Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Enquête sur la crise postélectorale Une commission aux ordres, un rapport partisan


La commission d’enquête sur la crise postélectorale mise sur pied par Alassane Dramane Ouattara a rendu, mercredi, à son mandant, les conclusions de ses travaux. Taxée de partiale et de peu crédible par de nombreux observateurs, la commission a confirmé les critiques en livrant des chiffres suspects. 3.248 personnes tuées pendant la guerre postélectorale. C’est le chiffre auquel la commission d’enquête version Alassane Ouattara a abouti au terme de ses investigations qui ont duré un an. Les conclusions de cette enquête ont été remises, mercredi au palais présidentiel, au chef de l’Etat par la présidente de ladite commission, la magistrate Paulette Badjo. Sur les 3.248 victimes, la commission attribue aux forces armées nationales d’alors (Fds) dont le Président Gbagbo était constitutionnellement le chef suprême, 1.452 personnes tuées dont 1.009 exécutions sommaires. Aux forces armées pro-Ouattara (ex-rebelles devenus Frci, dozos et « volontaires »), la commission attribue 727 personnes tuées, dont 545 exécutions sommaires. La première remarque qu’impose l’examen du rapport de la commission d’enquête, c’est que dans ce décompte macabre, le nombre de victimes attribué aux Fds est quasiment le double de celui attribué aux forces armées pro-Ouattara. La deuxième remarque, c’est que le chiffre de 727 des personnes tuées par les hommes de Ouattara, selon la commission, n’atteint même pas celui des personnes tuées par les mêmes forces armées de Ouattara dans la seule localité de Duékoué dans les premiers moments de la crise postélectorale. L’Ong Human Rights Watch avait, au terme d’une enquête, établi le chiffre de plus de 800 personnes. Ce qu’on peut conclure au terme de ces remarques, c’est que les chiffres avancés font planer une légitime suspicion sur la commission. En ce qu’ils mettent en évidence la partialité de la dite commission d’enquête. En fait en mettant en place, une telle commission, l’objectif de Ouattara était visiblement de donner une forme juridique aux arrestations du président Gbagbo et de toux ceux qui se réclament de lui et qui croupissent dans les prisons sans jugement, depuis avril 2011. Elle ne visait pas à livrer, en toute impartialité, la vérité sur la crise postélectorale et les coupables de crimes contre l’humanité ainsi que de crimes de guerre. On peut aisément croire que si la juge Paulette Badjo et les membres de sa commission avaient la possibilité de dire que les forces armées pro-Ouattara n’ont tué personne, ils l’auraient fait sans hésiter. De toutes les façons, le procureur de la République, Simplice Kouadio Koffi, avait déjà qualifiés de « sauveurs », les forces armées pro-Ouattara. Seulement, le rapport de Human Rights Watch portant sur le massacre de plus 800 hommes, femmes et enfants, en une journée à Duékoué par les forces armées pro-Ouattara, a parcouru le monde entier. Dire donc que les Frci, les dozos et autres miliciens pro-Ouattara n’ont rien fait, aurait été grossier et entacherait davantage la « crédibilité » de la commission d’enquête. C’est certainement ce qui aurait poussé celle-ci à attribuer aux forces armées pro-Ouattara, les tueries de 714 personnes. C’est écœurant ! Car si on suppose que les 714 victimes ont été causées par les hommes de Ouattara à Duékoué, cela voudrait dire qu’après Duékoué, les forces armées pro-Ouattara n’ont plus commis de tueries ailleurs. Ce qui est invraisemblable. Car Duékoué est la première ville que les forces armées pro-Ouattara ont attaquée dès qu’elles ont lancé leur offensive le 28 mars 2011. Après cette attaque, les Fds ont décroché de toutes les autres villes pour se replier sur Abidjan. De sorte qu’en deux jours, les forces armées pro-Ouattara avaient pris toutes les villes de l’intérieur. Et sur leur passage, elles massacraient tous ceux qu’elles soupçonnaient d’être des partisans de Gbagbo. Au-delà de toutes les tueries dans les villes de l’intérieur, on se souvient du massacre des jeunes patriotes perpétré par les forces armées pro-Ouattara à Abidjan. Notamment autour de la résidence du président Gbagbo où ces jeunes gens avaient formé un bouclier humain et surtout à Yopougon après l’arrestation de l’ex-Chef de l’Etat. La commission a-t-elle pris en compte toutes ces tueries dans ses investigations ? Si oui, alors elle aura ignoré, par exemple, le génocide Wê. Ce qui serait une insulte à la conscience collective ivoirienne. En tout état de cause, le caractère partial de la commission est plus que jamais perceptible et le Fpi a eu raison de la disqualifier dès le départ.

Boga Sivori in Notre Voie
bogasivo@yahoo.fr
Dimanche 12 Août 2012
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2145 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 1931 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 892 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Pourquoi les Africains fuient-ils l’Afrique ?: Les récentes images publiées par la chaine de télévision américaine… https://t.co/5N2uAZ2m8b

Facebook

Partager ce site