Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Interview / Gnamien Konan, président de l’UPCI dénonce : ‘’On veut stigmatiser le peuple baoulé et après on est étonné d’aboutir à des affrontements tribaux’’

Le président de l’Union Pour la Côte d’Ivoire (UPCI), le colonel ma- jor Gnamien Konan prononcera cette semaine une conférence de presse pour choisir l’un des deux candidats en lice pour le second tour. Peu avant sa rencontre avec le président Henri Konan Bédié qui s’est déroulée le jeudi 11 Novembre 2010, l’IA a interrogé l’an- cien directeur général des Douanes qui revient ici sur l’organisation du premier tour de l’élection présidentielle et donne son avis sur l’électorat Baoulé qui fait l’objet de véritable convoitise de la part des candidats Gbagbo et Ouattara.


Photo : DR
Photo : DR
Cinquième parmi les 14 candi- dats en lice au premier tour de l’élection présidentielle d’Oc- tobre 2010, Gnamien Konan est-il satisfait de son rang ?
Je ne suis pas satisfait. Je suis allé à cet- te élection pour la gagner, pas pour avoir un rang. Je suis allé pour la gagner, parce qu’on était persuadé d’avoir le meilleur projet de société, celui qui ré- pond aux problèmes que vivent les Ivoi- riens. A l’arrivée, nous sommes déçus et nous n’avons pas l’impression que le rang est important, mais le score. Ce- lui que nous avons obtenu, moins de 0,4%, qui est un score maigre qu’il faut regarder avec lucidité pour en tirer les leçons.

Qu’est-ce qui n’a pas marché à votre niveau, selon vous ?
Ce qui n’a pas marché, c’est le manque de moyens pour faire campagne, pra- tiquement pendant plus de trente mois. Nous avons annoncé notre can- didature le 7 mars 2008 et les élections étaient sensées se tenir au plus tard en juillet 2008. Nous avons été obligés d’être en campagne sur une longue pé- riode, avec des moyens très limités. C’est ce qui nous a sérieusement han- dicapés.

