Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

LES DADIÉ, de GABRIEL à BERNARD. HISTOIRE D’UNE FIDÉLITÉ (1/4).


Au Nigeria, après l’attribution du Nobel de littérature à Wole Soyinka, un certain nombre de ses compatriotes crièrent à l’injustice. Selon eux, c’était plutôt Chinua Achebe, l’auteur du roman à succès « Le Monde s’effondre », qui méritait cette distinction. Cette querelle fut rallumée à l’occasion du décès d’Achebe, survenu le 21 mars 2013. Pour ne rien arranger, Soyinka, retenu à l’étranger par un cas de force majeure, n’était pas présent lors des obsèques de son collègue, qui revêtirent un caractère très officiel… Aussi fut-il assailli de lettres de partisans du défunt qui le sommaient – « puisqu’en tant que prix Nobel vous en avez le pouvoir » – de réparer l’injustice de 1988 en faisant décerner à titre posthume le prix Nobel à Achebe.
La réponse de Soyinka fut à la fois très ferme et pleine de noblesse : « ce qu’ils sont en train de faire (…) c’est de transformer la place éminente qui est celle de Chinua en un minuscule réduit au plafond duquel pendrait une lanterne aveugle estampillée « prix Nobel ». Est-ce là le but ultime de l’entreprise littéraire ? Etait-ce la perspective du prix Nobel qui poussa un jeune écrivain, exaspéré par la vision européocentrique de la réalité africaine, à prendre sa plume pour écrire « Le monde s’effondre » ? Un tel comportement dessert très gravement la mémoire de Chinua Achebe, et c’est aussi un manque de respect pour cette passion de toute une vie qu’on appelle la littérature. (…). Achebe et Soyinka habitent deux planètes littéraires différentes, chacune évoluant sur sa propre orbite. Si vous voulez rencontrer – et dialoguer avec – Chinua Achebe sur l’orbite qui lui correspond, alors quittez le microcosme nigérian et allez explorer les circuits qu’ont empruntés des gens tels que Hemingway,… ». Et Soyinka de citer, pêle-mêle, Maryse Condé, Salman Rushdie, Edouard Glissant, Ngugi Wa Thiong’o, Earl Lovelace, José Saramago, Bessie Head, Syl Cheney-Coker, Yambo Ouologuem, Nadine Gordimer, Patrick Chamoiseau, Toni Morrison, Hamidou Kane, Shahrnush Parsipour, Tahar Benjelloun, Naguib Mahfouz…
Et Bernard Dadié alors ?, me suis-je demandé après avoir parcouru cette liste. Pourquoi le nom d’un écrivain si considérable n’y apparaît-il pas ? Wole Soyinka, qui est aussi et avant tout, comme Dadié, un poète et un dramaturge, le verrait-il plus proche de son univers à lui que de celui du romancier Chinua Achebe ? Ce serait bien à tort car Bernard Dadié ne serait pas vraiment à sa place ni dans l’un ni dans l’autre. Lui, lorsqu’il s’agit de le découvrir, c’est encore une autre planète évoluant sur une autre orbite dans une tout autre galaxie qu’il faut explorer…
D’abord, pour parler comme les géologues, il ne se situe pas dans la même couche. Ainsi, mis à part Ernest Hemingway né juste à la fin du 19e siècle, trois seulement des écrivains cités par Soyinka sont vraiment de la même génération que lui : Naguib Mahfouz est son aîné de cinq ans, et B. Dadié est né respectivement six ans et sept ans avant José Saramago et Nadine Gordimer. Quant à la plupart des autres, nés autour de 1940, ils pourraient être ses enfants. Mais ce qui les différencie vraiment de lui, avant même leur formation secondaire et universitaire – alors que Dadié, lui, n’a bénéficié au départ que de cet enseignement colonial typiquement français qui ne visait qu’à former des auxiliaires dociles de l’administration et du négoce –, c’est le fait qu’eux et lui ont fait leur apprentissage dans deux Afriques qui n’ont en commun que le fait d’être majoritairement habitées par des Noirs. Je ne parle évidemment que des Africains, et j’en excepte encore ceux de l’extrême sud et de l’extrême nord du continent.
