Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan










LE PARCOURS HÉROÏQUE DU ZOUGLOU

CÔTE D'IVOIRE - PRISONNIERS DE L'INDIFFERENCE

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ANDY : L'HEURE A SONNÉ

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

05/07/2015 - La Dépêche d'Abidjan

BOBY YODÉ - CÉLÉBRATION DES 25 ANS DU ZOUGLOU À PARIS

29/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

LE ZOUGLOU, UNE MUSIQUE MILITANTE

14/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

TEASER - ZOUGLOU 25 ANS

11/06/2015 - La Dépêche d'Abidjan

VALEN GUÉDÉ À PROPOS DU ZOUGLOU

31/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ ET LÉAO KORÉ EN PRESTATION

22/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

MALMO EN PRESTATION

21/05/2015 - La Dépêche d'Abidjan

ARRIVÉE DE PETIT DENIS ET DEBORDO LEEKUNFA À PARIS

18/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

AWOULABA

15/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan

"LAURENT GBAGBO, C'EST MON PRÉSIDENT" - ABOU GALLIET

14/04/2015 - La Dépêche d'Abidjan








10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Derniers connectés
Jean Paul YAMEOGO
La dépêche  D'ABIDJAN
Jean Marius D'ALEXANDRIS
Val FASHION
Du male JPK
TSBAAH WAWAGNON
Sibailly ONÉ
Bienvenu AKE
N'chobi Alex BOUA
Koffi lambert YEBOUE
SERGE ETAME
Parfait RICHARD

Côte d’Ivoire : le bombardement de Bouaké en 2004, dernier secret de la Françafrique


Le camp militaire français à Bouaké
Le camp militaire français à Bouaké
Le 6 novembre, une cérémonie à la mémoire des neuf soldats français morts à Bouaké en 2004 aura lieu à Poitiers. Dix ans après, retour sur les faits grâce aux récentes auditions inédites de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de Gildas Le Lidec, ambassadeur de France à Abidjan au moment du drame.

C'était il y a dix ans. Le 6 novembre 2004 en début d'après-midi, deux Sukhoi-25 pilotés par deux Biélorusses, secondés par deux copilotes ivoiriens, décollaient de l'aéroport de Yamoussoukro en direction de Bouaké, fief des Forces nouvelles dans le centre de la Côte d'Ivoire.

Après un premier survol du lycée Descartes, où l'armée française a établi un camp militaire, l'un des deux avions fait feu, tuant neuf militaires et un civil américain, et blessant 38 autres soldats. Le lendemain, Paris détruit l'aviation ivoirienne, provoquant une vague de manifestations antifrançaises à Abidjan dont l'une devant l'hôtel Ivoire, qui est réprimée dans le sang par les forces françaises (une vingtaine de tués selon Paris, au moins 57 selon Abidjan).

Qui a ordonné le bombardement du camp de Bouaké ? Pourquoi et sur ordre de qui ? La responsabilité directe de Laurent Gbagbo n'est pas établie, pas plus que le rôle réel joué alors par les Français. Dix ans plus tard, le mystère demeure presqu'entier - on ignore toujours par exemple pourquoi les deux pilotes des Sukhoi n'ont jamais été interrogés au moment de leur arrestation au Togo. En juillet 2014, la demande de Me Jean Balan, l'avocat de 22 partie civiles, de saisir la cour de justice de la République est rejetée. Pourtant l'instruction, menée par la juge Sabine Kheris, avance. Le 28 avril dernier, elle a auditionné l'ancien président Laurent Gbagbo à La Haye. Le 29 septembre, c'est Gildas Le Lidec, ambassadeur de France à Abidjan au moment des faits, qu'elle entendait. Des témoignages qui permettent de mieux décrypter ce qui reste sans doute l'un des secrets les mieux gardés de la Françafrique. Retour sur les faits, grâce aux documents inédits des auditions de Gbagbo et Le Lidec.

Bouaké au cœur des préoccupations de l'armée ivoirienne

En novembre 2004, la présence des Forces nouvelles à Bouaké est une source d'extrême tension au sein de l'armée régulière ivoirienne. "Vers octobre 2003, on m'appelle (pour me dire qu'une) unité de l'armée s'est approchée de Bouaké, où se trouvent les rebelles, sans ordres", déclare Laurent Gbagbo devant la juge, selon le procès-verbal de sa déposition que Jeune Afrique s'est procuré.

"Le ministre de la Défense m'annonce qu'il ne peut les faire changer d'avis et je prends un hélicoptère pour aller dans un village proche de Bouaké avec le ministre pour tenter de trouver une solution. On a discuté et finalement, ils ont accepté de redescendre. Après ça, j'ai parlé aux différents généraux français en leur disant de calmer les rebelles car la pagaille allait arriver. Ils n'ont rien fait."


Un entretien Gbagbo - Chirac "très hard"

Grâce aux diverses auditions conduites depuis l'ouverture de l'enquête, on savait déjà que la France avait fait pression sur Gbagbo pour qu'il renonce à ce projet. Gildas Le Lidec et le général Poncet, patron de la force Licorne, le lui demandent expressément le 2 novembre 2004. À la fin de leur entretien, l'ancien ambassadeur de France demande une nouvelle fois à Gbagbo de reporter l'offensive. "Il m'a répondu qu'il ne pouvait pas car il avait une forte pression des militaires. Je lui ai conseillé de faire une annonce à la télé, il n'était pas d'accord."

