Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

"Hollande, ta loi, on n'en veut pas": les anti-mariage homo manifestent à Paris


Photo Par Thomas Samson - Des milliers de manifestants contre le mariage homosexuel ont commencé dimanche à battre le pavé parisien aux cris de "Hollande, ta loi, on n'en veut pas", deux jours avant le vote solennel du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe
Photo Par Thomas Samson - Des milliers de manifestants contre le mariage homosexuel ont commencé dimanche à battre le pavé parisien aux cris de "Hollande, ta loi, on n'en veut pas", deux jours avant le vote solennel du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe
Des milliers de manifestants contre le mariage homosexuel ont commencé dimanche à battre le pavé parisien aux cris de "Hollande, ta loi, on n'en veut pas", deux jours avant le vote solennel du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe.

Les porte-parole de La Manif pour tous se sont élancés en tête du cortège, parti de la place Denfert-Rochereau, devant des femmes déguisées en Marianne, habillées de blanc avec bonnet phrygien et code civil à la main.

"Manifestement, nous sommes un peu débordés par l'affluence", se félicitait l'égérie du mouvement, Frigide Barjot, qui disait, avant la manifestation, attendre jusqu'à 50.000 personnes.

Femme en rose peinte sur une joue et homme en bleu sur l'autre joue, Frigide Barjot a assuré qu'il y avait "même des gens de régions". "Nous voulons une manifestation pacifique et nous rejetons tous les groupes qui s'en prennent directement aux personnes homosexuelles", avait-elle assuré avant le départ du cortège.

Les agents de sécurité de La Manif pour Tous, portant tee-shirts rouges et oreillettes, étaient visibles dans la foule et sur les côtés du cortège.

"Toute personne qui a un comportement douteux sera désignée à la police et exfiltrée", a promis Frigide Barjot, tout en notant que, "hors de la manifestation, les problèmes de sécurité sont de la responsabilité du ministre de l'Intérieur".

Un manifestant interpellé

Manuel Valls s'est d'ailleurs rendu sur le trajet du défilé pour passer en revue le dispositif des forces de l'ordre, CRS et gendarmes mobiles. Peu avant le départ du cortège, un manifestant porteur de six bombes lacrymogènes, et désigné par le service d'ordre de La Manif, a été interpellé par la police.

Après avoir maintenu la pression toute la semaine en se rassemblant tous les jours près de l'Assemblée nationale, où des échauffourées ont éclaté à plusieurs reprises, les opposants au projet de loi comptent sur cette nouvelle mobilisation pour réaffirmer leur "détermination".

Le cortège est attendu sur l'esplanade des Invalides en fin d'après-midi. C'est quasiment le même parcours qu'avait suivi la première grande manifestation (qui avait réuni 70.000 personnes selon la police, 200.000 selon les manifestants) contre le texte, le 17 novembre 2012, prélude à six mois de mobilisation des opposants, jusqu'à la radicalisation de certains groupes ces dernières semaines.

"Fossoyeur de la famille"

Aucun déplacement collectif depuis la province n'ayant été prévu, les organisateurs ne tablaient pas sur la participation massive du 24 mars (300.000 personnes selon la police, 1,4 million selon les organisateurs). Seul du covoiturage s'est mis en place dans certaines régions, de l'Ouest notamment, les militants locaux de La Manif préférant réserver les grands moyens à une nouvelle manifestation nationale le 26 mai.

Pour Emmanuel et Fabienne Schaub, 40 et 35 ans, venus de Rennes pour manifester, "le problème a été pris dans le mauvais sens. Il aurait fallu d'abord voir les problèmes des familles homoparentales, puis proposer des solutions. Le mariage, c'est plus idéologique. Je n'ai pas l'impression qu'on recherche le bien commun".

Ils disent avoir vécu ces derniers mois comme une "violence", alors qu'une sono hurle "Nous ne lâcherons rien, jamais, jamais, jamais". Ailleurs, une pancarte ironise: "Moi président, je serai le fossoyeur de la famille."

Comme lors des manifestations précédentes, l'UMP et le Front national ont envoyé une délégation. Le FN n'avait toutefois pas appelé officiellement à manifester, donnant rendez-vous à son propre défilé du 1er mai.

Dans une lettre aux militants, le président de l'UMP, Jean-François Copé, qui n'est lui-même pas présent dans le cortège, a invité les membres de son parti à "participer en masse".

A quelques kilomètres des troupes anti-mariage pour tous, un rassemblement des partisans de la loi se tenait place de la Bastille. Plusieurs centaines de personnes rassemblées au milieu de drapeaux arc-en-ciel répliquaient, en "dénonçant l'homophobie" et en revendiquant "l'égalité des droits".

Sur l'emblématique place parisienne, interdite à la circulation, les pancartes défendent "lesbiennes gay bi trans, fières en colère". Une photo de l'ancienne ministre Christine Boutin, opposante virulente au projet de loi, est présentée comme "un des visages de la haine".

Mardi après-midi, le texte autorisant le mariage homosexuel sera définitivement et solennellement adopté par l'Assemblée nationale, qui a clos ses débats vendredi à l'aube, dans une ambiance électrique.

Alors que les élus se livraient à des passes d'armes souvent houleuses dans l'hémicycle, des rassemblements quotidiens près de l'Assemblée ont été émaillés d'incidents et d'affrontements avec les forces de l'ordre, donnant lieu au fil de la semaine à plus d'une centaine d'interpellations et plusieurs gardes à vue.

Les opposants veulent croire que le gouvernement peut encore reculer et renoncer à appliquer la loi, comme ce fut le cas pour le Contrat première embauche (CPE) en 2006. Ils mettent également leurs espoirs dans une éventuelle censure du Conseil constitutionnel.

AFP
Dimanche 21 Avril 2013
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Novembre 2017 - 18:32 Zimbabwe : Mugabe a démissionné

Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2140 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1926 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 889 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Décès du burkinabè Rachid Sana en Allemagne. La thèse de l’empoisonnement évoquée: La toile est en émoi après la no… https://t.co/2fLcNdtYZe

Facebook

Partager ce site