Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Devant l’implosion visible du FPI Bertin Kadet demande le report du congrès

Dans cette tribune, l’ex-ministre de la Défense sous Gbagbo et cadre du FPI, Bertin Kadet, exilé politique au Ghana, propose sa solution pour sauver le FPI.


Devant l’implosion visible du FPI Bertin Kadet demande le report du congrès
Depuis l’éviction brutale du Président Laurent Gbagbo du pouvoir d’État, le 11 avril 2011, le Front Populaire Ivoirien (FPI) son parti, s’enfonce chaque jour dans des crises internes de confiance. Après l’épisode de Mamadou Koulibaly, s’en est suivi celui de Miaka Ouréto avant l’éclatement de la crise liée au réaménagement de la direction du FPI sous Pascal Affi Nguessan. Au fondement de toutes ces crises internes, le problème de la confiance dans les dirigeants du FPI. Dans la suite de la crise actuelle, l’opinion est focalisée sur la double candidature pour la présidence du FPI, dont celle proposée du Président
Laurent Gbagbo, à la faveur du 4ème congrès du Parti prévu à partir du 10 décembre prochain. La polémique qui continue d’alimenter le débat portant sur la candidature du fondateur du FPI et celle de son « fils » Pascal Affi Nguessan, vient d’être amplifiée d’un cran par la dernière décision du comité de
contrôle de ce Parti en sa session de mercredi 26 novembre 2014, qui a validé les deux candidatures. Cette situation de conflit permanent observé au sein de la principale formation politique de l’opposition ivoirienne, fait courir de graves risques à ce parti, ainsi qu’à la démocratie dans le pays.
C’est le groupe Zétchéligba, chanteurs des traditions dans la région de Gagnoa, qui résume de manière éloquente, la situation que vit le front Populaire ivoirien, et qui interpelle les acteurs que nous sommes sur la nécessaire sagesse qui sied en la circonstance.
Dans une de ses productions vocales, Zétchéligba proclame que « le calao et le rat palmiste ont provoqué
la guerre parmi les animaux de la brousse, à cause d’une graine de palme ». La situation que vit le FPI depuis 2011, ressemble à celle décrite dans la légende du calao et du rat palmiste. La légende raconte que, réunis à l’ombre du grand palmier du village, les animaux ont tenu un conseil de leur communauté
et là, ils ont pris la décision d’aller à la rencontre de dieu. Sachant que celui-ci se trouve à des milliers de kilomètres de leur habitat, ils ont entamé une longue marche dans sa direction.
Après une décennie sur le chemin menant vers dieu, un messager arrive et leur tient ce discours : « chers amis, le palmier sous lequel vous avez pris la décision d’aller à la rencontre de Dieu a produit des régimes et les graines sont mûres. » a cette annonce, le cortège marque une pause et tient un conseil
extraordinaire séance tenante.
Le débat qui s’engage est très animé car, la question qui est posée est celle-ci : « A qui appartient la graine ? »
Il faut savoir que le palmier est un arbre précieux, indispensable à la vie de tous les jours. Les graines mûres permettent de faire une sauce succulente à nulle autre pareille.
Une fois le jus recueilli des graines, les résidus solides sont séchés et conservés pour des usages domestiques, notamment pour réactiver le feu dans les foyers. Les amandes contenues dans les graines produisent de l’huile utilisée pour l’entretien du corps, et c’est également un remède contre diverses maladies. En outre, la coque de la graine sert de parures à l’occasion des grandes fêtes de réjouissances.
Les feuilles des palmiers et les branches sont précieuses pour la confection des habitations. Quant à l’arbre palmier lui-même, il produit un vin doux, très apprécié dans la communauté. Même désintégré avec le temps, le palmier n’est jamais abandonné. On retourne au palmier pour extraire des chenilles comestibles et des champignons comestibles. Le palmier est donc un arbre de vie, une source intarissable de richesses nourricières. Au cours du débat qui s’engage dans l’assemblée des animaux, pour savoir à qui appartiennent les régimes de graines, le calao prend la parole et revendique son autorité sur les fruits. En soutien à sa position, le calao estime qu’étant constamment dans les airs, il surplombe les palmiers et protège ses fruits contre d’éventuels prédateurs.
En tant que gardien et protecteur de ces fruits, il en est l’unique propriétaire. Plusieurs membres de la communauté se succèdent à la tribune. c’est alors que le rat palmiste prend la parole et donne ses arguments. Pour ce dernier, les régimes de graines appartiennent à celui qui dort dans le palmier, qui
rode dans ses feuillages jour et nuit, c’est-à-dire lui. et il ajoute que la maturité des graines est constatée dès lors qu’il les a dégustées et en a donné une partie à la terre nourricière ; car, c’est ce que lui, le rat palmiste jette au sol, qui suscite la curiosité des passants sur la présence d’un fruit mûr sur le palmier.