Pourtant, le soir-même à 21 heures, un des conseillers de Gbagbo s'exprime à la RTI. Il demande aux militaires d'être patients et annonce qu'il faut encore négocier. Coup de bluff ? Le Lidec ne se pose pas la question. "J'en conclus que le président était d'accord avec moi et qu'il avait compris", se souvient-il devant la juge.

Le lendemain, le 3 novembre, l'ancien président français appelle Gbagbo. Dans son audition, ce dernier en donne les détails : "Chirac me demande ce que je fais. Il me reproche que mon armée veuille attaquer les rebelles. Je lui dis 'tu ne trouves pas ça normal ? Des gens qui nous étouffent, qui ne respectent pas les accords ?' J'ajoute qu'il n'a rien fait pour les désarmer."

"Notre entretien a été très hard. Je ne sais pas qui a raccroché le premier mais ça été très hard, poursuit-il. J'ai su par la suite que Barnier avait dit que Chirac avait été en dessous de tout et qu'il n'avait pas à me parler comme ça." Le coup de fil de Chirac a-t-il précipité l'opération de l'armée ivoirienne ? Le Lidec estime en tout cas "qu'il y avait un vrai problème de communication entre les deux hommes. Je pense que l'histoire aurait été différente si Chirac avait plus communiqué avec Gbagbo qui n'était pas anti-français contrairement à ce que l'on disait."

Que faisait la colonne de chars français devant la résidence de Gbagbo ?

Au lendemain du bombardement du 6 novembre, une colonne de blindés français commandée par le général Patrick Destremau arrive de Bouaké et prend position devant la résidence de Laurent Gbagbo, dans le quartier de Cocody. Les partisans de l'ancien président ivoirien accusent la France d'avoir pensé à le renverser. Les militaires affirment qu'ils étaient censés se rendre à l'hôtel Ivoire, et non à l'ambassade de France comme l'avait indiqué Michelle Alliot-Marie, mais se sont trompés de route.

Une version qui laisse l'ambassadeur Le Lidec perplexe. "Je ne comprends pas comment ils sont pu se perdre, ce n'est pas possible", dit-il s'interrogeant aussi sur la raison qui a poussé "une colonne de 30 chars à prendre un petite rue", comme celle qui mène à la résidence de Gbagbo, "opercules (des canons) ouvertes, ce qui est un signe de guerre en langage militaire".


Qui décidait à Paris ?

Comment la crise a-t-elle été gérée à Paris ? Mystère. Les généraux Henri Bentegat et Emmanuel Beht se contredisent sur la tenue ou non d'un conseil restreint de défense comme le veut la Constitution française.

De son côté, Le Lidec semble avoir été tenu à l'écart du processus de décision. Il déclare avoir été informé par Michel De Bonnecorse, chef de la cellule Afrique de l'Élysée, "le 6 novembre à 14h30" que le président français a ordonné la destruction des deux Sukhoï. Le Lidec s'étonne : "Je me demandais comment un samedi, il (Chirac) peut réagir ainsi aussi vite. Ma deuxième réaction est de dire :'vous êtes complétement fous à Paris, ils vont s'en prendre à la population française'." De Bonnecorse réaffirme qu'il s'agit d'un "ordre du président". Quelques heures plus tard, Le Lidec apprendra dans le bureau de Gbagbo que les troupes françaises occupent l'aéroport d'Abidjan…

Lire la suite sur Jeuneafrique.com


Jeudi 6 Novembre 2014
Lu 858 fois
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | People | Ça m'interpelle | Reportages | On en parle | Tribune | Dans l'objectif | Pêle-Mêle | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Le confidentiel (avec L'I.A.) | Sports | Santé et sexualité | Espace NTIC | Économie | Mode - Beauté | Tourisme - Voyages | Vidéos en streaming | Afrique - Monde | Une | À ne pas manquer | Documents | Avis et communiqués | IVOIRE CINÉ | COURTS MÉTRAGES | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


Côte d'Ivoire, la presse à l'épreuve de la liberté - DOCUMENTAIRE 2002

ZOUGLOU FEELING - DOCUMENTAIRE - TEASER

"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 01/11/2016 | 1193 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/10/2016 | 1798 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/09/2016 | 2162 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 05/09/2016 | 1402 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 02/09/2016 | 646 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 20



ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - À la CPI, les témoins de l’accusation sont entre fuite et aveux. À... https://t.co/GifHUKjoCa https://t.co/a7gsbMoTqI
Vendredi 9 Décembre - 16:15
ladepechedabidjan : CÔTE D'IVOIRE - RHDP Législatives à Gagnoa/ Guikahué a peur : Mme Bédié et Charles Diby... https://t.co/9B4MSmY1Xa https://t.co/xz40At6bIv
Vendredi 9 Décembre - 11:46
ladepechedabidjan : À quelques jours des législatives/ De nouveaux éléments sur la maladie de Soro, le chef... https://t.co/j4ylBWKlJv https://t.co/8UXegCvmJX
Vendredi 9 Décembre - 11:15
ladepechedabidjan : Procès Simone Gbagbo : l’audience reportée pour permettre au bâtonnier de "finaliser"... https://t.co/6mtoidNETz https://t.co/knqMLIaLBA
Vendredi 9 Décembre - 11:05

Facebook

Partager ce site