Quel est votre avis sur l’organi- sation du scrutin ?
Si nous avons un avis à donner, c’est que tous les candidats n’ont pas été as- sociés ou représentés au processus élec- toral au même niveau. Nous pouvons même dire que nous avons été écartés. Cela est vrai pour les onze autres can- didats. Les seuls qui étaient relativement mieux logés, c’étaient les petits candi- dats qui appartenaient au RHDP. En de- hors de ces deux candidats du RHDP, les autres candidats ont été vraiment exclus du processus électoral. Nous ne pouvons donc pas donner un avis sé- rieux sur quelque chose dont nous avons été autant exclus. Mais, à l’arri- vée nous avons noté des irrégularités ici et là et si nous ne les avons pas évo- quées sur la place publique, c’est par- ce que dans certains cas nous avons eu des difficultés à obtenir des preuves. Nos scrutateurs ne se sont pas présen- tés, certains ont même poussé la dif- ficulté en gardant par devers eux les P.V contre paiement. Nous n’avons pas eu les moyens de contester, mais tout le monde note qu’il y a eu des fraudes.
A qui la faute, selon vous ?
A la Commission Electorale Indépen- dante essentiellement. C’est elle qui de- vait faire en sorte que les conditions de cette élection soient démocratiques. Elle devait prendre des dispositions pour corriger les dysfonctionnements éven- tuels, protéger l’intérêt de tous les candidats, pour qu’ils soient logés à la même enseigne. Elle ne l’a pas fait, donc pour moi, elle est entièrement res- ponsable de ce qui s’est passé et la res- ponsabilité lui est entièrement impu- table.
Aujourd’hui, l’heure des al- liances a sonné, alors pour qui allez-vous demander à vos mi- litants de voter ?
Nous sommes l’un des partis les plus transparents en Cote d’Ivoire. J’ai tou- jours dit que j’appellerai à voter au deuxième tour, si nous n’y sommes pas retenus, pour le candidat qui prendra en compte tout ou une partie de notre projet de société, que je considè- re être la vraie condition de la paix et du développement en Côte d’Ivoire. Si tous les candidats acceptaient de prendre en compte ce projet de socié- té, notre engagement serait acquis à ce- lui qui nous appellerait à jouer le plus grand rôle dans la mise en œuvre de ce projet de société. Les Ivoiriens ne nous ont pas donné un mandat suffi- sant, nous attendons donc des deux candidats restés en lice, celui qui est dans les dispositions que j’ai indiquées tantôt et nous avons toujours été constants. Mais, des gens ont dit que Gnamien fait campagne pour être Premier ministre. Or, nous avons tou- jours dit que celui qui nous appellerait pour jouer un grand rôle dans la mise en œuvre de notre projet de société, c’est à celui-là qu’iraient nos suffrages. Les Ivoiriens méritent cela, même s’ils ne nous ont pas accordé leurs suffrages. Ils méritent qu’il y ait un parti qui soit constant, qui défende un projet de so- ciété et non un parti qui va aux élec- tions juste pour des postes de ministres, un candidat qui choisit une ethnie ou une partie des protagonistes au conflit. Les Ivoiriens ont besoin qu’il y ait au moins des hommes politiques en Côte d’Ivoire, qui leur proposent autre cho- se que des débats tribalistes, religieux. Nous savons que nous n’avons pas été écoutés, cela va prendre du temps, mais nous devons faire cela pour la Côte d’Ivoire.
N’y a-t-il pas un dilemme, c’est- à-dire, faire un choix entre Gbagbo et Ouattara ne sera-t-il pas fatal pour vous qui avez de- mandé que ces deux leaders soient mis à l’écart ou à la retrai- te, parce qu’ils constitueraient selon vous le problème de la Côte d’Ivoire ?
Nous avons dit cela, mais les Ivoiriens ne nous ont pas donné raison et il faut en tirer les leçons. Et les leçons que nous devons en tirer, c’est que les Ivoiriens disent que ces deux candidats représen- tent pour eux les solutions. Nous sommes obligés de nous soumettre à la dictature des Ivoiriens qui ne nous ont pas entendus. Il n’y a donc pas de dilemme et dès cet instant, nous disons que le seul dilemme que nous aurions, c’est que les deux candidats s’appro- prient notre projet de société intégra- lement et nous demandent de jouer le même rôle. Si les deux candidats me di- sent « M. Gnamien Konan vient être mon Premier ministre, afin que tu puisses appliquer ton propre program- me de société », en ce moment-là nous serions dans un dilemme. Mais nous n’aurons pas de dilemme et nous allons faire connaître bientôt notre choix, sur la base de ce que nous avons toujours dit. Nous n’allons pas nous contredire.
L’avenir de l’UPCI va-t-il s’arrê- ter seulement au premier tour de l’élection présidentielle du 31 oc- tobre 2010 ?
