Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

En meeting à Koumassi - Akoun attaque Affi

La campagne pour l’élection du président du Fpi bat son plein. Samedi dernier, Laurent Akoun, vice-président du Fpi, était en meeting à Koumassi (Abidjan) où il a invité les délégués à choisir Laurent Gbagbo. Voici l’intégralité de son intervention.


I. Notre pays, la Côte d'Ivoire, se trouve depuis la crise post-électorale de 2010 dans un état de délitement avancé. Quelques morceaux choisis (florilèges) :
1- à ce jour, de nombreux Ivoiriennes et Ivoiriens arbitrairement arrêtés, croupissent en prison sans le moindre jugement ;
2- des logements appartenant à des ivoiriennes et ivoiriens sont illégalement occupés par des frci, «Dozo » et autres mercenaires à la solde du régime;
3- de vastes parties du territoire national sont régulièrement envahies et illégalement occupées par des étrangers qui en chas-sent les autochtones ;
4° les principaux appels d’offres sont cédés à des entre-prises étrangères alors que des entreprises nationales sont capables de les exécuter dans de meilleures conditions techniques et financières ;
5- les nominations aux emplois supérieurs de l’Administration ivoirienne sont désormais soumises au critère de « rattrapage ethnique» en lieu et place de « l’appel à candidature » ou la reconnaissance du mérite et de la compétence ;
6- les consultations électorales qui devaient permettre au peuple de choisir librement ses dirigeants sont de-venues, sous nos cieux, le lieu privilégié d’expérimentation de toutes les formes de violences et de fraudes…La Côte d'Ivoire est notre seul pays, et il nous revient à titre principal de la défendre contre tous ceux qui, motivés uniquement par leurs intérêts, veulent la piller avant d’aller se réfugier ailleurs dès que leur sale besogne sera accomplie. Notre union est et demeure la clé de la survie de notre Nation et de son peuple. L’intérêt national doit transcender nos divergences politiques.C’est pourquoi nous militantes et militants du fPi devons inviter l’ensemble des organisations politiques, syndicales et de la société civile-à taire les divergences de points de vue, conformément à l’adage selon lequel des frères et sœurs ne se battent pas au chevet de leur mère malade ;
-à se joindre à nous pour appeler le peuple de Côte d’Ivoire, du nord, du Centre,du Sud, de l’est et de l’ouest, à une mobilisation populaire afin de sauver notre pays de la déliquescence. Il s’agit pour tous les démocrates ivoiriens et tous les hommes de progrès d’œuvrer résolument à la réalisation de la plate-forme suivante :
1/ Retour A L’État de droit en Côte d’Ivoire
• restaurer les droits et libertés démocratiques surtout la liberté de réunion et de manifestations ;
• Arrêter les perquisitions, arrestations et détentions arbitraires ;
• Libérer tous les détenus politiques civils et militaires par une loi d’amnistie générale pour une vraie réconciliation nationale et un développe-ment durable.
2/ Sécuriser les personnes et les biens
• Mettre un terme à l’occupation illégale des terres et des domiciles ;
• encaserner les frci, désarmer les ex-combattants, les« Dozo » et les rapatrier dans leurs régions d’origine ;
• Doter les forces régulières de la Police et de la Gendarmerie nationales de moyens conséquents pour leur permettre d’assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national.
3/ Gérer rationnellement les ressources humaines et matérielles du pays
• Protéger le patrimoine national contre les prédateurs de tout acabit ;
• Cesser l’attribution des marchés « de gré à gré » qui ne profite qu’aux « copains et coquins » ;
• Mettre un terme à la poli-tique de « rattrapage eth-nique » qui constitue un recul dramatique pour notre pays.
4/ Créer les conditions de consultations électorales et transparentes
• Réformer la Commission electorale indépendante (Cei) pour l’équilibrer afin qu’elle soit réellement indépendante ;
• Remettre à jour de la liste électorale et les documents électoraux pour les rendre fiables ;
• Rationaliser le découpage électoral pour que tous les Ivoiriens aient le même poids électoral.Camarades, soyons à l’écoute de toutes les organisations démocratiques, de toutes les Ivoiriennes et de tous les Ivoiriens, désireux d’apporter leur contribution à cette grande mobilisation nationale pour recevoir, enregistrer et débattre de toutes les suggestions pouvant permettre de préciser et de réaliser les objectifs définis.

II. Qui conduira ce rassemblement ?

Celui qui fait le ciment de notre lutte et dont certains veulent « tourner la page ».J’emprunte à deux camarades les réflexions ci-dessous que j’aimerais partager cet après-midi. une pensée déjà pensée !Camarades, « Ce que la très grande majorité des militants du front populaire ivoirien (fPi) et des observateurs les plus avisés du monde politique ivoirien n’avaient jamais imaginé est survenu : Pascal Affi N'guessan a décidé de croiser le fer contre Laurent GBAGBO, pour l’élection au poste de président dudit parti. Ce qui était classé dans la catégorie de l’inimaginable est devenu réalité. Nous nageons en plein DIDIGA c’est-à-dire « l’art de l’impensable» selon Bernard Botey Zadi Zaourou.

