Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Kambou Difilé,secrétaire général de la Fédération Fpi de Bouna : «Les arrestations arbitraires ne font que renforcer notre foi militante »

Le Front populaire ivoirien (Fpi) a perdu le pouvoir, le 11 avril 2011, à la suite du renversement du régime Gbagbo. Depuis treize (13) mois, le parti est donc dans l’opposition. Le Fpi a-t-il été à la hauteur des attentes ? Kambou Diffilé, secrétaire général de la fédération Fpi de Bouna se prononce.


Kambou Difilé,secrétaire général de la Fédération Fpi de Bouna : «Les arrestations arbitraires ne font que renforcer notre foi militante »
Notre Voie : Quel regard portez-vous sur les 13 mois d’opposition du Fpi ?

Kambou Difilé : Depuis le 11 avril 2011, le Fpi vit pratiquement en clandestinité. Le parti a failli être dissout par les nouveaux tenants du pouvoir. A cela, il faut ajouter le fait que le parti a été amputé de sa direction. Dans ce contexte, le premier défi majeur était de faire en sorte que cette formation politique soit présente pour défendre nos idéaux. Ce pari a été relevé. Je dirais même que nous avons remporté une grande victoire. Pour le reste, on peut dire que le bilan est mitigé. Je suis responsable de fédération. A ce titre, je sais qu’à la base, les militants sont bien en place. Ils sont à l’écoute des consignes de la direction. Il y a quelques semaines, la direction intérimaire a organisé un congrès qui a été un succès. Des résolutions importantes ont été prises. Il faut rapidement que ces décisions soient suivies d’effets concrets.

N.V. : Pensez-vous que la direction intérimaire a été à la hauteur des attentes ?

K.D. : La direction intérimaire a travaillé et oeuvre encore dans un contexte très difficile. Les manifestations sont violemment réprimées, les militants sont systématiquement traqués. Le Fpi étant un parti de combat, nous devons lutter ensemble avec la direction pour surmonter ces obstacles. Si le parti existe toujours, alors, il y a de l’espoir. Nous revenons de loin. Les responsables actuels réussissent à tirer leur épingle du jeu parce qu’ils ont été bien formés. Regardez, aujourd’hui, tout le patrimoine du Fpi a été détruit ou pillé. Nous avons tout perdu et nous sommes dans un environnement très hostile. Je pense que tout le monde devrait en tenir compte.

N.V. : Que pensez-vous de la violence contre les militants du Fpi ?

K.D. : Le pouvoir actuel a arrêté de faire de la politique et c’est vraiment dommage. Avant d’être des militants du Fpi, nous sommes des Ivoiriens. A ce titre, on devrait être traités avec les mêmes égards que les autres citoyens Ivoiriens. Malheureusement ce n’est pas le cas. Quand tu es militant du Fpi, on peut te battre, t’arrêter et même te tuer en toute impunité. La presse et les organisations de défense des droits de l’homme dénoncent régulièrement ces exactions, mais les autorités font la sourde oreille. Elles font exprès, parce que pour elles, c’est une forme d’intimidation. Mais cela ne peut pas durer. Il faut y mettre fin parce que ça n’arrange rien. Ceux qui sont au pouvoir doivent comprendre que le peuple ivoirien est suffisamment éprouvé, même s’il ne réagit pas encore.

N.V. : Face aux intimidations, les militants du Fpi ne vont-ils pas céder à la peur ?

K.D. : C’est que ce que le pouvoir recherche, mais c’est l’effet contraire qui se produit. Car les arrestations et les intimidations ne font que renforcer notre foi militante.

N.V. : Le FPI est quant même absent sur le terrain politique…

K.D. : La lutte ne se résume pas qu’aux meetings. Le fait que nous soyons-là en tant que parti politique incontournable constitue déjà un facteur de motivation. Aujourd’hui, les Ivoiriens ont largement plus de sympathie pour nous qu’envers les autres. Parce qu’ils savent que nous souffrons. Le Fpi est plus que jamais porteur d’espoir et d’espérance. C’est dur aujourd’hui mais je suis convaincu que ça va aller. Ce n’est pas la première fois que nous sommes dans une situation similaire. Mais nous avons toujours su trouver les moyens de défaire l’étau. Nous nous en sortirons parce que nous sommes dans le vrai.

Interview réalisée par César Ebrokié
Mercredi 11 Juillet 2012
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."



Marché d’esclaves en Libye : et si Laurent Gbagbo avait raison ?: L’ignoble scandale des migrants vendus aux enchèr… https://t.co/9e32lPwsLQ

Facebook

Partager ce site