Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Demba Traoré, ex Représentant du FPI aux États-Unis: «L’heure de la Refondation de la refondation a sonné»


Demba Traoré, ex Représentant du FPI aux États-Unis: «L’heure de la Refondation de la refondation a sonné»
M. Demba Traoré vous avez été le Représentant du FPI aux Etats Unis pendant de longues années. Que dites-vous de ce qui se passe dans votre parti ?

Demba Traoré : En effet j’ai été le Représentant du FPI aux USA de 2001 à 2013 soit douze ans. Il y a exactement un an que j’ai passé la main. Je suis militant de base aujourd’hui et donc je suis à l’aise pour répondre à votre question.

Pourquoi ?

Demba Traoré : Si j’étais encore le Représentant je ne me serais pas prononcé en public sur la situation car un Représentant c’est un ambassadeur du parti à l’étranger. Pour revenir à votre question, contrairement à ce que beaucoup disent, moi je pense que cette crise prouve que le FPI est un parti mûr et démocratique. Aussi c’est un débat de fond qu’il fallait faire maintenant plutôt que plus tard. L’écrasante majorité des militants de base que nous sommes n’est pas concernée par les présidentielles de 2015. Il faut résoudre les divergences maintenant. Il faut remuer l’arbre afin que les feuilles saines lui redonnent une seconde jeunesse. Il faut refonder la Refondation. Les informaticiens diraient Refondation 2.0 !

Pensez-vous donc c’est le moment d’exprimer les ambitions au sein de la direction du Parti ? Ne pensez-vous pas que cela peut démobiliser les militants, les sympathisants, et tous les Ivoiriens qui soutiennent le Président Laurent Gbagbo ?

Demba Traoré : Il est évident que nous aurions pu éviter cela pour ne pas distraire les Ivoiriens du combat essentiel qui consiste à chasser Ouattara et ses suiveurs du pouvoir pour un meilleur devenir des Ivoiriens, si la direction du Parti n’est pas en phase sur la ligne politique, le parti se retrouve à la croisée des chemins, il faut donc trancher. C’est le lieu de demander pardon à tous les sympathisants du Président Laurent Gbagbo y compris les militants du FPI, mais les enjeux sont très importants pour être remis à plus tard.

Précisez un peu votre pensée…

Demba Traoré : Il faut voir la chronologie des faits récents. Le FPI demande aux Ivoiriens de boycotter les élections législatives et locales et ce fut un désert électoral. Ensuite le FPI demande aux Ivoiriens de ne pas se faire recenser après avoir dit au gouvernement que les conditions n’étaient pas réunies pour le faire. Une fois de plus les Ivoiriens dans leur grande majorité boycottent le recensement. On était donc en droit d’attendre de la direction du FPI un autre mot d’ordre pour libérer les Ivoiriens de la dictature du RHDP, mais que Non. C’est plutôt à un réaménagement de la direction du FPI qu’on assiste comme si l’équipe ne gagnait pas ! Soyons clairs les statuts du FPI accordent un certain nombre de prérogatives au président du parti. Ce n’est pas de cela qu’il s’agissait mais plutôt de la ligne et de la stratégie pour obtenir la libération du Président Laurent Gbagbo et de tous les autres prisonniers.
Le Président du FPI qui a été empêché d’aller rendre visite à sa camarade et deuxième vice-présidente à Odienné alors que lui a reçu la visite de Miaka, le président qui a été empêché de faire un meeting à Touba et Abobo, avait sa base mobilisée pour mener cette autre bataille de la démocratie. Un mot d’ordre aurait suffi, mais malheureusement contre toute attente c’est un remaniement de la direction, après que le Président du parti a été mis en minorité lors d’un Comité Central qui devrait demander la levée du mot d’ordre de boycott du recensement. Et à la demande de qui ? Un gouvernement que nous combattons et face auquel nous avons commencé à remporter nos premières batailles. Quand le Président AFFI, l’ambassadeur Djédjé Alcide et bien d’autres étaient en prison, le refus de collaborer avec le pouvoir n’était pas vu comme du AFFI ou Rien, aujourd’hui quand on dit de faire de la libération du président Laurent Gbagbo l’Alpha et le Omega de nos actions on dit que c’est un culte de la personnalité. On dit que c’est du Gbagbo ou Rien. D’ailleurs y a-t-il du mal à être Gbagbo ou Rien ?
Hier le RDR disait ADO ou Rien ou Tout Sauf Gbagbo. Il n’y avait pas de mal à cela. Enfin la promotion au sein du Secrétariat Général de tous ceux qui ont mis fin à leur exil alors qu’il y avait une mission du parti pour organiser le retour sécurisé des exilés et dans de meilleurs conditions n’a pas envoyé un bon signal aux militants. Si tout le monde suivaient leurs exemples la page Laurent Gbagbo aurait été définitivement tournée comme le souhaitent certaines chancelleries occidentales. Vous voyez donc que les Ivoiriens doivent comprendre que le parti du Président qu’ils ont élu est en train de mener une bataille qui permettra de gagner du temps plus tard. Il appartient au Président AFFI d’être l’Homme de la situation ou d’en tirer les leçons. La bonne nouvelle c’est que la base du parti est intacte et très solidaire avec le Président Gbagbo et tous les prisonniers.

