Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan









LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Ismael Isaac : Sa femme a disparu !

Après 12 années d’absence sur le marché discographique, le reggaeman Ismaël Isaac s’apprête à publier un nouvel album. Une œuvre de 14 titres arrangée par Georges Kouakou et Moctar Woury, entre Paris et Abidjan. Avec en featuring sur un morceau, le rappeur français La Fouine. Ismaël parle de ce grand retour, et évoque au passage sa séparation avec sa femme Danielle, qui alimente les conversations dans les chaumières.


Ismael Isaac : Sa femme a disparu !
Tu es souvent en tournée, alors que ton dernier album “Black System“, remonte à 2001. Comment expliques-tu cela ?

- (Il sourit) C’est la grâce du Tout-Puissant. C’est aussi le fruit du bon travail effectué sur mes différents albums depuis le premier “Liberté”, sorti en 1986. Sans oublier la qualité de mes spectacles en live. Les mélomanes en redemandent et les promoteurs n’hésitent pas à me programmer.

• Cette grosse sollicitation surprend malgré tout …

- Vous savez, c’est ça aussi la force du reggae. C’est une musique qui sort de triples, qui a une âme et un message à véhiculer. Le reggae traverse le temps, à l’image des œu-vres de Bob Marley par exemple. Il n’y a pas d’artiste décédé plus célèbre que lui. L’anniversaire de sa mort est le plus fêté sur toute la planète, parmi les musiciens disparus.

• Le reggae est reconnu certes comme une musique à messages, parce que les artistes sont souvent engagés. Mais ce n’est pas forcément ton cas.

- Oh, je connais le refrain véhiculé par mes détracteurs, les prétendus artistes engagés. Mais qui est engagé et qui ne l’est pas ? Et pour quelle cause ? Moi, je me considère comme un artiste engagé, parce que je défends des causes sociales dans mes chansons. Je parle du drame des réfugiés du fait de la guerre. Je chante le drame des Africains qui meurent en mer, en allant chercher un mieux-être en Europe. J’évoque la misère des enfants de la rue. Est-ce qu’on peut dire sincèrement qu’à travers ces messages, je ne suis pas un artiste engagé ?

• En fait, tes détracteurs soutiennent que ton reggae est “gentil“. Tu épargnes les hommes politiques et tu ne dénonces pas leurs actes, qui ne vont pas dans l’intérêt du peuple.

- C’est une critique non fondée. Car, je pense qu’évoquer les problèmes des réfugiés, des Africains qui meurent en mer dans des embarcations de fortune, des enfants de la rue, c’est relever indirectement qu’il y a problème quelque part dans la gestion des politiques. Vous savez, ici, certains se proclament chanteurs engagés et changent de veste au gré du vent. Sont-ils crédibles ? Que dire alors de ceux qui se disent engagés et qui ont souvent un parti pris ? Donc pas neutres en réalité ? Or, il faut être neutre, et n’avoir pour parti que le peuple. Pour pouvoir critiquer tout le monde et la société. Ce n’est pas ce que je vois. D’ailleurs, l’engagement n’est pas seulement sur le terrain politique, il peut être partout.

• Tu es “engagé” dans ton nouvel album qui arrive ?

- Bien sûr. Sur les 14 titres, je parle des problèmes que les Ivoiriens vivent au quotidien. Dans mon langage noussi et dans mon feeling mandingo style. Un titre comme “Clandestin“, sur lequel intervient le rappeur La Fouine, s’adresse aux jeunes africains en général. Je dénonce et je sensibilise à la fois, sur l’immigration clandestine.

• Avec Georges Kouakou et Moctar Woury toujours aux arrangements ?

- Oui, ce sont mes deux arrangeurs fétiches. C’est l’équipe qui gagne. Ils savent bien faire le dosage entre mon reggae de Treichtown et le beat londonien et jamaïcain. Pour atteindre à la fois le public ivoirien, africain et occidental.