L’assemblée ne parvient pas à se mettre d’accord sur un propriétaire, si bien que faute d’un règlement à l’amiable, faute d’un consensus, le problème tourne en un conflit sanglant parmi les membres de l’espèce animale. La lutte fratricide qui s’engage n’épargne personne ; elle disperse toute l’espèce dans la
nature. Les animaux sont tellement divisés qu’ils vécurent éparpillés, dans une sorte de sauve-qui-peut. certains trouvent refuge sous la terre ou dans les eaux, d’autres vont dans la forêt ou dans les
airs ; les hommes prennent pitié de certains et les autorisent à partager le même habitat.
finalement, le bonheur espéré auprès de dieu devient une illusion. En dépit de ses vertus incontestées, le
grand palmier du village est l’objet de peu d’attention de la part des populations qui le vénéraient autrefois ; dorénavant chacun est préoccupé par sa propre survie.
En réfléchissant à cette légende, on s’aperçoit que la question « A qui appartient la graine ? » question éminemment polémique, est le germe du désastre animal. Les fruits du grand palmier du village dont dépend toute la communauté, peuvent-ils être la propriété de quelqu’un, fut-il le calao qui les survolent, ou le rat palmiste qui en a fait sa demeure ? et si la question posée n’était pas la bonne question ? Ce que nous enseigne le groupe Zétchéligba dans sa belle mélodie, c’est que devant tout risque de conflit, il faut éviter les questions polémiques et chercher à poser les bonnes questions,
tout en gardant une bonne dose de sagesse. Le Président Laurent Gbagbo est notre grand palmier, notre
arbre de vie. c’est lui qui a façonné la plupart des cadres de notre génération. Avec lui, les Ivoiriens nourrissaient le rêve de bâtir un pays souverain, démocratique et prospère.
Le cours de cette espérance démocratique a été brutalement entravé le 11 avril 2011, et Laurent Gbagbo
est devenu un otage entre les mains de la communauté internationale.
Devant cette situation, la question qui est posée aux ivoiriens dans leur
grande majorité, et aux militants du fPi, ce n’est pas de savoir « qui est pro-Gbagbo » ou qui ne l’est pas. La question est de savoir ce que nous faisons, quelle voie nous empruntons et avec quels moyens, pour que le Président Gbagbo et les siens retrouvent la liberté et tous leurs droits ? Rien qu’en pensant
à la manière dont le Président Gbagbo a été évincé du pouvoir et est traité, aucun ivoirien digne de ce nom ne peut accepter qu’il reste dans cette prison où il n’a pas sa place. Je suis convaincu que
ce qui divise les militants et les cadres du FPI, c’est le chemin pour atteindre cet objectif,
et rien d’autre.
Le prochain congrès du FPI est l’occasion rêvée pour les militants, pour clarifier ce débat et le trancher en toute responsabilité. Il doit se tenir dans l’enthousiasme et la ferveur retrouvés, après presque quatre ans de traumatismes sans précédent.
Or, ce moment tant attendu semble déjà compromis par des invectives lancées, sans retenu, par nous-mêmes sur nos propres camarades et nos responsables, à travers notre propre presse. ces derniers
temps, je n’ai jamais vu et lu autant de papiers visant nos propres responsables politiques, que nous ne
l’ayons fait pour critiquer le régime en place depuis trois ans. Il est donc temps que cela prenne fin.
on ne peut pas aller à un congrès aussi important pour l’avenir de la côte d’ivoire, étant animé par un esprit de pugilat. Tenir un congrès du FPI dans une ambiance de confrontation et de désunion, expose à plusieurs conséquences. La première, est laliquidation du FPI : le congrès peut être infiltré par des esprits
malveillants dont les actes seront mis sur le compte des principaux responsables du parti. Ces derniers
seront alors arrêtés pour des troubles à l’ordre public, sans compter d’autres mesures plus extrêmes. Si
l’opposition est bâillonnée par sa propre faute, le boulevard sera ainsi tracé pour le parti unique que nous redoutons et qui se met en place sous nos yeux complices. L’autre conséquence sera qu’à cause de notre comportement, nous donnerons ainsi des arguments a posteriori à ceux qui détiennent Laurent
Gbagbo dont le jugement est projeté pour juillet 2015. Et il y a d’autres conséquences. À cause de l’atmosphère délétère qui a emballé tout le FPI en ce moment, et pour les raisons évoquées, je suggère
que la tenue du congrès du FPI soit reportée après les funérailles de la mère du Président
Laurent Gbagbo.
Certes, ces funérailles sont l’affaire de sa famille mais, parce qu’elles touchent le Président Laurent Gbagbo à qui la CPI refuse d’assister aux obsèques de sa mère, le FPI a l’obligation de mobiliser
tous ses membres aux côtés de la famille de notre leader embastillé. Après cela, on pourra aller à notre congrès. Dans l’intervalle, nous aurons le temps de nous entendre sur l’essentiel. Chers amis du
FPI, sachons raison garder, ne détruisons pas notre unique instrument de lutte politique,
au risque d’accréditer la légende du calao et du rat palmiste. Que dieu garde le FPI.