Mais pas du tout ! Nous avons la convic- tion que les Ivoiriens n’ont pas voté le projet de société. Nous devons rester en politique jusqu’à ce que les Ivoiriens décident de choisir un projet de socié- té. Si l’UPCI arrête ses activités poli- tiques, cela veut dire que nous donnons raison aux Ivoiriens, alors que nous ne leur donnons pas raison du tout. Jus- qu’à présent, nous avons le senti- ment que c’est eux qui se sont trom- pés et que c’est nous qui avons raison. Attendons le dénouement de ces élec- tions. Nous nous battrons pour les Ivoi- riens sans même leur consentement. Nous sommes prêts à faire leur bonheur malgré eux et nous n’allons pas arrê- ter. M. Gnamien va continuer ce com- bat et nous recevons beaucoup de té- moignages de sympathie, les gens nous disent « Allez, nous avons voulu choisir entre les belligérants, mais la pro- chaine fois c’est vous ». Mais on se dit que si les élections présidentielles se pas- saient en Côte d’Ivoire comme pour l’élection du Ballon d’or, on aurait eu des points sur chaque bulletin et au to- tal, on serait à une meilleure place que celle que nous avons eue. Cela veut dire qu’il y a une véritable sympathie par rap- port à notre projet de société et nous n’avons pas le droit d’abandonner tous ces sympathisants.
Vous avez été battu au premier tour de l’élection présidentielle, chez vous à Botro, qu’attendez- vous aujourd’hui des Ivoiriens ?
C’est regrettable que nous ayons été battus chez nous à Botro, mais on est candidat à la présidence pour les Ivoi- riens. Certains de mes parents sont ve- nus me voir pour me supplier de tout faire pour faire un tour dans mon vil- lage pendant la campagne. J’ai fait ma campagne sans privilégier ni mon vil- lage, ni mon ethnie, ni ma tribu. Je leur disais toujours « Je suis candidat pour les Ivoiriens et le jour où je suis élu, je ne vais pas privilégier les gens de mon village ou mon ethnie. Je résoudrai le problème des Ivoiriens ». J’ai été bat- tu dans mon village, comme j’ai été battu à Mama, à Adjamé ou à Kong. C’est le résultat qui est là. Si j’avais dit à mes parents que si je suis élu Botro serait la capitale politique de la Côte d’Ivoire, peut-être qu’ils m’auraient entendu. Mais, ils m’ont jugé comme tous les candidats et le résultat est conforme à ce que j’ai eu ailleurs.
Le RHDP est aujourd’hui en train de se consolider avec le soutien du PDCI, de l’UDPCI et du MFA au candidat Ouattara. Pensez-vous que cette alliance peut aller loin ?
S’ils sont là-bas, c’est parce qu’ils se sont entendus pour appliquer un projet de société et un programme de gouver- nement communs. A partir donc de ce moment, s’ils sont ensemble pour le programme de gouvernement com- mun et non pour autre chose, il n’y a donc pas de souci.
La conquête du second tour des présidentielles se fait en ce mo- ment autour du peuple Baoulé. La Majorité Présidentielle convoite le peuple Baoulé, le RHDP aussi. Quel est votre com- mentaire ?
Je pense que c’est malsain de présen- ter un peuple ou une tribu comme un bétail électoral. Dans ce scrutin, s’il y a un peuple qui a eu un comportement ré- publicain, ce sont les Baoulé. Il y a quatre candidats parmi les quatorze qui sont des Baoulé et quand vous addition- nez les voix obtenus par ces quatre can- didats, ils ne seraient pas au second tour. C’est dire que les Baoulé ont été républicains, ils ont donné leurs voix à tous les candidats. D’où vient-il qu’on veuille nous réunir en bétail électoral ? On veut stigmatiser tout un peuple et après on est étonné d’aboutir à des af- frontements tribaux ou ethniques. Les hommes politiques de Côte d’Ivoire doi- vent être plus responsables, ils ne doi- vent pas faire une lecture tribale. Même si les gens ont un comportement tribal, il revient au leader de montrer le bon chemin, le chemin de la démocratie. Quand on est leader, on n’encourage pas les gens à la tribalisassions de la vie po- litique. On ne doit pas accompagner les Ivoiriens dans leur penchant à la triba- lisation de la vie politique. Aujour- d’hui, les candidats réunissent les cadres Baoulé par-ci, les chefs de villages Baoulé, par-là, pour dire après que c’est à cause des Baoulé que nous avons per- du. C’est irresponsable et il faut en sor- tir. Je demande aux Baoulé qu’on va ré- unir, de ne pas voter pour la personne qui les réunit, parce qu’elle veut leur mal, elle veut les livrer. Est-ce que dans les différents projets de société il y a un projet de société pour les Baou- lé, non ! Ils ont tous un programme pour la Côte d’Ivoire, qu’ils arrêtent donc de prendre les Baoulé comme un bétail électoral.

Avec l'Intelligent d'Abidjan / Par Dosso Villard ; coll : Olivier Dion

Samedi 13 Novembre 2010
Lu 1106 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35
ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32

Facebook

Partager ce site