Mais ne pensez-vous pas que la ligne Gbagbo ou rien conduirait à isoler le FPI et ce que Hollande dit si vous n’allez pas aux élections vous allez mourir de votre belle mort.

Demba Traoré : Un parti politique est fait pour aller aux élections pour prendre le pouvoir mais pas à n’importe quel prix. La preuve le FPI au sein de La Majorité Présidentielle est allé aux élections en 2010, et les a remporté mais au lieu de gouverner son Candidat est à La Haye, à quelles élections veut-on qu’on aille et pour gagner quoi ? Disons-le tout net il sera immoral d’aller aux Présidentielles de 2015 alors que notre Président élu SEM Laurent Gbagbo est pris en otage par la communauté Internationale.

Pourquoi donc entrer à la CEI si vous n’allez pas aux présidentielles ?

Demba Traoré : Votre question est légitime. Est-ce que le FPI doit aller à des élections pendant que son candidat élu en 2010 est emprisonné à La Haye ? Si nous ne devons pas aller aux élections qu’avons-nous à faire dans une CEI anticonstitutionnelle ? Que faisons-nous à la CEI qui va gérer des élections, après avoir demandé aux Ivoiriens de ne pas se faire recenser et qui par conséquent ne seront pas sur le fichier électoral mise à jour ? Voilà autant de questions auxquelles devront répondre ceux qui veulent aller aux Présidentielles de 2015 sans le Président Laurent Gbagbo, ceux qui veulent donc tourner la page Gbagbo.

À vous écouter vous êtes un frondeur…

Demba Traoré : Non je suis un Refondateur et non un Frondeur. Vous disiez au début de l’interview que j’ai été le Représentant du FPI aux USA, mais ce que vous ne savez peut être pas, c’est que j’ai été membre du cabinet du Président AFFI. Quand il est sorti de prison il m’a réitéré sa confiance en me demandant de rentrer en Côte d’Ivoire pour venir travailler avec lui sans oublier que c’est lui qui m’a nommé en 2001 comme Représentant; et un des artisans de cette nomination a été Akoun Laurent. Vous me donnez l’opportunité de dire merci à deux aînés auprès de qui j’ai beaucoup appris. Mais ne nous trompons pas. Les enjeux ce n’est pas AFFI ou Akoun ou bien Mme Monnet ou Akoun. Il y a un enjeu unique : quelle politique le FPI doit mener pendant que Gbagbo est à La Haye, Simone à Odienné, des centaines de nos militants et sympathisants emprisonnés et l’écrasante majorité des cadres de La Majorité Présidentielle est en exil ? Allons-nous les mettre en Perte et Profit ? Que faisons-nous des tous ceux qui sont morts ou marqués à vie ? Le Président AFFI a lui-même reconnu être allé à CEI sans l’aval du Secrétariat Général et du Comité Central, il sait en son âme et conscience que la majorité de la base n’est pas d’accord avec cela. Un Comité Central le lui a déjà signifié, il faut qu’il en tire les leçons et humblement accepte de se retirer. Il ne peut pas ruser avec sa base. Je suis à l’aise de le dire aujourd’hui comme je l’étais hier quand j’étais membre de son cabinet. Il sait que je ne faisais pas partie de ceux au cabinet qui lui disaient toujours ce qu’il veut entendre. C’est un appel à un aîné.

Vous voyez régulièrement le Président Laurent Gbagbo, quand l’avez-vous pour la dernière fois ?

Demba Traoré : J’ai vu le Président pour la quinzième fois et je vous promets que je vais arrêter de compter, car je souhaite plutôt le voir dans un autre environnement, et Libre ! Ma dernière visite date du 9 Juillet 2014…

Donc vous l’avez-vous vu après le remous à la direction du FPI ? Qu’en pense-t-il ?

Demba Traoré : je vous le dirai quand’ il me chargera de le faire. Mais ce que je peux dire, le Président là où il est, il est comme un bébé, il ne peut pas se défendre, il a très peu d’option, il nous revient d’être reconnaissants et mettre avant toute chose sa libération, après quoi tout sera permis à qui veut faire quoi. Mais d’ici là je le dis et je le répète parler d’élection ou accompagner le pouvoir sera la pire des ingratitudes de notre part. Et si nous sommes ingrats, il n’y aura pas de raison que d’autres ne nous le rendent pas ! De toutes les façons la base ne suivra aucun dirigeant qui irait à des présidentielles dont les résultats sont connus d’avance.

Un congrès est programmé d’ici la fin de l’année, pensez-vous que c’est opportun avec toutes ces dissensions ?

Demba Traoré : Ce sera le Congrès de la Refondation de la Refondation. Plus rien ne sera comme avant dans ce parti, nous nous sommes tus pendant longtemps pour ne pas gêner les ainés, mais aujourd’hui est une autre ère avec ses exigences, un discours nouveau s’impose avec des hommes nouveaux pour offrir une Refondation Refondée aux Ivoiriens. Il n y a aucun risque d’éclatement car le FPI est un parti solide qui survécu à sa mort programmée par Sarkozy, Obama et Ban Ki Moon. Quoi d’autre pourra l’arrêter ? Seul Dieu sinon y ’a Rien en Face.

Interview réalisée par Yacouba Gbané
In Le Temps
Vendredi 5 Septembre 2014
Lu 1348 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 05/09/2014 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salut patriote,

On a un seul problème, l'étranger usurpateur protégé par la France est le point anguleux de notre souci.

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site