Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Débat autour de l’intervention de l’Ecomog / André Sérikpa prend position : ‘’Pourquoi les forces de la Cedeao ne peuvent pas déloger Gbagbo du pouvoir en 72 heures’’

André Sérikpa est le président du patronat des entreprises privées de sécurité. Dans cet entretien, il se prononce sur les sanctions de l’Union Européenne contre l’un des acteurs du- dit milieu. En l’occurrence M. Frédéric Lafont. Avant d’appe- ler les Chefs d’Etat africains à aider son pays en organisant un dialogue direct fécond entre les protagonistes du conten- tieux postélectoral pour une sortie de crise pacifique. Et évi- ter le déploiement d’une force de l’ECOMOG, qui pourrait, avertit-il « entraîner le pays dans une guerre civile».


Photo : DR
Photo : DR
En votre qualité de leader des opérateurs de la sécurité privée en Côte d’Ivoire, comment réagissez-vous aux sanctions qui pèsent sur l’un des acteurs du militaire, à savoir M. Lafont ?

J’ai appris avec étonnement que M. Frédéric Lafont qui exerce dans le milieu de la sécurité privée en Côte d’Ivoire était sur la liste des personnes frappées de sanctions par l’Union Européenne. N’ayant pas pour l’heure de plus amples informations sur ce dossier, mon analyse ne pourra porter que sur la forme. A ce niveau, je voudrais fai- re remarquer que M. Lafont, en tant qu’acteur de la sécurité privée, est un opérateur économique. Comme d’autres camarades, il a fait un inves- tissement qui ne peut fructifier que dans un climat social apaisé, que dans un contexte de paix et de sérénité. Nous avons fait des investissements et nous attendons en tirer profit. Pour ce faire, il faut que le pays soit stable. Cela requiert que la République elle-même soit debout. C’est pourquoi, tout opérateur doit se mobiliser pour que la République ne s’incline pas. Maintenant, dans le contexte de bicéphalisme au sommet de l’Etat né de la crise postélectorale, le soutien de la République qui n’est pas une infraction, est diversement apprécié. Est-ce reconnaître le pouvoir de Gbagbo ? Est-ce dénier à Ouattara sa légitimité ? Je ne souhaite pas rentrer dans cette polémique. Je me garderais donc de rentrer dans les ques- tions de fonds. N’ayant pas tous les élé- ments d’appréciation.

Quel camp les sociétés de sécurité vont-elles rallier avec la présente crise postélectorale ?

Je suis foncièrement nationaliste et républicain. Mais, pour moi, la solution à cette crise n’est pas de soutenir un camp à l’autre. La reconnaissance du pouvoir de l’un des deux protagonistes qui sont tous deux mes aînés, n’est pas la solution. Je suis pour la paix, pour la réconciliation. Moi je me positionne comme un acteur de paix. En tant qu’acteur et professionnel de la sécu- rité, je connais la guerre. Je connais les dégâts de la belligérance armée. Et je veux éviter cela à mon pays. Je ne veux pas que mon pays soit un champ de rui- ne et de désolation où des Etats étran- gers vont venir jeter sur les rescapés des sacs de riz, et d’autres vivres. Il ne m’appartient pas de prendre position pour tel ou tel autre camp. Mais de prendre parti pour la Côte d’ivoire. Comment faire pour que la Côte d’Ivoire sorte rapidement de cet em- broglio ? Telle me semble être la pré- occupation qui s’impose et qui doit s’imposer. Pour ne pas en arriver là, j’avais déjà prévenu à la faveur d’une conférence de presse au Plateau que les signaux n’étaient pas au vert et qu’il fallait prendre des dispositions. Je crois n’avoir pas été écouté. Et si j’ai été écouté, je n’ai pas été entendu. Pour moi, l’option, c’est la réconciliation. C’est le dialogue pour briser le mur des incompréhensions et de la défiance. C’est ce qui m’a amené récemment à piloter une cérémonie de réconciliation avec les populations des quartiers So- gefia et Campement qui s’étaient af- frontées à la machette. Cette rixe avait fait plusieurs blessés. Et l’on avait même déploré des morts. Ces scènes horribles, il faut les sortir du quotidien de l’Ivoirien. Les Ivoiriens ne sont pas un peuple belliqueux. Ils aspirent à la paix pour développer leur pays. C’est pourquoi, il faut trouver une voie pour un dialogue direct fraternel, civi- lisé et fécond entre les deux principaux protagonistes. A savoir Alassane Ouat- tara et Gbagbo. C’est la meilleure op- tion. Et je donne de la voix que cette option prenne le dessus sur celle de l’affrontement armée.

Est-ce à dire que vous vous opposez à un déploiement des forces militaires de la sous-ré- gion pour régler ce contentieux ?

