Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan





Musique: Kôrô Ouatt dans le coma

22/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Deuil / Jean-Marc Guirandou inhumé hier

15/10/2016 - La Dépêche d'Abidjan



10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Côte d’Ivoire : quatre anciens ministres de Gbagbo "plaident non coupables"


Côte d’Ivoire : quatre anciens ministres de Gbagbo "plaident non coupables"
Quatre ministres du dernier gouvernement de l'ex-Chef d'Etat ivoirien Laurent Gbagbo, ont plaidé, mardi, "non coupables" des faits d'atteinte à la sûreté de l'Etat qui leur sont reprochés dans le cadre des procès en assises de la crise post électorale de décembre 2010 à avril 2011, ayant fait pus de 3000 morts.

L'ancien Premier ministre Gilbert Aké N'gbo, les ministres Kata Kété, Boni Claverie et Désiré Dallo ont déclaré avoir intégré le gouvernement de Laurent Gbagbo parce que ce dernier avait été proclamé vainqueur de la présidentielle de novembre de 2010 par le Conseil Constitutionnel du pays.

" Je voudrais faire remarquer que le nœud gordien de cette affaire, est bien la question de la décision du Conseil Constitutionnel prise le 03 décembre 2010. C'est parce qu'il a désigné un vainqueur ( Laurent Gbagbo) que celui-ci a prêté serment le 04 décembre 2010 et qu'il a formé un gouvernement dans lequel je suis rentré. Mon acte découle donc de la légitimité du gouvernement", a affirmé Kata Kété.

Le Ministre de la Recherche Scientifique du dernier gouvernement de Gbagbo a par ailleurs, souligné qu'il n'a posé aucun acte qui pourrait justifier sa présence devant les tribunaux.

"Je suis un homme de consensus et de paix" a-t-il clamé, quand Aké N'gbo a dit avoir accepté le poste de Premier ministre pour servir son pays.

"Gbagbo m'a dit, toi tu gères le gouvernement, moi je fais la politique", a affirmé M. N'gbo, ajoutant qu'il a refusé de démissionner parc qu'il espérait que tout irait "dans le bon sens", compte tenu des négociations qui se tenaient durant cette crise post électorale.

"J'ai travaillé selon la constitution de la Côte d'Ivoire", a-t-il poursuivi, relevant n'avoir "jamais entretenu de milices" et que son domicile, n'a "jamais servi de cache d'armes".

"Quand le Conseil Constitutionnel a désigné Laurent Gbagbo vainqueur, je ne me suis pas posée de questions. Je l'ai rejoint et j'ai été nommée Ministre de la famille et de la femme", a rappelé de son côté Danielle Boni Claverie.

Elle a ajouté, n'avoir pas eu grand chose à faire durant tout le temps qu'a durée sa présence dans ce gouvernement excepté l'organisation de la journée mondiale de la femme le 08 mars 2011.

Se prononçant sur les tueries des femmes d' Abobo survenue le 03 mars 2011, l'ex-Ministre de Gbagbo a déclaré que si ces faits sont avérés, ce serait "une page noire dans sa vie". Elle a par ailleurs, invité les Ivoiriens à regarder dans la même direction celle du " progrès et du développement".

Le Ministre des finances de l'ex-régime, Désiré Dallo a nié comme ses prédécesseurs, les faits qui lui sont reprochés et soutient que c'est la constitution ivoirienne qui a fait de lui un ministre."Je n'ai pas trahi la Côte d'Ivoire", a-t-il dit.

Ces anciens ministres sont notamment poursuivis pour atteinte à la sûreté de l'Etat, organisation en bandes armée, xénophobie et pour tribalisme dans le cadre du procès de l'ex-Première dame Simone Gbagbo et 82 autres proches de Laurent Gbagbo.