Quelle est la signification profonde de cette candidature et le projet qu’elle déclare porter.

Selon Laurent GBAGBo- celui pour le bonheur duquel Affi N’guesssan Pascal indique vouloir être reconduit à la tête du Parti- « tout projet est porté par un bilan, tout projet prolonge une histoire et tout projet est un engage-ment » (in préface du projet de société du front Populaire ivoirien : fonder une Nation africaine, démocratique et socialiste en Côte d’ivoire, Paris, l’Harmattan 1998,pages 6 à 17).

Quel est donc le bilan qui porte le projet du président sortant du fPi, quelle histoire prolonge-t-il et à quoi s’en-gage-t-il ?

I– tout projet est porté par un Bilan Dans une organisation démocratique comme le fPi, le pouvoir appartient aux militants et, en conséquence,tout responsable a le devoir de rendre compte de sa gestion, à quelque niveau qu’on se situe. Cela est encore plus vrai pour le Président du Parti, surtout qu’en raison des circonstances exceptionnelles créées par la rébellion,le mandat coure depuis juillet2001, soit plus de treize ans.J’ai bien lu la déclaration qu’il a faite le 12 novembre dernier, après le dépôt de sa candidature et j’ai attentivement écouté son interview accordée à RFI deux jours plus tard. Je n’y ai décelé aucune trace de bilan. Certes, il le fera au Congrès et il a choisi de le lui réserver. Maisj e maintiens qu’en sa qualité de président sortant d’un si long règne, il avait l’obligation, avant même d’évoquer son projet de candidature,d’énoncer son bilan, même à grands traits. en particulier, je suis intéressé, comme d’autres, de savoir quels impacts ont eu sur le Parti les évènements et faits suivants : l’accession au pouvoir, la lutte contre la rébellion, la survenance de la galaxie patriotique, la signature des accords de Marcoussis et ceux subséquents, la création du CNRD et de la LMP, la crise post-électorale, la mort,l’exil et l’emprisonnement de nombreux cadres et militants,la création de la coordination du fPi en exil, l’existence d’un porte-parole du président GBAGBO... ? Nous pourrions ainsi mieux comprendre ce qu’il a fait de la confiance que nous lui avons accordée au congrès de 2001... [Confiance ?]

Où est le bilan politique, moral,matériel et financier qui porte ce projet ? Quels sont les points forts, ceux à améliorer, à infléchir ou à abandonner ? Que n’a-t-il pu faire en treize ans qu’il saura faire pendant les trois prochaines années ?

Quand on est disciple du président GBAGBO, il ne saurait y avoir de projet sans bilan qui le porte.

II– Tout projet prolonge une histoire. L’histoire du fPi est celle d’une « union volontaire de femmes et d’hommes épris de justice et de liberté, engagés contre toute forme de domination sur la Côte d’Ivoire et en Côte d’Ivoire » (article4 des Statuts). Cette histoire a été voulue et rendue possible par l’action initiale de ses cinq membres fondateurs dont un a été assassiné parla rébellion (Émile BOGA DOUDOU) dès septembre2002 ; deux sont en prison(Simone et Laurent GBAGBO) ; un est aux USA (Pascal DAGo KOKORA) et un est en liberté provisoire à Abidjan (Abou Drahamane SANGARE). Quel est le prolongement que le président Affi compte réserver, au cours du mandat qu’il sollicite, à cette histoire qui nous est commune ? Comment compte-t-il prolonger l’histoire du souverainisme cher au fPi ? Par ailleurs, quel est l’état actuel de son histoire avec les membres fondateurs du parti, en particulier avec Abou Drahamane SANGARE… qui est en liberté provisoire comme lui en Côte d’Ivoire et dont le Président GBAGBO a dit : «Si Sangaré tient, je tiens » ? Mais surtout, quel est l’état réel de son histoire avec Laurent GBAGBO… ? Il me paraît urgent qu’il éclaire définitivement notre lanterne sur cette question. Le président du Parti doit avoir le courage d’assumer son analyse qui, jusqu’à preuve du contraire, est en rupture avec la ligne idéologique souverainiste du parti. Il doit également admettre qu’en sa double qualité de président et de celui à qui les anciens ont transmis le flambeau, il doit reconnaître sa responsabilité politique personnelle face à l’unité du Parti qu’il a mise à mal depuis le 4 juillet 2014. Car Laurent GBAGBO le précise dans la préface du projet de société « prolonger une histoire, ce n’est pas répéter les échecs, les oublis, les frustrations. il s’agit d’explorer les voies non empruntées, de libérer les voix étouffées et les aspirations occultées ou trahies ». En attendant, il me paraît curieux que le Président du Parti estime qu’il revenait à son maître, celui qui l’a nommé premier ministre en 2000 et lui a confié le Parti depuis 2001, de venir vers lui pour lui dire qu’il voudrait bien reprendre sa place. N’aurait-il pas été plus sage et plus convenant que ce soit le disciple qui aille vers son maître pour solliciter le renouvellement de sa bénédiction,en acceptant par avance la décision, favorable ou non, de celui-ci ?