Absolument. Je ne suis pas d’accord pour une intervention militaire de l’Ecomog. Je m’oppose à tout re- cours aux armes pour régler ce conten- tieux même à l’interne. Je reste convain- cu que ce contentieux peut trouver une issue définitive par la négociation. Il faut donc exclure l’option militaire pendant qu’on a entre les mains une arme qui va nous faire l’économie de victimes et de destructions de biens.

Le leader des entreprises privées de sécurité ne redoute-t-il pas en réalité une réquisition de ses forces pour combattre aux côtés des FDS les militaires de la Cedeao...

Non. Mon opposition à cette force n’est pas une peur d’une quelconque réquisition de nos forces. Mais tout sim- plement parce que je suis un opérateur économique qui veut que son pays connaisse la croissance économique. Et non la destruction. Je ne veux pas que mon pays connaisse le sort connu dans d’autres pays où des forces afri- caines ont opéré avec des fortunes di- verses. L’Ecomog était au Libéria avec une base à Monrovia. Qu’est-ce que Monrovia est devenu par la suite ? En ma connaissance, pas moins qu’un champ de ruine et de désolation. Une autre force militaire africaine est actuel- lement déployée en Somalie. Sans que la situation sécuritaire dans ce pays ne s’améliore. Chaque jour, les populations civiles meurent. Les civils vivent le chao au quotidien. Les leaders de LMP et du RHDP veulent gouverner des Ivoiriens en vie et non des morts. Il ne faut opposer une force militaire à une autre. En agissant ainsi avec l’interven- tion de l’Ecomog, ce contentieux va se transformer en une crise militaro-mili- taire. Dans ce cas de figure, ce sont les civils qui vont souffrir le plus. Les balles ne trient pas et elles ne vont trier les partisans de Gbagbo de ceux de Ouattara. Prenons par exemple com- me cible, la résidence du Chef de l’Etat Gbagbo. Dans ce quartier, tous les rive- rains ne sont pas LMP. Ils ne sont tous pas ses partisans. Quand les obus vont tomber, il y aura des effets collatéraux. Cela me conforte dans ma position que ce sont les civils qui seront éprouvés. Et c’est le sens de mon opposition ferme à l’Ecomog. Il faut faire très attention à cette force dont le déploiement va entraîner le pays dans une guerre civile d’autant plus que les contours de la mission de l’Ecomog demeurent enco- re flous et imprécis.

En quoi l’intervention de l’Eco- mog comporte-t-elle des risques de guerre civile ?

Il nous est dit que l’Ecomog vient pour déloger le président Gbagbo d’un pouvoir qu’il usurperait. Mais, je me de- mande combien de Chefs d’Etat afri- cains, l’Ecomog a-t-il délogé pour fai- re respecter la démocratie à l’interne. Les exemples de pays où la démocra- tie est piétinée sur le continent qui ont été rectifiés par une force africaine ne courent pas la rue et se comptent du bout des doigts. Des concitoyens se ré- jouissent de l’arrivée de l’Ecomog et que l’opération va se faire en moins de 72 heures. Mais rien n’indique que ces soldats étrangers y parviendront dans le temps prévu. Supposons que l’Eco- mog n’y parvient pas, la crise va s’en- liser. Les violences intercommunautaires vont s’accroître. Et on va tomber dans la guerre civile. Et si on tombe dans la guerre civile, cela va reculer la Côte d’Ivoire de cinquante ans. Le cinquan- tenaire prochain qui devrait être celui du développement sera contrarié. Il faut éviter de griller ce cinquantenaire. Dé- loger le président Gbagbo en 48 ou 72 heures s’apparente à un leurre.

Pensez-vous que le président Gbagbo ne pourrait pas être délogé en moins de deux jours après l’arrivée de l’Ecomog ?