Comparée à l’Afrique de Bernard Dadié à ses débuts, l’Afrique de Soyinka et d’Achebe, celle que nous avons sous les yeux, est un continent littéralement couvert d’écoles, de lycées, d’universités, de bibliothèques, de librairies, de kiosques à journaux, de théâtres, etc… De sorte qu’on pourrait presque dire que, pour faire leurs livres, tout leur fut donné déjà mâché et qu’ils n’eurent en somme qu’à le digérer. A l’inverse, Bernard Dadié a dû tout imaginer, tout apprendre à faire, tout gagner, par lui-même, sur le tas comme on dit.
Mais il est temps de vous le présenter directement puisque, après tout c’est lui le vrai sujet de cet essai.
Il y a un peu moins d’une année, le 19 octobre 2013, tandis que je cherchais péniblement un biais original pour introduire mon sujet, je suis tombé sur une dépêche de l’Agence ivoirienne de presse (AIP), datée d’Abidjan. Je vous la livre telle quelle… Quelqu’un m’a dit qu’elle vous paraîtra peut-être un peu longuette, mais je m’en voudrais de vous en priver pour cette mauvaise raison. Alors, voilà :
« L'ancien ministre ivoirien des Affaires culturelles, Bernard Binlin Dadié, 97 ans, a effectué, ce vendredi [18 octobre 2013], à Abidjan, une visite-surprise à l'Université Charles Louis de Montesquieu, située à Cocody-Les Vallons – comme de juste ! –, où il a été reçu par le recteur entouré de quelques-uns de ses collaborateurs.
Activiste notoirement connu sur les théâtres ivoirien et africain, d'abord à Dakar où il fit ses études supérieures à l'école William-Ponty, puis en Côte d'Ivoire, lors des luttes émancipatrices durant la période de la colonisation, Bernard Dadié s'est à nouveau signalé, dès la crise survenue en septembre 2002, (…).
Mais, c'est surtout au cours de la période 2003-2009, caractérisée par l'accord inter-ivoirien de Linas-Marcoussis (Paris, 24 janvier 2003) et l'accord politique de Ouagadougou (mai 2007), dont la mise en application suscita chez lui les prises de position les plus inattendues. Ainsi s'illustra-t-il, au grand dam de ses concitoyens – enfin, pas de tous, quand même ! –, dans le cadre d'un mouvement groupusculaire et sectaire, d'essence nationaliste, baptisé Congrès national de la résistance et de la démocratie (Cnrd).
Ecrivain à succès, l'ancien professeur associé de littérature comparée des universités canadiennes et américaines ne laisse pas indifférent. Prolifique, la Côte d'Ivoire lui doit une littérature abondante, dense et riche, par ses spécificités, genres ou traits d'écriture. Du roman à la poésie, en passant par la nouvelle ou le conte autobiographique ou général.
Il n'est nul genre ou domaine dans lequel il ne s'essaya point. Et c'est à raison que ses œuvres sont étudiées dans des universités, en Afrique, en Europe, en Asie et en Amérique, où elles sont abondamment exploitées dans l'art dramaturgique ou le théâtre.
Légendaire, Bernard B. Dadié est le premier auteur ivoirien Grand prix littéraire d'Afrique Noire. Nonobstant ses tribulations, (…) l'homme demeure de grande qualité. C'est que ses cadets Maurice Bandama, Tiburce Koffi, Hyacinthe Kouakou, Nangala Camara, Yacouba Konaté ou Ramsès Boa le lui rendent bien en hommage. »
Bernard Dadié, l’écrivain et le citoyen, est tout entier dans ce texte, avec toutes les ambiguïtés déjà anciennes mais toujours actuelles, de son rapport à une certaine fraction de la société ivoirienne, symbolisée ici par la brochette d’écrivains cités à la fin de la dépêche, qui pourraient d’ailleurs être ses fils, voire ses petits-fils, et dont le point commun est de représenter une manière de résurgence de ce que le vénérable « militant des lettres », comme Dadié aime à se définir, a toujours abhorré, …et réciproquement. C’est pourquoi, à tout prendre, c’est un avantage que ce condensé biographique émane de ce côté-là plutôt que du bord des admirateurs inconditionnels du pionnier des lettres ivoiriennes. Au moins on ne pourra pas dire que ce qu’il y a d’élogieux n’est pas sincère.