III – Tout projet est un engagement


Le président du fPi affirme qu’il est candidat pour libérer GBAGBO des geôles de la CPI. C’est là certainement un engagement. Mais l’absence de bilan ne permet pas de donner du crédit à un tel engagement. Qu’a fait le Parti pour la libération de GBAGBO, notamment depuis septembre 2013 ? Pourquoi devrait-on croire que ce qui n’a pas été fait hier le sera demain ? … Enfin, le fait d’accepter d’avoir pour adversaire celui qu’il dit vouloir libérer achève de convaincre les plus sceptiques qu’il s’agit plus d’un engagement en trompe-l’œil. Camarades, manifestement, il y a une candidature de trop pour le poste de président du fPi. Il est encore temps de se raviser et de s’engager dans la bonne direction celle de faire bloc derrière le Président GBAGBO…
Gnahoua Ambroise, représentant du fPi au Sénégal Qui choisir ? Lisons le portrait du poète :
« Je choisis, moi, la dignité
Je choisis, moi, la Dignité in-carnée, le Kanégnon
Choix raisonnée, sans équivoque, ni hésitation
Car à l’heure des hérésies et des affabulations
Il est l’homme du peuple toujours au front.
Librement, chacun peut aller de ses ambitions
Moi, je ne tergiverse pas.
Dieu m’est témoin
Je suis au combat pour obtenir sa libération
En restant loin des cercles féconds de trahisons
Sur la route qui mène tout droit à la restauration
Qui passe forcément, en famille, par des élections
Je ne serai pas un équilibriste en mal de vocation
Pour lui, je resterai actif et un fidèle compagnon.
C’est ton droit, si tu choisis d’être un ignoble félon
C’est ton droit si tu te gaves de compromissions
C’est ton droit si tu veux cheminer avec mammon
C’est un devoir pour moi de lutter pour la Nation.
Je choisis l’élu du peuple,l’homme des situations
Non pour son or
Mais pour ses bonnes actions
Non par instinct tribal
Mais pour ses tribulations
Non pour raison filiale
Mais pour ses humiliations.
Choisir le Kanégnon,
C’est refuser la soumission
C’est repousser l’état de valet et la recolonisation
C’est résister à l’exploitation et à la domination
C’est récuser les pouvoirs acquis par importation.
Halte donc aux mensonges et aux mystifications
Halte aux politiques tordues et aux abominations
Tous, eburnéens, fiers militants de la refondation
Soyons vigilants !
L’enjeu est l’avenir de la Nation ».

Lazare Koffi Koffi.

C’est l’acte que devra poser chaque délégué statutaire au Congrès de décembre 2014. La lutte continue !

Laurent AKoun
Vice-président du fPi


Source : Notre Voie
Mardi 25 Novembre 2014
Lu 482 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 26/11/2014 01:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Soyons prudents avec leur mensonge, leur imagination tordue, leur jalousie et leur violence…

Alassane Dramane Ouattara est en train de rendre le contenu de la candidature de notre président Laurent Gbagbo dérisoire comme son propre cas de candidature en 2015, mais il fait fausse route de transformisme.

Voici une petite phrase polémique de son Sarkozy sur Rachida Dati son ancienne ministre de la justice.

Sarkozy dit ceci : « J'avais voulu Rachida Dati comme Garde des Sceaux, avec père et mère, algérien et marocain, pour parler de la politique pénale, ça avait du sens. »

Et je dis que cette pensée n’est pas loin avec père et mère, algérien et marocain en concomitance avec notre article 35 de la constitution. Un jour viendra où, il va terrasser Alassane Dramane Ouattara, d’ailleurs, tous les deux chacun est l’épée de Damoclès.

« Sarkozy connaît sûrement très bien la notion de père et mère de notre article 35... »

Ça voudrait dire, qu’il a enlevé abusivement notre président Laurent Gbagbo pour mettre son ... pour une raison que nous ignorons réellement et c’est aussi l’une des raisons pour laquelle nous sommes déterminés par tous les moyens pour délivrer notre président, en commençant pour le positionner à la tête de notre outil pensant, comme dit bien son épouse Simone Gbagbo, qu’est le FPI.

A bas Alassane Dramane Ouattara !

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1179 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1771 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1390 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 636 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 700 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ : Le témoin s'est vu proposer un soutien financier pour son... https://t.co/WIYtoRshAC https://t.co/vApbyQ71Z0
Mercredi 7 Décembre - 17:56
ladepechedabidjan : À PROPOS DE LA MALADIE DE MARIE LOUISE ASSEU - LES PRÉCISIONS DE SES PROCHES : "IL N'Y A... https://t.co/wi6kteTCK4 https://t.co/sostGDyoaQ
Mercredi 7 Décembre - 15:57
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Le Bâtonnier entend privilégier ’’ la liberté de choix’’ de la défense... https://t.co/CXomA7ZR2U https://t.co/qulpFE2IhX
Mercredi 7 Décembre - 15:22
ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07

Facebook

Partager ce site