Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

En Côte d’Ivoire, le pouvoir étouffe l’enquête sur le meurtre de deux Français, dans l’indifférence de la presse parisienne

Trois ans après l’assassinat de l’homme d’affaires français Yves Lambelin du groupe SIFCA, de deux de ses collaborateurs et du patron du Novotel, Stéphane Frantz Di Rippel, le pouvoir ivoirien, soutenu par la France, n’est pas capable de faire éclater la vérité attendue par l’opinion. Ses faits et gestes accréditent la thèse d'une tentative d'étouffement de l'affaire. Après avoir relayé la thèse d'un crime commis par des proches de Laurent Gbagbo, l'ancien président, la presse française se tait désormais. Enquête.


En Côte d’Ivoire, le pouvoir étouffe l’enquête sur le meurtre de deux Français, dans l’indifférence de la presse parisienne
Le Nouveau Courrier [quotidien ivoirien], dans sa parution du 7 avril dernier, dénonçait l’indifférence du gouvernement Ouattara dans l’affaire pour lequel une vingtaine de civils et de militaires ont été arrêtés et écroués à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan. Alors que le Garde des Sceaux, ministre de la Justice d’alors, Jeannot Ahoussou affirmait, en juin 2011 sur des médias étrangers, que les enquêtes étaient bouclées, et que des officiers mis aux arrêts étaient passés aux aveux, les choses continuent de trainer encore en longueur.

Les premières zones d’ombre à l’instruction


Le dossier Yves Lambelin avait été confié à la doyenne des juges d’instruction, Cissé Makouéni Delphine qui a mené ses investigations jusqu’au 18 janvier 2013, date à laquelle elle a, selon ses propres termes, « bouclé définitivement le dossier ». A cette date du 18 janvier 2013, elle procède à la confrontation générale en présence des supposés suspects, de leurs avocats, d'un substitut du procureur, des greffiers et des témoins. Au cours de cette confrontation, selon une source proche du dossier, la juge d’instruction évoque le nom d’un témoin clé, en la personne de "Bernard", de nationalité française. Mais celui-ci brille par son absence...

Cette séance qui a duré 8 heures de temps (15h – 23h) devait en principe permettre de retracer les faits, c’est-à-dire de faire la lumière sur le dossier Lambelin. Deux questions fondamentales, selon une indiscrétion, ont été posées à la doyenne des juges par les avocats. Le dossier est-il définitivement bouclé comme l’a annoncé le ministre Jeannot Ahoussou ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu de reconstitution des faits ? A la première question, la juge a répondu par l’affirmative. Quant à la deuxième, elle a indiqué que la reconstitution des faits n’était pas nécessaire. Il faut savoir que le Me Pierre-Olivier Sur, actuel bâtonnier du barreau de Paris et avocat de la famille de Stéphane Frantz Di Rippel s'interrogeait fin 2012, selon La Lettre du Continent, "sur le refus apparent de la justice ivoirienne de procéder à la reconstitution de l’assassinat de Stéphane Frantz Di Rippel, demandée il y a plusieurs mois"...

Une ordonnance qui attend depuis août 2013

Après la confrontation générale du 18 janvier 2013, les avocats des prévenus déposent des demandes de mise en liberté provisoire pour leurs clients. C’est pendant qu’il s’affaire à accorder la liberté provisoire à trois premières personnes que le procureur Simplice Kouadio est déchargé de ses fonctions par le gouvernement. Arrivé aux affaires, le procureur Richard Adou surseoit à cette demande : il dit vouloir s’imprégner du dossier.

Sur insistance des avocats, la doyenne des juges qui a en charge le dossier, le transmet à la chambre d’accusation. Entretemps, la doyenne des juges, Cissé Makoueni, avait été limogée et remplacée par un autre doyen des juges, Coulibaly Ousmane Victor.

Dans sa séance du mercredi 5 juin 2013, la chambre d’accusation constate qu’il n’y a pas eu de reconstitution des faits. Elle ramène donc le dossier en cabinet pour que cela soit fait. Malgré l’insistance de la chambre d’accusation, le nouveau doyen des juges d’instruction, comme son prédécesseur, ne trouve pas nécessaire la reconstitution des faits. Il préfère rendre son ordonnance de règlement à la suite de laquelle, selon ses propres dires, il pourra libérer certains suspects et en garder d’autres pour un éventuel jugement. Cette ordonnance qu’il avait promis rendre avant les vacances judiciaires (août 2013) n’a jamais vu le jour.

Des questions clés qui restent sans réponses

Comment des faits aussi graves et sensibles, relatifs à un assassinat qui aurait été planifié, impliquant des militaires, des policiers, des gendarmes, des douaniers et des civils soient traités avec une si grande légèreté ? Pourquoi la reconstitution des faits qui apparaît comme un élément central est reléguée aux calendes grecques, voire refoulée avec nervosité ? Pourquoi après trois ans de détention préventive, les prévenus ne sont ni libérés ni jugés ? Les recoupements d’informations du Nouveau Courrier ont permis de noter quatre faits majeurs : jusqu’à ce jour, ni l’arme du crime, ni le mobile du crime, ni l’auteur du crime ne sont formellement identifiés dans la procédure. Les bâtiments (au Palais présidentiel) qui sont censés être le lieu du crime ont été endommagés et des réhabilitations ont été faites. Un sergent-chef dont nous taisons le nom, ex-élément de la Garde républicaine, témoin du juge d’instruction, qui, selon lui, a affirmé avoir participé activement aux faits, n’a jamais été inquiété par la justice ivoirienne jusqu’à ce jour. Aucun de tous les prévenus qui sont actuellement en prison n’ont été vus dans les vidéos des cameras postées à l’hôtel Novotel. Pourtant ces caméras ont identifié au moins certains éléments du commando qui a enlevé et assassiné Yves Lambelin et ses collaborateurs ! Cette information est confirmée par ce qu'affirmait Yann Caillère, dirigeant du groupe Accor, auquel appartient le Novotel d'Abidjan, dans une interview au Figaro. "Les caméras de l hôtel ont filmé la scène, car le site était sécurisé. L'un des ravisseurs notamment pourrait être identifiable. Les autorités ont récupéré les vidéos et poursuivent leur enquête". Depuis, ces autorités ne semblent pas pressées de collaborer avec la justice française, activée par le groupe Accor...

Un suspect clé, selon une source crédible, dont nous taisons également le nom qui, affirment certaines sources, a été reconnu dans la vidéo du Novotel, n’a jamais été inquiété par la justice ivoirienne. Il a par ailleurs été confié à la police judiciaire par les Français pour servir de « témoin ».
Lire la suite
Dimanche 13 Avril 2014
Lu 448 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1189 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1790 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2160 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1399 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 644 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site