Après ce regard autochtone, voyons à travers trois regards, l’un africain, les deux autres « occidentaux », comment notre sujet est perçu à l’étranger.
L’universitaire nigérian Samuel Ade Ojo, auteur d’un article intitulé « L’écrivain africain et ses publics » , voit en Bernard Dadié le seul « écrivain [africain] qui refuse d'être une marionnette pour le public occidental. Il refuse, précise-t-il, de sacrifier son style, sa conception d'homme, sa préoccupation littéraire afin de plaire à ce public. (…). Bien qu'il soit un évolué qui a subi beaucoup d'influences européennes, il refuse de s'occidentaliser mentalement, (…). Cet Ivoirien désigné par Quillateau comme "L'Eluard du monde noir", par Brench comme un poète de la même taille que Senghor, ou encore par Lavigne comme membre de la classe spéciale "des très bons conteurs de langue française", le seul de tous les dramaturges africains d'expression française qui soit digne d'une considération particulière, d'après Clive Wake, est le plus accompli et le plus complet des écrivains africains d'expression française. Dadié, c'est le Wole Soyinka de l'Afrique francophone (…) il est comme l'anglophone Soyinka, dramaturge, poète, conteur, romancier, critique, satiriste et homme de culture. Comme Wole Soyinka, il est doué d'une connaissance extraordinaire de la psychologie des hommes sous tous les cieux. (…). Dadié est l'homme complet des lettres françaises du côté de l'Afrique. »
Pour Nicole Vincileoni, qui est sans conteste la personne qui connaît le mieux l’homme et son œuvre, « (…) Bernard Dadié est l’écrivain le plus fécond de la littérature néo-africaine, le plus divers et, avec Léopold Sédar Senghor, le plus traduit à ce jour (1986). (…) Pionnier, mais autrement que ceux de la génération de la Négritude, enraciné dans son terroir et son continent, n’ayant subi que relativement superficiellement l’influence occidentale, mais de façon directe et prolongée l’oppression coloniale, Dadié est moins sensible à la théorie qu’à l’action littéraire et politique. L’Afrique, dans sa vie comme dans son œuvre, est un vécu quotidien, non une nostalgie. Sa formation double mais tronquée – l’école occidentale en Afrique, à son plus haut niveau, est encore, comme il aura à le dire, une "voie de garage" – et la culture profonde mais extra-universitaire qu’il s’est faite après l’école éloignent sa production littéraire de ces œuvres cultivées, savantes, selon les critères propres à la culture occidentale, que sont les œuvres des trois "couronnes" de la Négritude – (entendez : Léopold Senghor, Aimé Césaire et Léon Damas) – comme d’une partie de leurs émules (Birago Diop, par exemple), en même temps que de cette "littérature d’instituteurs" qui fut celle d’hommes dont la formation se déroula exclusivement en Afrique et dont les critiques de la littérature africaine parlent avec quelque condescendance. »
Pour l’équilibre, voici maintenant l’opinion, pleine de nuances, de sous-entendus et de relents idéologiques, de Pierre Soubias, un maître de conférences en lettres modernes de l’université de Toulouse-Le Mirail, qui a préfacé l’ouvrage de Frédéric Lemaire intitulé « Bernard Dadié. Itinéraire d’un écrivain africain dans la première moitié du XXe siècle » : « Sur un plan strictement littéraire, on ne lit plus les œuvres de Dadié avec la même vénération qu’autrefois : d’autres générations d’écrivains, comme son compatriote Ahmadou Kourouma, sont venus renouveler profondément le paysage, imposant de nouveaux thèmes, d’autres écritures, une langue sans doute plus novatrice. Climbié est toujours dans les anthologies scolaires, mais la recherche universitaire lui rend surtout un hommage de convenance. Quant à la figure du grand homme de culture, de l’intellectuel humaniste, du chantre de l’Afrique éternelle, homologue et émule de Senghor, elle peut sembler désuète dans une Afrique où l’hyperviolence et le déracinement induisent des discours plus torturés et plus radicaux. Enfin, les crises politiques interminables, en Côte d’Ivoire notamment, donnent le sentiment qu’il est temps de changer de génération, et que celle de Dadié est désormais trop discréditée par ses compromissions passées.
