Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Koenders désavoue Ouattara: «Je suis contre cette manière de gérer la Côte d’Ivoire»

Une délégation du bureau exécutif national de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi), a rencontré le mercredi 17 octobre 2012, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, en Côte d’Ivoire, Bert Koenders. Pour lui dire les vérités de la jeunesse ivoirienne, dans sa majorité.


Koenders désavoue Ouattara: «Je suis contre cette manière de gérer la Côte d’Ivoire»
C’est une délégation du bureau exécutif national de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi) déterminée qui a rencontré, le mercredi 17 octobre 2012, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, en Côte d’Ivoire, Bert Koenders. Les échanges se sont déroulés au siège de l’Onuci à Sébroko. La délégation de la Jfpi, était conduite par Dassé Désiré Claude, représentant le Secrétaire national Koua Justin, toujours menacé de mort. Dassé avait à ses côtés, N’Cho Carine, Douyou Nicaise, Beugré Francis, tous du bureau national. Leur interlocuteur, était entouré de ses conseillers, Alassane N’Diaye et Marguerite Roy. Après les échanges de civilités, la délégation de la Jfpi a dressé un tableau sombre de la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire.

Se résumant aux questions de la sécurité, de la justice, de la réconciliation et de la démocratie. La Jfpi a fait comprendre à Bert Koenders que la sécurité est inexistante dans le pays depuis le 11 avril 2011. Le cas patent d’Abobo, où il y a eu affrontement armé entre syndicalistes du transport et commerçants contre les Frci, vient illustrer le constat des jeunes du Fpi. La délégation de la J-Fpi dénonce le fait que les policiers et gendarmes formés au maintien de l’ordre public ne soient pas jusque là, armés comme il se doit. Tout simplement parce que le pouvoir n’a pas confiance en eux. Mais, les Frci, dans un passé très proche, ex-rebelles, ne sont pas du tout outillées pour maintenir l’ordre public. Elles s’adonnent à des exactions, arrestations, vols, enlèvements, séquestrations, et même à des meurtres contre les partisans du président Laurent Gbagbo.

La démocratie et la réconciliation, un leurre sous Ouattara

Le comble, c’est que des citoyens ivoiriens et des ressortissants étrangers, subissent également les exactions de cette armée désorganisée et indisciplinée du régime Ouattara. Depuis le 11 avril 2011, la Jfpi constate qu’il y a une justice à double vitesse sous le régime Ouattara. Il n’y a qu’à voir les nombreux procès intentés exclusivement contre les pro-Gbagbo. Pis, contre des militaires, des gendarmes et des policiers, qui ont travaillé avec loyauté sous le président Gbagbo. Sans oublier les mandats d’arrêts internationaux lancés contre les cadres pro-Gbagbo en exil. Plusieurs cadres du Fpi croupissent dans les geôles du pouvoir depuis près de deux ans maintenant.

La Maca, la Dst et les camps de concentration, sont pleins de pro-Gbagbo, suite à des accusations infondées. «M. Koenders, nous subissons de plein fouet, les affres de la justice de notre pays par la volonté de Ouattara», a indiqué Dassé. Quant à la réconciliation nationale, la Jfpi estime que c’est un gros leurre. «On veut nous imposer la réconciliation. Pendant qu’on nous dit de nous soumettre à certaines conditions, on nous refuse également le droit de poser des conditions. Sinon, nous sommes ouverts à la réconciliation, mais dans un contexte très apaisé. C’est-àdire par la libération de tous les prisonniers politiques, le retour des exilés, la sécurité des cadres du Fpi et des pro-Gbagbo», a martelé le représentant de Koua Justin. Au regard de ce qui se passe en Côte d’Ivoire, pays dans lequel, il règne une injustice criarde, l’insécurité grandissante, la méfiance, la Jfpi apprend à Koenders que la démocratie est un leurre sous le régime Ouattara. «L’opposition ivoirienne, à savoir le Fpi est embastillée. Plusieurs de nos meetings, même autorisés, ont été réprimés dans le sang par les Frci du régime. Le siège du Fpi a été attaqué, les locaux de certains journaux de l’opposition ont été saccagés. Le pouvoir Ouattara nous bâillonne et ça nous le refusons», explique Dassé à Koenders.