Bertin Kadet
Source : Notre Voie
Samedi 29 Novembre 2014
Lu 495 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Pierre Akossia le 30/11/2014 01:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Bertin,

La chose la plus merveilleuse, c'est qu'il faut rapidement en finir avec ce congrès avec pour président, notre président Laurent Gbagbo.

Et ceux qui n'ont rien compris de cette candidature de bienfaisance, ils comprendront tout seul même le moins intelligent...

C'est difficile pour tous ceux qui sont en prison, pour tous ceux qui sont en exil, pour tous ceux qui sont libres au pays. Trouver où est l'erreur, même en état à La Haye.

Salut Bertin ! Vive le congrès !
Vive le président Laurent Gbagbo !

2.Posté par zeinab le 30/11/2014 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur le ministre il y a plutot une nouvelle dynamique au FPI a cause de certains egarements Gbagbo se vend bien au niveau national et international et avec lui le FPi Il n'est plus seulement du FPI c est l icone des Panafricains et de la lutte contre toute forme d'injustice Si vous etes epris de paix et de justice battez campagne pour lui au lieu de revoyer ces elections et prouvez au monde d entier le jour de votre congres qu il RESTE L AME IMMORTELE DU FPI Du PEUPLE IVOIRIEN ET DES AFRICAINS
Queque soit ce que vous pourrez entreprendre sachez que Gbagbo ne mourra jamais je dis bien jamais


3.Posté par Pierre Akossia le 30/11/2014 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu es un vrai chou zeinab pour mon pays. Je ne saurai comment te remercier de l'espoir que tu projettes, des paroles dignes d'un panafricain.

Salut à toi zeinab.

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1162 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1746 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2146 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1379 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 629 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 693 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire : Ouattara demande "une majorité à l’Assemblée" pour "accélérer des... https://t.co/Ag39YtIZWm https://t.co/8qKAsSnEYU
Lundi 5 Décembre - 06:50
ladepechedabidjan : Football: Yaya Touré arrêté pour conduite en état d’ivresse à l’Est de Londres:... https://t.co/QyJZJlmYtU https://t.co/6q8KL2Wlj3
Lundi 5 Décembre - 06:25
ladepechedabidjan : France / François Hollande renonce à sa propre succession : Quel courage historique, et... https://t.co/XAbvcODy06 https://t.co/4yFDc0Ptoq
Lundi 5 Décembre - 06:15
ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35

Facebook

Partager ce site