Malgré ces préventions – ou à cause d’elles – il faut revenir sur cet homme étonnant qui a connu la colonisation, l’indépendance, et toute la période qui a suivi. Il faut se replonger dans ces années d’avant 1960 et même d’avant 1950, (…), qui ont vu se former et s’affirmer non seulement des individus d’une trempe particulière, mais aussi des discours et des réflexions sur l’Afrique qui continuent de nourrir le débat politique, en particulier ce désir de reconnaissance et de dignité à laquelle la politique tente, difficilement, de donner contenu. En suivant l’itinéraire de Bernard Dadié, (…), on comprend mieux ces tensions, ces frustrations et ces aspirations qui continuent à traverser le continent africain, et en particulier cette intrication, pour le meilleur et pour le pire, du monde des idées et de celui du pouvoir. (…). Frédéric Lemaire a le mérite de traiter ce parcours en historien, (…). On ne verse pas ici dans l’hagiographie : pas d’admiration béate envers un homme qui a eu – qui a encore – ses incohérences, et qui semblait croire que la générosité des principes garantissait celle des pratiques. Mais cette biographie, (…), montre qu’il serait tout aussi vain de détruire rageusement la statue de Dadié au motif qu’il s’engage maintenant au côté d’un homme aussi controversé que Laurent Gbagbo. (…). Celui qui se rêvait acteur de l’histoire a dû compter avec ses violences et ses retournements, a été contraint de composer avec d’autres ambitions que la sienne (…). Mais il n’aura pas oublié quelques préoccupations qui l’auront fondé intellectuellement, et qui s’enracinent dans une expérience concrète qu’il faut connaître ».
Désuète, la figure de Dadié ? Et pourquoi le serait-elle plus que celle d’un Senghor par exemple ? Que « Les soleils des indépendances » ou « Monnè, outrages et défis », les deux premiers romans d’Amadou Kourouma et ses chefs-d’œuvre – même si ce ne sont pas ces livres-là qui ont fait sa renommée, mais les médiocres « En attendant le vote des bêtes sauvages » et « Allah n’est pas obligé », qui correspondaient mieux que les précédents à « la vision européocentrique de la réalité africaine » dont parlait Soyinka – soient supérieurs à « Climbié » ou à tel autre livre de Dadié étiqueté « roman », personne ne peut sérieusement songer à le nier. Mais Climbié n’en demeure pas moins un livre important pour l’histoire littéraire de la Côte d’Ivoire, et ce n’est pas seulement parce que c’est la première œuvre de longue haleine écrite par un Ivoirien. J’y reviendrai.
Voilà. Maintenant nous savons à peu près qui est Bernard Dadié, l’homme, le citoyen, l’écrivain ; et nous connaissons son importance dans l’histoire littéraire de son pays et de l’Afrique. Reste à comprendre comment on devient Bernard Dadié.

(à suivre)
Mercredi 13 Août 2014
Lu 560 fois
Marcel Amondji



Dossiers
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Enquêtes | Dossiers | Grands Reportages


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin s'est vu proposer un soutien financier pour son... https://t.co/WIYtoRshAC https://t.co/vApbyQ71Z0
Mercredi 7 Décembre - 17:56
ladepechedabidjan : À PROPOS DE LA MALADIE DE MARIE LOUISE ASSEU - LES PRÉCISIONS DE SES PROCHES : "IL N'Y A... https://t.co/wi6kteTCK4 https://t.co/sostGDyoaQ
Mercredi 7 Décembre - 15:57
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Le Bâtonnier entend privilégier ’’ la liberté de choix’’ de la défense... https://t.co/CXomA7ZR2U https://t.co/qulpFE2IhX
Mercredi 7 Décembre - 15:22
ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07

Facebook

Partager ce site