Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Demba Traoré, ancien DG du VITIB, l'un des accusés de tentative de coup d’Etat réagit ‘‘Je mets au défi Hamed Bakayoko…’’

Cité à la face de la Nation dans un prétendu projet de coup d’Etat, en même temps que Kassoum Fadiga, Aly Keïta et Nady Bamba, Demba Traoré, ancien directeur général du Village ivoirien des technologies de l’information et des biotechnologies (VITIB), refuse de se laisser faire. Dans cette interview accordée au Nouveau Courrier, il dévoile les ressorts de ce qui pourrait bien apparaître comme une vaste manipulation au sommet, un exercice de tromperie audiovisuel destiné notamment à régler des comptes personnels. Entretien.


Demba Traoré, ancien DG du VITIB, l'un des accusés de tentative de coup d’Etat réagit ‘‘Je mets au défi Hamed Bakayoko…’’
Nous étions devant notre poste de télévision mardi dernier quand, à notre grande surprise, nous avons entendu le ministre de l’Intérieur d’Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, évoquant un document de déstabilisation de l’Etat dans lequel vous êtes cité avec d’autres personnes, notamment Mme Bamba Nadiana et M. Kassoum Fadiga. Alors, nous nous tournons vers vous.
De quoi s’agit-il exactement ? De quoi parle le ministre Hamed Bakayoko ?

Ce que je peux dire est que je suis informaticien, et pas militaire. Les armes que je connais sont le clavier et la souris. Si je suis coupable d’une chose, c’est de ma loyauté envers le président Laurent Gbagbo. Au passage, je demande à Hamed Bakayoko de respecter cette loyauté comme je respecte la sienne vis-àvis de M. Ouattara. Et la comparaison entre lui et moi s’arrête là. Je ne suis ni de près de loin mêlé à un coup d’Etat. Mais j’assume avec responsabilité le fait de communiquer pour Laurent Gbagbo, le fait de défendre l’image de Laurent Gbagbo sur Internet. Et l’élément dont Hamed Bakayoko parle n’est rien d’autre qu’un document de communication qui a circulé dans le cadre d’un brainstorming, d’une réflexion collective. Des gens ont été cités dans ce document sans même avoir été contactés. Et c’est dommage qu’on en fasse une telle exploitation aujourd’hui. Parce que ce document est parvenu dans ma boîte le 20 juin 2011. Il était question dans ce documentlà de voir comment on peut améliorer l’image du président Gbagbo. Nous avions communiqué pour lui pendant la campagne. Et deux mois après son arrestation, des gens nous ont fait des propositions. Nous n’avons même pas réagi à ces propositions. Mais effectivement, ce document a circulé. Kassoum Fadiga, Aly Keïta, Mme Nady Bamba, Ousmane Sy Savané et Ibrahim Magassa l’ont reçu au même titre que moi. Malheureusement, aujourd’hui Ibrahim Magassa et Ousmane Sy Savané sont emprisonnés. Nous autres, avons eu plus de chance. Nous sommes en liberté. Mais ceux qui sont embastillés – et ceux qui les connaissent le savent ! – sont loin d’être des putschistes.

Pouvez-vous nous expliquer comment ces arrestations se sont déroulées, partant de celle de M. Magassa ?

Ibrahim Magassa est un citoyen français vivant en France et il est allé une première fois au pays lors des funérailles de sa soeur. Il est reparti pour les cérémonies du quarantième jour, et il a été arrêté à l’aéroport d’Abidjan. C’est un ami intime de Kassoum Fadiga [ancien directeur général de la Petroci et beau-frère de Nady Bamba, ndlr], et il n’y a que ceux qui ont été ou sont leurs proches qui le savent. Parce qu’on en veut à Kassoum pour des raisons que j’ignore, on l’a arrêté. Ils ont commencé à fouiller tout ce qu’il y avait dans le courrier électronique d’Ibrahim. Et ils ont trouvé une «mailing-list» et un document de stratégie. Et par coïncidence, les stratégies proposées ont d’une certaine manière produit des effets sans avoir été réellement mises en oeuvre. Il a été ainsi proposé d’entrer en contact avec des personnalités de tout bord comme Jean-Luc Mélenchon, François Hollande et Marine Le Pen. Et si vous avez suivi l’actualité, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont fait des sorties en faveur du président Gbagbo. Pure coïncidence… Est-ce cela qui a inquiété le pouvoir en place ? En tout cas, ils sont allés mettre la main sur Ousmane Sy Savané [le directeur général du groupe de communication Cyclone, fondé par Nady Bamba, ndlr]. C’est quand ce dernier a été arrêté que nous avons su qu’Ibrahim Magassa l’avait été aussi [la famille du concerné souhaitait gérer la question dans la discrétion, ndlr]. Jusque-là, on attendait d’avoir les éléments objectifs de l’arrestation d’Ousmane Sy Savané. Lorsque Hamed Bakayoko est venu à la télévision, et a cité un certain nombre de personnes et des documents spécifiques, cela a fait «tilt» dans ma tête. Et je suis allé fouiller dans ma boîte à lettres électronique et j’ai retrouvé ce document qui a atterri dans ma boîte le 20 juin 2011.

