes de barbarie, de tentative d'assassinat et de crime contre l'humanité. En plus des traces visibles au QG, ce que racontent 16 témoins, âgés de 25 à 69 ans, est le scénario d'un film d'épouvante.

Le 31 août, le Gabon est suspendu aux derniers résultats de la présidentielle, ceux de la neuvième province du pays, le Haut-Ogooué. Quand ils tombent, vers 15 heures, c'est la stupeur : alors que Ping semblait l'emporter, c'est le sortant, Ali Bongo Ondimba, qui gagne grâce à un taux de participation supérieur à 99 % et plus de 95 % des voix. Aussitôt, le pays s'enflamme. À Libreville, les manifestations mêlent des opposants de tous les âges. Il y a des jeunes, comme Marc, leader étudiant : « Il était question qu'on fasse une marche pacifique. Ils nous ont stoppés à un kilomètre de l'échangeur et ont commencé à verser de l'eau et des mélanges chimiques qui blessent. Alors, la foule a pris des cailloux. Ils ont des lacrymos, de l'eau et des produits chimiques, et nous, des cailloux ! On va vers le rond-point de la Démocratie et la Cenap. Ils ont tiré sur nous. Le premier mort, c'est un étudiant. » Il y a des moins jeunes, venus dans l'espoir de fêter la victoire. « Je suis arrivée à 15 heures, on a été bloqués vers la station Pétro-Gabon, après le Lycée français, raconte Charlotte, technicienne de radio, 51 ans. Il y avait des lacrymos, des projectiles. Je fais marche arrière, il y a une mémé, je vais la soulever, elle a 83 ans. Et je fonce au QG. » On dit que l'Assemblée nationale brûle.

Basculement

Dans le quartier des Charbonnages, le QG est situé dans une contre-allée qui longe la voie express, dont elle est séparée par un talus arboré. Il jouxte l'ambassade de Guinée équatoriale, est proche du domicile de Jean Ping et du camp de Gaulle, où sont basées les forces françaises. Dans le bâtiment de six étages, ceint par un mur et un portail, certains appartements sont loués à des particuliers, à des entreprises. C'est dans une salle du premier qu'on place les blessés. Marie s'en occupe comme elle peut. Puis, c'est le calme : « Entre 21 heures et 22 heures, M. Ping a pris la parole. Il a dit : Les enfants, calmez-vous, j'ai vu ce que vous avez fait et ils ont aussi vu ce dont nous étions capables, reposons-nous et demain on verra. Chacun était tranquille, papa avait parlé. La femme de ménage avait nettoyé le sang, j'ai même pris une douche parce qu'il n'y avait plus de blessés. Chacun se racontait ce qu'il avait vécu, c'était la détente. » Makaya, 31 ans, chauffeur de poids lourd qui a manifesté avec un drapeau du Gabon, a le même souvenir : « J'avais lavé mes chaussettes que j'avais étendues sur la tente de la sono, et pris deux-trois cartons pour me reposer. Je me suis pris la tête avec les mecs de la sécurité pour changer l'angle d'un projecteur pour dormir. » Étant donné le chaos à l'extérieur, il devient irréaliste de rentrer chez soi, les cinq cents personnes qui sont là décident de rester. Les « mamans » s'étendent où elles peuvent. « On est restées pour dormir quand on a vu qu'il faisait noir. On était là pour contribuer par la force morale, pas physique, vous pensez, on a 65 et presque 70 ans ! » témoignent Rose, architecte, et Charlotte, banquier à la retraite.
Lire la suite
Vendredi 23 Septembre 2016
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2145 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1932 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 893 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Pourquoi les Africains fuient-ils l’Afrique ?: Les récentes images publiées par la chaine de télévision américaine… https://t.co/5N2uAZ2m8b

Facebook

Partager ce site