APA
Mercredi 11 Février 2015
Lu 535 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Pierre Akossia le 11/02/2015 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Génial ! Je suis fier du professeur Aké N'Gbo quand il dit, « Nous avons suivi la décision du Conseil constitutionnel. »

2.Posté par Didigbé le 11/02/2015 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la constitution qui fait l’État. Aussi, s'il y a atteinte à la sureté de l'état, cela ne peut qu'être la responsabilité de ceux qui ont refusé de se soumettre à la décision du Conseil Constitutionnel. De sorte que, si nous étions dans un état de droit, ce sont tous ceux qui se posent aujourd'hui en juges, qui auraient dû être arrêtés et jugés. Car l'état n'était nulle part ailleurs que là où la Constitution du pays l'a établi et c'est au Palais de la Présidence,situé au Plateau et non au Golf Hotel, à Cocody. C'est vraiment le monde à l'envers!!! Heureusement que la justiste de Dieu existe; et elle est sans appel. Il y a aussi le tribunal de l'histoire; elle saura réhabiliter les juste et vouer à la poubelle les inposteurs.

3.Posté par semba le 11/02/2015 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
chers compatriotes ,que vous sachiez que tout ce folklore ou parodie de justice emane de cette france qui étant à la base de tout ,veut faire croire à vous qui ne saviez pas que ce sont ses alliés qu'elle a mis au pouvoir à travers les armes qui ont ce comportement que nous voyons tous ,mais non c'est cette france qui dirige tout dans cette côte d'ivoire parce que ,et comme vous ne le saviez pas ,tous ses ministres ne sont que de façade puisque les vrais ministres sont françsis qui tapis dans l'ombre donnent des ordres à leurs poulins afin qu'ils en executent raison pour laquelle HAMED BAKAYOKO réprime tous les meetings du fpi.
donc ,j'aimerais tirer votre attention sur un fait tres important qu'est le cas( ADO ) ALASSANE DRAMANE OUATTARA.
chers ivoiriens à travers ce texte ,je veux que vous me dites si dépuis 2011 jusqu'aujourd'hui ici en europe comme en côte d'ivoire vous aviez vu physiquement ADO ,parce que cela ne sera rien que cette france continue à vous tromper puisque cet ADO est inivisible et introuvable dépuis 2011 jusqu'aujourd'hui au pays ,alors que les medias français montrent ADO pour faire croire aux ivoiriens qu'il est là ,mais où ,et c'est là la qestion que je vous pose parce qu'ADO dont parle cette france n'est plus de ce monde et cela dépuis 2011 décédé ici à paris raison pour laquelle il est invisible et introuvable mais que ces nombreux montages de cette france concernant ADO avait eu raison de vous .

4.Posté par semba le 11/02/2015 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il est décédé parce que si vous demandez à cette france et ceux qui sont au pays de vous le présenter physiquement ils ne pourront pas raison pour laquelle la réconciliation piétine .

5.Posté par Pierre Akossia le 11/02/2015 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
INFO : De notre président pour sa maman défunte, Laurent Gbagbo !
Cher AKE ! On vous aime tous ! Sauf l'électronicien.

EXCLUSIVITÉ : L'EMOUVANTE LETTRE DU PRESIDENT GBAGBO LUE PAR SON AVOCAT AUX OBSEQUES DE SA MERE À BLOUZON.

(Absent aux obsèques de sa maman, La lettre pathétique de Gbagbo aux ivoiriens)

Pour mes amis Sangaré et Dacoury :
Chers amis,

Je voudrais tout d’abord vous remercier d’avoir accepté d’organiser les funérailles de maman. J’en suis profondément touché. Puis-je vous demander aussi de prononcer en mon nom, ces quelques mots :

Chers amis. C’est le cœur lourd que je voudrais quelques mots sur ma mère, une femme volontaire, un modèle de courage. Bien qu’issue d’une famille modeste et elle-même illettrée, ma mère a tout de suite compris l’importance de l’école. Elle nous a poussés de toutes ses forces, ma sœur Jeannette et moi-même, ses deux seuls enfants que le sort lui avait laissés, à apprendre à comprendre et à aller aussi loin que possible. Je dois dire ici combien le rôle de mon père a été aussi de ce point de vue important. Nos deux parents, à Jeannette et moi, partageaient la même vision du monde, les mêmes espoirs pour leurs enfants, la même foi en l’avenir. Mon père, comme vous le savez, était un ancien combattant de la Seconde guerre mondiale et croyait en l’Education, aux efforts pour se réaliser. En 1962, j’ai obtenu mon Bepc. C’était une réussite. Et pour tous, un moment important. De bonnes âmes ont alors conseillé à ma mère de me convaincre de devenir instituteur, une fonction qui m’était désormais ouverte. Cela nous aurait permis, et d’abord à elle, de vivre mieux. Son ambition était plus haute. Elle a refusé et leur a répondu haut et fort : « Mon fils ira à l’école aussi que son intelligence le permettra et moi je suis prête à faire tous les travaux, même celui de bonne pour qu’il en soit ainsi ».

