Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

La Côte d’Ivoire sous Ouattara : Le pays de l’insécurité et de l’impunité

La Côte d’Ivoire sous Ouattara est un pays dans lequel règnent l’insécurité et l’impunité. L’agression du directeur de l’Ecole nationale de police constitue une preuve éloquante.


La Côte d’Ivoire sous Ouattara : Le pays de l’insécurité et de l’impunité
Dans la nuit du 12 au 13 mars denier, le directeur de l’Ecole de police a été fusillé par des individus qui ont ensuite disparu dans la nature. Le contrôleur général Yao Brou Alain, c’est de lui qu’il s’agit, est en ce moment dans un état critique dans une clinique de la place. Dans la même nuit, un barrage des Frci au niveau du carrefour Lubafrique à Yopougon Niangon a fait deux morts. Des enquêtes ont été aussitôt ouvertes par le gouvernement. Des enquêtes qui, comme bien d’autres, resteront sûrement lettre morte. Ces faits ne sont malheureusement pas isolés. Ils constituent le lot quotidien des populations ivoiriennes. Aussi bien ici même à Abidjan qu’à l’intérieur du pays, les attaques à mains armées sont devenues monnaie courante.
Depuis que Ouattara a été propulsé à la tête de la Côte d’Ivoire, le 11 avril 2011, le pays est plongé dans une insécurité chronique. Cette insécurité est de deux ordres : il y a celle créée et exécutée par l’Etat lui-même. Elle s’exprime en termes d’arrestations arbitraires, d’enlèvements et de séquestrations de tous ceux qui ont soutenu le président Gbagbo pendant l’élection présidentielle et pendant la crise postélectorale. Mais aussi en termes de confiscation des biens (maisons, immeubles, voitures, etc.) des pro-Gbagbo. Cette situation d’insécurité permanente voulue par le pouvoir dans les rangs de l’opposition, en général, et des pro-Gbagbo, en particulier, crée une psychose dans leurs milieux. Ils sont chaque jour dans la crainte soit d’une arrestation arbitraire, soit d’un enlèvement suivi de séquestration.
Il y a ensuite l’insécurité créée par les supplétifs Frci qui ont été laissés pour compte. Après la guerre, un nombre important des ex-rebelles qui ont fait la guerre pour Ouattara ont été certes recrutés dans l’armée, la
gendarmerie, la police, les Eaux et Forêts et la douane. Mais des laissés-pour-compte ont été abandonnés dans la rue avec les armes qui leur avaient été distribuées pour faire la guerre. C’est ceux-là qui sèment la terreur aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays. Ils attaquent les populations abidjanaises et les domiciles avec leurs armes pour les spolier afin de pouvoir se nourrir. Ils attaquent aussi des barrages Frci pour se venger du pouvoir Ouattara qui les a jetés dans la rue après les avoir utilisés dans sa guerre pour parvenir au pouvoir. Exactement comme on jette un citron après l’avoir pressé. Dans les villages, c’est le règne des dozos. Cette milice du Rdr a érigé des barrages partout et ses membres spolient les populations paysanes. Ce sont ces mêmes ex-rebelles qui sont devenus des coupeurs de routes, sévissant dans toutes les contrées.
Ces abandonnés de la rébellion de Ouattara opèrent d’autant plus aisément qu’ils ne sont aucunement inquiétés. Tout simplement parce que le pouvoir leur est redevable. Comment Ouattara peut-il désarmer et punir des individus à qui il n’a pas pu donner ce qu’il leur avait promis ? Tel est le grand dilemme qui se pose au pouvoir actuel. C’est cette situation qui explique d’ailleurs l’impunité dans laquelle baigne aujourd’hui la Côte d’Ivoire.

Le pays de l’impunité

Quand il était dans l’opposition et ensuite dans la rébellion, Alassane Dramane Ouattara n’avait de cesse de dénoncer ce qu’il appelait le règne de l’impunité en Côte d’Ivoire. Pour mettre fin à cette situation, il avait promis, lors du débat qu’il avait eu avec le président Gbagbo avant la deuxième tour de la présidentielle, de diligenter une enquête sur la rébellion dès son accession au pouvoir. Dans moins d’un mois, Ouattara va boucler deux ans d’exercice du pouvoir d’Etat. Non seulement il n’a diligenté aucune enquête sur la rébellion, mais il a même, comme pour narguer ceux qui avaient naïvement cru en lui, accordé
une prime à cette rébellion. L’armée ivoirienne est aujourd’hui dirigée par les ex-chefs de guerre de la rébellion. Le chef d’Etat-major général de l’armée est l’ex-chef d’Etat-major de l’ex-rébellion, le général Soumaïla Bakayoko. Les autres chefs de guerre ont tous été promus à des grades dans le corps des officiers supérieurs et dirigent toutes les grandes unités de notre armée. D’autres ont été nommés préfets de région. Ce sont par exemple, Tuo Fozié, promu préfet de région de Bouna, et Ben Laden, nommé préfet de région de San Pedro. Si ces promotions sont choquantes, celle de Fofié Kouakou, chef Frci de Korhogo, l’est davantage en ce sens qu’il est sous sanction onusienne. Mais Ouattara n’en a cure. D’ailleurs qu’est-ce que l’Onu qui l’a installé au pouvoir peut bien lui faire?
L’enquête sur l’ex-rébellion n’est pas la seule enquête qui avait été promise par Ouattara et qui est restée dans les tiroirs. Il avait également promis, dès sa prise de pouvoir et lors de sa toute première conférence de presse, de diligenter une enquête sur les circonstances de l’assassinat du ministre Désiré Tagro, d’arrêter et punir les auteurs de ce crime crapuleux. Deux ans après, le pays attend toujours cette enquête.
Les enquêtes sur l’attaque du camp des déplacés internes de Nahibly qui a fait plusieurs morts ; de l’accident du bus de la Sotra qui avait fini sa course dans la lagune ébrié ; celui du drame de la nuit de la lumière au Plateau ; de l’assassinat des soldats nigériens de l’Onuci à Taï ; des violences lors des élections partielles sont toutes, elles aussi, attendues. La liste n’est pas exhaustive.
Comme on le voit, Ouattara est devenu le champion de l’impunité. Il ne parle de lutte contre ce phénomène que pour justifier la traque contre les pro-Gbagbo et la justice des vainqueurs. A l’instar du slogan de son parti, « Vivre ensemble », qui n’a de sens que lorsqu’il s’agit de vivre chez les autres, l’impunité n’a de sens pour Ouattara que lorsqu’il
s’agit de traquer ses adversaires politiques.



Boga Sivori bogasivo@yahoo.fr
In Notre Voie
Jeudi 14 Mars 2013
Lu 309 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1186 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1782 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1395 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 641 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05
ladepechedabidjan : CPI : Blé Goudé victime d’un «malaise» lors de son procès, annonce son avocat:... https://t.co/oI4SNdxLio https://t.co/gTa67G0VXb
Vendredi 9 Décembre - 10:16

Facebook

Partager ce site