Et dans ce document, il n’est absolument pas question de coup d’Etat…

Pas le moins du monde. Au contraire, vous le constaterez, il s’agit de voir comment une solution durable de retour à la paix peut être envisagée, notamment en empêchant l’extradition du président Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale. Parce que déjà à cette époque, on en parlait. C’est un simple document de communication qui n’a pas été validé. C’est juste une proposition ! Ce document évoque notamment l’utilisation de l’image de la mère du président Gbagbo pour des raisons émotionnelles, mais cela n’a pas été validé… Utiliser ces éléments-là pour évoquer une tentative de coup d’Etat est quand même gros. A la limite, c’est une insulte à notre intelligence.
On a l’impression qu’Hamed Bakayoko voulait lier ce document à l’affaire Lida Kouassi. Or si l’on s’en tient à vos explications, il n’en est rien…
Il n’y a rien à voir entre ce document et l’affaire de Lida Kouassi ou du colonel Katé. Moi qui vous parle, je n’ai pas d’amitié parmi les militaires. Pas parce que j’ai quelque chose contre eux, mais c’est une question de circonstances. J’ai été directeur général du VITIB, et je n’avais pas de garde de corps. Contrairement à beaucoup de directeurs généraux d’entreprises publiques. Ce n’est pas aujourd’hui que je suis dans la vie civile que je vais rentrer en contact avec des militaires… Hamed Bakayoko a dit quelque chose que je saisis au rebond. Il a dit qu’il met au défi toute personne qui veut authentifier les documents. Moi aussi, je le mets au défi. Il a été ministre des NTIC. Qu’il expose ses documents à des analyses FORENSIC, qui permettent d’authentifier des documents numériques. On peut soumettre ce que nous avons et ce qu’il a à des instituts indépendants. Il en existe à travers le monde. Le document que nous avons n’a jamais parlé de coup d’Etat. Si je suis coupable de quelque chose, c’est de ma loyauté vis-à-vis du président Gbagbo. Ce ne sont pas des menaces et des attributions de coups d’Etat qui me feront dévier de cette ligne.

Quelles sont, selon vous, les intentions d’Hamed Bakayoko ? A-t-il des précédents avec l’un d’entre vous ? Que veut-il ?

J’éviterai de parler au nom des autres. Mais je sais qu’il connait le couple Fadiga et les Bamba. Et je crois qu’il leur en veut vraiment. Il a lâché la phrase lors de son intervention télévisée en disant qu’Ousmane Sy Savané est l’homme de main de Nady Bamba. Tel est le motif fondamental de son incarcération. Peut-être Hamed Bakayoko constate-t-il qu’un an après son arrestation, le président Gbagbo continue d’avoir une bonne image auprès des Africains sur Internet. En persécutant des personnes liées à la cellule de communication qui a géré sa campagne lors de la présidentielle, peut-être veut-il casser cette machine.

Avez-vous un message particulier à faire passer aux Ivoiriens ?

Je leur dis de rester sereins. Je parle là en tant que responsable du FPI. Nous avons perdu le pouvoir après des interventions militaires. Nous avons pris acte. Nous nous sommes battus pour arriver au pouvoir par les urnes après 30 ans d’opposition. Je suis convaincu que le président Gbagbo n’est pas coupable de ce qui lui est reproché. Avec conviction, je suis à son service pour améliorer son image. Si c’est un crime, je suis prêt à me rendre dans n’importe quelle juridiction pour répondre de ce crime. Mais de grâce, qu’on ne me mêle pas à des affaires militaires. Une fois de plus, je mets au défi le ministre Hamed Bakayoko, en tant qu’ex-ministre des NTIC. Exposons nos preuves à des instituts internationaux, faisons authentifier nos documents. C’est ma contribution au rétablissement de la vérité sur la Côte d’Ivoire. Je l’invite à relever ce défi.

Par Théophile Kouamouo in Le Nouveau Courrier
Vendredi 15 Juin 2012
Lu 1446 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : Interview-« Le vrai nom de Kabila est Hippolyte Kalambé, Kagamé construit le Rwanda avec... https://t.co/y4lwo4fcBN https://t.co/LNxAhiOsun
Mercredi 7 Décembre - 11:07
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Presse : UNJCI, 25 ans de confraternité: L’Union nationale des... https://t.co/mHySNAZsuS https://t.co/t2nNbTDWay
Mercredi 7 Décembre - 10:52
ladepechedabidjan : GADJI CÉLI ET LES ARTISTES RÉSISTANTS - LIBÉREZ NOTRE PRÉSIDENT GBAGBO -... https://t.co/1z8Rj7qedz via @YouTube
Mardi 6 Décembre - 16:50
ladepechedabidjan : PROCÈS GBAGBO - BLÉ GOUDÉ - La pagaille des témoins en vidéo conférence: Un nouveau... https://t.co/Rj93niqxIP https://t.co/s4q5a9BsiI
Mardi 6 Décembre - 16:10

Facebook

Partager ce site