Son heure de gloire a sonné en juin 1965 : en ce mois-là, cette année-là, j’ai obtenu le deuxième baccalauréat et ma sœur a obtenu son Bepc. Ma mère était fière, fière et heureuse. Cette réussite était d’autant plus importante pour nous que, grâce au sésame qu’était le baccalauréat, je pouvais entrer à l’université. J’allais même bénéficier d’une bourse de vingt-cinq mille francs par mois. J’ai tout de suite aimé ce que j’étudiais et je me suis plongé dans les textes afin de découvrir l’intelligence du monde. Parallèlement, nous nous organisions pour pénétrer les mouvements syndicaux afin de faire avancer la cause de la démocratie. D’ailleurs en mai 1969, nous avons déclenché avec nos amis représentant les lycées-dont Dacoury Tabley Philippe-Henri-un important mouvement de grève : nous voulions la liberté. J’ai dit que nous étions de famille pauvre. La « vieille », c’est ainsi que je nommais affectueusement maman, travaillait. Mais, pour pouvoir nous envoyer à l’école, ma sœur et moi, elle travaillait deux fois plus : chaque année, elle faisait deux rizières au lieu d’une, une rizière pour les besoins de la maison et une rizière dont elle vendait le produit aux commerçantes Dioulas, ce qui lui permettait d’acheter cahiers et habits dans la ville voisine de Gagnoa.

Les livres nous étaient fournis gratuitement par l’administration coloniale, à charge pour chaque élève de tous les restituer et en bon état à la fin de l’année scolaire pour qu’ils servent à nos successeurs. Ainsi, les enfants des riches et les enfants des pauvres se trouvaient-ils à égalité. C’est ce modèle-là que j’ai voulu reproduire et développer quand je suis devenu Chef d’Etat et c’est en m’inspirant de ce que j’avais connu que j’ai lancé le mot d’ordre « Ecole gratuite pour tous », parce qu’il est pour moi évident que les enfants de ce pays doivent être absolument égaux devant l’instruction. Quant à mon père-dont maman avait divorcé en 1950 lorsque j’avais cinq ans- il était devenu de retour de la guerre, agent de police. Je dois vous dire que bien qu’issu de milieux simples, ma mère et mon père avaient une conscience politique poussée : l’un et l’autre – ainsi que tous les oncles maternels- étaient inscrits à la Sfio dont ils avaient pris la carte très jeunes. C’est aussi cette conscience politique qui explique en quelle haute estime ils ont tenu l’éducation.
Cher Sangaré,

Te rappelles-tu que je te disais que mon père avait joué dans ma vie, un rôle de Chef d’Etat et ma mère un rôle de Premier ministre ? Mon père et ma mère avaient de hautes ambitions pour moi. Mon père a toujours souhaité que j’aille le plus haut possible, mais c’est ma mère qui aura tout fait en me donnant par son amour, la force d’avancer et par son travail, les moyens d’avancer. Sans elle, je n’aurais pas pu aller à l’école.

J’étais si fier, lorsque à la Noël 1965, j’ai pu donner à ma mère, mes premières économies : je lui rendais un peu ce qu’elle m’avait donné. Dis lui, s’il te plaît, de reposer en paix. Dis lui de veiller sur moi, sur ma sœur, sur nos enfants, sur les enfants de mon père qu’elle a élevés, sur tous les enfants de sa région et sur tous les enfants de Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo.
Source: LE TEMPS

6.Posté par Pierre Akossia le 12/02/2015 00:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai lu pour vous pour une autre audience dont Alcide Djédjé.

Côte-d’Ivoire procès des pro-Gbagbo – L’ex-ministre Alcide Djédjé s’en prend à Young-Jin Choi.