• Un reggae sans frontières en quelque sorte…

- Tout à fait. Après Kingston, Londres, c’est bien Abidjan, la troisième place forte du reggae mondial. Il faut conforter cette place et aller au-delà. Donc, on ne peut pas faire du surplace. ou ne faire qu’un reggae pour nous uniquement. Sans prétention internationale. Il faut conquérir les autres peuples. C’est pour cela d’ailleurs qu’en dehors du Noussi, du Dioula et du Bété, il y a quelques bouts de chansons en français dans certaines de mes compositions.

• Après un break de 12 ans, les choses repartent donc de plus belle pour toi…

- C’est sûr. Arès la sortie de l’album prévue au plus tard fin décembre, il y aura une série de concerts à Abidjan, Daloa, Bouaké, Man, San Pedro, etc. Ensuite, ce sera le Mali, le Burkina, le Sénégal …. Puis, l’Europe, le Canada et les USA. C’est plus de 40 millions FCFA qui seront investis au finish dans cet album. Avec l’appui des différents partenaires. Il va falloir le rentabiliser au maximum.

• Et quand on sait que tu voulais arrêter la musique il y a quelque temps…

- Oui, c’est vrai. Mais la pression des admirateurs, des proches et la passion ont été plus fortes. Des mélomanes m’ont même avoué qu’après leur avoir fait plaisir avec mes chansons, je voulais les trahir. Non, je ne les trahirai pas. Cependant, j’espacerai les sorties d’albums, pour faire plus de spectacles live à l’avenir.

• Au moment où ton album va sortir, malheureusement, il y a une absence de taille chez toi : ta femme Danielle. Elle t’a quitté, semble t-il.

- (L’air pensif) Oui, Dany n’est plus à la maison. Elle est partie. Je vis seul depuis un an et demi.

• Où est-elle ?

- (Il hésite) Bèh…. Elle est quelque part à Angré, selon ce que j’ai appris. Je n’en sais pas plus. Pour ne pas vous mentir, je ne sais pas où elle est.

• Tu ne la vois pas ?

- Non, on ne se voit pas. Je n’ai aucune nouvelle d’elle.

• Et vos enfants ?

- Mes filles, Fatim, Mawa, Kady et Sally sont là. Elles vivent avec moi à Yopougon. Elles vont à l’école ici. Pendant les congés, elles vont voir leur mère et elles reviennent.

• Qu’est-ce qui a provoqué cette rupture ?


- Je ne peux rien dire à ce sujet. Je ne peux pas rentrer dans les détails.

• Vous avez quand même quatre enfants et des années de vie commune…

- (Silence) …

• C’est si grave … Il n’y a aucune possibilité que vous vous remettiez ensemble ?

- (Soupir) Excusez-moi, mais je préfère me taire. C’est mieux ainsi. Nos enfants sont là. Ils se portent bien, c’est l’essentiel.

• Te considères-tu comme un homme divorcé ?

- Vraiment, je ne peux pas vous répondre.

• Tu as des regrets ?

- (Silence) ….
 
Par Eric Cossa 

ecossatopvisages.net
In 

Top Visages

Dimanche 25 Août 2013
Lu 792 fois
La Dépêche d'Abidjan



People
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Dans l'objectif | Tribune | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 928 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 30/09/2016 | 2272 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 23/09/2016 | 3901 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 28/07/2016 | 1256 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/07/2016 | 849 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/07/2016 | 924 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/07/2016 | 743 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire



ladepechedabidjan : L'Organisation internationale du cacao déménage en Côte d'Ivoire en pleine crise:... https://t.co/N45igM9Y4p https://t.co/IMObd02ynO
Mercredi 26 Avril - 15:37
ladepechedabidjan : A'Salfo : « Si Laurent et Simone Gbagbo étaient libérés, cela pourrait apporter un... https://t.co/0auRBD2ugc https://t.co/7jyanszkD7
Mardi 25 Avril - 10:55
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les sapeurs rendent hommage à leur Roi, Papa Wemba , un an après son... https://t.co/Mr7u4P58Tw https://t.co/ZXBRCaJ82f
Mardi 25 Avril - 10:24
ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire/ La place du FEMUA rebaptisée place "Papa Wemba": La place du Festival des... https://t.co/JEef2u7XwT https://t.co/x1LRYIr0Wk
Mardi 25 Avril - 10:24

Facebook

Partager ce site