La responsabilité de l’Onuci

Aussi a-t-il soulevé le problème de la gestion de la crise ivoirienne par l’Onuci. C’est pourtant le président Gbagbo qui a fait appel aux Nations unies pour s’interposer et aider à la résolution du conflit en 2002. «C’est avec joie que nous avons demandé, votre arrivée en Côte d’Ivoire. Mais depuis que vous êtes là, vous agissez contre les intérêts du peuple ivoirien. Vous avez pris fait et cause pour ceux qui ont attaqué la République de Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, ces mêmes qui nous ont attaqués en 2002, sont au pouvoir et nous tuent. L’Onuci assiste impassible et indifférente à ces massacres des pro-Gbagbo. Cela est inacceptable», a dénoncé encore Dassé. Le Fpi, soutient-il s’exprime mieux dans un climat de paix. «Nous voulons l’ouverture du jeu démocratique pour nous opposer dans le respect des lois. Nous n’avons pas une culture des coups d’Etat. Que l’Onu nous protège pour que nous ayons le droit à la vie», a souhaité Dassé.

En réponse, le représentant spécial de Ban Ki Moon en Côte d’Ivoire, a dit partager le préoccupations de la Jfpi, qui sont tout à fait objectives. Ces quatre points soulevés, constituent des soucis majeurs pour Bert Koenders. Il demande que les Ivoiriens tournent la page par rapport à tout ce qui s’est passé. «La réconciliation doit être quelque chose de sérieux, de réel entre les hommes politiques, qui ont une grande responsabilité», soutient Koenders. Concernant la sécurité, le représentant spécial des Nations unies, se dit profondément inquiet. «C’est un grand problème. Votre pays n’a pas encore une armée structurée en qui la population a totalement confiance après la crise. Même entre policiers, gendarmes et Frci, il n’existe pas de confiance», a décrié Bert Koenders.

Il soutient mordicus que le rapport des experts indépendants de l’Onu, qui accuse les pro-Gbagbo de connivence avec Ansar Dine, ne vient pas de l’Onu, encore moins de l’Onuci. Les actes de déstabilisation ne doivent pas seulement être vus d’un seul côté, analyse-t-il. «Les attaques contre les positions des Frci, viennent des deux côtés», révèle Koenders. La protection civile, la réforme de l’armée, le respect des droits de l’Homme, sont le socle de la sécurité, se défend-til.

Koenders : «Je ne suis pas d’accord avec la manière dont le pouvoir gère le pays»

Koenders, se résout à comprendre qu’il n’y a pas encore «une justice équitable. Quand on veut la réconciliation, tout le monde doit répondre de ses actes devant la justice. Il ne doit pas avoir deux poids deux mesures. Mais, le problème également, est qu’il y a un manque de clarification entre la justice et la réconciliation. Je suis par ailleurs contre les vagues d’arrestations ici et là. Ce n’est pas bien que le gouvernement accuse toujours les pro-Gbagbo, quand il y a des attaques contre les Frci», a dénoncé le patron de l’Onuci. La liberté d’expression doit s’affirmer de plein droit, exige le représentant spécial de l’Onu. Il avoue que dans la situation que vit la Côte d’Ivoire, il est difficile pour l’Onuci de s’imposer. «Ce n’est pas acceptable pour l’Onu que dans un pays, on ait des prisonniers à cause de leurs opinions politiques. Mais nous constatons que le Fpi est le parti le plus important de l’opposition, c’est pourquoi, nous multiplions les contacts avec ce parti», reconnait Koenders. La tension est vive actuellement dans le pays. C’est pourquoi explique, Koenders, «on constate la vulnérabilité aussi bien chez le gouvernement que chez l’opposition. La méfiance est malheureusement toujours grande, dans ce contexte. Je ne suis pas d’accord avec la manière dont le pouvoir gère le pays».

Avec les derniers évènements d’Abobo Koenders croit qu’il est impérieux de concrétiser ici et maintenant le désarmement et la démobilisation des ex-combattants. Il estime que la paix ne sera possible que par la seule volonté des Ivoiriens. «Le gouvernement doit faire des gestes en faveur des prisonniers. C’est important pour apaiser le climat politique», a conseillé Koenders. Qui promet rencontrer les autorités dans ce sens.

Thérèse Bléhoué in NOTRE VOIE
Lundi 22 Octobre 2012
Lu 207 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1193 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1798 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2162 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1402 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 646 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site