Il n’y est pas allé du dos de la cuillère. Alcide Djédjé, ex-ministre des Affaires étrangères proche de l’ancien Président Laurent Gbagbo accuse Young-jin Choi, ex représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Côte d’Ivoire d’avoir «outrepassé ses prérogatives» pendant l’élection présidentielle de novembre 2010 dans le pays.

Toute chose qui, selon lui, a contribué à exacerber les tensions dans le conflit ivoirien. M. Djédjé qui comparaissait ce mercredi 11 février devant la Cour d’assises d’Abidjan Plateau avec trois autres prévenus dans le cadre des procès de la crise postélectorale, a tenu à préciser la mission de «certification des élections» de l’Onu-ci. «Il ne s’agissait pas de dire qui a gagné ou n’a pas gagné les élections», a-t-il relevé, mais le Représentant spécial des Nations Unis, selon l’accusé, avait pour mission de juste confirmer si les élections se sont déroulées conformément aux textes ivoiriens.

Aussi, s’est-il offusqué, que contre toute attente le haut cadre des Nations Unies soit allé plus loin dans sa déviation en prenant partie pour le camp du candidat Alassane Ouattara. Interrogé par le président de la Cour sur son rôle précis dans cette crise qui a endeuillé le pays avec plus de 3 000 morts selon les chiffres officiels, il dira : «j’ai continué de négociations mêmes sous les bombes à la résidence de Gbagbo».

Il a souligné, en outre, avoir été le chef de file des négociations avec l’Union Africaine, les Ambassadeurs et même Ahoussou Jeannot le porte-porte du camp Ouattara confiné au Golf Hôtel afin d’aboutir à une sortie de crise.

A la question de savoir, qui selon lui a gagné les élections de 2010, il s’est voulu on ne peut plus diplomate : « vous avez la légitimité lorsque le Conseil constitutionnel vous a déclaré vainqueur».

Il sera suivi dans son argumentaire par Christine Adjobi, ex-ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida qui a encore fustigé l’action de la mission onusienne dans la crise ivoirienne. « On pensait que l’Onuci est venue pour la paix, mais dans le fait elle a posé des actes qui laissent à désirer», a-t-elle accusé. Elle se souvient avoir été rejetée par les soldats de l’Onuci alors qu’elle courrait vers eux lors de son passage au Golf Hôtel après l’arrestation du Président Laurent Gbagbo.

Ettien Amoikon, ex-ministre des Tics et Raphael Dogbo, ex-secrétaire d’état des personnes handicapées dans le dernier gouvernement de Laurent Gbagbo ont également été entendus sur leur éventuelle implication dans la crise postélectorale. Tous les quatre ont plaidé non coupables des faits qui leur sont reprochés. A savoir «atteinte à la sûreté de l’Etat, complot contre la défense nationale, atteinte à l’autorité de l’Etat, constitution et direction de bande armée, attentat à l’ordre public». Le procès ce poursuit demain jeudi avec la comparution de quatre autres prévenus parmi lesquels figurent Kuyo Téha Nacisse, ex-chef de cabinet et Koné Boubakar, ancien chef du protocole de Laurent Gbagbo.

Saré Saré

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1162 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1746 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2146 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1379 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 629 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/08/2016 | 693 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : Côte d’Ivoire : Ouattara demande "une majorité à l’Assemblée" pour "accélérer des... https://t.co/Ag39YtIZWm https://t.co/8qKAsSnEYU
Lundi 5 Décembre - 06:50
ladepechedabidjan : Football: Yaya Touré arrêté pour conduite en état d’ivresse à l’Est de Londres:... https://t.co/QyJZJlmYtU https://t.co/6q8KL2Wlj3
Lundi 5 Décembre - 06:25
ladepechedabidjan : France / François Hollande renonce à sa propre succession : Quel courage historique, et... https://t.co/XAbvcODy06 https://t.co/4yFDc0Ptoq
Lundi 5 Décembre - 06:15
ladepechedabidjan : PROMOTION DU SINGLE BOUGER-BOUGER : UNE JOURNÉE À PARIS AVEC MAGIC SYSTEM ET MOKOBÉ https://t.co/iGIDaFh6r5 https://t.co/AGjQ4Oy0xf
Samedi 3 Décembre - 20:35

Facebook

Partager ce site