J’en suis convaincu. Gbagbo qui a toujours comme levier important l’armée, ne peut pas tomber en 72 heures comme prévu dans les plans pour éviter la guerre civile. Les forces qui viendront, ne peuvent pas le délo- ger du pouvoir en 72 heures de com- bat. Or, si l’Ecomog échoue à ce niveau, la Côte d’Ivoire va s’embraser et connaître la guerre civile. D’où mon inquiétude et mon opposition au déploie- ment de cette force militaire. Si l’affron- tement militaire s’inscrit dans la durée, la guerre civile est inévitable. Or, dans la configuration actuelle, Gbagbo ne peut pas tomber rapidement tel que projeté. Les forces qui vont débarquer sur le territoire ont un handicap majeur : la connaissance du terrain, des sites à frapper... En outre, c’est à quelques degrés près, le même arsenal de guer- re qu’ils auront avec les militaires ivoi- riens qui défendront le président Gbag- bo. Ces militaires seront revigorés par le sentiment de patriotisme. Cette mo- tivation va les amener à se sublimer, à se surpasser face à l’adversité et face à ce qui sera considéré comme une in- vasion étrangère. La crise va donc s’enliser et durer plus qu’on ne le pen- sait. Entre temps, les civils vont souffrir. Et le pays va enregistrer des morts et de nombreux morts. Car des obus seront utilisés en pleine ville. En tant que spécialiste de la sécurité, je dois souli- gner qu’un obus qui tombe, a un rayon assez important d’action, de destruc- tion. Les balles, les obus ne vont pas trier les proches de Gbagbo et ceux qui ne sont pas avec lui. L’Afrique a une va- leur qui est le dialogue, la concertation sous l’arbre à palabres. Faisons appel à cette valeur qui est propre à notre culture. L’Afrique doit donner un exemple au monde en réglant le contentieux pos- télectoral ivoirien par le dialogue, par la négociation. L’Afrique doit faire ap- pel à ses propres valeurs, à ses propres compétences pour régler cette crise définitivement et refermer cette parenthèse d’angoisse et de douleur qui étreint les Ivoiriens. Ce continent grandira s’il parvient à étendre le feu en Côte d’Ivoire sans une force militaire mais avec tout simplement un dialogue di- rect fraternel. L’histoire retiendra qu’il y avait une crise sans précédent en Côte d’Ivoire et que les Africains eux-mêmes ont pu la régler avec leurs valeurs de paix et de dialogue des différences.

Ce dialogue est-il possible dans un contexte de positions tranchées ?

Oui, le dialogue est possible. Il traîne parce que tous les Chefs d’Etat africains ne sont pas sincères pour aider la Côte d’Ivoire à en sortir par cette option. Des Etats profitent de notre crise. Ils veu- lent voir les Ivoiriens aller jeter des sacs de riz dans leurs ports. Et une interven- tion militaire susceptible de contrarier notre leadership ne les dérange point. Comment comprendre qu’on veut régler une situation et on donne des déclara-tions de guerre contre un camp ? Quand vous faites des déclarations de prise de position à l’emporte-pièce et qu’après une visite sur le terrain, vous changez de parole et d’opinion, vous de- vez ridicule. Cela créé des suspicions légitimes de part et d’autre. C’est pour- quoi je pense que tous ne sont pas sin- cères. Sinon, tous ceux qui interviennent dans ce dossier peuvent imposer non seulement un dialogue entre les deux frères divisés. Mais aussi, peuvent les contraindre à aller à ce dialogue de ma- nière fraternelle et civilisée comme ils ont donné l’exemple au monde entier dans le face-à-face historique en novembre 2010. Gbagbo et Ouattara peuvent s’entendre. Nos dépositaires de la sagesse, de la tradition peuvent les réconcilier, peuvent créer le cadre du dialogue direct fraternel. Je les invite à s’approprier ce dossier. Ce n’est pas quand tout va exploser qu’on va venir jouer au pompier, qu’on va crier au scandale et qu’on va chanter la paix. C’est maintenant qu’il faut se mobiliser et se dresser contre la guerre. C’est le moment de chanter la paix, la réconciliation. J’estime que la Côte d’Ivoire a besoin de la paix. Les Ivoiriens ont besoin de la paix, du développement de leur pays, de la prospérité. Mon mes- sage est un appel à la paix. Nous, acteurs de sécurité privée, avons besoin de la paix pour faire prospérer nos affaires, pour assurer la sécurité du monde des affaires aux côtés des forces de l’ordre classique. Je m’inscris dans les actions de paix car je sais ce que c’est que la guerre. Je prie Dieu pour qu’il touche le cœur des protagonistes afin que la paix soit sauvegardée et qu’el- le prenne le pas sur la guerre

Avec l'Intelligent d'Abidjan / Réalisé par M Tié Traore
Mercredi 12 Janvier 2011
Lu 969 fois
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez


1.Posté par demsy camacho-inter le 26/01/2011 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi pourmoi les deux candidats ne nous calcule pas parceque la population meurt de soif , il n'ont rien pour eux même actuellement

Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




ladepechedabidjan : Législatives en Côte d’Ivoire : une partie du FPI ne présentera pas de candidat: En Côte... https://t.co/dCD0pf59ZS https://t.co/cQHVBHDstV
Samedi 3 Décembre - 13:27
ladepechedabidjan : Et si j’avais raison: Avec les élections en Gambie et surtout le système particulier de... https://t.co/dFsYGHVW7c https://t.co/hEKe5Bmf9G
Samedi 3 Décembre - 13:02
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - Les affrontements entre des "syndicats" à Abidjan vendredi ont fait 2... https://t.co/P5a73D8R6x https://t.co/EdxtEhgZ6K
Samedi 3 Décembre - 12:32
ladepechedabidjan : ENTRETIEN AVEC FRANÇOIS MBUKU KASA (OPPOSANT CONGOLAIS EN EXIL) https://t.co/etQ47E03kZ https://t.co/8swaDSKzUL
Vendredi 2 Décembre - 17:30

Facebook

Partager ce site